02 avril 2010

Changer une ampoule (Joe Krapov)


Le roi touchait les écrouelles. Il préférait de loin toucher les parties intimes des dames de la Cour mais cela faisait aussi partie du job. Le premier éclopé de la file portait des béquilles et un dossard n° 42.
- Qui es-tu et qu’as-tu ? demanda Sa Majesté.
- Je suis marathonien et j’ai une ampoule sous le pied droit.
- Désormais, ton ampoule se déplacera toutes les secondes. Elle sera tantôt à droite tantôt à gauche. Garde le bon pied en l’air.
- Merci Majesté !

Louis sourit. Il venait d’inventer le courant alternatif.

Posté par MAPNANCY à 18:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


Goûter (Ondine)

Tu m’avais fait courir sur le sable ce soir-là. À bout de souffle, alourdi par les années et les kilos superflus, criant grâce, je t’avais proposé un bain de minuit. Trois secondes pour te dévêtir, un baiser acidulé sur mes lèvres et tu fonçais vers l’écume, sirène au corps d’albâtre. Des années après, la morsure du sel s’alliant au moelleux de ta peau saturée du soleil de juillet me bloque la gorge. Je ferme les yeux et retrouve intacts le goût des algues enchevêtrées à ton sexe, le craquant du sable sous la dent, la voracité des regrets.

Posté par MAPNANCY à 18:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Olympiade (tiniak)

Je goûte mieux la chose simple
pour ce qu’elle vient compliquer
l’ordre de mes pensées
sur mon petit Olympe

Mais de tous les poisons du cœur
- de ceux qui vous pourrissent l’âme,
quel est celui, madame
qui vous assombrit l’heur ?

Car je vois bien à votre mine
à votre regard qui fulmine
que vous avez le sang
passé de rouge à blanc

Quand s’agissant de vous quitter
tout est alors si compliqué
que je ne sais que faire
pour ne pas vous déplaire

Où je retrouve mon Olympe
cueillir en son jardin aux simples
du piment

Posté par MAPNANCY à 16:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Poème (MAP)

J’ai semé des mots au hasard
au profond d’une belle terre
espérant –la chose est si rare-
récolter de belle manière
un poème aux règles de l’art
comme trésor que l’on déterre !

...........................................................

Au printemps il est apparu
tout doucement il a grandi
encore trop tôt pour être lu
je le veillais toute attendrie
écartant ses branches ténues
le débarrassant des fourmis !

........................................................

Je l’abreuvais de gouttelettes
puisées à même la rosée.
A ses côtés les pâquerettes
l’encourageaient de leur pensées.
Je murmurais une bluette
ou bien des vers très cadencés.

..........................................................

Et mon petit poème est né !

Posté par MAPNANCY à 16:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Ton regard‏ (Ondine)

J’ai appris à décrypter ton regard comme j’analyse mes partitions, d’abord avec minutie, puis avec naturel. Je reconnais en un demi-soupir le voile de concentration derrière lequel tu te réfugies lorsque tu écoutes Brahms. Je guette le feu qui dévore tes prunelles quand tu ris aux éclats et que, d’un seul coup, tu redeviens bambin. Je reste troublée par ces relents d’adolescence qui emperlent tes cils alors que tu te confies. J’ai tenté d’apprivoiser le bourdon lancinant noircissant tes yeux quand tu penses à cet amour déçu et que tu m’échappes. Abaisse tes paupières, je t’en supplie.

Posté par Walrus à 14:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


Les beaux Défis du samedi par Wordle (joye)‏

chez_les_defiants

Posté par Walrus à 14:11 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Elle (joye)‏

S'il te plaît, ne me parle plus d'elle. Je ne veux pas savoir que ses yeux brillent et qu'elle te fait rire. J'ai déjà vu que lorsque tu dis son nom, tu n'arrêtes pas de sourire. Mais cela m' indiffère au plus haut point si les petits soupirs que tu pousses sont pour elle. Quand elle arrivera, tu bondiras pour aller prendre ses mains dans les tiens. Je ne veux pas savoir que ce sont ses initiales à elle que tu écris dans les marges de ton cahier. Je ne veux pas savoir que ce poème est pour elle.

Posté par Walrus à 13:59 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Meilleurs v’œufs : dur ! (Vanina)

Il y eut fêtes, mais le cœur brouillon, les yeux brouillés, elle n’est pas dans son assiette.
Certes, on ne fait pas d’omelettes sans casser des vœux, mais elle préfère rentrer dans sa coquille et faire œuf de célibat.
« Tous mes v’œufs », des mots laids quand le cœur s’absente. Lui, plus vi’oeuf, a mis tous ses vœux dans le même panier, refusant le présent pour en faire définitivement du passé.
Mais, bête elle l’aime, ce n’est Pâques qu’elle soit triste sans lui, c’est tout qu’homme : eux, ils se cassent !

Posté par Walrus à 12:58 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Cent mots pour faire une bonne conférence (Sebarjo)

En quelques mots, même si c'est congrès mal gré, je vais vous dévoiler le secret pour réussir à  supporter les colloques comme vos coloc'...

Le principe est enfantin : pour faire une bonne conférence, il faut avant tout avoir de bonnes poires... Ensuite, examinez ces mines ahuries de séminaristes qui vous entourent et une fois justement notés les pépins qui semblent se dégager de toutes ces pommes d'à Pi, mesurez-en la cir-conférence.

Après ça, j'en fais sarment, à coup sûr, on vous noix sous les compliments, sans vous mettre à l'amande !

Posté par MAPNANCY à 12:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

100 mots‏ (rsylvie)

Cent mots pour attendre demain…

Pour découvrir la prochaine consigne,
celle de la semaine suivante.

100 mots pour dire combien c’est enthousiasmant d’écouter les secondes égrainer le temps.
Un coup d’œil furtif vers l’horloge, NON les aiguilles ne semblent pas avoir bougé.
S’éloigner, pour revenir encore et toujours
.

Soudain c’est l’heure juste.

Celle où tout s’accélère. La pulsion du « top départ »qui fait basculer dans l’euphorie des mots qui se bousculent au portillon de la page blanche. De la main fébrile qui s’empare du crayon et couvre la feuille de bleu…. Pour calligraphier d’une courbe jolie le 101ème défi.

Posté par Walrus à 12:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :