14 décembre 2019

Quinze et une chasse (Walrus)


Dans ma jeunesse (et jusque dans les années soixante) on en voyait partout chez nous des ballodromes. La balle pelote était un jeu très répandu: on pouvait difficilement parcourir quelques kilomètres sans avoir à traverser le tracé d'un de ces terrains étranges.

Le premier dont je me souvienne se trouvait en face de notre maison de la rue Bois Monceu à Montignies-sur-Sambre. Il était tracé entre cette dernière et la chaussée de Charleroi dans la rue de la Corderie. Aujourd'hui, il n'en subsiste pas trace :

w5891

Ce qui m'avait surpris un jour, c'est de voir mon père assis à l'envers sur une chaise de bistro participer à l'arbitrage du jeu. Il semble qu'il ait été de coutume de réquisitionner des spectateurs pour aider à l'arbitrage. Dans la région de Charleroi on appelait ça des "asperts" (dérivé d'expert, j'imagine). Faut dire que le vocabulaire était spécial par exemple dans l'appellation des joueurs liée à leur position sur le terrain : livreur, passi, grand et petit mitan, foncier. Quant aux règles, ne m'en parlez pas : je comprenais plus ou moins le comptage des points directs, mais la gestion des "chasses" reste un grand mystère pour moi.

Quand j'étais à l'Athénée, le jeu était encore fort en vogue et un des "pions" de l'établissement organisait des jeux avec quelques grands élèves. Comme il ne pouvait pas envahir toute la cour pour y dessiner un ballodrome, il avait imaginé un jeu au fronton (un peu comme pour la pelote basque) qui requérait moins d'espace.

Quand j'ai commencé à travailler au centre de recherche de Neder-over-Heembeek, les ouvriers de l'atelier de mécanique avaient encore une équipe.

Parfois, de joyeux drilles organisaient des rencontres où les joueurs étaient assis sur des chaises pliantes, un verre  de bière à portée de main.

Aujourd'hui, ce sport étonnant est tombé en grande désuétude, il ne reste que quelques équipes, on doit même faire appel à des étrangers : dans le championnat de Belgique il y a une équipe de.. Maubeuge !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,


07 décembre 2019

Procédure (Walrus)


Après m'avoir fait asseoir devant lui, le médicastre s'empare d'un stylo et d'une feuille (vierge).

Tandis qu'in peto je m'exclame "Ben merde, il a même pas d'ordi !", l'homme de l'art entame sa consultation.

Nous allons, me dit-il, procéder à une anamnèse complète et nous plonger dans vos antécédents médicaux, en  remontant si possible jusqu'à la deuxième génération !

Ben ça commence fort, moi qui viens le voir pour mon amnésie !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

30 novembre 2019

Tout évolue (Walrus)


Transformer un sujet en zombie a toujours été très délicat, même pour un bokor haïtien.

C'est qu'il faut maîtriser le dosage de la tétrodotoxine, le temps d'ensevelissement, l'administration d'atropine et je ne parle pas de l'hypnotique qu'il faut sélectionner soigneusement et administrer au bon moment en quantité idoine, faute de quoi, votre mort le sera vraiment !

Aujourd'hui, la recette est beaucoup plus simple : suffit de lui filer un smartphone et vous obtenez un parfait smombie !

w587

w5872

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

23 novembre 2019

Erratum (Walrus)


Oui, je sais, connaissant ma propension à l'erreur, j'aurais dû écrire "errata", mais bon, je n'en corrige qu'une à la fois, alors...

Donc, dans un de mes commentaires, j'ai parlé d'une certaine Joye, mais en remuant mes souvenirs et en allant vérifier sur Facebook où sa dernière intervention annonçait qu'elle en avait marre du climat de l'Aude*, cette Amstellodamoise (pourquoi un habitant d'Amsterdam est-il dit Amstellodamois ? Encore un des miracles de la langue française ? Non !) s'appelle en réalité Joyce (oui, comme James, sauf qu'elle, c'est son prénom).

Elle a fait sensation le jour où Okapi, un assistant de troupe de mon ancienne unité scoute (faudra que je pense à son totem pour la prochaine occurrence du O), l'a amenée parmi nous.

Pas que nous soyons étonnés de rencontrer une Hollandaise ici, à Bruxelles, que nenni ! Les Keis pullulent par ici...

Ce qui nous a le plus scié, c'est la façon dont elle prononçait "yoghourt".

Ouais, d'accord, c'est un mot qu'il faut pouvoir amener dans la conversation mais bon, un innocent l'a bien amené ici, aux défis, alors...

Donc sa prononciation du mot nous épatait. Y en a même qui le lui faisaient répéter juste pour le plaisir, les plus audacieux essayant même de l'imiter, en pure perte bien sûr, même pour ceux qui avaient un peu de pratique du flamand

Faut vous dire que les Flamands et les Hollandais, c'est un peu comme les Ardennais et les Bordelais, ils pensent qu'ils parlent la même langue, mais y a des nuances, particulièrement dans la prononciation.

Bien sûr, j'ignorais à l'époque que j'aurais besoin d'appuyer mon propos et je n'ai pas pris d'enregistrement du phénomène.

J'en ai bien trouvé une pâle imitation sur Reverso, mais c'est pas ça : le g est encore trop guttural et le r, ben c'est pas ça non plus et, par écrit, c'est pas la peine d'essayer de vous expliquer.

Comment ?

Vous l'enregistrer ?

Ça va pas la tête ? Ch'uis né à Charleroi, moi !

 

 

* We zijn de regen zat!!! We gaan naar huis!inpakken en wegwezen.


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

16 novembre 2019

Le chœur des femmes (Walrus)

 
— Vous avez vu les filles ?

Ouais, quel macho ce Walrus !

Je ne voulais pas le croire, mais là, il a fait fort !

Fort mais pas très intelligent si vous voulez mon avis...

Finalement, c'est qu'un pauv'mec comme tous les autres.

Et en se servant de cette pauvre Adrienne, vous vous rendez compte !

Et ça se gargarise de "Je suis un scientifique, moi, Madame !"

Et que je te colle une illustration faisant appel à l'algèbre, ça pose son homme !

C'est ce que je disais : c'est pas très intelligent.

— Et il te parle de statistiques, d'écart-type et autres rodomontades...

Et tout ça pour quoi ?

Pour se planter lamentablement

Et ne même pas savoir quoi, les filles ?

(Le choeur des femmes) :

Que X, c'est l'inconnue !
C'est mathématique...

 

Sexiste !

Zélateur d'Alexis Carrel !

Matheux de mes fesses !

Calme-toi, joye, il n'en vaut pas la peine...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,


09 novembre 2019

T'en foutrai des wassingues ! (Walrus)


Comme je vous l'ai dit (oui, je sais, j'avais aussi dit que je n'écrirais rien d'autre, mais si ça vous démange, plaignez-vous à la propriétaire de ce blog : Janeczka Dabrowski) en bon Belge je n'utilise pas le mot Wassingue.

En français de Belgique Wassingue se traduit par... torchon !

Je ne vous dis pas les joyeusetés que cela implique lorsque votre fille épouse un Français (mais les Bretons sont-ils vraiment français ?) et que vous vous retrouvez en famille dans la cuisine pour une joyeuse vaisselle communautaire d'après réveillon.

Et je ne parle pas (quelle façon de dire idiote, hein ?) d'une expression comme "On ne mélange pas les torchons et les serviettes". Ça ne viendrait jamais à l'esprit d'un Belge : ce n'est pas hygiénique (surtout les serviettes) !

Par contre, le titre du film "Coup de torchon", parle plus encore aux Belges qu'aux Français.

Donc, petit résumé :

Français de France

Serpillère

Torchon

Sopalin

Crayon de bois

Vergeoise

Français de Belgique

Torchon

Essuie de vaisselle

Essuie-tout

Crayon

Cassonnade

 

Bon, on ne va pas s'éterniser non plus, j'ai déjà donné au début du jeu...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2019

Vade retro (Walrus)


Ben oui quoi, au temps de l'internet omniprésent, je les trouve un peu retro ces vade-mecum. Ça avait commencé avec les aide-mémoire Dunod quand j'étais étudiant. Je possédais ceux de physique, de mathématiques et bien sûr de chimie.

w5831

Je les trouvais pratiques et étonnants. Mais je n'avais encore rien vu !

Quand j'ai débuté ma carrière dans un centre de recherche, j'ai découvert que chaque labo y détenait un exemplaire de cet incroyable ouvrage de référence : "The Chemical Rubber Company Handbook of Chemistry and Physics".

w5832

 

Une compilation de (presque) toutes les valeurs de propriétés chimiques et physiques mesurées sur toutes les matières. Sauf que la première édition que j'ai rencontrée ressemblait plutôt à ça :

w5833

Nous l'appelions le "Hodgman", du nom du compilateur de l'époque.

Tant qu'à vous parler de cette période de ma vie, je vais vous raconter un petit truc.

À l'époque où je sévissais dans l'électrochimie, nous avions créé un groupe de cinq collègues et nous nous retrouvions six fois par an avec nos épouses : une fois au restaurant et les autres chez chacun d'entre-nous. À la belle saison chez ceux qui vivaient à la campagne (avec l'inmanquable barbecue), en autre temps dans les appartements de ceux qui, comme moi, vivaient en ville.

Un jour où les choses se passaient chez moi, j'avais réalisé un menu personnalisé pour chacun·e des participant·e·s : il comportait un acrostiche basé sur le prénom du convive concerné.

Bien évidemment, chacun voulait aussi voir le menu de tous les autres, ça faisait une sacrée ambiance.

Je cachais soigneusement le mien mais ils ont fini par me le dérober. Ils en ont été pour leurs frais : il ne comportait pas d'acrostiche. Seulement le petit vade-mecum de l'hôte attentif : les sujets à aborder avec tel ou telle (et a contrario, ceux à éviter), qui complimenter sur quoi, à qui faire discrètement la cour etc, etc.

Qu'est-ce que je pouvais être con à l'époque !

Comment ?

Ça n'a pas changé ?

Si vous le dites...

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

26 octobre 2019

Comme ça se trouve ! (Walrus)


J'avais d'abord pensé à Uranium mais j'ai renoncé à faire la bombe...

Du coup je me suis rabattu sur utopie en me disant qu'on verrait plus trad !

Et voilà-t-y pas que lors de son passage chez nous dimanche, Emilie (celle de nos petites-filles qui étudie la kinésithérapie) confie à sa grand-mère que quand elle en aura terminé avec ces études, elle se formera en gestion puis en comptabilité...

Tout ça, si j'ai bien saisi le sens de leur conversation, dans le but de créer un centre équestre avec une  annexe d'hippothérapie (en France, on dit plutôt équithérapie).

Bon, elle ne sait pas encore ni quand ni où ni comment, mais elle y croit !

Ce serait pas ça une utopie ?

Galopante, même !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

19 octobre 2019

Flash info (Walrus)


Des troubles ?

À Dour ?

Encore un coup des fes(ses)tivaliers !

w581

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

12 octobre 2019

Ah, les soupapes ! (Walrus)


Emporté par mon enthousiasme devant ce mot miraculeux, j'ai d'abord pensé  vous parler des premières soupapes que j'ai rencontrées : celles des pompes à main amenant l'eau des citernes de récupération d'eaux pluviales jusqu'aux éviers des cuisines (anciennes).

Je vous aurais raconté le fonctionnement étrange de ces  instruments qu'il fallait souvent amorcer en y versant une bonne cruche d'eau dont on se demande bien où on allait la chercher puisque la pompe était désamorcée, parlé de leur montage en aspiration limitant ipso facto drastiquement la hauteur de pompage qu'elles autorisaient, dit que les pistons de ces pompes antiques étaient garnis de cuir et qu'ainsi en était-il aussi de ce que je croyais être des soupapes mais que les illustrations que j'ai découvertes pour animer mon propos nomment des clapets !

w5801

Caramba, encore raté, je ferme mon clapet !

J'éviterai aussi de jouer mon petit Prévert, vous savez bien :

Fermez les fenêtres dit le pape. Un sous-pape répond à sa sainteté que les fenêtres sont déjà fermées.

Ce serait plutôt le genre de mon neveu Joe.

Parlons donc plutôt de ces trucs dont je suis certain qu'elles en sont : les soupapes des moteurs à explosion. Celles-là, leur appellation je peux vous la garantir sur factures : celles de mon garagiste !

Faut dire qu'avec mes premières voitures, j'en ai grillé des soupapes ! Même que l'homme de l'art les joignait à mes factures comme preuve des dégâts causés à mes pauvres moteurs par mon style de conduite ignorant la pédale douce.

Ma première voiture était une Sunbeam Chamois et grâce à cette mécanique anglaise au tableau de bord en loupe de noyer polie, j'en ai appris des choses sur les soupapes (et pas que... je vous parlerai des carburateurs Solex si l'occasion se présente) !

Par exemple qu'il y en a de deux sortes sur le même moteur : celles d'admission et celles d'échappement (ça m'avait échappé) qui diffèrent par leur usage et leurs dimensions.

Culasse

 

Mais aussi qu'elles sont commandées par un arbre à cames (rien à voir avec le coca ou le khat) et dans ce véhicule précis un arbre à cames "en tête" !

Eh bien je peux vous dire qu'on l'a échappé belle !

Parce que l'autre système de commande est dit "à culbuteurs" et je n'ose même pas imaginer les commentaires que n'aurait pas manqué de susciter ce genre d'appellation, surtout en l'absence de soupapes de sécurité...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,