13 juillet 2019

La photo c'est pas moi ! (Venise)

 
À Force d’être sponsorisées par le nucléaire voilà ce qui arrivera à nos vies.

Retenez votre irrépressible hilarité, tête de nœud et regardez à travers cette image la fin de nos vies une feuille de salade entre nos dents irradiées. Abusons du collagène pour ne rien en savoir. Mais le soir de Noel au pied du grand sapin BADABOUM ça se gâte !!
Votre dernier smiley ressemblera à une couronne mortuaire.Bon ! n’allons pas trop vite cette photo ne dit rien de nos vies d’avant.
Je vois remonter votre taux de glycémie. C’est vrai je n’y suis pas allée avec le dos d’une cuillère à caviar.
Quand nous poserons nos genoux à terre.
Quand la lumière tombera
Quand fuiront nos certitudes
Et que nos désaccords nombreux s’agiteront inutilement dans nos silences
Je repasserai par la ruelle où je t’ai rencontré la première fois.

v

Nous ne  sommes depuis que des rêves de pierre.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


06 juillet 2019

Sacrebleu ! (Venise)


Sacrebleu t’as ressenti la température extérieure ?

40° !!

Je suis trop fatiguée pour écrire j’ai mal au caillou.
On va se mettre autour de la table au bridge en attendant que ça passe.
C’est peut-être, la fin des haricots !
Va te passer la tête sous l’eau froide !!
Tu es un Viel aveugle tremblant qui refuse de voir la réalité qui nous attend.
Je crois rêver en t’entendant tiens je vais poser un fil dans l’ombre du grand arbre et rester un moment à rêvasser.
L’antidote n’est pas loin t’inquiètes la planète s’en sortira sans nous.
C’est quelques derniers jours ont été mouvementés, bien arrachés au mat !!
Il faut tout foutre en l’air, le téléphone, la voiture , l’ordi tout je te dis .
Nous vivons dans un monde rempli d’objets inutiles.
Tiens le four à micro-onde dehors !

v

J’ai retrouvé les grands arbres au bord de ma fenêtre le grand catalpa.
On aura plus de place pour les idées et le cœur quand on aura fait le ménage.
J’ai une tendresse étrange pour cette canicule car j’y trouve mes doutes et mes combats à venir.
En somme un rendez-vous avec toi-même sacrebleu !!
Nous devons maintenant choisir la route qui instinctivement aurait dû être la nôtre.
ELAGONS ELAGONS les mauvaises habitudes interdisons les listes de mariage trop encombrantes.
Le bonheur se vaudra dépouillé.
 Ça ne signifie pas la fin du voyage ça signifie le commencement de notre humanité retrouvée.
Surtout ne quitte pas une seconde de vue pourquoi on doit se convertir c’est une course contre la montre et il n’y a eu qu’un ALAIN PROST .

v2



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2019

Le LAMPADAIRE (Venise)


Au pied du lampadaire je n’avais pas trouvé une Licorne, pas de pomme d’or non plus.
Mais j’ai ramassé un étrange billet de train.

PARIS VALPARAISO en première classe/ départ immédiat.
 J’étais amusée car une gare au pied de ce lampadaire était une aberration ..
Un train pouvant faire un trajet Paris Valparaiso était si improbable que j’ai souri, amusée.
Une blague sans doute de la SNCF ou d’un cercle de poètes disparus sans doute.

Le lendemain sous ce même lampadaire un autre billet de train était vaguement éclairé.
Celui-ci affichait   Paris Moscou arrêt 10mn à Mexico .
Cette fois-ci le destin insiste me suis-je dit.
Ce questionnement déplaça sans doute mon centre de gravité car je perçus vaguement dans la brume un train qui arrivait et qui effectuait un arrêt sous le lampadaire.
Puis ma raison ayant pris le dessus le train s’évapora comme par magie et le lampadaire imperturbable s’éteignit
Je vous passe le remue-ménage dans ma tête qu’avait provoqué cette apparition.
Ce matin je saisis le billet de train qui était à nouveau sous le lampadaire.Le train apparut aussitôt et une allée de lampadaires accueillaient celui-ci dès son entrée en gare.

v

Des passagers souriants disparurent dans la brume et je fus emportée par une nuée d’ados tous inquiets de rater le départ du train.
Assises avec eux je tendis le billet de train trouvé sous le lampadaire et je lus tout étonnée la destination.
‘Vers les étoiles ‘ tiens dit le contrôleur en se saisissant du billet Madame a de la chance s’est -elle qui décide de notre direction aujourd’hui.
Les enfants impatients de connaitre le voyage tournèrent leur regard vers moi.
 La lune dis- je en riant.
J’ai alors vu le train se soulever dans l’air alors que la Lune nous souriait impatiente de notre visite.

v2

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juin 2019

Amazon.com (Venise)


Mon cœur était sorti de cette relation amoureuse fragmenté.

v

Un vrai désastre m’avait annoncé mon cardiologue.
Mon flot de paroles et de questions décousues attestaient de mon état presque schizophrénique.
Mon cœur dévoilait mon errance géographique.
Je ne pouvais me résoudre à mourir, je commandai alors un cœur en kit à Amazon.com.
Une boite perlée d’or est arrivée par la poste lundi.
J’ai tout de suite compris qu’il s’agissait de mon nouveau  cœur.
Quand j’étais jeune mon cœur écrivait ma vie tout seul je n’en étais pas le maitre mais là devant la notice je me rendais compte de mon pouvoir .
À la première question voulez-vous entendre battre votre cœur ?
J’avais répondu oui
La notice poursuivait
Voulez-vous entendre battre votre cœur comme un petit moulin ou comme le vent qui brasse les ailes d’un ange ?
La question méritait réflexion .
Êtes vous enclin à revivre une histoire d’amour ?
Là j’étais plus hésitante.
Si vous hésitez disait la notice , détruisez la chambre deux qui se situe entre la valve droite et l’oreillette.
Non après réflexion je voulais rencontrer quelqu’un qui m’aime comme une rivière qui me désaltérait
Le cœur est prévu pour avoir le souffle coupé mais pas pour recevoir un poing de marbre dans votre poitrine poursuivait la notice. .
Il faudra rester prudent dans vos relations pour ce faire, installez le cœur bien à gauche de votre poitrine.
Je suis revenue au monde comme une enfant qui presse son visage contre la vitre.
On pouvait encore aimer après avoir perdu son cœur.


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juin 2019

Le duel (Venise)


Ils l’ont cherché toute la nuit avec des lanternes
Quel beau visage éclairé doucement par un rayon de lune ! s’exclame le premier serviteur du prince
Quelques pièces d’or sont étalées dans l’herbe folle .
A son bras gauche un papillon noir bat des ailes.
La sœur du prince arrive en larmes ;

Theodore, Theodore que t’es -t-il arrivé
Encore un duel de trop crie -t elle
Il tourne la tête, la jugulaire presque tranchée et le sang qui ne cesse de s’écouler.
Prends la bague murmure -t-il à sa sœur ouvre là .
Il vient de se rappeler à l’instant les mots de son père.
« N’ouvre cette bague que si une grande menace advient. »
La poudre d’étoiles qu’elle contient te sauvera alors .
Léopoldine s’exécute sur le champ .

v

 
Soudain la montagne devient bleu et le château au loin blanc comme neige
Que dire à présent pense le prince alors qu’une deuxième vie vient de lui être accordée.
Ce matin il a trouvé sous sa porte le faire part d’un ami décédé à un duel.
Il reste immobile et silencieux puis,  fou de rage il interdit les duels dans tout le royaume.
Une manière pour lui d’être plus égal aux autres dans l’adversité.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


08 juin 2019

Incandescent (Venise)


Je pense à mon visage quand j’avais vingt ans.

Lui n’a rien oublié de mon cœur fruit d’orange incandescent.

De mes yeux grands ouverts sur des instants uniques.

Le bonheur tranquille sans rides au front.

Ce visage savait tout ce que vous saviez , mais il en ignorait les méandres.

Il raconte encore sa façon qu’il avait d’aimer, mais ne sait plus en rendre compte .

Il s’oblige encore à braver la lumière et à jouer comme Anouk aimé

Le temps d’une ballade au bord de la mer.

Ce visage a gagné en liberté, pulpe de l’orange suffisamment préservée.

Il s’est affranchi des convenances, il se maquille s’il le veut

Il pleure s’il le ressent il n’a plus de compte à donner à personne.

v

Ce qui se voit c’est l’émancipation incandescente des femmes de ce siècle.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juin 2019

HISTOLOGIE DE LA FACE CACHEE DE LA LUNE (Venise)

Ou les premiers pas d’une femme  sur la lune .

v


La lune un caillou ?
La lune un fromage ?
Les parties honteuses de dieu ?
Le visage caché de la femme ?
Le promontoire d’un songe ?
Madame la lune me permets-tu d’interroger ton identité floue
–LUNE ROUSSE (tu permets que je t’appelle ainsi ?), nous sommes dans la merde : réchauffement climatique, réduction massive de la biodiversité, extinction du genre humain se profilant à l’horizon. Pourrais-tu résoudre le « paradoxe de Thom » et nous dire quel est le véritable nombre de dimensions de notre univers ?
– Wow ! Vous devenez super-ambitieux, vous les Humanos !
– Hmm… nous comptons en fait essentiellement sur toi pour nous donner la réponse !
– Ce n’est pas évident : il faudra que je crunche toutes les data que nous avons sur l’univers ! Tu n’es pas trop pressé au moins ?
– Ça va, on peut encore attendre un tout petit peu.
– Si je dis trois semaines ?
– C’est bon, on tiendra jusque-là.

Et, en fait, dix jours plus tard seulement, la lune m’a rappelé

– J’ai pu gagner un peu de temps en comprimant pas mal de données redondantes, des « double emploi » comme vous dites. Une bonne nouvelle et une mauvaise, je commence par quoi ?
– La bonne, c’est la tradition.
– Sept ! Il y a sept dimensions. Pas étonnant que vous ramiez comme ça : il vous manquait carrément trois dimensions et…
– D’accord, abrège !
– Si on tient compte des sept, tout s’éclaire : passé, présent, avenir…
– Tout l’avenir ?
– Pour l’éternité ! Je peux tout te dire ! 100 % garanti : satisfait ou remboursé, c’est ma devise !
– Et la mauvaise nouvelle ?
– Dans cinq secondes, tu vas me dire : « nous vous passons respectueusement la main ! » Alors, qu’est-ce que tu dis ?

La Singularité, cela pourrait très bien être exactement cela.
Il faut faire l’histologie de votre singularité dans l’univers.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mai 2019

LA GOUALANTE (Venise)

 

Mon coiffeur était un show Man. Il savait appliquer un vieux principe : mettre les rieurs de son côté .

Il savait s’y prendre pour tailler les costumes aux voisins du village.

Quelquefois la sonnerie de son téléphone brisait les apartés "les tontons flingueurs" envahissaient alors le salon de coiffure et nous étions tous sur nos gardes.

C’est un lundi que la semaine a mal commencé.

On jouait une goualante à la radio, une polémique autour de la dernière partie de pétanque était en train de casser l’ambiance. Cette goualante en rajoutait dans le style on ne va pas s’en sortir.

Pourtant il n’y avait pas de lien entre une coupe de cheveux et une partie de pétanque même pas l’épaisseur d’une tranche de jambon.

La discussion s’enflammait sur fond de goualante. On aurait dit un feu de pinède.

Du coup mon coiffeur a sauté comme un bouchon de champagne il a pris jules par sa tignasse et l’a expulsé du salon illico Manu militari!!

La goualante jouait toujours son air à pleurer alors que nous étions morts de rire .

Personne n’avait voulu monter à l’assaut de la polémique avec des seaux à la main . Jules maintenant pleurait sur le trottoir. on aurait dit un slip face à un tsunami .Il avait encore du savon à barbe sur le menton .

Ho là bas le bel oiseau à collerette lui cria une passante en riant. Jules avait le sens de l’humour d’une bordure de trottoir.

Il se remit à pleurer de plus belle. La radio en avait fini avec cette putain de chanson de M……qui devait être pour quelque chose dans ce satané lundi. On avait fait un peu trop de foin autour de cette pétanque.

Pour sortir de ce jardin d’enfants où on s’était tous ensablés, on s’est mis à chanter une goualante du coin dont je tairai les paroles.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2019

Flamberge (Venise)

Il avait surgi au coin de la rue, en éructant des âneries, il avait les cheveux n’importe comment

Des épis partout à la limite de l’Iroquoise.

C’est vrai que du plus loin que je me souvienne il avait toujours été coiffé comme un dessous-de-bras.

Tignasse en pétard la mèche à l’ouest.

Mais vous croyez que je m’éloigne de la contrainte proposée ce samedi par SIEUR WALRUS !!NENNI

Je n’aurais jamais pris un selfie avec lui, mais ce jour-là il tenait dans sa main droite une flamberge et il devint en un instant mon cricri d’amour.

v

 

Oui la mayonnaise a vite pris entre nous, mais ce jour-là il était furax il avait appris qu’on allait fermer l’ENA

L’école dont il était issu. L’annonce avait produit un étrange effet sur lui.

L’ENA était pour lui la pierre philosophale qui transforme tout en or.

Il criait la flamberge au poing ils vont transformer le monde en daube.

C’était son premier fait d’armes, mais hélas ce ne fut pas le dernier. Bon je ne vais pas étaler ma vie privée !!!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2019

L'échauguette (Venise)


L’échauguette c’est l’angle mort de notre rêverie.  Elle
N’enjolive pas le monde, comme un ornement sans conséquence, elle l’intensifie ; elle ne le mutile pas, elle en creuse l’énigme et l’éclat.

L’architecture peut former et exercer notre capacité à pleurer pour tous ceux qui ne sont pas nous, ou qui ne sont pas des nôtres.

Oui Messieurs Mesdames devant une échauguette je pleure. je me vautre dans l’impudeur à cet instant ; mon cœur est à nu devant ce signe que nous fait le temps .

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours senti ce besoin, l’appel de l’architecture. Plus exactement : c’est venu à l’adolescence, et ça ne m’a plus quitté depuis (contrairement à mon intérêt pour le football, par exemple, apparu plus tôt mais dont il ne me reste presque rien).

Certains disent : » tout fout le camp. Ça fout les jetons. On se demande s’il y a eu un temps où ce n’était pas le cas. Où foutre le camp ne résumait pas le tout du peu que nous sommes, que tout est.

Bref tant qu’on trouvera sur notre chemin des échauguettes je serai bouleversée.

Je pensais donc l’autre soir, et puis j’ai pensé à autre chose : la pensée est elle-même sujette à foutre le camp ; du moins la mienne, si tant est qu’en la matière on puisse s’arroger un titre de propriété. Bon.
Je pensais disais je à obtenir un titre de propriété d’une échauguette.

Car qu’est ce qui va rester quand tout aura foutu le camp !!

Je ressens une réticence, le sentiment que quelque chose, de quelque ordre que ce soit, est appelé à demeurer, à ne pas foutre le camp.

Oui sauvons les échauguettes, la dignité d’un être humain indocile aux formatages, consiste à persister à penser à ce genre de questions sans âge, dont la solution est hors de notre portée. Et de ne pas s’en priver, sous peine de se transformer en petit compteur Geiger ou bien en formateur en new public management. Voilà ce que je dis, ici, maintenant, confiant dans nos capacités de résistance. Puisque vous lisez ce défi, vous ne pouvez pas ne pas m’approuver, et cela me procure un sentiment d’affinité. Et me voilà emportée par une impression exaltante : ce qui demeure, ne fout pas le camp, en dépit parfois des apparences.

v

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,