Défi #119 (32Octobre)

 

Jour – 6 avant le 4ème anniversaire de ton premier message…

C’est mon secret, pardon notre secret.

 

Mais mon TOC à moi de compter les jours, de prendre des points de repère.

Alors, Vent, s’il te plaît, tiens ta langue !

 

Je persiste et ligne, Monsieur Vent a une langue.

Vous n’avez jamais vu les nuages qu'’il sculpte dans le ciel. Regardez bien et vous en verrez des géantes… vous en verrez des œuvres d’art dans le ciel. Vous vous en raconterez des histoires beaucoup plus belles que notre secret.

 

Vent se fait fi du 22. C’est avec impatience qu'’il attend le 31 octobre… il veut révéler à tous ce merveilleux secret. Je le sais, je le sens.

Ces jours derniers, il a soufflé de plus en plus fort. Et si j’allais regarder de près le bulletin météo des jours à venir, je tremble d’avance. Va-t-il s’emballer ? Non, très bonne nouvelle… le vent tombe, sa force décroit de jour en jour. Pour le 22, dame Grenouille annonce à peine 6 kilomètre/h.

Ouf, je devrais être sauvée cette année encore…

 

C’est un secret… cela ne se révèle pas, Monsieur Vent.

Vent mon ami, tais-toi !

 

Je sais que tu comptes les jours, tout comme moi.

Tu trépignes, sale gosse que tu es.

Va-t-en loin de nous soulever des tempêtes, mais pas dans notre vie.

 

Non ! Non ! Ne révèle pas notre secret.

Veux-tu que le ciel nous tombe sur la tête ?

Veux-tu que son sourire disparaisse, lui qui ne veut pas que son secret éclate à la face du monde ?

 

 

Vent, s’il te plaît, T A I S – T O I !!!


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Les choses secrètes qu’on ne fait qu’en vacances et dont on n’a pas forcément envie de parler après (Joe Krapov)

1)    Apprécier les journées qui commencent mieux que les autres.

La baguette de pain est commandée pour arriver à huit heures et, ça tombe bien, à 7 heures 20 ce bouffon de Joe Krapov est réveillé. Quand il met le nez dehors de la tente, l’examen des conditions météorologiques met en joie la moitié masculine du ménage cyclotouriste : le vent est tombé, le ciel est bleu, bien que chargé de nuages blancs dont on sait très bien, à Pont-Coblant, Finistère, que cela ne veut rien dire tant ils peuvent, dans la demi-heure qui suit, devenir gris ou noirs. A 9 h 25, le petit déjeuner absorbé, on met en route nos bicyclettes en direction de Châteaulin. La première borne kilométrique rencontrée le long du canal de Nantes à Brest porte le n° 338 et nous indique que cette petite ville se trouve à 21 km d’ici. A la première écluse, chacun de nous donne un coup de pompe à sa roue arrière. Ce n’est pas que nous aurions abusé du taboulé la veille au soir. C’est juste qu’il faut bien expliquer pourquoi on se retrouvera, un peu plus tard, rendu au point n° 5 de ce récit.

2)    Entendre une détonation qui vous fait changer vos plans

A l’écluse suivante, nouvel arrêt. Mon vélo fait un drôle de bruit. Ce n’est pas le cadenas qui cogne contre le cadre, c’est plutôt comme si la roue était voilée et que ça frottait quelque part. L’œil sagace de Marina Bourgeoizovna repère que c’est au niveau du frein que se situe le problème. Le pneu arrière commence à se déchirer et le coup de pompe a fait enfler la chambre à air qui cherche à se faufiler par la brèche. Je sors la clé miracle, desserre le frein et reprends la route sans être plus gêné mais sans plus avoir non plus trop de freins à l’arrière. Le temps reste beau et variable jusque Châteaulin avec à nouveau du vent dans le nez à l’arrivée. Nous pique-niquons au pied du pont et puis finalement, Marina décide de m’accompagner jusque Port-Launay et au-delà. Nous prenons un café dans un restaurant routier près du viaduc de Guilly Vraz. Auparavant Epouse-qui-pense-à-tout-et-même-à-sa-gourmandise a acheté deux parts de pommé dont nous décidons de concert qu’elles constitueront notre « quatre heures après l’effort le réconfort ». Au retour de Guilly Vraz, je photographie les bateaux de Port-Launay. A Châteaulin, nouvel arrêt pour acheter « Télérama » et « Le Canard enchaîné ». Puis c’est à nouveau la route qui longe l’Aulne avec une tout autre lumière qu’au matin, beaucoup plus variable. Cette fois-ci nous avons le vent dans le dos et je suis tout heureux de filer deux fois plus vite qu'à l'aller. Une écluse, deux écluses sauf que d’un seul coup je sens à nouveau que ça coince à l’arrière. Je me retourne et je vois quoi ? Une montgolfière ! Non je déconne : il y a un type à l’intérieur de mon pneu qui est en train de mâcher un Malabar et fait de splendides bulles, vous savez de ces gros ballons qui finissent par vous claquer au nez et justement… BANG ! Un vrai coup de fusil ! Qu’est-ce qu’on s'éclate ! On est à dix-neuf kilomètres du camp de base. Vous aimez la marche, Joe Krapov ?

DDS119consigne_midas2


3) Marcher en poussant son vélo

J’ai crié deux fois et Marina qui était devant s’est arrêtée pour m’attendre. J’ai encore dans l’idée de changer la chambre à air mais quand j’arrive à sa hauteur force nous est de constater que le pneu est foutu, déchiré sur à peu près dix à vingt centimètres. Nous convenons que je vais marcher jusqu’à l’écluse suivante, qu’elle va retourner au camping et venir me rechercher avec la voiture.

4) Vérifier qu’un gag de Woody Allen est toujours prêt à se répéter dès qu’il le peut


Me voilà donc à pousser mon vélo crevé sur le chemin de hâlage (je mets un accent circonflexe sur halage car même avec le soleil sous nuages nous sommes revenus très bronzés de ce séjour en Finistère). Un peu déçu de ne pouvoir inscrire 55 kilomètres à mon compteur ce jour, je m’interroge. J’ai de la lecture pour attendre, il doit bien exister une route qui mène à chaque écluse, la prochaine est, au pire, à deux ou trois kilomètres. Que voulez-vous qu’il m’arrive de fâcheux après cet incident ?
Qu’il pleuve ? Oui, bien sûr. A 14 heurs 43, lorsque j’arrive à l’écluse, il se met à pleuvoir à verse ! La dame de l’écluse me suggère de m’abriter sous son hangar un peu plus loin.

5) Attendre la voiture-balai en compagnie d’un vieux boxer sous le hangar à voitures de l’écluse de Prat-Hir (Prat-Hir, c’est pourrir un peu !)

Bon, ben là, j’ai tout dit et j’ai même pris la photo. Marina arrivera deux heures après. D’où je déduis que la lecture du « Canard enchaîné » de la page 1 à la page 8 en mode linéaire et en lisant pratiquement tout (sauf l’ours parce que le boxer veut bien supporter un Ch’ti rennais qui sent le chien mouillé près de sa niche mais a une dent contre les Pyrénéens), c’est deux heures. Voilà un euro et vingt centimes bien placés, même si ce qu’on lit là à propos du monde est parfois assez déprimant. Inutile de vous dire combien la douche et le pommé à l’arrivée ont été bien appréciés !



Quant au rapport de ce récit avec la consigne Papistachienne, à part le secret éventé d’une journée Krapovienne ridicule, le voici : si vous avez un jour un pneu crevé à Pleyben, faites comme moi, prenez votre mal en patience : le Midas du coin n'est pas facile à trouver !

DDS119midas


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Garde ça pour toi ! (Adrienne)

- Surtout, garde ça pour toi ! On m’a dit ça en confiance !

Quand ma mère me sort cette phrase-là, je sais qu’elle l’a prononcée avec la même conviction à son amie G***, à l’occasion de leur dernier papotage autour d’un café et de biscuits.
Qu’elle l’a répétée au téléphone à son amie K***, qui a déménagé mais est restée friande des potins « de chez nous ».
Qu’elle l’a chuchotée entre deux portes à sa voisine du dessus.

Je le sais, parce que la voisine du dessus s’empresse de le raconter à sa fille, qui est une de mes jeunes collègues et qui aime me montrer qu’elle est dans le secret des dieux.

Je le sais, parce que l’amie G*** le raconte à son fils, pour qui je fais la cuisine de temps en temps, et qui est très fort pour mettre ingénument les pieds dans le plat.

Et l’amie K***, comme les roseaux de la fable, le raconte à tous ceux qui veulent l’entendre.

***

- Et toi ? Pas de nouvelles ? Tu ne me racontes jamais rien ! se plaint ma mère.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Le dit du vent (Captaine Lili)

Chut !
Je filais dans les roseaux
Me reposer de là-haut

Chut !
Si j’ai bousculé la dune
Oui, c’est la faute à la lune

Chut !
Du  sable or éparpillé
Des mots bruns ont échappé

Chut !
Je jouais dans les roseaux,
J’aime leur bruit sur mon dos

Chut !
Si je m’esquive à la brune,
Serpentant vers les lagunes

Chut !
C’est que les mots exhumés
Sont lourds d’un cœur déchiré

Chut !
Ce que m’ont dit les roseaux
Me fait chagrin bien trop gros

Chut !
Pour vous conter l’infortune
De la demoiselle brune

Chut !
Un poète j’ai cherché
A qui d’autre me confier ?

Chut !
J’ai trouvé dans les roseaux
Une touffe de sanglots

Chut !
Je l’ai livrée à Neptune
Le secret n’est plus que runes

Chut !
Galets polis et usés
Par une mer éplorée

Chut !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :


Arbre généalogique du secret (Val)

Gontran avait un secret.
Il l’a dit à : Isa, Mag, Jasmine, Michel et Arnaud.

Isa a confié le secret à : Valérie et Jean.
Valérie l’a répété à Louise.
Qu’a fait Louise de ce secret ?

Mag a révélé le secret à Elodie.
Sur qui Elodie s’en est-elle déchargée ? On ne sait pas (pas encore).

Pour Jasmine, Michel et Arnaud, on n’a pas encore d’information quant à leur descendance du secret de Laurent.

C’est pas clair ? Je comprends !
Je fais un arbre pour vous éclairer.

Arbre généalogique (en cours de réalisation) du secret de Gontran :

val1192


Comme vous pouvez le constater, cet arbre n’est pas terminé. Des recherches ultérieures feront sans doute apparaître de nouvelles cases. Le doute subsiste.

Conclusions ?
-    Engendrer un secret nous fait vite devenir le patriarche d’une famille nombreuse.
-    Les secrets se reproduisent comme des lapins !

Vous croyez que ça pourrait être inventé, comme métier, généalogiste des secrets ?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Le curieux‏ (Berthoise)

J'ai tout entendu. Mais je n'ai rien dit, rien répété.
J'ai tout entendu, j'ai l'oreille fine. J'ai tout entendu et j'ai même écouté. J'ai compris. J'ai compris que je devais me taire. Ce n'était pas beau, pas bien joli ce qui était dit là. J'ai tout entendu et puis j'ai compris. Il m'a fallu tendre l'oreille, faire taire le brouhaha de mes pensées, mais j'ai compris. Et ce n'était pas joli. Il aurait mieux valu   que les paroles se perdent. Un secret si vilain, il faut l'enterrer, il  faut l'oublier. Que vais-je faire de lui, maintenant que je sais ? Me  voici, chargé comme un baudet d'un bât qui me blesse. Comment oublier.  On dit que seuls les écrits restent, que les paroles s'envolent. Mais  certaines paroles sont plombées, grises, ternes et lourdes, on est loin  de l'argent. Et mon silence ... de l'or, me dit-on, le silence vaut de  l'or. Je vais être riche si mon silence vaut de l'or, car je sais bien  me taire. Mais ce terrible secret tapi dans mes tourments, dois-je  vraiment le taire ?
J'ai tout entendu, et je n'ai rien dit. J'ai tout  tu. Et je m'en veux maintenant. Je m'en veux d'être curieux. Que faire  de ce secret ? Faut-il l'oublier ou au moins faire semblant ? Faut-il  qu'à mon tour je creuse un gouffre pour l'y enfouir ? Faut-il le hurler  dans le vent face à la mer ? Faut-il le confier au bois, aux arbres, aux  feuilles qui bruissent doucement ?

Je vais courir et m'étourdir, le semer loin derrière moi. À chaque  pas, je dirai un mot de ce terrible secret. Quand j'aurai fini ma  course, je n'aurai plus de souffle. J'aurai oublié.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Le secret (Lorraine)

- Je suis lourd à porter et pourtant, chuchoté au creux d’une oreille rose, j’ai la légèreté d’un papillon qui sème la joie de l’amour.
      - Je suis hermétique, verrouillé. Personne ne peut me forcer à parler. Néanmoins d’aucuns me divulguent par faiblesse, par plaisir, par peur, par intérêt ou pour se gonfler d‘importance.
      - Je suis la confidence encombrante, qu’il faut taire et dont seul celui qui l’a faite peut me délier. Par contre,  celui qui me reçoit ploie sous le faix. Car, si par hasard on me surprend et m’utilise avec malveillance,  je suis redoutable. Je puis  briser une famille, anéantir un couple, ruiner une réputation, détruire une amitié, condamner à perpétuité, changer la face du monde, contraindre à l’exil,  enclencher une révolution, être la trahison, et parfois, le meurtre.
      - J’aimerais mieux ne pas exister car j‘apporte rarement le bonheur. Mais  je suis le Secret et tant qu’il y aura des hommes, je continuerai à vivre.

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Secret stories (vegas sur sarthe)

Le secret professionnel est des plus confidentiels
celui de Polichinelle ne tient qu'à une ficelle
celui de la confession a besoin d'absolution
et celui de la défense pèse lourd sur les finances.

Comme le secret d'Etat engloutit nos pesetas
c'est le secret médical qui vide la carte vitale;
le secret de l'instruction mène aux élucubrations
et celui de l'isoloir est quelquefois illusoire

Si par hasard vous avez le secret de la fortune
ou si vous savez comment on peut décrocher la lune
gardez pour vous ce secret car je n'en ai pas besoin
J'en ai un dans mon jardin, je le garde, c'est le mien.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Haïku du secret (MAP)

Secret

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :