15 juin 2019

Coïncidence (Walrus)


"Jugulaire, jugulaire..."

J'aime autant vous dire que je n'avais pas à juguler le flot de mes idées pour répondre à cet appel tandis que je rentrais en voiture d'avoir été remettre un pain fait maison par ma femme à une de ses amies juste rentrée de clinique. Vous suivez ?

Mon épouse m'avait délégué la livraison parce que, comme chaque année à la même époque, elle ne voulait pour rien au monde louper la retransmission du Trooping the colors*.

Au moment de mon retour, c'étaient les King's Troop qui défilaient. Je jette un coup d'œil à l'écran...

wking4

Ben zut, y a des artilleuses maintenant !

J'ai fait mon service militaire à l'artillerie (vous savez bien : "Regis Ultima Ratio") et j'ai pas vu la moindre artilleuse, je ne suis pas né à la bonne époque !

Comment ? Si j'avais le même costard ? Non ! ... enfin, si, un jour j'en ai porté un similaire pour une cérémonie et non, je n'ai pas de photo, je l'ai déjà dit.

Grâce précisément à l'artilleuse qui tourne la tête à droite et vous permet ainsi d'admirer son chignon, vous pouvez constater que la jugulaire de sa toque passe largement derrière le menton alors que dans les régiments de la Garde...

w563

Ah ! Vous vous demandez bien pourquoi ces guignols à bonnet d'ourson portent la leur à l'avant du menton, sous la lèvre inférieure, hein ?

Mon épouse connait la réponse (bon, elle lui a été soufflée par le représentant britannique engagé pour la circonstance par la RTBF) : en raison du bras de levier dû à la hauteur du bonnet et du poids de ce dernier, si un grenadier recevait un projectile en haut (et forcément à l'avant, un soldat de la Garde fait toujours face à l'ennemi) de son couvre-chef, le recul de celui-ci lui brisait la nuque. Il fallait donc qu'en pareille circonstance le bonnet tombe, raison pour laquelle sa jugulaire ne passe pas sous le menton. CQFD !

Qu'est-ce qu'on dit à tonton Walrus ?

Chapeau !

Merci !

___

* Oui, je sais, la vidéo date un peu, merci aussi de l'avoir remarqué...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,


08 juin 2019

Fumer nuit (Walrus)


Eh oui, fumer nuit à votre santé. Tout particulièrement la nuit en cas de guerre de tranchées où le bout incandescent de votre cigarette aide le sniper d'en face à vous loger un projectile dans la cafetière !

CQFD !

(Ouf ! J'ai bien cru que je n'y arriverais jamais et que j'allais devoir vous parler de mon enfance...)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juin 2019

Logique biologique (Walrus)


Histologie : "Étude de la structure microscopique des tissus animaux et végétaux et des cellules qui les composent" me dit mon dictionnaire favori.

Il fait bien d'être précis. Moi j'aurais dit bêtement : "Étude des tissus" et je me serais retrouvé noyé sous le flot des Tweed, Tartan, Kelsch, Organdi, Chintz, Madras, Percale, Batiste, Vichy, Zibeline, Mohair, Popeline, Calicot...

Je m'arrête là, je ne suis pas payé à la page comme certains auteurs célèbres le furent (n'en profitez pas pour croire que Marcel devrait son style ampoulé à cette particularité, chez lui, c'est naturel).

Je suis toujours épaté par la luxuriance du vocabulaire des sciences de la vie (biologie) et par les imbrications et ramifications que ses termes autorisent ou suggèrent si bien que parfois (et je me vante un peu) j'ai du mal à m'y retrouver.

Exemple : si l'histologie est ce que nous dit la définition ci-dessus où se situe donc la cytologie ? Ah ! Vous en êtes comme deux ronds de flan hein ?

Bon, on va considérer que la cytologie est un sous-compartiment de l'histologie, qui est elle-même une subdivision de l'anatomie.

Encore que, stricto sensu, l'anatomie soit la dissection d'un corps en vue de l'étude de sa structure et que ce n'est que par métonymie qu'elle peut désigner cette étude elle-même.

Métonymie ! Eh bien dites-moi, y a pas qu'en biologie que le vocabulaire est particulier, on en reparle à la lettre M ?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mai 2019

Poursuivi (Walrus)


Oui, je vous entends : "Ta goualante est lente à venir !"

Mais bon Dieu, je suis en vacances, en Alsace de surcroît et ici, la goualante, ce serait plutôt le genre "Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine". Enfin, pour celle en français, parce que celles en alsacien... Déjà, l'allemand j'ai dur malgré que je l'aie appris, mais l'alsacien, j'y entrave que dalle comme on dit à Paris.

Je dis ça parce que dans la première Winstub où nous sommes entrés cette année, la serveuse, une gamine d'un quarantaine d'années (c'est vous dire si elle a connu la guerre, moi-même j'étais à peine né, alors...) s'est épanchée sur le triste sort des Alsaciens mal considérés par le reste des Français depuis au moins la guerre de Sedan...

"Schleus qu'ils nous appellent !" se lamentait-elle auprès de mon épouse, laquelle a un chic fou pour attirer les confidences (un effet secondaire de son côté bonne-maman j'imagine).

Nous ne nous en sommes sortis que grâce à nos propres compatriotes germanophones (qu'ils en soient remerciés) qui ont connu eux aussi ces allers-retours d'un pays à l'autre.

Il était temps, ma choucroute commençait à refroidir !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2019

Quand on est con... (Walrus)


Cet empêcheur de dormir tranquille de Walrus a encore sévi !

Je n'avais jamais vu utiliser le vocable qu'il nous a sélectionné que dans l'expression "Flamberge au vent" !

Et je ne m'étais jamais inquiété de la signification réelle du mot, ayant toujours imaginé, à cause du vent précisément, qu'il devait s'agir d'une sorte de drapeau, étendard, gonfalon (pourvu qu'il ne nous le colle pas pour samedi prochain), bannière ou oriflamme...

Eh ben non !

Il m'aura fallu attendre ma soixante-dix-huitième année (septante-huitième pour mes compatriotes et quelques Suisses) pour me retrouver le nez dans mon caca.

Il ne me reste qu'à noyer ma déconvenue dans l'alcool.

Garçon, un Pousse Rapière !

 

w559

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


11 mai 2019

Le péril nous guette (Walrus)

 

5581

 

Plus je regarde l'image ornant la consigne, plus un doute me travaille. Vous n'avez pas l'impression qu'elle penche vers le vide cette échauguette ? J'espère que son constructeur après l'avoir achevée ne s'est pas exclamé, à l'instar de Shakespeare pour son cinquante-cinquième sonnet : "Exegi monumentum aere perennius", phrase que je ne vous traduirai pas, vous connaissez l'anglais aussi bien que moi.

Donc, un petit conseil :

Si un jour en goguette, au sortir des guinguettes,
Pris d'un besoin subit tu ouvres ta braguette,
Ne le fais surtout pas juste sous l'échauguette :
C'est là que la mort guette et boum, adieu Huguette !

 

Ouais, je sais :

  1. j'aurais pu faire un peu plus long, mais j'étais à court de rimes riches
  2. vous auriez préféré Germaine, mais vous savez où ça mène...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mai 2019

Constat (Walrus)


Au cours de ma (trop?) longue existence, j'en ai connu des déjantés !

Et force m'est bien de constater que c'étaient essentiellement des déjantées.

Bravo les filles !

je-suis-dejantee[1]

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

27 avril 2019

Oh Toulouse ! (Walrus)


Vous connaissez Toulouse, la ville rose ?

Et Nougaro ?

C'est à une chanson de ce dernier qu'un journal local avait emprunté son sous-titre :

SATIRICON, Lou Journal des mémés qui aiment la castagne.

Bon, cet espèce de Canard enchaîné local a disparu en 2012 faute d'avoir accepté de survivre à coup de publicité.

Il était bien dans l'ambiance du patelin.

J'y suis allé une fois : le temps de faire, sur les insistances de mon épouse et malgré mes réticences, un petit tour le long du canal du Midi, on nous avait chouravé tout ce qui dans la voiture portait une poignée (valises, sac de voyage, coffret à CD et même un sac plastique contenant des restes de sandwiches à l'omelette). Il ne restait qu'un bac rempli de bières belges et de pralines de chez Neuhaus, l'essentiel quoi !

Je vous raconte ça parce qu'après ma visite déclaratoire au commissariat de police local j'ai assisté sur le boulevard encombré à une scène apparemment courante puisqu'elle ne semble avoir étonné que moi.

Dans la lente circulation deux mecs à la tête près du bonnet commencent à s'engueuler pour une raison qui m'échappe toujours. Est-ce que le gusse à pied a frôlé la rutilante carrosserie de celui en bagnole ? Toujours est-il que le ton monte, monte et finalement, le mec au volant envoie une mandale (faudra que je vous le propose ce mot-là) au piéton et, profitant d'un peu de dégagement dans la circulation, redémarre. C'était sans compter sur le réflexe de l'autre qui s'était accroché au montant de la portière d'une main tout en envoyant une châtaigne de l'autre. Il est resté accroché à la bagnole pendant plusieurs mètres avant que la file de voiture ne s'arrête à nouveau.

Je n'ai pas assisté à la suite parce que ma file à moi s'est mise à dépasser la leur...

Toulouse ? Plus jamais ! Ils sont fous ces Wisigoths !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2019

Pari risqué (Walrus)


Parmi les nombreuses acceptions (j'ai eu un copain qui confondait allègrement ce terme avec "acceptation", mais c'est normal, il était prof de... français) du terme bastringue, je me suis demandé si l'un ou l'autre participant se pencherait sur celle relevant de l'argot (cf le point B du lien ci-dessus).

Et j'ai parié que non !

Mais finalement, aujourd'hui, connaissant la hardiesse sournoise et décontractée de quelques uns d'entre eux, je me demande si je ne vais pas l'avoir dans le...  et raviver ainsi le souvenir ancien d'une certaine biopsie de la prostate.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

13 avril 2019

Regrets (Walrus)


Après avoir lâché le mot dans l'arène des défis du samedi, je me suis penché sur sa signification.

Ben oui, je suis comme ça, je n'hésite jamais à user de mots dont je ne sais rien !

Donc, si j'ai bien compris, l'astrolabe serait une sorte de projection stéréographique d'une sphère armillaire munie d'un système de visée.

Ben zut alors, j'aurais dû choisir Armillaire !

w554

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,