19 mai 2018

Dialogue (Walrus)

 

La femme du numismate :

"Chériii !?!
Tu en es où du repassage ? Parce qu'il te faut encore passer l'aspirateur avant d'aller chercher les enfants à l'école et passer par la pharmacie me chercher mes antimigraineux..."

 

Le numismate :

"Eh, oh, on n'est pas aux pièces hein !"

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


12 mai 2018

Ô Kazoo (Walrus)

 

J'ai beau choisir les mots-sujets moi-même et en établir à l'avance toute une liste, ça ne m'aide pas quand il s'agit de pondre ma propre participation. Faut dire que côté anticipation, c'est pas gagné d'avance : une fois sur deux, au moment de rédiger la consigne, je remplace le mot que j'avais choisi par un autre sorti de je ne sais où (et qui ne m'aidera d'ailleurs pas plus côté rédaction).

Comment ?

Quel rapport avec le mirliton ?

Très bonne question !

J'essaie autant que faire se peut d'être original et c'est bien là que gît le problème :

  • proposer mirliton après lombric c'est pas malin, les vers de mirliton vont faire florès
  • proposer un mot qui commence par mi et finit en (boite de) ton va générer inmanquablement du Marlborough mironton mirontaine, du bœuf miroton (que même les Belges connaissent même s'ils ignorent la recette), du miston pour les Provençaux (comment, on n'en a pas ?).
  • on n'évitera pas la petite pâtisserie portant ce joli nom

Bref, essayer d'être original, autant souffler dans un mirliton !

Car vous êtes bien sûr au courant : souffler dans un mirliton ne sert à rien, il faut gringotter là-dedans pour en tirer un son.

À bon entendeur...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2018

Le lombric (Walrus)

 

"Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour..."

Ben quoi ? Ce sont des vers, non ?

Comment ? Ils ne sont pas de moi ?

Ben non, ce ne sont pas des vers solitaires (petit aparté : vous ne trouvez pas étrange, vous, qu'on puisse mettre au pluriel les vers solitaires, hein ?).

Et si vous m'interrompez continuellement, nous n'y arriverons pas. J'efface tout et je recommence :

Au sortir de son trou, le valeureux lombric
Quitte le jardinet par sa bordure en briques.
C'est qu'il en a soupé de bouffer de la terre,
Il est grand temps pour lui d'explorer l'univers.
Sur le ruban d'asphalte, il rampe, conquérant !
Il s'en va, ventre à terre, le regard triomphant...

Quoi encore ?!

Les lombrics n'ont pas d'yeux ? Et du coup, le regard triomphant...

De quoi me mèle-je ? C'est une image, une façon de dire, une métaphore même, on ne te demande pas ton avis sur l'anatomie comparée des lombrics et des néréis qui en ont, eux, des yeux, bien qu'ils soient vers (non, pas les yeux verts, les néréis, vers marins) !

Bon, j'ai perdu le fil (Stop, pas de fine allusion au ver à soie, ce serait mal venu après le ver à soi) et surtout le rythme. C'est dramatique quand l'alexandrin te sort de l'oreille comme le lombric de son trou.

Bon, tant pis, c'est foutu, je continue en prose...

Allo ? C'est encore un alexandrin ? Et alors, pourquoi la prose n'aurait pas de pieds, y a bien des vers qui n'en ont pas ! Ah, ça t'en bouche un coin ça, hein ? Je peux y aller ? Mais non, pas au petit coin, je veux dire retourner à mon histoire.

Le ver est sur l'asphalte (et non pas dans le fruit),
À quelques décimètres du jardin qu'il a fui,
Arrive l'Adrienne qui aussitôt s'écrie :
"Oh, le pauvre lombric, perdu, loin de chez lui !
Si le temps vire au beau et que le soleil luit,
Voilà qu'il se dessèche, en un mot, il est cuit !
Par contre, si le ciel nous envoie de la pluie,
Il se noiera c'est sûr, ayons pitié de lui.
Et d'un geste élégant, de ses doigts délicats,
Elle cueille l'animal et chez lui le renvoie.


Moralité (oui, vous êtes sur un site à haute tenue morale) :

Si vous êtes tenté par l'esprit d'aventure,
Soyez prêt à tomber dans la déconfiture !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2018

À question idiote... (Walrus)

 

Oh, Papé, c'est quoi la kermesse ?

 

 

Pour tout vous dire, non seulement c'est le nooord, mais c'est surtout la Flandre, qu'elle soit française ou belge.

Dans cette région où coexistent deux cultures, la fête annuelle rappelant la dédicace d'une paroisse à un Saint tutélaire se dit en français, par dérivation, (dédicace -> dicasse ->) "ducasse".

Les Flamands, eux, emploient "kermis" que les francophones se sont empressés de réadopter sous la forme de "kermesse".

Ils pensaient peut-être qu'ils auraient ainsi droit à deux fêtes patronales, on les reconnaît bien là ces guindailleurs invétérés.

Quoi ?

Vous ne connaissez pas guindailleur non plus ?

Normal, ça aussi c'est belge, vous savez bien, là-bas, vers le nord...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2018

Vous croyez que je bulle ? (Walrus)

 

Eh bien pas du tout ! Ça fait trois semaines que nous avons appris que nous allions devoir déménager, alors, c'est la recherche (oui, comme Marcel, ne rigolez pas !). Épluchage des sites des agences immobilières, téléphone, visites...

Passionnant !

Nous voyons de tout : toutes gammes de prix, tous étages, avec ou sans ascenceur, avec ou sans garage, chauffage central ou individuel, cuisine équipée ou semi-équipée, plaques de cuisson électriques ou au gaz, quartiers calmes ou passants, peinture fraîche ou pas tellement, parquet (en bois ou synthétique), dallage, lino, avec ou sans terrasse, avec ou sans double vitrage.

Bref, la variété dans toute sa splendeur !

Une seule constante :

Jamais de jacuzzi !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,


14 avril 2018

Évidemment ! (Walrus)

 

Avec mes idées de crétin
À près de minuit, je suis bien :
Pas la moindre idée, c'est la crise !
Il va falloir que j'improvise...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2018

Cauchemar (Walrus)

 

La nuit a été rude, j'ai fait un rêve étrange...

Vous connaissez (certains d'entre vous en tout cas) ma passion pour les statistiques. Hier j'ai jeté un oeil à celles des participations (je crains qu'elles ne soient pas très très précises malgré mes efforts de mise à jour). J'ai donc pu constater que 172 contributeurs divers (et même d'été, comme dirait Vegas) sont passés au moins une fois par ce blog.

Voilà-t-y pas que dans mon rêve, la boîte mail du blog se mettait à se remplir à une cadence accélérée, un peu comme quand Harry Potter reçoit sa convocation pour Poudlard. Le 500éme défi avait éveillé en eux l'envie de reparticiper !

Certains, trop tôt disparus, jouaient même leur petit Chateaubriand et m'écrivaient d'outre-tombe...

Textes en tous genres, dessins, photos, animations, musiques, vidéos... je ne savais plus où donner de la souris et du clavier et comme par hasard au beau milieu de tout cela le message laconique habituel de Canalblog m'est apparu :

5013

Y avait de quoi devenir hystérique, non ?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mars 2018

Good Vibrations (Walrus)

 

Étrangement, je ne suis pas certain de connaître le prénom de mes deux* grands-pères.

Le premier, mon grand-père paternel, a, comme bien des hommes de sa génération, péri lors de la première guerre mondiale et je ne l'ai donc pas connu. Ma mère m'a dit un jour, il y a très longtemps, qu'on avait failli m'appeler Jean-Louis en souvenir de lui, ce qui m'incite à penser qu'il devait se prénommer Louis, ou plutôt Lodewijk (mais va savoir avec les Anversois, aujourd'hui, ils ont rebaptisé leur célèbre café "Roode Pelikaan" en "Pélican Rouge" parce que ça fait plus... international !). Mais en fin de compte, on m'a appelé Jean-Claude.

Le second, le père de ma mère donc, s'appelait peut-être Félix, comme son fils aîné, mais je n'en suis pas certain non plus : personne ne l'appelait par son prénom. Dans son patelin, on l'appelait par son surnom ou sobriquet (en wallon on dit parfois "Spot" un mot issu du flamand comme beaucoup de vocables de cet idiome), comme quoi on n'a pas attendu le Net pour inventer les pseudos (sauf que là, ce n'est pas vous qui le choisissiez).

Je ne l'appelais donc que "Bon-papa Guèw".

Et à Seilles, qui fait la frontière entre les régions liégeoises et namuroises, "lu guèw", c'est "la guimbarde". La version verviétoise est encore plus "parlante" : "Lu Gaw" où l'on entend bien le bruit caractéristique de la lamelle vibrante de la chose.

J'ai joué de cet étrange instrument (un truc à te niquer les dents pire que les carambars) au temps où je m'occupais d'une unité scoute, mais je dois bien avouer que j'avais du mal à concurrencer mon ami Écureuil, virtuose de la guitare folk. Mais paradoxalement, je n'ai jamais vu celui qui portait son nom utiliser de guimbarde.

 

 

* Vous serez peut-être étonnés d'apprendre que j'ai eu quatre grands-pères
mais ça, c'est une autre histoire.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mars 2018

Funambule -> Fil -> Filet (Walrus)

 

Vous avez vu la suite logique ?

Un funambule se déplace sur un fil et à l'époque actuelle, obsédée par le principe de précaution, il est impensable de pouvoir encore entendre l'annonce qui faisait les délices de nos jeunes années :

"Et remarquez que l'artiste travaille sans filet !
 S'il se tue...
 C'est la mort certaine !"

Et ne me dites pas que c'était cousu de fil blanc !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2018

Va donc eh couillon ! (Walrus)

 

Écouvillon ! À quoi il pense ce mec !

N'a rien d'autre à faire que de se curer les oreilles ?

Si encore il l'avait mis au pluriel : écouvillons, ça aurait eu l'air d'un verbe à la première personne du pluriel de l'indicatif présent (tu parles d'un cadeau !).

Peine perdue, le verbe existe, mais c'est écouvillonnons (si, si, je suis allé vérifier à Nancy)

Il pouvait pas dire Q-tips, comme tout le monde ?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,