03 juillet 2010

Histoire (MAP)

Histoire en images pour enfants pas très sages

Histoire à faire peur aux enfants gambadeurs

Histoire à ne pas croire ... là c'est à vous de voir !!!

OGRE_1

OGRE_2

OGRE_3

OGRE_4

OGRE_5

OGRE_6

OGRE__7

OGRE_8

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


Rondeau ‏ (Joye)

enfants


En douce, où vont-ils ? Je ne sais.

Vers un monde de lumière,  parfait ?

Partent-ils en pleurant, dans la peur ?

Ou en souriant de leur bonheur ?

Où vont ces enfants ?  Je ne sais.

 

 D’un coup d’une plume affûtée

Ils vivraient heureux ! Ou tués

Par un poète cruel  et trompeur

En douce.


Figés dans ces couleurs cadrées,

Ainsi. Jolis. Illuminés.

Loin de ce  monde las et sans cœur,

  Saufs, à l’abri de  frayeur.

C’est là où je veux les laisser,

En douce.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Le GR 113 (Vegas sur sarthe)

"T'as les chocottes, petite?"
"Non j'ai pas peur"
"Alors pourquoi t'as la main qui tremble?"
"J'ai un peu froid... ça fait longtemps qu'on marche"
"T'inquiète petite, y en a plus pour longtemps maint'nant, on vient d'passer le rocher d'sept mètres et c'est que d'la descente jusqu'au bout"
"et au bout, y a quoi?"
"J't'ai déjà dit que j'peux pas l'dire... j'ai promis à Marcel qu'a promis à Charlotte qu'avait promis à son frère de rien dire"
"Ben si les autres y z'ont dit aux autres... tu peux me le dire à moi!"
"Te fatigue pas et marche plus vite bon sang!"
"Et si je te donne mes biscuits?"
"J'aime pas les biscuits, c'est pour les nanas et ce qu'y a au bout c'est vachement mieux"
"C'est mieux que des biscuits au beurre avec de la gelée de groseilles?"
"Ouais, vachement mieux"
"C'est mieux qu'un gâteau d'anniversaire avec tout plein de chocolat?"
"Ouais, vachement mieux, j'te dis!"
"C'est mieux que..."
"Arrête! J'dirai rien de rien, j'suis pas un cafardeur!"
"Et si j'arrête de marcher et que je m'assoye là dans le chemin?"
"Pffff... on peut pas faire ça..."
"Et pourquoi on peut pas?"
"Passequ'on doit arriver en couple et qu'on va pas faire demi-tour ... c'est Marcel qui l'a dit et j't'ai emmenée juste pour faire couple, tu piges?"
"Ben si on faisait un couple, tu me parlerais pas comme ça"
"Ecoute petite, on fait couple pour pouvoir entrer et après tu m'connais plus, capté?"
"Où c'est qu'on va entrer?"
"à la boum... qu'est ce que tu m'fais dire toi?"
"C'est quoi la boum?"
"Pffff... c'est une teuf où on danse et on s'enfile des coca, des panachés et on bouffe des trucs"
"Et y aura quoi comme trucs?"
"J'sais pas moi, des trucs de boum... des brouni, des chips enfin tout ça"
"Si tu m'avais dit plus tôt j'aurais mis ma robe du dimanche...tu me feras danser quand même?"
"J't'ai dit qu'au bout on s'connait plus!"
"Je te fais honte c'est ça? je suis trop petite hein?"
"Pffff... laisse tomber, j'ai un rencard, na!"
"C'est quoi un rencard?"
"Pffff... Ecoute! Au bout là-bas, tu m'oublies et j'te filerai ma part... juré craché!"
"Ta part de quoi?"
"C'est un machin vachement musclé...euh, qu'est interdit même à Bruxelles mais au bout y'en aura et faudra pas que tu l'répètes, perroquet!"
"Ca s'appelle comment ton machin costaud?"
"Chuuut... Du Nutella"

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Les deux enfants (KatyL)

Apparemment ces deux enfants là sortent de l'ornière et du bois ....
ils avancent sous un ciel clair et vont vers la lumière.
le grand tient bien ferme sa petite sœur par la main

voici l'histoire

Ces deux petits n'ont plus de maman.
Un soir pour la Sainte ????dont je ne sais plus le nom, leur maman est partie leur laissant un goûter sur la table...
ils furent très étonnés car d'habitude elle ne se donnait pas cette peine
Puis ils ont fait leurs devoirs et attendus que leur maman rentre.

attendus .. attendus ....attendus ......
elle n'est pas rentrée du tout..

Alors le grand qui savait bien des choses pour son âge, alla voir dans le petit bureau où sa maman avait l'habitude de faire le courrier et il trouva un mot qui disait ceci:
" les enfants ne m'attendez pas, je ne rentrerai pas ce soir, ni demain, ni plus jamais .. ne m'en veuillez pas, votre père m'est devenu odieux , je dois partir et je n'ai pas de place pour vous là où je vais " je vous embrasse maman.

Odieux, le grand se dit que ce mot là avait quelque chose de pas bien, il alla chercher son dico et trouva,
"qui attise  l'aversion, l'indignation, désagréable personne "
bon se dit-il ça va TRES mal, sa petite sœur se mit à pleurer.
- "ne t'en fais pas je suis là moi!"
et d'attendre le retour de leur père.

Lorsque le père arriva, "l'odieux "piqua une colère épouvantable déchira la lettre et se mit en quête de retrouver la "fugueuse".
Il prit les deux enfants et chercha partout, dans la ville chez les commerçants,  amis, famille ... bien obligé de constater qu'elle était allée plus loin..
Il emmena alors ses deux enfants au commissariat avec lui, les deux petits pleuraient l'un contre l'autre.. un agent leur donna une pomme à se partager ( en guise de repas)
Il entendit alors leur père dire:" je la retrouverai, en enfer partout, je lui ferai  payer cher !" Madame aime les voyages, Madame aime la lumière, elle va voir !"
Rentrant chez eux, dépités et affamés les enfants se couchèrent l'un à côté de l'autre sans parler.. des sanglots compulsifs les secouant tout à tour. Le garçon  fit un rêve de forêt, ils étaient au milieu, il faisait noir, ils étaient perdus.. ils demandaient :"maman où est maman??" alors le grand trouva un chemin et dit à la petite "vient on va le suivre, si elle aime les voyages, elle doit être au bout du chemin ".
Il se réveilla et comprit que ce n'était qu'un rêve, mais il se dit que c'était un message ....

Cependant ils attendirent des jours, puis de mois, elle ne revenait pas et ils n'avaient aucune nouvelle..../...

Leur père devenait hargneux et il ne se décidait pas à s'occuper d'eux, ni à faire à manger...
le grand prit les choses en main.
Petit à petit il apprit à faire cuire un œuf , à laver la robe de sa sœur, à l'aider à ses devoirs. à recoudre un bouton...
mais le temps passait et pas de nouvelles cette maman.. .....et ils pleuraient beaucoup ....

Un jour il dit à sa sœur, on va aller la chercher.

Ils prirent un sac avec des goûters et partirent en forêt comme dans son rêve qui se répétait si souvent...
malheureusement pour eux, la forêt était grande, ils se perdirent en chemin, ils durent passer la nuit dehors serrés l'un contre l'autre..
Puis le lendemain armés de courage, ils repartirent, quand enfin un sentier se profila au loin
Ils prirent ce chemin, il ne leur restait que de l'eau, qu'ils se partagèrent ...
le grand ne quittait pas sa sœur qui geignait tout le temps ...
il la prit dans ses bras et lui dit ceci :
-"écoutes ne pleure plus, maman est au bout du chemin, alors marche !"
enfin après quelques kilomètres ils trouvèrent un vrai grand chemin, le soleil brillait, la lumière...la lumière .....
il dit à sa sœur,
-" tu te souviens papa avait dit qu'elle aimait la lumière, regarde comme celle-ci est belle, allons-y"

Ils arrivèrent alors au bout de la forêt , une belle prairie de fleurs les attendait, les oiseaux traversaient gaiement cet espace, des papillons bleus virevoltaient...ça sentait bon le bonheur comme ils n'en avaient pas eu depuis des mois.
alors ils se couchèrent dans la prairie les yeux vers le ciel , et virent un nuage à tête d'ange qui les regardait.
Ce nuage resta longtemps au dessus d'eux, puis il s'étiola doucement .../..

Le grand y vit un signe ...

Il comprit que l'image de sa maman était comme ce nuage, bienveillante peut-être, jolie sûrement , mais elle ne pouvait pas rester, elle partait ailleurs dans un autre endroit sans eux, loin si loin que c'était pas la peine de la chercher.. elle était devenue insaisissable, incertaine ...

De ce jour là il se fit une raison de vivre sans elle , et il repartit avec sa petite sœur où vivait leur père, là
au moins ils dormiraient au sec et auraient à manger...même s'ils n'eurent plus jamais le moindre câlin...
A chaque fois que le cœur lui manquait il regardait le ciel et scrutait pour trouver un nuage d'ange qui lui rappellerait sa mère, cela lui donnait la force nécessaire pour avancer.

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Promesses d’enfants... (Fafa)

- J’ai froid Jonathan.

- Moi aussi Jennifer mais regarde, devant il a l’air d’y avoir du soleil, il f’ra sûrement plus chaud, avance !

- Où est-ce qu’on est Jonathan ? Ne m’laisse pas hein !

- T’inquiètes, j’t’ai promis que j’te laisserai jamais toute seule ! J’en sais rien, j’en sais foutre rien où on est mais on est pas pire là qu’à prendre une rouste par papa à la maison...

- Dis pas ça Jonathan, ‘y a Maman à la maison, j’ai froid...

- Je sais moi aussi mais plus loin il y a de la lumière, du soleil j’en suis sûr, il va nous réchauffer, pis Maman elle a jamais rien dit pour empêcher papa ‘te foutre des gifles, tout juste bonne à prendre sa défense et à nous dire qu’il est gentil en fait que c’est juste quand il a but qu’il est comme ça... ça nous fait une belle jambe, i’ boit tous les jours de toutes manières !

- Comment on est arrivé là ? Tu crois qu’on est loin d’la maison ?

- On verra bien quand on arrivera au bout du ch’min, on va sûrement tomber sur une baraque ou un pat’lin et ‘y aura quelqu’un pour nous dire où on est et avec un peu d’malchance, nous ramener chez nous... avance s’il te plaît.

- La dernière chose que j’me rappelle c’est que papa était très fâché parce que Maman n’avait pas fait cuire de viande, qu’il avait très faim et que je faisais trop de bruit en jouant avec ma dinette...

- Ouais moi aussi j’me rappelle de ça et aussi qu’il a commencé à t’engueuler. Regarde, on se rapproche, on dirait que c’est une clairière, p’t-être qu’i’aura d’aut’ chemins avec des panneaux qui donnent les directions !

- Pourquoi il est méchant comme ça papa ?

- Il est pas méchant, c’est juste un pauv’ type qu’est pas foutu d’trouver du boulot et qui dépense le fric des ASSEDIC au bistrot avec d’aut’ pauv’ types comme lui !

- Arrête de dire ça, j’aime pas quand tu parles comme ça. S’il était comme ça Maman serait pas amoureuse de lui ?

- P’t-être bien qu’il était pas comme ça au début, p’t-être bien même qu’il était gentil avant. Regardes on arrive à la clairière, t’as vu toute cette lumière !

- Oui, et puis ça sent rudement bon en plus, je commence à sentir la chaleur ! Je crois qu’il était vraiment fâché cette fois ci...

- Ouais, j’crois qu’il a pas tiré son ceinturon cette fois ci, j’crois qu’il a pris l’manche à balai...

APPROCHEZ LES ENFANTS.

- Qu’est ce que c’était Jonathan, j’ai peur !

- J’en sais rien, t’inquiètes, j’suis là. Qui êtes-vous ? Montrez-vous !

APPROCHEZ LES ENFANTS, N’AYEZ PAS PEUR.

- Si c’est un coup du vieux il va me l’payer, il te touchera plus jamais tu m’entends, s’il lève encore la main sur toi j’irai chercher son flingue dans le placard de leur chambre et j’lui en colle une dans l’buffet ! Va t’faire foutre connard, tu lui f’ras plus jamais d’mal !

APPROCHEZ LES ENFANTS, SOYEZ SANS CRAINTE.

- J’ai peur Jonathan, c’est pas papa. Lui je l’ai vu après qu’il m’ait tapé avec le manche à balai, Maman criait j’me souviens, lui il se tenait la tête et il lui criait dessus pour qu’elle se taise quand t’es revenu de la chambre, tu criais toi aussi et puis...

- Oui, je m’souviens moi aussi...

N’AYEZ PAS PEUR LES ENFANTS, VOUS ETES EN SECURITE.

- J’y voyais que dalle parc’que j’pleurais, il gueulait comme une baleine contre Maman et il lui tapait d’ssus aussi avec le manche à balai. Quand il a vu que j’tenais son pistolet il est venu vers moi, lentement, il ne disait plus rien. J’ai vu sa main prendre le long couteau sur le bord de l’évier. J’lui ai crié d’arrêter mais il a pas écouté, alors j’ai tiré. Il est tombé à g’noux, pis il s’est rel’vé, ses yeux étaient complètement rouges, il avait un petit filet de sang qui coulait au coin d’sa bouche, il a fait encore un pas, j’pouvais plus bouger.

VENEZ VERS MOI LES ENFANTS.

- Il s’est arrêté, il m’a r’gardé, pis il a r’gardé sa ch’mise toute rouge et il est tombé à plat ventre. J’ai fait le tour de la table et je t’ai vu...

... Je crois qu’je sais où on est Jennifer, n’ai pas peur.

SUIVEZ LA LUMIERE MES ENFANTS.

- Tu crois qu’on est au... Paradis ?! Mais toi papa il t’a pas tapé dessus ?

ENTREZ DANS LA LUMIERE MES ENFANTS.

- Je t’ai promis que j’te laisserai jamais toute seule soeurette... Où qu’tu ailles j’irais avec toi... Croix d’bois, croix d’fer !


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

J’ai trouvé l’eau si claire, (Venise)

J’ai trouvé l’eau si claire,

Que j’ai voulu t’emmener avec moi petite sœur sous le sentier des noisetiers,

Pour que l’amour nous arrive de partout,

Par la traversée des champs

Par l’ondée et la grêle

Comme un matin avant que le bonheur ne se lève.

 

J’ai trouvé l’eau si claire

Que j’ai gardée longtemps ta petite main dans la mienne serrée comme à l’abri du mauvais vent.

J’apprenais en marchant à grandir avec toi sans impatience.

Nous sommes partis dans des vêtements de la lessive du soir

Dans la lumière lumineuse du matin.

Et pendant toutes ces heures où s’inclinait la figure des anges nous avons voyagé,

Le sourire et la chanson au bord des lèvres.

Quand j’y repense les yeux fermés,

J’ai l’odeur des pommes cuites de cette saison

Et ton rire qui sonne à tous les étages de ma mémoire d’homme.

Je ne suis jamais arrivé jusqu’à la rivière où maman s’est noyée.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

26 juin 2010

Défi #113

Cette semaine c'est KatyL qui nous propose un défi

d'après un de ses propres tableaux.                 2_enfants_perdus

Elle nous demande :

"Où vont ces enfants ?"

Alors, réfléchissez, cherchez, entraînez-nous à la suite

de ce garçonnet et de cette petite fille ...

Ne vous perdez pas en chemin et envoyez vos

compte-rendus à samedidefi@hotmail.fr

Posté par MAPNANCY à 17:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :