17 février 2018

Qu'est-ce que vous dites ? (Walrus)

 

Atrabilaire ?

Moi !?

Naaan !

Acariâtre, ça, peut-être...

Mais je ne vais pas vous raconter ma vie, hein ?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,


10 février 2018

Faut distinguer (Walrus)

 

Faut distinguer parce qu'il y a deux types de zébu :

  • le zébu court (sur lequel nous ne nous étendrons pas vu qu'il est trop court pour, et que je n'ai pas, de toute manière, le goût des phrases kilométricotarabiscotées comme certain Marcel sur lequel je ne m'étendrai pas non plus pour une simple question d'incompatibilité d'orientation sexuelle et pas d'orientation du lit comme ce pourrait être le cas si j'étais un adepte du Feng shui)
  • le zébulon pour lequel je vais faire très court parce que je manque de ressort

 

 

4934

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

03 février 2018

Népal Yéti qui veut ! (Walrus)

 

À peine avions-nous publié le sujet de la semaine (pluriel majestatif le "nous" puisqu'à force de défections au sein de l'équipage, je reste seul à la manœuvre de ce vaisseau du samedi qui finira bien par se transformer en vaisseau fantôme) qu'Emma me fait parvenir un message.

Et ce message contient un lien, pas sa participation, non, quelques mots gentils et un lien.

En le suivant, au bout de cinq minutes quarante cinq secondes d'un délire que seule pouvait produire l'ineffable Jacqueline Maillan (sauf si mon neveu Joe et son ami Vegas fondaient une association temporaire), vous apprenez que le Yéti s'appelle...

Marcel !

Prou(s)t alors !

Vous connaissez mon amour pour l'individu, mais si, par miracle, ce n'était pas le cas, je vous file un petit extrait pour que vous puissiez vous faire une idée.

En attendant je ne voudrais pas vous priver de la mine de connaissances à propos du Yéti fournie par la conférencière dont question ci-dessus et pour la découverte de laquelle je ne remercierai jamais assez notre chère Emma. (Ainsi d'ailleurs que pour m'avoir fourni ma participation)

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

27 janvier 2018

Et c'est reparti ! (Walrus)

 

Comme chaque semaine, je me demande ce que je vais bien pouvoir pondre sur le sujet que j'ai moi-même choisi. Mais trève de nombrilisme : je ne suis pas le seul à devoir me torturer les méninges : que vont faire les autres participants ?

Essayons d'imaginer les divers incipits :

bongopinot
L'Andalousie est une chanson douce

Caro_Carito
Pas de Xérès au Pérou !

JAK
JAK costai près de Jerez de la Frontera en remontant le Guadalete

Joe Krapov
Je t'écris de l'unique bodéga de Charleville

joye
Faut pas confondre Sherry et Cherry

Kate
Vous vous rappelez ma bouteille à la mer ? Elle avait contenu du Xérès, pas mauvais d'ailleurs...

Laura
J'ai déterré la barrique d'Amontillado d'Edgar Allan Poe !

Maryline18
Sur les rives paisibles du Guadalquivir,

Minuitdixhuit
T'en foutrai du Xérès, moi ! Et le Porto, alors ?

Nana Fafo
Le Xérès... amener ça au sommet du Bréquin, c'est pas coton !

Pascal
À Cadix, ça n'avait pas été facile de ramener discrètement à bord ce tonnelet de Jerez.

Thérèse
Sous la lampe de Gallé, le verre de Xérès jetait des éclats d'ambre

Tilleul
En retournant le fouillis de la cave, les enfants ont retrouvé une bouteille poussiéreuse

Vegas sur sarthe
Germaine ? Un doigt de Sherry, chérie ?

Venise
Il ne faut pas dire Xérès, je ne boirai pas de ton eau !

Walrus
Comme chaque semaine,

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2018

Oufti ! (Walrus)

 

À une seconde près, je le ratais ce train !

J'ai juste eu le temps de sauter dans le dernier wagon avec l'aide du convoyeur qui m'a tendu la main après que j'ai eu jeté mon cartable sur le plancher alors que le train commençait déjà à prendre de la vitesse à grand renfort de nuages de vapeur.

Et le dernier wagon, en l'occurrence, c'était le fourgon.

C'était la première fois que je pénétrais dans ce type de voiture avec ses rayonnages et ses paquets entassés au sol (pour la suivante, il me faudrait attendre la visite du musée du train à la gare de Schaerbeek, l'an passé !).

Mon séjour n'y serait pas long : le temps de remercier l'employé pour son aide et à l'arrêt suivant de cet omnibus, j'irais rejoindre un wagon pour voyageurs.

Quand j'y pense aujourd'hui, à l'époque du sacro-saint principe de précaution, je doute que je puisse renouveler encore ce genre d'exploit. Mais de toute façon, ça n'a guère d'importance : il y a belle lurette que je ne cours plus après les moyens de transport.

 

w491

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,


13 janvier 2018

Petite musique de nuit (Walrus)

 

De nuit parce qu'il était quatre heures du matin et j'étais fort occupé (comme chaque semaine me direz-vous) à vouer aux gémonies le comique qui avait imaginé d'utiliser ce mot comme sujet pour le défi.

Ben oui, je suis comme ça : le joueur d'aujourd"hui oublie bien trop facilement qu'il était l'animateur d'hier.

L'échéance se rapprochait et je n'avais toujours rien imaginé. Parce que, ressassais-je in petto, en dehors des moteurs de bagnoles et des foreuses à main, les vilebrequins ça ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval ! 

Et c'est là que ça a fait "Tilt" !

Mais siiii !

Justement !

Comment croyez-vous qu'ils se meuvent les chevaux de bois galopant des manèges, carrousels et autres moulins de nos enfances ?

Hein ?

Leurs barres sont rattachées à des vilebrequins dissimulés dans le plafond et sous le plancher des dites attractions de foire !

J'en ai le limonaire (encore un mot qui ferait bien dans notre collection) tout retourné !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2018

T'en foutrai de l'ubiquité, moi ! (Walrus)

 

Chaque année, la famille proche se réunit à l'occasion de Noël et/ou Nouvel An.

Pendant longtemps, cette petite réunion festive s'est déroulée chez nous. Mais ces dernières années, généralement à Noël, elle s'organisait dans la maison ardennaise de notre fils, où l'on peut loger tout le monde, ce qui évite les retours nocturnes autant qu'imbibés.

Mais cette année précisément, notre fils séjournait pour Noël au Royaume-Uni. La fiesta traditionnelle a donc été repoussée au weekend prochain...

Deuxième "Mais..." (car il y a toujours un "Mais", n'est-ce pas) cette année également, Emilie et Borys doivent présenter un examen lundi dans leurs écoles respectives. On a donc décidé, après conciliabules téléphoniques multiples, d'organiser la rencontre en une seule soirée chez ma fille pour empiéter le moins possible sur leur temps de travail.

Et la rencontre a été programmée pour... ce vendredi soir !

C'est là que le don d'ubiquité m'aurait été bien utile : mon ubiquite numéro 1 serait allé jouer son rôle dans la réunion familiale, le numéro 2 se serait chargé de la surveillance de ce blog et le tour était joué !

Hélas, je ne dispose pas d'ubiquites...

Mais j'ai un portable ! (J'en ai même plusieurs, bien que je n'aie que deux mains)

L'ennui, c'est qu'en parfaite contradiction avec ma tendance naturelle à la procrastination, j'avais déjà écrit un autre billet.

Bah, ça tombe bien, il était un peu tiré par les cheveux.

Et côté cheveux... 

 

Picture 2

 

 (ben oui, j'ai une webcam, vous pas ?)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

30 décembre 2017

Quand j'étais kreoltsje (Walrus)

 

C'est le titre que j'aurais choisi si j'avais voulu vous narrer mes aventures lorsque j'étais enfant de chœur. J'en aurais accompli des choses derrière le rideau de fumée de l'encensoir !

Il y a cependant deux gros empêchements à la chose :

  • quand j'ai eu l'âge d'être enfant de chœur, je n'habitais pas Bruxelles et je n'aurais donc pas pu être kreoltsje
  • de toute façon, je n'ai jamais été enfant de chœur

Du coup, je ne puis que me rabattre sur le sens figuré du mot-sujet de la semaine.

J'en ai connu des thuriféraires !

Toujours prêts à encenser n'importe qui pour peu qu'il y mette le prix.

Bien sûr, vous pouvez trouver ça malhonnête, mais il y a matière à chicane, ratiocination, pinaillage, argutie même !

C'est que pour encenser...

Faut de la braise !

Ah...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

23 décembre 2017

Musique syncopée (Walrus)

 

Dans mon jeune temps, période qui commence à se perdre dans la nuit... des temps précisément, j'avais une cousine spécialisée dans la syncope.

À la moindre contrariété, elle bloquait sa respiration, son visage prenait une couleur violacée avant de pâlir brusquement et la charmante enfant volait dans les vaps. "Elle se pâme !" criaient ses parents qui n'avaient trouvé d'autre moyen pour la tirer de cet état que de se plier à ses quatre volontés (et plus si affinités).

Personnellement, la première fois qu'elle avait tenté ce petit jeu avec moi, je l'avais abandonnée "pâmée" au milieu de la rue. Étonnamment, au bout de quelques pas, elle était réapparue à mes côtés, comme si de rien n'était (ou presque, vu qu'elle m'avait fait la gueule tout le reste de la journée).

La syncope donc, semait le désordre au sein de sa famille.

En musique, c'est pareil : la syncope vient rompre l'équilibre de la mesure, répandant la pagaille au sein des temps forts et faibles.

Mais pourquoi donc alors utiliser un élément générateur de trouble et ne pas se contenter d'une succession de temps bien carrée ? Chaque temps à sa place et les vaches seront bien gardées !

Je vais vous le dire : pour le rythme !

Pas de syncope, pas de jazz !

Vous imaginez, un monde sans jazz...

Mais y a de quoi faire une 4862

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

16 décembre 2017

Vous me connaissez... (Walrus) (354)

 

... après avoir lancé le sujet, je me suis demandé ce qui avait bien pu me pousser à le choisir.

Peut-être sa sonorité, ou l'orthographe tarabiscotée de cet "arbre rouge".

Ou alors, c'est à force d'en voir des massifs entiers au domaine des Trois Fontaines en promenant le chien ou aux alentours du palais royal de Laeken devant lequel je passe à peu près quatre fois par jour.

Ou peut-être bêtement parce que mon pays est réputé pour ses producteurs d'azalées.

Quoi ?

Ben oui : rhododendrons et azalées, même combat ! Je vous montre :

w

 

Et moi, quand on me dit azalée, ça va tout de suite beaucoup mieux parce que je pense immédiatement "Ellington".

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,