03 avril 2010

Mots passants (joye)‏

La vraie histoire, bel ami, est la vie errante au clair de lune ou au soleil fort comme la mort qui appartient à notre coeur. L'inutile beauté sur l'eau, les choses et l'autre - à nous, deux amis unis par la ficelle du sort. Quelques contes du jour et de la nuit, une lettre d'un fou. Mais sait-on quels sont les sages et quels sont les fous, dans cette vie où la rsion devrait souvent s'appeler sottise et la folie s'appeler génie ? Alors, prudence : Ce que l'on aime avec violence finit toujours par vous tuer !

Posté par Walrus à 09:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


02 avril 2010

Cent mots sans mau (Jaqlin)

Cent mots sans mau-dire, mais pas sans mots dire, ni sans maux dire, car c’est bien connu, pour dire ces maux, il n’y a rien de meilleur que les mots : les mots murmurés, les mots soupirés, les mots braillés, peu importe pourvu qu’ils sortent de là où ils sont retenus prisonniers occasionnant tous ces vilains maux qui vous font maudire tous les soucis de l’existence.

Eh, me direz-vous quand les mots deviennent la cause des maux, quels remèdes préconisez-vous ? docteur Motus ? Motus mais pas bouche cousue, il n’y a rien de pire que le silence…

Posté par Walrus à 23:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Mots-pestes show (J-F)

« Comment ça!
Ecrire un texte en cent mots!
Pourquoi pas un texte sans mot tant qu'on y est!
Et sans motif!
A consommer sans modération qu'ils disent…
Les administrateurs s’en moquent des auteurs.
Ils sont sans morale.
Sans moquerie aucune, je voudrais bien les y voir.
ça sent mauvais tout ça.
Sans maugréer contre eux, si je m'en tire sans maux de tête et sans maudire personne ce sera un miracle.
Sans modèle, comment faire?
Je cherche vainement sans mollir.
Pourtant je ne suis pas sans motivation!
Mais, je n'y arrive pas. »

Posté par Walrus à 22:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Centé (poupoune)

Cent. T’rends compte, Gégé ? CENT ! Et combien d’arrosés ? Hein ? Combien, à ton avis ?... Dis un chiffre… Combien tu dirais ? Allez, combien ?... Tu vois, t’en sais rien. Moi non plus… J’dirais quelques-uns mais j’suis sûr d’en oublier. Si ce n’est plus. Non, c’est pas respectueux… Cent, quand même… du coup, tu vois, y a pas moyen, c’est obligé. O-bli-gé. Faut arroser. Les cent d’un coup. Obligé sinon c’est manquer de respect… et moi vivant il sera pas dit que j’aurai pas arrosé le centième défi comme il se doit. Foie de MacDermott.

Posté par MAPNANCY à 21:42 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Résumé de À la recherche du temps perdu en 100 mots (joye)‏

Tout d'abord, le mot « Je ». Suivi d'une madeleine trempée dans du thé. Et puis des souvenirs. Une explosion de souvenirs, non, une avalanche, non, un tsunami de souvenirs, en tout cas,beaucoup de souvenirs d'une enfance particulière. Quelle sorte de thé ? Je ne m'en souviens pas. Disons du Chinese Gunpowder. Ça en jette. Maman. Grand-maman. Albertine. Swann. Odette. Madame Verdurin. Et des potins. Potins. Potins. Beaucoup de potins, quoi. Maladie. Guerre. Philosophie. Introspection. Psychologie. Et puis, l'auteur meurt et cela continue pour encore trois volumes.

Posté par MAPNANCY à 20:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


Famille

famille

Posté par Old_Papistache à 18:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

Convaincre (Joe Krapov)


- Quand même ! Tu ne vas pas faire ni une ni deux et traiter l’orthographe comme ça, comme une vieille chaussette toute ta vie, sous prétexte que tu es pressé de joindre ta copine ? Nous, on se met en quatre toutes les semaines pour tirer le sel de notre langue, pour partager ses trésors, sa musicalité et toi tu écris partout en style SMS, maintenant ! Consens à reconnaître que Baudelaire, Rimbaud, Proust, La Fontaine, c’est quand même quelque chose ! T’es dur à convaincre, comme gars !
- J kon100 po. Chu pa kon20q.

Posté par MAPNANCY à 18:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Guérir (Joe Krapov)


Je vous prends la tension, votre pouls. Dites 33 ! Toussez ! Je vous ausculte. Montez sur la balance ! Avancez sous la toise ! Je vous envoie chez le radiologue, un spécialiste, un confrère, un rebouteux. Je vous prescris des séances de kiné, des suppositoires à l’eucalyptus, une inhalation, un comprimé, une gélule, une piqûre, du sirop, un cachet, une saignée…
- Mais je ne suis pas malade ! C’est à la médecine et aux médecins que je suis allergique. Je suis iatrophobe !
- Ah ? Ca, c’est incurable et 22 euros quand même !

Posté par MAPNANCY à 18:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Cent mots pour en exprimer dix (Joe Krapov)


- Le frigidaire est un désert, vieux ! Juliette a chanté tout l’été mais elle a oublié d’aller faire les courses. Qu’est-ce que je pourrais bien te donner ? Des rillettes de thon ? Du caviar ? Des cornichons ? Epinards, carottes, chou chinois ? Hélas, t’es pas végétarien, toi ! Bon, je descends au «Huit à huit» t’en acheter. Il n’est pas garanti que j’en trouverai ! Mon pauvre caméLéon ! T’es vraiment en manque, t’es tout vert ! »

«Pas un seul petit morceau de mouche ou de vermisseau !»

Posté par MAPNANCY à 18:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Endormir (Joe Krapov)


«La recherche du temps perdu» en sanskrit, les benzodiazépines, les discours de François Fillon, le phénobarbital, «Huit et demi» de Fellini, l’hypnose, Ingmar Bergman en suppositoires, la mélatonine, les fictions de France-Culture, les psychotropes, André Comte-Sponville, le Lexomil, les éditoriaux d’Olivier Duhamel, TF1 avant une campagne électorale, le Témesta, la cuite chez Gégé, le Valium, écouter Carla Bruni, l’infusion de Papistache, Arte, la passiflorine, le cercueil de Sarah Bernhardt, le chloroforme,…Poupoune a tout essayé, jusques et y compris la poésie de tiniak en intraveineuse : elle est définitivement insomniaque. Nuits blanches pour la reine du noir !

Posté par MAPNANCY à 18:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :