08 mai 2010

méli mélo de (neuf) trois (Zigmund)

Qu'est ce qu'il y a trois ?

Trois ours en lutte  contre la squatteuse  SDF  boucle d’or ont  bercé mon enfance.

(mais que fait l'aide sociale ? )

boucle_dor

                                                                    ***

Trois célèbres  K régentaient (ou régentent encore ?) la vie des Allemandes :   Kinder/Kirche /Küche

                                                                    ***

Trois autres vilains  K salissent le sud des Etats Unis

                                                                    ***

Trois ans de temps froid et gris, mauvais anniversaire...
                                                                    ***

Trois cartes :  rois noirs et  dame  de cœur  pour un bonneteau .


Copie_de_Joseph_Faverot___Prestidigitation

                                                                    ***

Trois pans à Igor,   mon verre à trois miroirs celui avec lequel je torture mes contemporains pour les regarder au fond des yeux.

Igor_2

     Voici un exemple de ce  qu'Igor  me permet de voir  : GS

                                                                   ***

Trois bouleaux  montent haut dans  notre jardin : rien de bien original (les bouleaux se plantent par trois ) sauf qu'ici ils sont colonisés par une glycine .

                                                                    ***

bouleaux_3

Avec un peu de temps , je vous aurais détaillé les trois accords dits "maçonniques " de l'ouverture de la flute enchantée, qui m'ont permis de "cartonner"  en musique au baccalauréat. (et de plus, ce sujet a été évoqué dès la publication de la consigne)

                                                                    ***

  Une  petite comptine en hébreu apprise dans l’enfance :

« mon chapeau a trois côtés, trois côtés a mon chapeau, s’il n’avait pas trois côtés ce ne serait pas mon chapeau »

Cette comptine, qui, comme vous le constatez, soulève des problèmes philosophiques et métaphysiques  majeurs   se chante avec les gestes (comme celle  du grand cerf ).

Chers défiants avant de  vous abandonner pour cause de congrès, je tiens à vous faire savoir à quel point je vous en veux  car depuis que je réfléchis à ma réponse à ce défi, c'est cette comptine qui tourne en boucle,  obsessionnelle,  lancinante, insupportable  dans mon pauvre cerveau fatigué...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


*Trois petits cailloux* (Tiphaine)

Un pour la soif.
Un pour la faim.
Dans ma poche, trois petits cailloux.

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

trois‏ (KatyL)

mauvais chiffre parfois 2 + 1 en amour pas facile
en amitié aussi, il y a toujours le troisième qui se sent "lésé"....
mais pour la bible 3 c'est la trinité
le père ce "Mystère" le fils "sacrifié" et le saint esprit qui nous
habiterait TOUS ???
je pense que le saint esprit déserte pas mal ces temps-ci, il prend de
la Hauteur, il en prends à son aise
il ne fait pas son boulot !!! triple mauvaise note voilà pour le chiffe
trois
trois fois rien

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Trois fois rien (Sebarjo)

Trois fois rien

poème en trois vers


Rien,

Rien,

rien...



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

« 1, 2,3…. Soleil » par Rsylvie

1, 2, 3… nous irons au bois.. » Chantonnait le garçon.

Les autres se gaussaient dans son dos.

Mais peu importe les quolibets, quand le rideau se lèvera,

Il chantera et jamais rien ne le fera taire.

Fille ou garçon, jupe ou jupon, tournera le manège joli.

Sur la table de nuit, ricil et mascara

Faux ongles, bijoux de pacotille, tout le tralala pour que,

Dès les premières lueurs de la nuit

La star brille de milles feux. Puis le matin venu

Paillettes au placard, remords de coté,

Enfile son uniforme d’homme bien rangé.

Pas le temps de réfléchir, pas le temps d’y penser,

Une bonne tasse de café, et plus rien n’y paraît.

Pantalon-robe, fille ou garçon, s’enraille le manège de la vie.

4,5,6…. les quilles à la vanille »

Très fort le précieux nectar, très fortes les doses d’alcool.

Ne plus souffrir de ce corps qui n’est pas sien.

Oublier les faux semblants… qui n’y est pour rien.

Chanter pour ne plus souffrir,

Danser à en mourir

Rêver à en défaillir

« 7,8,9…  dans mon panier neuf »

« il était une fois, une fille de roi, au cœur plein de tristesse

Enfermée nuit et jour dans un corps de velours et qui pleurait toujours»

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :


Un polar en MaTERnelle (Kate)

Me promenant dans les bois
Rencontré une maison toute en bois
Et regardé par la fenêtre

kate1

J’ai vu trois tasses
J’ai vu trois cuillères
J’ai vu trois assiettes

Et j’avais faim
Et j’avais soif
Et j’avais sommeil…

kate2

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Trois fois trois brèves qui, selon ce qu'on en pensera, seront neuf ou neuves

1.1


— Salut Franck, un jambon-beurre-salade, s’t’eup.
— On n’a p’us d’ salade, François, mais on a des cornichons.
— No problemo, Franck, va pour un jambon-beurre-cornichon.

Moralité :

Chez Franck, quand y’a plus de salade, le patron trouve toujours un cornichon au fond d’un bocal.

1.2


La direction a le regret d’informé son aimable clientèle qu’en raison d’une rupture d’approvisionnement le magasin est dans l’impossibilité de proposé à la vente ses sandwichs jambon-beurre-salade.


Moralité :

Au « Coolie coopératif », le chef du rayon primeurs a toujours autant de mal avec le maniement des infinitifs.


1.3


— T’as pris quoi, toi ?
— Jambon-beurre-salade... et toi ?
— Thon-mayonnaise-œuf dur.
— On échange ?
— J’ai déjà mordu dedans.
— Bah, t’as pas la gale. Donne !

Moralité :

Sur la plage de Cabourg, en mai, vers midi, avec 11°C à l’ombre, quand on partage un drap de bain pour deux, on n’est pas bégueule.

2.1


Quand le gouvernement proscrivit, au nom du principe de précaution, la vente de viande de porc, Martial resta fidèle à son jambon-beurre-salade. Il se contenta de doubler la quantité de beurre et oublia le gout du jambon.
Quand, la même année, Bruxelles ordonna l’abattage du cheptel bovin européen et la destruction de la semence congelée des reproducteurs, Martial renonça au beurre et empila feuilles de salade sur feuilles de salade au creux de sa demi-baguette.
Quand le charançon du blé eut détruit la totalité des stocks mondiaux de céréales et que Van Cleef & Arpels commencèrent à écouler les dernières réserves de farine, Martial apprit, de la bouche de son médecin, qu’il devrait désormais éviter les crudités.


Moralité :

Profite, tant qu’il est encore temps et nique le cholestérol.

2.2


Aussi curieusement qu’il y paraisse au premier abord, le sandwich jambon-beurre-salade, abandonné, à demi terminé, dans le tiroir de la table de nuit de la fille du commissaire de police, au 10 de la rue des Fédéraux, appartement 5B, second étage, ne portait aucune marque de dents.


Moralité :

Dedans, certes, mais autour ?

2.3


Jambe Bombe Heure Salle Lad

Mort rallye thé :

1 100 doux  witch*  une bille Hyères aile lady Scion

* (en anglais dans le texte)


3.1

Sur la table luit un couteau
Le couteau coupe le pain
Le pain se tartine de beurre
Le beurre accueille le jambon
Le jambon s’enroule de salade
La salade dépasse du pain
Le pain est posé sur la table

Moralité :

Moralité.

3.2


Combien pourra-t-on faire de sandwichs avec 5 kg de jambon s’il en faut 0,56 kg pour en faire 7 ?
Quelle quantité de beurre devra-t-on utiliser pour ces mêmes sandwichs à raison de 0,153 kg pour 9 ?
Une salade permet la confection de 13 sandwichs, combien utilisera-t-on d’eau pour laver la quantité nécessaire à la confection des sandwichs si on use 5 litres pour 3 salades ?
Un agriculteur sème 3 ha de blé, il espère une récolte de 25 q/ ha, sachant que pour faire une baguette de 200 g, il faut…

Moralité :

Si, lecteur, tu n’as pas encore sauté ce tiers-ci c’est que tu es bien brave…

3.3



L’inventeur du jambon-beurre-salade ne sera jamais assez loué d’avoir eu l’idée de tartiner le beurre à l’intérieur du sandwich.

Moralité :

Qui peut affirmer qu’il y soit parvenu au premier essai ?

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

TROIS (Lorraine)

   

Nous irons à pas lents, puisque le temps s’y prête
Le chemin fait trois tours au creux des trois vallons
Donnez-moi votre bras, je suis un peu pompette
Trois valses, c’est beaucoup. Tiens, voici trois moutons !

J’ai eu trois fois vingt ans, cher ami de toujours
J’ai quitté trois maris, il m’en reste trois filles
Le temps se rafraîchit, ne parlez pas d’amour
Pour vous je ne serai à jamais qu’une amie !
   
Quand nous reverrons-nous, compagnon de jeunesse
Vous partez pour trois mois ou peut-être trois ans
Trois rides sur le front empreintes de tendresse
Donnent à votre sourire la douceur d’un printemps
   
Le geste bénisseur d’une statue de bronze
Nous arrête à trois pas de la grille du parc
Quittons-nous donc ici, le ciel déjà se fonce
Trois cloches dans le soir me rendent élégiaque
   
Ecrivez-moi surtout, trois lettres par semaine
Répétez-moi trois fois que nous nous reverrons
Trois baisers sur la joue, voyez que j’ai de peine…
Vous aimer, mon amour ? Perdez-vous la raison ?...
   

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Parlez-nous de vous (Pivoine)

Et pourquoi pas de trois jours majeurs dans ma vie ?

Quand, dans la grande salle Art Nouveau de "l'Ecole normale de l'Etat", au carrefour de deux avenues, ixelloise, uccloise et forestoise, le 25 juin 1981; quand, dans le silence le plus complet, le coeur battant sous mon petit tailleur de jeune fille chic, et complètement ignorante de moi-même, - et pas que de moi-même, d'ailleurs- j'ai entendu que j'avais obtenu mon diplôme de futur prof de français avec une mention.

52667773_p

Quand, au terme d'un certain nombre d'heures qu'on appelle le travail, j'ai passé une porte et suis entrée en salle d'accouchement. Quand j'ai vu la tête du bébé, dans un miroir et quand, dans cet ultime effort qu'on ne peut pas décrire, qui vous conduit à la fois au plus profond et au-delà de vous-même, l'enfant a atterri dans les mains du médecin, des infirmières, du papa; quand les lumières se sont brusquement éteintes; quand le silence s'est enfin fait; quand on a posé l'enfant contre mon épaule, et enfin, quand j'ai senti ses paupières veloutées ourlées des plus longs cils que j'aie jamais vus... glisser le long de mes joues...

52667906_p

Quand, en mars 2002, dans le cabinet d'un sénologue, je ne pouvais que regarder le mur en face de moi. Et la silhouette du médecin qui se découpait sur ce mur. Quand il m'a expliqué que j'avais une tumeur et qu'on allait m'opérer, faire de la radiothérapie et, peut-être, une chimiothérapie (parce que j'étais jeune). Je ne pouvais que regarder le mur en face de moi. En l'espace d'un instant, j'ai vu ma propre mort, je suis passée par ce "direct" sur la mort - pour naître aussitôt à une vie où il me faudrait travailler la guérison -ou non- de la maladie.

Mais ce que j'allais laborieusement découvrir, c'est que dans cette vie-là, je serais toujours accompagnée.

52668186_p

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Mon âme vit (Joye)

Joye

Sur une île
Mon âme vit
Nue, pas née

D'un
age dur,
D'un art lié
Aux dés, élu,

Par une
ode.
Lui fit six
Pas. Moi dix,

Son thé, bon,
Lui, mon roi.
Moi, une fée.

Cet âge d'or
Sur nos
dos
Nés, pas nus.

Nue, pas née,
Mon âme vit
Sur une île.

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :