Défi #139 (Soumarine)

 

M. J Bonno,
Professeut émérite
De culture musicale
Conservatoire de B.                                                          

 

                                               A : M. le directeur du Conservatoire National de Région.

 

                        Monsieur,

 

            Je me permets par la présente, et en tant que doyen des professeurs de notre noble établissement d’enseignement de la musique, de vous faire part de notre très grande inquiétude devant des actes de vandalisme qui semblent être perpétués par certains de nos élèves des plus mal embouchés.

J’ai ainsi pu constater, et Mlle V, qui tient notre bibliothèque-partothèque avec tant de dévouement et de compétence depuis tant d’années, pourra le confirmer, que de petits malins se sont permis de saboter notre unique et si précieux exemplaire du « dictionnaire exhaustif et complet de la grande musique, des grands musiciens et des instruments de l’orchestre ».
Ces actes de vandalisme paraissent se concentrer sur le chapitre concernant les percussions, (ce qui pourrait constituer un indice, nous savons tous en effet l’esprit moqueur qui semble malheureusement animer certains de nos confrères percussionnistes), mais je ne doute point que d’ici peu ils s’en prendront au reste de l’orchestre.

Je joins à ma lettre quelques définitions modifiées par ces malotrus.

Vous conviendrez avec moi j’en suis sûr, que de tels actes ne sauraient être tolérés au sein d’un établissement aussi vénérable et respectueux des traditions que le nôtre, et demandent une réponse exemplaire de sévérité et de célérité.

 

      Votre dévoué J. Bonno

 

 

Extrait du dictionnaire saboté :

 

Claves : n. mas. pl. (Voir maracas) Morceaux de bâtons qu’on distribue aux jeunes élèves pour leur faire croire qu’en tapant avec le plus fort possible, ils font de la musique. En général les familles se laissent abuser. Parfois les élèves en font un usage plus contondant et il faut veiller à éviter un trop grand nombre d’yeux crevés, les mères appréciant dans ce cas beaucoup moins les performances musicales de leurs rejetons.

 

Congas : n. mas. pl. Employé de la compagnie EDF GDF, à l’intelligence limitée, mais que l’on consent parfois, en cas de pénurie de subventions du conseil général et d’hiver rigoureux, à intégrer à l’orchestre pour jouer du triangle, en échange d’un report du paiement des factures de chauffage.

 

Cymbales : n. fem. pl. Peut également s’orthographier  « seins-balles » Appellation communément utilisée par certains membres (peu respectueux des grands monuments et autres chefs d’œuvres en péril) du pupitre de percussions pour décrire certaines solistes (sopranos) aux formes généreuses et vibrantes

 

Mailloche : n. mas. sing. Désigne dans la mystique percussionniste le costume de bain des personnes désignées ci-dessus. De distingués linguistes ont vu dans ce terme la contraction des deux mots maillot et moche. Nous ne saurions cautionner de telles allusions…

 

Maracas : n. fem. pl. (Voir Claves) Boites sonores munies d’un manche, souvent fabriquées artisanalement par leurs utilisateurs, lesquels sont en général les mêmes que les joueurs de claves. Les familles là aussi se laissent facilement abuser. Si la boîte utilisée  est suffisamment lourde, et bien lestée, les maracas démontrent alors toute leur efficacité en cas de bagarre généralisée et sont de précieux auxiliaires des claves.

 

Tam tam : n. mas. sing. Marque de lingerie, erreur de l’imprimeur qui a fait figurer ici un extrait du catalogue automne hiver des trois helvètes, pour la plus grande joie des boutonneux élèves de cet établissement. On notera que cette erreur permet aux cymbales de gagner un temps précieux dans leurs achats de printemps et de se fournir alors facilement en mailloches.

 

Timbales : n. fem. pl Accessoire manquant cruellement auprès de la fontaine à eau située dans le hall d’entrée. (Nota Bene du concierge : C’est pas de ma faute si l’intendant en a pas recommandé ! Réponse de l’intendant : Z’ont qu’à boire au robinet !)

 

Triangle : n. mas. sing. (Voir Congas) Instrument discret et facilement reconnaissable à sa forme de polygone présentant trois côtés et trois sommets, souvent utilisé dans des échanges de services à des fins commerciales entre le conservatoire et EDF GDF.

 

Vibraphone : n. mas. sing. Instrument de mesure destiné à calculer le seuil de rupture des mailloches portées par les cymbales qui souhaiteraient se baigner en chantant.

 

Xylophone : n. mas. sing. Accessoire consistant en un petit réservoir s’adaptant sur les téléphones des élèves et projetant à chaque utilisation un produit traitant les parquets contre la vrillette. L’homologation du brevet est en cours, des études, visant à améliorer le pouvoir couvrant du produit et la polyvalence du pulvérisateur permettant ainsi de faire suivre le traitement curatif par un traitement de lustrage à la cire d’abeille, devraient compléter rapidement le dossier déposé à l’INPI, et emporter la décision de financement auprès de nos sponsors.   

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

la musique des mots‏ (titisoorts)

MARACAS: joueur de musique tenant une casse dans les maraîcages.
 
TRIANGLE: musique enigmatique et dangereuse (ex: des bermudes, d'or...)
 
CLAVES: bâton de musique plutôt fermé associé (ex: an clave, es clave...)
 
VIBRAPHONE: musique d'un téléphone vibreur.
 
CYMBALES: musique bruyante d' un cinq coups.
 
TAM TAM: ancêtre du vibraphone servant à communiquer dans la jungle.
 
MAILLOCHE: mot sur le gong d'enchantement, de jeune pour faire passer la maillonaise.
 
XYLOPHONE: téléphone en bois.
 
CONGAS: musicien qui pète plus haut que son cul.
 
TIMBALE: musique de fête alcoolisé avec une belle peau.
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Dico du cœur (Captaine Lili)


Tam-tam : n.m. Cœur émotif.
Mon cœur est un tam-tam / la musique de quelques mots / bouleverse mon âme / et fait frémir ma peau.


Mailloche : n. f. Petite fêlure du cœur.
Cet homme raccommoda / la mailloche que l’autre gars / avait fait à mon cœur /bien trop fragile fleur.


Maracas: n. f. pl. Bruit d’un cœur joyeux. 
Mon amant / pose ta tête sur mon cœur / entends les maracas / sonnant / le chant du bonheur / qui vibre quand tu m’enlaces.


Timbale : n. f. récipient de conte de fées qui récupère les larmes pour les faire briller.
Déposés dans la timbale / ses pleurs devinrent diamants / elle s’en alla au bal / princesse au cœur chantant

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Non content d'être mélophobe, Dieu est aussi télépathe ! Ca t'épate ? (Joe Krapov)

Lorsque Dieu entra dans la chambre, les deux poupées étaient en train de jouer au jeu du dictionnaire. C’était à Angélique de s’y coller :

110302_005- MARACAS n.f. plur. : Grenades explosives mexicaines servant lors des révolutions et coups d’états fort nombreux dans cette contrée.
« On ne sait comment il avait goupillé son affaire mais l’accoutrement du général Castagnetas était ainsi fichu qu’il arborait deux énormes maracas et oune touté pétite arquébouse».
FRERE JACQUES. - Viva la Zapataphysique ! 1953, p. 32.


C’est qui celui-là, Démo ? Un nouvel ami de la famille Lejolusse ?


110302_001- ARQUEBOUSE n.f. : Au Mexique petit escopette qui fait parler la poudre.
Rem. Besch. 1845 : Le pluriel de Arquébouse est irrégulier : on dit : oune arquébouse, deux vaches.
 « L’arquébouse ça veut dire ah que je t’aime et que j'ai mal à en crever »
JOHNNY HALLYDAY. - Toute la musique ah que Johnny il peut plus arqué mais il l'aime.


D’après la dégaine, on dirait Mandraque le magicien. Encore qu’on doive plutôt dire Meundreyke.  Mandraque c’est dans les souvenirs du père Lejolusse que j’ai pioché ça, il a pas fait d’anglais à l’école des Basques espagnols !



110302_006- TAM TAM n.m. : batterie de 105 d’un poids et d’une envergure tels qu’il faut lui aménager une route spécifique afin de l’amener sur le champ de bataille. De même qu’il y a un chemin des Dames et une route des taxis de la Marne subsistent après les hostilités des voies nommées en hommage à la beauté de ces canons.
« Aux Etats-Unis à la fin de la guerre de Sécession il y eut une tam tam way nommé désir et une tam tam road nommée Stewart
". Hervé Morin. -  Ce que la grande muette m'a dit.
« En temps de paix on utilise cette artillerie lourde contre l’invasion des fourmis de dix-huit mètres. Il y a ainsi des tam-tams à rouges et des tam-tams à noires ». Robert Desnos. - Chantefables et Chantefleurs.
« Car dans le labyrinthe des fantasmes nocturnes et de l’Afghanistan pour toujours mystérieux le tam-tam erre en slip ». Sophocle. - Œdipe roi (acte 1 scène 2).

Pourquoi il me regarde comme ça, j’ai l’impression que je lui rappelle quelqu’un !



110302_002- TIMBALE n.f.

Fusée en forme de suppositoire géant qui fait piquer les yeux de sa récipiendaire quand on la propulse dans la Lune.
« On voit de magnifiques timbales dans les romans de Jules Verne, dans les films de Méliès et dans les fesses de l’Emile ». Jean-Jacques Rousseau. - Les Confessions d’un gars qu’on fesse, tome XXIII.
« J’m’en irais dans les étoiles pour décrocher la timbale si tu me le demandais ».
Edith Piaf - L'hymne à Gagarine.


Je n’arrive pas à le capter, ce mec ! Il n’émet rien !



110302_004- CLAVE : ecclésiastique bas du front.
«  Lors des conciliabules du pape, le souverain pontife allait de cons claves en qu’on vexe avec circonspection sans jamais se départir de ce sourire en coin qu’il destinait toujours aux caves du Vatican ». M. Audiard et M. Papistache. - L'amour de la Belle Gide.
« Lorsque le drapeau noir flotte sur la mâle mitre, le clave se rebiffe ». A. Simonin
et B. Sebarjo. - Touchez pas au grand bi.

 Ca c’est trop fort alors ! A croire qu’il se retient de penser ! Ou qu’il ne pense rien !



110302_003- TROMPETTE : vendeuse de médocs  spécialement formée pour être employée par les pharmaciens en vue de faire face aux récriminations des patients impatients rendus méfiants depuis tout le cirque judiciaire lié à l’affaire du Mediator. 
«  Trompettes de l’arène Homais, vous êtes bien mal embouchées ». G. Brassens. - En revenant de la la revue Prescrire de se gratter le ventre en chantant des chansons pour se guérir de tout même de ce qu’on n’a pas»
.

Il y a quelque chose qui fait écran et je ne comprends pas pourquoi on est parties d’un coup sur des définitions d’ordre religieux ?


- CYMBALE : espèce de calame mité avec lequel on écrivait jadis sur les parchemins religieux et notamment sur ceux de Saint-Jacques de Compose-t-elle oui elle s’y est enfin mise.
« Que bénie soit la bière qui remet bien d’aplomb le croyant qui titube ! Sous le chapiteau corinthien, là où les écrivains font les pitres, lorsque la cymbale de Saint-Paul  s’emballe c’est là tout un symbole fort  peu pâle ô people : son style s’alambique, sa prose s’intoxique et se xylophonise et seule la belle gueuse Lambic peut le remettre apoplectique à peu près droit dans le saint-axe de la syntaxe afin que son obole à la postérité  s’habille des aspects de  la très sainte bulle plutôt que de l’aspic de la piquante brune. Courons donc le guilledou blond, même si personnellement, à l’or je préfère les rousses ! »
Julos Beaucarne. - Virelangues de bois (ou était-ce Walrus, un jour exceptionnel qu’il avait décidé de faire un peu plus long ?).


On est passées du sabre au goupillon ! Ca y est j’ai trouvé, c’est la musique ! Ce sont les instruments de musique que nous sommes en train d'évoquer qui le rendent comme ça ! Faisons une pause ! Fais silence !

- [Soupir]. Ca ne change rien !

- C’est parce que "pause", "silence" et "soupir" relèvent encore du vocabulaire musical !

- Dis donc bonhomme, quand t’auras fini de mater ma copine, tu pourras peut-être nous dire qui tu es.


- Je m’appelle Augustin Dieu, répond le Créateur qui a suivi tout l’échange car, en plus d’être mélophobe et de s’ennuyer le dimanche, il est aussi et surtout télépathe. Sans ça, comment voudriez-vous qu’il fasse pour être partout, entendre tout et savoir tout ? Oui d’accord , il peut lire vos blogs ou vos murs Facebook. C’est une bonne réponse.  Mais ils en sont encore à recevoir des revues en papier là-haut !


- Il pourrait épouser madame Wikipe aussi, suggère Démoniaque à Angélique, mais ses définitions ne sont pas aussi drôles que les nôtres !


- Enchanté, Augustin ! Je crois qu’il y a quelqu’un qui te demande !


- Ah mais ce n'est pas possible, se lamente Augustin. Qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour mériter ça ?

(à suivre)

N.B. Les "poupées" sont en fait des sculptures créées par Mlle Zell, une créature "divine" dont nous aurons sans doute à reparler.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :


Dico de musique ... ou presque (Sable du temps)

Extraits du petit dictionnaire loup-phoque de musique pas classique du tout, à usage externe exclusivement. Ne pas dépasser la dose prescrite. Si les symptômes subsistent au bout de quelques heures, consulter votre vétérinaire ( ou votre plombier, c'est vous qui voyez ).

cymbales : n.f. ou n.m. on n'a jamais bien su. Impossible de s'approcher à cause du bruit. Pour un achat de cymbales trois boîtes de boules Quies offertes ( profitez-en c'est la promo du mois ). Très populaires, se fêtent les soirs de danse principalement le 14 juillet. Ont beaucoup perdu de leur valeur depuis le passage à l'euro.

maracas : instruments originaires de Cas, petite ville du Vénézuela, où la population ne supporte plus grand-chose, car-à-Cas on en a marre. De récents travaux tendraient à prouver que la très musicale formule « cas'-toi pôv' c.. » aurait … mais bon on n'en est pas très sûr.

xylophone : du grec xylo et de phone des télécom. Emet des sons dont la capacité fongicide n'est plus à démontrer. En vente chez casto sous l'appellation xylophène, grand choix de teintes ( ici, à la rédaction, on aime bien chêne foncé parce que ça passe avec tout, mais bon des goûts des couleurs, il en faut pour tout le monde, on dit ça on dit rien ).

triangle: instrument à géométrie non variable utilisé principalement aux Bermudes pour kidnapper les avions.

vibraphone : de vibra : sex toy et de phone des télécom ( ben oui pas fous, ils connaissent la musique, ils gardent le monopole ). A utiliser avec parcimonie ( non, il ne fait pas partie de l'orchestre ) de crainte que la symphonie se transforme en … On a testé, c'est très efficace … ouiiii … très efficace.

timbale : bien pratique parce que la musique ça donne soif ( voir vibraphone ). Le modèle en argent est du meilleur effet.

mailloche : très prisé des Vénézuéliens ( voir maracas ) et autres amoureux du silence. Préférez un modèle léger, facile à transporter dans le sac à dos ( idéal pour le camping et pour fracasser la tête à tout ce qui bouge, mais là, encore une fois, c'est vous qui voyez ).

tam-tam: ancêtre du téléphone portable, pratique pour appeler les secours ( mais plus difficile à transporter ), au cas où la symphonie se transformerait en … mais c'est relativement rare ! La musicalité du téléphone portable dans la symphonie du nouveau monde n'a pas été démontrée, les travaux n'ont pas abouti par manque de fonds ( sonores ).

congas: on sé pa.

claves : pareil.

 

à paraître prochainement aux mêmes éditions:

« petits exercices d'assouplissement pour faire pipi dans un violon sans risques ».

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Petit lexique percutant de la percussion (Sebarjo)

Les Ecritures folles s'associent aux éd. Fi du Disame pour vous présenter en avant première  leur

 

Petit lexique percutant

de la percussion

 

En voici donc les premières notes...


 

C


Claves : 1. Notes de piano exubérantes, arrachées aux claviers (yeah !) par les yé-yés. 2. Percussion au son bouché : Ce rythme fait en claves (ou enclave) à la mélodie 3. par extension, Son bouché en mode binaire. « Il s'est pris une bonne paire de claves » (Jean Gabin dans L'enclave se rebiffe et également Francis Pépin dans L'afflige)

Etym. Du latin Clavis, clou. Ex. : « Le dernier film avec Clavier ne vaut pas un clave ! » (Gérard Jugnot dans Pire désespoir masculin)

 

Congas : (du verlan de Gascon). 1. Instrument de musique reconnaissable à sa tête dure (comme celle du gascon) et à la forme gironde de sa caisse de résonance. Très utilisée dans l'art Cachon. 2. par extension, Etre aux congas : s'en prendre plein la tête. Ex « Le capitaine était ad hoc mais comme il s'en est pris plein la tronche, le voilà comme Tintin aux congas » (Fred Dard-gas dans Les vamps donnent les thunes)

 

Cymbale : 1. Nom donné aux oreilles des drummers et des dreamers. Ex « Ah que si John Lennon a eu les cheveux longs c'est ah que t'imagine que même pas les cymbales ah qu'il avait ! » « (Johnny Hallyday dans Cheveux longs idées que courtes). 2. par analogie, Assiette en cuivre d'une batterie de musique dans laquelle on mange du son avec des baguettes. Ex. « Lorsqu'il quitta la foule au concert des Bidasses en folie, il en avait encore plein les oreilles, et pour cymbales c'était pas cher payé le bol de riz comme la bordelerie. » (Michel Garalabru dans Les bidasses en balade à Saint-Tropez)

Etym. De Cymbal, nom d'un marin qui échappa aux chants des sirènes en se bouchant les oreilles avec ses t'en bourrent. Il quitta alors l'Odyssée et échoua dans un Conte des mille et une nuits.

 

 

M

 

Mailloche : 1. Anciennement au Chili, grosse aiguille à démailler les pulls en alpaga. 2. Sert aujourd'hui à mener à la baguette les enfants dans une fanfare ou une chorale, surtout chez les bélénophobes. Ex. Si les mioches m'écoutent c'est parce que j'ai pas la mailloche au fond de ma poche (Gérard Jugnot dans Les choristes)

Etym. probablement du muchik (langue du peuple Moche) : Mayochica.

 

Maracas : Instrument idiophone destiné aux katagélophobes. Grâce à sa cale basse, ces derniers se sentent grandi et percutent mieux. Très utilisées actuellement dans la musique antiniaise. A donné le verbe Maracasser : emmerder bêtement. Ex : « Te tracasse pas, il va pas nous les maracasser longtemps après la paire de claves que je lui ai mise ! » (Daniel Tunuleccasdi dans L'Homme de Rio)

Etym. Destinés à l'origine aux automysophobes, probablement issue de l'expression arawak, de culture saladoïde : ¡ Racasma que ma racas ! : Rince-moi la crasse !


 

T

 

Tam Tam : (du verlan dada, Tam tam). Ancêtre du Bov Bov. Ancien instrument russe utilisé pour fêter l'avènement du nouveau Tsarat qu'a démis l'ancien. Ex « Les Tsarats à dada sur des Arp dansaient comme des bolchoi aux rythmes des tam tam du goriynev » (Anne Romanov dans Le tsar cosy et l'affaire des carats brunis)

 

Timbale : (ou gobelet-sons). Ancêtre du magnétophone. Instrument qui boit les paroles d'une chanson. Ex. « Timbale pas, on y ira où tu voudras quand tu voudras » (Sam O' Var dans Les thés indiens)

Etym. Autre nom de Cymbal (V. Cymbale)

 

Triangle : 1. Ancien instrument à vents dont on a perdu la trace dans les Bermudes (On le plaçait alors dans les narines et on soufflait dedans avec les sinus et les cosinus). 2. Aujourd'hui, instrument en trois dimensions utilisé le plus souvent en trio et redécouvert dans le folklore breton grâce au fameux groupe Tri Yann-gle. Notamment dans la chanson : Tri yann gueulo yakan yawant (tra la la, la di ga dra)

 


V

 

Vibraphone : (de vibre aphone). Instrument à oscillations aléatoires et aux sons muets. Ex. « Si tu veux qu'elle vibre aphone, t'as qu'à lui mettre une bonne paire de claves ! Une fois dans les congas, elle ne nous maracassera plus !!! » (Bernard Blier dans Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause !)

 


X

 

Xylophone : Instrument de musique à voyager dans le temps. Chaque combinaison de notes percutées transportent le musicien dans un lieu à un moment donné. Par ex., selon le Traité de xylophilie de R. Spierre : Do Do Do Sol Sol La La Ré Si vous conduira à Paris dans une baignoire le 13 juillet 1793 (il est alors conseillé d'avoir son instrument bien à Corday et de s'accompagner de Marat-casse). Ex. « Quel extase cet exil d'un faune, ô douces mélodies des xylophones ! » (Victor Hugo dans Les xylophones à Guernesey). S'abrège souvent en Xylo (Xylo off/on)

Etym. Du roi « Xiloff One » qui a passé son temps à vouloir le remonter

 


 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Maracas ou taracas, à mon avis, faut pas qu’on se tracasse… Pablo, sers nous donc des margaritas !... (Mamido)

N’étant pas musicienne, j’avoue que ce dictionnaire percutant ne m’a guère « inspiré ».

Le seul article ayant retenu mon attention et attisé ma curiosité est celui consacré aux maracas.

J’y ai découvert l’origine de cet instrument et son changement d’appellation fortuit, lorsqu’au XVIIème siècle l’explorateur français Xavier De Belveau l’a ramené de Caracas, au Venezuela, où il l’avait découvert.
J’ai été amusée d’apprendre que ces instruments (puisqu’en principe, ils vont par paire) étaient appelés, dans leur pays d’origine, des racas.
Ce serait à cause d’une erreur de communication due à la barrière de la langue que ce nom s’est légèrement modifié par la suite.
Le vénézuélien, qui voulait faire connaître ces percussion à notre explorateur français, aurait dit, avec un fort accent espagnol et une méconnaissance de la subtilité des accords de nos adjectifs possessifs :
« Yé vais té jouer dé ma racas »
Interprété par notre explorateur comme : « Je vais te jouer des maracas »
Alors qu’en fait, notre ami vénézuélien, ayant confondu le « mes » et le « ma » voulait dire en réalité « Je vais te jouer de mes racas »

Les historiens des deux pays rapportent qu’il s’en serait suivi un dialogue quelque peu surréaliste, montrant bien la condescendance avec laquelle, à cette époque, les explorateurs français, considéraient les autochtones des pays qu’ils visitaient.
Le français, désignant les percussions : « Ah, maracas ! »
Le vénézuélien : « Non, pas ta racas, mais  ma racas ! »
Le français, sans plus approfondir et sûr de  lui : « Et bien oui, c’est bien ce que je disais !!! »

Et voilà comment Xavier De Belveau, qui séjourna dans de nombreux autres pays avant de rentrer en France dix ans plus tard, propagea, partout où il passa, l’utilisation de cet instrument ainsi que son appellation fallacieuse.
Cette appellation erronée mais devenue majoritaire et donc légitime revint tel un boomerang,  http://youtu.be/rWWt9C0_rSo, longtemps après  à Caracas, berceau de la création de ces percussions. Ce retour devait provoquer irrémédiablement la disparition définitive de l’appellation d’origine de cette désormais si célèbre paire de petites calebasses qu’on agite pour marquer un rythme. 

 

J’ajouterai que je  suis d’accord, également, avec les auteurs de ce dictionnaire lorsqu’ils déclarent que Serge Gainsbourg est l’un des compositeurs français du XXème siècle ayant le mieux su faire percuter les mots sur sa musique…

http://www.youtube.com/watch?v=7Lg-_ORf6W0

Ce n’est peut-être pas la chanson qui le démontre le plus, mais je trouve que le duo avec Jean-Pierre Cassel est tellement inattendu et si drôlement… sexy!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Le Littron de poche (Faman)

 

Le Littron de poche : petit déconnaire restrictif à pertinence contrariée.

Maracas : n.m, de Mara signifiant bruit, boucan, vacarme, Céline Dion et de Cas qui signifie  qui nous les casse/brise/pète. Les Maracas viennent toujours par paire comme les oreilles, les youk, les pieds et les enfants de Céline Dion. Maracas est donc le diminutif de maracasse les pieds, parce que c’est précisément l’effet que ça fait après trois heures de défilé au carnaval de Rio. Le syndicat des cigales envisage de porter plainte pour contrefaçon. Ex :« ksss-ksss-ksss-ksss-ksss…etc – Ad Lib»

Triangle : n.m, de tri qui signifie bien rangé et de angle qui signifie pas super droit. Le triangle est donc étymologiquement une figure fermée mais d’aspect un peu foiré quand même. Le triangle est une sorte de carré auquel il manque un coté et qu’on aurait volontairement rafistolé en le tordant pour tenter de masquer la supercherie. Depuis, le triangle est devenu le symbole occulte des coups tordus, des trucs louches, des entourloupes d’escrocs, des devis de garagistes et des contrats d’assureurs. Ex : « Le triangle des Bermudes, c’est la quadrature du cercleRaymond Poincaré. ». Le triangle est très utile dans l’enseignement, où, grâce à ses innombrables propriétés trigonométriques, il permet de terroriser à peu de frais les cancres. Musicalement, du fait de sa simplicité et de la pauvreté de son champ mélodique, on réserve sa pratique aux déficients mentaux et à David Guetta.

Timbale : n.f, de Tim, interjection rythmique (ex : « tim tim tim ! - Renaud ) et de Bale, objet rebondissant à une seule aile. La timbale est un objet cherchant à se faire passer pour un autre, ou à se déguiser pour obtenir un rôle au dessus de ses moyens dans le prochain Lelouch.  Ex « Alors, tu croyais décrocher la cymbale ? – Claude Zidi »

Claves : Mot-valise qu’on prendra pourtant soin d’oublier dans le train, mélangeant les mots « classe » et « cave ». Très peu usité, dans la pub notamment où on lui préfère la forme complexe car cave-classe répare, cave-classe remplace. Claves est également une expression cycliste pour envoyer quelqu’un au contrôle anti-dopage  « Va, Claves, à velo !  - Zdenek Stybar»

Vibraphone : Asv. Téléphone portable en mode vibreur, particulièrement désagréable au cinéma et qui fait qu’au lieu d’entendre la sonnerie rappelant la mélodie de la pub Orange, vous entendez son équivalent en langage des malentendus, et qui fera ressentir un séisme de magnitude 8 dans votre fauteuil. « Elle va l’éteindre son vibraphone, oui ? J’entends pas la pub !  - Victor Hugaumont »

Cymbale : Petit insecte méridional faisant du bruit un peu à la manière des maracas, et dont parle même La Fontaine dans sa célèbre fable « la cymbale et la fourmi». La cymbale étant fort dépourvue, par extension, elle désigne également la petite monnaie. Ex : «Pour cymbale aujourd’hui, t’as plus rien ! – Eric Woerth, extrait de L’Oreal, parce que je le vaurien. »

Tam-Tam : Un tam mais vraiment très gros et turgescent. Ex : « C’est un ‘oc, c’est un pic, c’est un tam, que dis-je, c’est un tam ? C’est un tam-tam ! -  Cywano de Bamako »

Congas : Croisement entre un putaing cong et une poufiasse. La congas ne se trouve qu’aux environs de Marseille. Elle aime à faire sonner son vibraphone y compris en dehors des salles de cinémas. On peut éventuellement l’attirer en faisant striduler des cymbales, puis la finir à grand coup de tam-tam sur le parking du macumba.

Mailloche : Sauce culinaire portugaise qui se marie bien avec la morue « Pache moi la mailloche, ch’il te plaît, ch’est pour mettre chour mes frites ! »

Xylophone : C’est encore la timbale qui a essayée de se déguiser en vibraphone mais on l’a reconnue.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Défi #139 (Célestine)

Petit dictionnaire privé des instruments de musiques dévolus et réservés.

Triangle: instrument détestant la rectitude et aimant les hypoténuses équilatérales. Réservé et dévolu aux pharaons isocèles, aux francs maçons des Bermudes et aux professeurs d'ésotérisme.

Congas:instrument révélant la délicieuse ambivalence qui se trouve en chaque être. Dévolu et réservé aux gars aimant les cons, aux homos pas cons et au troisième sexe en général.

Vibraphone: instrument antique procurant un plaisir solitaire( s'utilise souvent de pair avec le précédent). Réservé aux amazones et autres créatures munies de cornes et de sabots traversant la forêt en poussant de petits cris.(Mais tu vibres? Ah! Faune...)

Timbale: instrument procurant instantanément une sensation apaisante de plus soif.Réservé aux amateurs de riz accompagnant un poisson en papillotte, aux bébés maladroits . Se laisse parfois décrocher par les âmes nobles au triomphe modeste.

Mailloche: instrument contondant au son mat de tête de boxeur heurtant le ring. Dévolu aux commissaires priseurs, aux carreleurs et aux épouses trompées ayant perdu leur rouleau à pâtisserie.

Maracas: instrument plein de riz  en vogue sous le Tropique de Capricorne. Réservé à Charlotte Corday (dans sa version maracas toi),  aux habitants du Vénézuela par analogie phonologique) et bien utile en cas de disette (voir timbale)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :