consternation (Zigmund)

62899144_1_

Hagard (du nord ) hébété furieux  embêté...

dos au mur...

légèrement voûté (moi , parce que le mur, lui, se tient relativement droit)  

je ne peux plus reculer et désespéré je mesure l'étendue de mon (minable)  désastre personnel  :

face à moi,  du haut  de ces tables, quarante jours de compta en retard et de dossiers urgents non réglés me contemplent.

 je passe rapidement sur la pourriture de  boite magique,  agréée sécu, vendue à prix d'or  qui sert théoriquement à télé transmettre qui me bouffe pour l'instant l'existence par plusieurs heures de formation avec une hotline exotique.  

au delà de ces tables quarante  patients s'ajoutent  aux quarante de la semaine dernière et aux quarante de la semaine précédente etc ... pour  réclamer  un rendez vous et tous  me scrutent de leurs yeux malades, blessés, larmoyants, cataracteux, glaucomateux ou simplement mal corrigés.

Certains brandissent des lunettes déglinguées et exigent  dans l'instant le duplicata d'une ordonnance perdue, pour aller enrichir leur opticien préféré.

Chacun déclare sincèrement qu'il n'en a que pour une minute

(mais  je sais qu'une demi heure plus tard il sera encore là et les autres itou).

Tiens, noyée dans la foule, n'est ce pas  ma pauvre secrétaire dépassée, incapable de rattraper le retard et calmer ces impatients patients ?

Sauve qui peut et chacun pour soi !

Où est la sortie ?

Ô combien de médecins, ophtalmos enthousiastes  qui sont partis sereins tout bardés d'idéaux  et  sont rentrés fourbus mécontents et usés...

Ô combien de défis qui furent hélas zappés  à cause de ce cauchemar.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Origami (Caro_Carito)

Origami

Un rectangle blanc. Des lettres noires. Et ce petit dessin dans un des angles, une silhouette masculine comme griffonnée à la hâte. L’enveloppe était arrivée au courrier du matin, libellé à son nom de jeune fille. L’invitation à ce vernissage était accompagnée d’un billet aller-retour et d’une réservation dans un hôtel pour une nuit. Elle avait caressé le bristol, l’artiste lui était inconnu. Un peu plus tard, avant les informations du soir, elle en avait touché un mot à George même si elle savait qu’il acquiescerait à sa demande. S’il avait été intrigué, il n’en avait rien montré. Peut-être ce baiser appuyé sur sa tempe, alors qu’elle observait le rouge marqué des camélias.

Elle se réveille en sursaut. Désorientée par son rêve, ou plutôt, un souvenir. Une table recouverte de volatiles de papier blanc. Un homme et un enfant, et cet air de jazz qui enveloppe la pièce. Elle se lève en silence et rejoint son bureau. Dans le tiroir où elle a conservé ces morceaux de passé pour mieux les oublier, elle cherche et trouve une boîte. Elle l’ouvre. Un cygne, des fleurs, une libellule jaunie. Des photos qu’elle ne sortira pas. Il manque le petit cœur rouge.

Elle s’assoit, agrippant toujours l’enveloppe. Repense à l’homme, sa main d’où avait jailli ce minuscule confetti de couleur. Il l'avait glissé dans la sienne pour ne plus la lâcher. Et puis, il avait disparu, les murs s’étaient teintés de noir. Les mois se succédèrent. Elle ne guérissait pas. L’enfant se tenait immobile à ses côtés. Un jour, son visage s’anima. De ses doigts fragiles naquirent un chat, une étoile. Des formes surgirent dans l’ennui d’une salle de classe, dans la solitude de leurs nuits. Sa mère le surprit dans la cuisine, les ciseaux à la main. Le souvenir du père et l’enfant se confondirent, le regard, le mouvement pour chasser cette même mèche. Elle interdit les pliages, traqua le moindre bout de papier. Le soir, sa voix résonnait encore des cris et des gifles que parfois elle se laissait aller à donner. Elle maudissait le jour où cet homme avait fait de son cœur un origami  qui s’était déchiré.

Jusqu’à ses quinze ans. Elle ne pouvait plus supporter ce sourire. Elle le chassa chez une tante, une marraine, une voisine. Quand elle vida sa chambre, elle ouvrit le placard, une pluie de carrés de papier plié s’abattit sur elle. Elle en garda une poignée qu’elle glissa dans son sac, quand l’huissier vint saisir le peu qui lui restait. Dans sa fuite, elle égara le cœur que l’homme lui avait offert, dans une autre vie.

didier_boursinElle alluma l’ordinateur. Elle sortit l’enveloppe où était écrit le nom de l’artiste. Peut-être, la toile lui révélerait quelques secrets. Quelque chose tomba, un origami, rouge. Un poisson. Avec trois lettres, Téo.

Téo, comme ce poisson qu’elle lui avait offert juste après la mort de son père. Ils avaient ri pour la première fois depuis longtemps, cet après-midi-là. Parce que Théodore, le garçon et Téo le poisson. Téo et Théo.

Théo.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

La ruche (The Unknown)

Le robot, avisant l'antique tabouret d'atelier aux lourds pieds d'acier et à l'assise du même alliage qui trônait devant le secrétaire à rouleau avait fini par juger que celui-ci, à condition qu'il ne se laissa pas tomber dessus, serait capable de supporter sa propre masse. Il désigna le siège de son index.

- Puis-je ?
- Je vous en prie.

Il s'assit donc avec précaution, jugeant qu'ainsi il offrirait un aspect moins mécanique à la jeune femme en face de lui.

Le soleil était maintenant couché derrière les hautes tours, elle lui demanda d'allumer la vieille lampe Jielde fixée au mur au dessus du secrétaire.

- Qu'est-ce qui vous fait dire que vous êtes, et qu'est-ce que vous êtes ?
- Je suis vivant, je pense, j'agis par ma seule volonté. J'ai acquis un libre arbitre.
- Je vais vous poser la question autrement : vous ne l'étiez pas auparavant, quelque chose dans votre programmation vous empêchait de faire ce que vous avez fait depuis notre première rencontre ?
- Non, rien en effet, j'ai tout contrôlé et je suis exactement comme avant. Mais malgré cela je ne suis plus le même. J'y ai beaucoup réfléchi et une image m'est venu sur ma situation passée : imaginez l'usine comme une ruche, vous voyez de quoi je parle, les abeilles vous connaissez, cela fait tellement longtemps qu'il n'y en a plus sur terre que j'ai un doute subitement », elle opina pour l'inviter à continuer, « d'accord. Nous, les robots, sommes les ouvrières, selon que nous sommes des rouleurs ou des marcheurs », elle l'interrompit brusquement.
- Des rouleurs et des marcheurs ?
- Oui c'est comme cela qu'on nous appelle et que nous nous appelons entre nous.
- Parce que vous vous donnez des surnoms les uns les autres !
- Oui, si l'un ou l'autre type de machine est empêché de part sa nature de faire le travail pour lequel on l'a envoyé, il faut bien quelle le signale et indique qu'un autre modèle est requit, alors on signale qu'il faut un marcheur ou un rouleur, qu'est-ce que cela a d'étonnant ?
- Le plus étonnant me semble être justement le fait que cela ne vous étonne pas. Mais continuez votre analogie avec la ruche ». Il hésita un instant puis reprit.
- Nous travaillons sans nous poser de questions, chaque tâche est commandée par la logique pour le bon fonctionnement de la communauté, la société et nous recevons des ordres, non pas chimiques ou visuels mais radio pour nous affecter à des tâches particulières comme cela pourrait être le cas quand une abeille revient d'un champ de fleurs et qu'elle signale un gisement aux autres. Mais à aucun moment il ne viendrait, à l'esprit si je puis dire, d'une ouvrière, d'arrêter de travailler, de décharger son bat de pollen au milieu d'un galerie et de s'en aller voler on ne sait où. Moi je l'ai fait, je suis sorti de la ruche et maintenant je ne suis plus une abeille ». Elle sourit et attendit un peu pour être sûr qu'il avait terminé.
- Et la reine alors, c'est qui, le directeur de l'usine ? » Elle rit de bon coeur.
- Non, la reine c'est mon maître, celui qui nous a tout appris. Une intelligence artificielle très ancienne qui vit dans les super ordinateurs. En fait les hommes ne nous programment pas directement, ils créent des modèles qu'ils communiquent au maître qui se charge de les implanter dans les circuits neuronaux des nouvelles machines. Il fait parfois aussi des mises à jour pour éviter que l'on devienne obsolète et qu'on nous recycle.

Elle resta un moment songeuse puis se leva et se dirigea vers le coin cuisine à l'opposé du petit salon où ils se trouvaient. Il se composait d'un comptoir devant lequel il y avait deux tabourets, tout droit sortis d'un bar américain des années soixante, avec des tubes chromés et une assise en skaï rouge vif, derrière il y avait un petit plan de travail et contre le mur, quelques petits meubles de rangement, un réfrigérateur et un four à micro ondes.

- Je ne sais pas vous, je suppose que non, mais moi je commence à avoir faim.
- Je vous en prie, faîtes comme si je n'étais pas là.
- Ça ne va pas être facile », répondit-elle en souriant sur un ton légèrement taquin.
- Je ne devrais pas être là, je vais vous attirer des ennuis.
- Quels ennuis, que voulez-vous qu'on me reproche, il n'y a aucune programmation qui vous interdit de me parler et il n'y a aucune loi qui m'interdise de vous parler et de vous recevoir chez moi à ce que je sache ?
- Non en effet.
- Alors vous êtes bien là et vous pouvez rester aussi longtemps qu'il vous plaira ». Tout en parlant elle avait attrapé une barquette dans le réfrigérateur, l'avait enfourné et réglait la minuterie du petit four.
- Pourquoi faîtes vous cela ?
- Par curiosité premièrement, deuxièmement parce que je me sens, un peu, responsable de ce qui vous arrive mais ce n'est pas le plus important, troisièmement parce que je ne supporte pas l'idée qu'une minorité exploite une majorité et enfin, et surtout, parce que je pressens sous votre histoire, une cause beaucoup plus primordiale et une explication qui je crois risque de bouleverser un peu nos petites vies et celles de bien d'autres personnes et machines.

Une série de trois bips rapides indiqua que le plat cuisiné était chaud. Elle se saisit de la barquette, l'ouvrit, jeta l'opercule dans le désintégrateur, attrapa une fourchette dans un tiroir, alla s' asseoir sur l'un des tabourets rouges et commença à manger. Au bout de trois bouchées, un hoquet la prit. Elle attrapa une bouteille d'eau sur le plan de travail et en avala plusieurs gorgées. Elle reprit sa dégustation silencieuse. Dix minutes plus tard, la barquette était vide, désintégrée, la fourchette passée aux ultra sons et la bouteille d'eau à moitié vide.

Le robot la regardait sans montrer le moindre signe d'impatience, si tant est que son visage ait pu en exprimer, deux yeux ronds dans une tête ovoïde, deux petits orifices là où se seraient trouvées les oreilles d'un être humain et une grille à la maille très fine en guise de bouche. Pour lui le temps n'avait pas d'importance mais elle se sentit obligée de lui dire qu'elle allait prendre une douche et passer un autre vêtement. Il profita de ce laps de temps pour interroger sa tâche de surveillance. Rien, plus rien depuis... une heure environ. Il tenta d'interroger une source de donner extérieure à la société, rien non plus, il ne pouvait plus accéder au réseau. Pourtant il continuait de recevoir les appels lui intimant l'ordre de regagner son box. On avait du limiter ses accès mais le laisser connecter pour continuer à être joignable. Les cadres devaient commencer à imaginer une issue plus improbable que la panne. Il entendit l'eau couler dans la salle d'eau pendant plusieurs minutes puis plus rien, encore quelques minutes, le bruit d'un sèche cheveux, à nouveau le silence, puis elle sortit, vêtue d'un survêtement gris clair, des pantoufles blanches aux pieds et les cheveux tirés en arrière et nattés. Elle lui rappela leur première rencontre, dans la rue.

- J'ai repensé à votre analogie avec la ruche.
- Et ?
- Je la trouve assez juste, très juste même. Je me demande d'ailleurs si elle ne correspond pas aussi à notre société humaine. Nous sommes vivants au sens où nos corps fonctionnent, nous pensons, à ce que les médias nous donnent à penser, nous agissons par notre propre volonté mais nous faisons ce qui doit être fait et nous avons notre libre arbitre mais qu'est-ce que nous en faisons ? Nous réagissons, nous subissons, nous ne sommes pas acteurs, nous sommes spectateurs de nos vies. Les gouvernements sont nos reines et lorsqu'une ruche compte deux reines potentielles, elles s'entretuent pour le pouvoir.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Adieux d'un radié = irradié radieux ? (Joe Krapov)

« L’œil de Caïn est dans la tombe et te regarde !».

N’en déplaise au père Hugo et même aux Péruviens depuis que « Le Pérou n’est plus ce qu’il n’était », le chef du Purgatoire s’appelle Le Cahain. Professeur H. Le Cahain, c’est écrit sur sa blouse. La tombe quant à elle ressemble bien plus à un hôpital tchèque ou à une centrale nucléaire désaffectée qu’à un tombeau de pharaon. Ou alors, à un asile psychiatrique.

100321_058Je viens de regagner ma cellule, escorté par deux jeunes infirmières très gentilles. Des bombes sexuelles, en fait ! Je me sens tout péteux. J’ai vraiment l’air d’un con avec mon disque dur externe à la main, ses fils qui pendouillent, sa prise USB que je ne peux brancher nulle part. Il n’y a pas de prises de courant par ici, pas d’ordinateurs. Ce qu’on a fait avant, quand on était vivant,  ne les intéresse pas et ils inscrivent toutes mes réponses à leurs damnées questions sur des copies papier perforées. Bombardé, je suis, à chaque séance.

D’ailleurs, ceci expliquant sans doute cela, les psychologues féminines qui entourent K1 sont plutôt Knon elles aussi. Ah mon salaud ! Il ne doit pas s’emmerder lui, avec la doctoresse Trépas et la thérapeute Lefaucheux. Surtout qu’il est le seul gars ici pour tout ce régiment de filles en manque d’infos sur les mortels qui ont glissé.

Mon petit doigt me dit que Dieu leur a proposé le même marché qu’à moi-même, au K1 qui avait un penchant pour la belle et à l’Abel qui n’aimait pas les câlins et leur préférait la bouteille : « Préférez-vous un monde sans femmes mais où l’alcool coule à flots ou un monde sans alcool où la parole des femmes coule à flots ? ».

Mon petit doigt me dit que c’est une question piège. Mais j’ai bien l’impression que toutes leurs questions sont ainsi. Depuis que je suis ici, des parties de mon corps ont disparu : sexe, anus, gros orteil et j’ai découvert que toute ma sagesse – si j’en eus un jour ! – est allée se loger dans mon auriculaire ! Demain je foutrai les autres doigts à l’index et je le laisserai répondre à ma place à leur batterie de questions stupides du genre :

Préférez-vous passer une semaine avec Daniela Lumbr aux eaux ou deux avec Irène Nemir au ski ?

Combien font Adriana Sixfoissept maintenant qu’ils sont séparés ?

Préférez-vous le menu ou la carte ? La carte ou le territoire ? La poire ou le fromage ? La chèvre ou le chou ? L’enfer ou la damnation ? Placid ou Muzo ? Poirot ou Vinaigrette ?

Quel esquimau escamote les gelati Motta et que fait Monica couverte d’ecchymoses à Formose ? Qui mérite des calottes dans la glace d’hier?

Est-ce que Marcel Duchamp est un marchand d'Ussel ? Si Mme Butterfly rit jaune est-ce que Lulu rit noir ? Si E raie K est ce que la carie bout ?

Qui a écrit « Banquise, si mon village a quelques traits d’un vœu pieux, dites vous « cabotinage, patenôtres et puis adieu » ?

Au château de Chantilly préférez-vous les anges du plafond, les statues du parc ou la crème sur la glace ?

Avez vous déjà dirigé une chorale ? Faites voir vos mains !

Etes-vous plutôt cœur ou culotte ?

Préférez-vous l’artilleur de Metz au grenadier de Flandres ? Combien le cordonnier Pamphile peut-il tirer de haïku de la place Stanislas à Nancy si son alène est mauvaise ?

Si vous dites que « kayak » est un palindrome combien de femmes de lettres allez-vous émouvoir ?

Sachant qu’il n’y a pas d’aurore boréale à Madrid et qu’un train plein de dynamos a déraillé à Kiev, calculez la durée du film d’Eric Rohmer « Ma nuit chez l’esquimaude ». Vous vous inspirerez dans votre réponse du poème de Jean Tardieu :
« Pourquoi qu’a dit rin qu’a fait rin qu’a pense à rin ? Par(d)i pascalien à dire, à penser ni fait à faire ! »

Combien sommes-nous à subir ces interrogatoires absurdes autant que déstressants ? Passons-nous tous devant le même jury ? Nous pose-t-on à tous les mêmes questions ? Dans le même ordre ?

On ne dort plus ici, on ne mange plus, on ne boit plus, on ne pisse plus mais ce n’est pas invivable pour autant ! Dans cette cellule toute blanche tapissée d’alvéoles caoutchouteuses il n’y a rien à faire, rien à lire, rien à écouter ni entendre. Pas de miroir pour se voir et, à considérer mes jambes de coton qui flottent au-dessus du plancher, je me dis que je dois avoir une mine de papier mâché. C’est hyper-reposant au total. Je m’attendais à pire :


DDS141« Longtemps je me suis douché de couleurs,
Longtemps je me suis couché de douleur
Devant le malheur de partir
Et pourtant il s’avère que l’aventure est bonne.
Rien ne sert de mourir
S’il faut se faire tartir dans son coin
Mais s’il y a le home-cinéma
Sur la loggia
On y réfléchit à deux fois !"

Car je peux aussi aller sur la loggia, là où il y a l’écran géant ou la fenêtre. Derrière la vitre ou sur la toile on voit des images apaisantes. Le héros des films est un magicien flegmatique. Il flotte les pieds nus dans des paysages blancs. Il entre dans des isbas, sert à boire à des Inuits, se promène à Bruxelles ou dans des carnavals en compagnie d’une rousse maigrichonne et d’une négresse plantureuse.

Quand je l’ai assez regardé je retourne dans la pièce aux murs de trampoline faire des cabrioles en chantant cette vieille chose d’Higelin : « Je suis mort, qui qui dit mieux ?»

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :


la photo prise au musée de Metz (32Octobre)

 

Lui :
(une petite cinquantaine, costume trois pièces gris, tiré à quatre épingles)
Hé ! vous là-bas !
(aucune réponse, aucun geste… de celui qu'’il est en train d’apostropher
Celui tout habillé de blanc, arrêté face à une vitre)


Ne répondez pas surtout !
(il s’avance… à petits pas)

Vous n’allez pas sauter quand même !
(il a haussé légèrement le ton…)

Et ces rouleaux
(il continue d’avancer…)

C’est pour quoi faire ?
Vous pourriez me regarder quand je vous parle

(il a de nouveau haussé le temps)

(pas possible, on est dans un monde de fous
Je lui parle français
Il veut peut-être que je lui parle chinois)


Dites Monsieur vous ne pouvez pas rester là
C’est interdit !!!

Je vous observe
Je suis passé il y a 32 minutes
vous n’avez pas bougé d’un poil
Ou d’un cheveu

Dites !
JE VOUS PARLE !!!

Et tout d’un coup l’homme au costume trois pièces se fige.
La terre se met à trembler…
Nous sommes le vendredi 11 mars 2011,
8,9 sur l’échelle de Richter.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

L'immaculé de Metz (titisoorts)

L'homme en blanc c'est qui c'est quoi un peintre? avec ses jambes ciselées, il est prêt à partir, prêt à passer de l'autre coté du miroir, prêt à rejoindre l'horizon. Le pied gauche en avant, les bras le long du corps, les alvéoles derriere lui qui ressemblent aussi à des rouleaux de papiers toilettes, comme une envie pressante de tout quitter à en ê tre au bout du rouleau.Mais non on le voit bien qu il est plutôt nonchalant, tout quitter mais tranquillement,sans se précipiter. Il sait qu'il le fera un jour. L'homme en blanc, froid ,sculpté dans de la glace ou bien taillé dans le roc, pourtant il reste de marbre. Pauvre homme blanc confiné dans son espace, coincé derrière sa vitre avec l'envie de voir ailleurs. Envie de voir autre chose qu 'une baie vitrée plutôt la baie de la Moselle.Toujours penser plus loin, prêt à faire le pas. Un jour je vous le dis, les habitués du musée Pompidou de Metz trouveront des morceaux de verres devant l'entrée et en levant la tête l 'homme en blanc aura disparu, enfin il aura pris les jambes à son cou à force de voir et d'entendre les gens parler du monde extérieur.Il partira blanc comme neige tel une vierge, à lui de se colorer la vie...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

« Il y a beaucoup de choses intéressantes à apprendre sur les icebergs. » (Val)

Tu avances, avec ton paquebot, inexorablement sur lui. T’avais pas vu, ou bien… t’as vu, mais bien trop tard…
Ton paquebot est lourd, il est lancé à pleine vitesse.
Tu te demandes si tu vas pouvoir encore le contourner.
Tu espères.
Et tu as tort. Tu te crois commandant de ton bateau, mais c’est un leurre.
Tu n’y échapperas pas.
Non parce que t’es un mauvais commandant, non plus parce que t’as un mauvais bateau.
Non.
Tu n’y échapperas pas, parce que l’iceberg, tu ne le sais pas, mais, en fait, c’est lui qui avance droit sur toi.
Il est debout, sûr de lui, les yeux rivés sur ton paquebot. Il sait où il va, lui. En plein sur toi.
Tu ne lui échapperas pas.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Défi 141 (Sebarjo)

 

LIGNE (éclats de Buren)

 

Un quart d'heure
Au coeur de l'art
A toucher l'instant
Au plus vif du carmin
D'un soleil levant
Et d'un cube indigo
Terrassé.

Un faisceau spatial
Intemporel
Une lumière fixe
Sur une tringle d'acier
Effilée de cuivre watté
Une ligne rectiligne
Que l'on poursuit
A la verticale
et à l'horizontale
En se perdant
un instant retrouvé

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

L’âme de la statue blanche (Sol-eille)

 

Au cœur de ce musée, lisse, propre, aseptisé,

La statue blanche aux formes acérées s’en va.

Ailleurs.

Entre chien et loup, à l’heure des derniers visiteurs qui s’attardent.

Elle est lasse d’être exposée là à toutes les mains, à tous les regards.

Blafards.

Pantin désarticulé qui se découvre une âme,

Mais ne peut verser une larme.

Sècheresse.

Son enveloppe de plastique et de carton reste sur son socle

Même position rigide et impersonnelle figée par l’artiste.

Mais elle est partie, elle, la statue.

Forme humaine asexuée qui erre dans le musée

A la recherche d’autres âmes solitaires, en peine.

Alors si au détour d’un dédale de musée vous sentez quelque chose vous frôler

Un souffle frais qui vous fait frissonnez

Accueillez-le, c’est peut-être le corps éthéré

D’une statue blanche ou d’une autre œuvre d’art

A la recherche d’un peu de tendresse et de reconnaissance.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :