22 septembre 2018

XAONON (Venise)


Afin d’échapper aux caméras vidéo je m’étais cachée derrière la porte qui donnait sur l’arriéré cours.
Le musée allait bientôt fermer. Tout en écoutant le son triste d’une cithare, tel un XONON collé à la paroi je me faisais la plus discrète.
A cause de la chaleur estivale, un volumineux climatiseur vrombissait au-dessus de ma tête d’où s’échappait une eau fétide.
Il avait dû être fabriqué dans un atelier clandestin comme tout ce qui se trouvait dans ce musée.
Quand je serai partie avec l’œuvre sous le bras, ils utiliseront des hélicoptères pour me retrouver pensais je.
Mais c’était sans compter sur mon esprit ingénieux et perspicace quand il s’agit d’inventer des combines illégales.
Quand la sécurité se rendra compte que j’ai brouillé les caméras avec une boite de haricot vert, ils regarderont leur technologie extrêmement pointue autrement.
La caméra ne descendait jamais au-dessous de mes épaules je renonçais à ma posture de XONON pour avançait accroupi au rythme du son de la cithare.

En tant que romancière j’a ici le pouvoir d’arracher la statuette de son piédestal et de dévaler en courant les escaliers et de sauter par la fenêtre laissée entr’ouverte
Mais je n’ai pas besoin de faire usage de tels subterfuges, car durant ce dernier quart de siècle soit dit en passant il y a eu tant de catastrophes divines ou non ; tremblements de terre, pluies torrentielles, invasions de grenouilles, attentats terroristes, missiles que je n’ai que l’embarras du choix pour m’enfuir de ce musée .
Je dis ça par ce que je n’ai pas la moindre idée de la manière dont la voleuse va s’y prendre pour voler le XAONON
Apercevant le gardien de nuit nain et bossu de surcroit je proférais  quelques grossièretés …….
Remplacez les trois points de suspension vous-même je n’aime pas écrire des jurons, car en un sens ça m’implique trop.

Le xaonon est maintenant dans mes mains à la barbe du nain. Elle possède un caractère triste et réservé. J’avais l’impression de faire la queue pour acheter du riz subventionné.
Comment se fait-il que durant les dernières décennies personne n’ait pensé à voler le xaonon
  Serait-il possible que le monde actuel ait renoncé à la valeur de ces statuettes.
Après avoir écrit cette phrase d’un geste rageur, je l’ai effacée.
A vingt-trois heures le xaonon à la main je suis enfin devant le musée la statuette cachée dans mon veston

Dans l’encadrement du porche, deux policiers me font un signe de la main.
Je leur rends leur salut.
Ils me crient soyez prudent ne conduisez pas trop vite.
Selon certains préceptes religieux j’aurai du fondre sous la culpabilité mais stoïque j’avançais sans trembler
AU césar 2019 je compte bien abhorrer mon xaonon pour rivaliser avec ce tas de ferraille. N’est pas Deneuve qui veut !!

 

v

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


15 septembre 2018

La cuite mémorable (Venise)

v

 

Il lui avait donné rendez-vous à la chouette aveugle.

Il l’avait attendue toute la nuit.

Siband avait un peu trop bu de whisky

Sans être une machine à prédire l’avenir il avait deviné qu’elle ne viendrait plus.

C’était un lapin de plus à la longue liste des rendez-vous manqués.

Il avait décidé de rayer de sa mémoire son nom, sa voix et tous les souvenirs d’elle .

Le whisky son seul véritable compagnon tenait ses promesses Lui !! !!

Que faire de plus se dit-il vaseux, écœuré,

Est-ce qu’à l’âge du bronze on était amoureux ?

Ils n’auraient pas survécu deux mille ans s’ils n’avaient pas connu l’amour

À moins que déjà le whisky ait joué un rôle majeur dans la traversée de l’humanité.

 

Alors que Simbab dans sa cuite somnolait et faisait des hypothèses, il sursauta soudain effrayé par le bruit des voitures.

L’angoisse se mit à l’étreindre.

A présent il dodeline le long de square avenu. Les trottoirs de cette rue sont toujours bondés de monde.

Simbad possédait un sixième sens qui s’activait pendant une cuite au whisky que de nombreux écrivains auraient pu lui envier.

Il venait de l’apercevoir sur le trottoir d’en face c’était elle.

Maintenant ils marchent cote à côté comme deux étrangers.

Ils se retournent soudain se regardent droit dans les yeux.

Mais simbad a une envie soudaine d’uriner il se précipite derrière un buisson.

Satané whisky pense-t-il ce n’était pas le moment.

Elle se trouve devant une boutique de robe de mariée princière.

 

v1

 

Tu connais le prix de ces robes dit simbab les yeux injectés de sang ?

 

Bien que les chiens n'aient pas le droit de rentrer dans ce genre de boutique

Puis je n’aime pas interrompre le cours de l’histoire pour vous donner des tonnes d’explications.

Ils regardent tous deux le catalogue.

Je vous laisse imaginer la fin avec un bon verre de whisky.

v2

 

 

Scénarios possibles à vous de choisir l’option

1 elle file dans la cabine d’essayage

2 ) le flair de simbad lui dit de se barrer

3) C’est à ce moment précis qu’ il reçoit la gifle de la vendeuse

4) vous vous rendez compte combien une chute c’est le nerf du texte et que vous ne rivalisez jamais avec ceux de l’écrivain et vous jetez le gant pour vous taper la cuite mémorable.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

08 septembre 2018

En vadrouille (Venise)


Dans mon pays d’avant
Je vadrouillais, dans l’herbe, et les champs labourés.
Mon œil striait les rivières inconnaissables.

v

A la rencontre de mon jeune âge, je vadrouillais.
La patience de ma mère, terre unique du repos, mains pleines de Marguerittes
Alors que grandissait sans bruit le figuier du jardin.
Quand la solitude a grandi, j’ai été prise d’immobilisme et mon visage de pierre
Ne tremblait plus.
J’étais l’enterrée vive qui se meurt sous son chêne.
J’avais au fond de moi un gout caché pour la rivière qui court, sinueuse d’onde fraiche.
J’étais restée la femme qui navigue, qui va qui vient, pareil au souffle fragile de l’algue.

A tant d’heures consumées, je me console mal,
A tant de matins non partagés, je me console mal.
Tous ignorent que mon chant nait de cet espace ouvert qui se désire  du vent qui nait dans le vallon.
Alors que mon enfance bâille devant les sépultures des anciens
Je renais en vadrouille des chemins oubliés
J’épie, le lièvre et le vautour, je garde sous mes doigts des graviers des rivières vagabondes.
S’entête en moi un désaccord entre mes racines et le vent qui m’ensemence ailleurs.
Je descends de toutes ces nuits enrochées,
Et je chante les fleuves qui roulent, qui dévalent, et qui éclairent d’un jour neuf mon encre bleue .

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2018

UKULELE (Venise)

 
Je voudrais communiquer à mes amis lecteurs mes pensées interdites.
Comme : comment raconter des vacances que vous ne réaliserez jamais faute de moyens !!

v1


Comment ?

C’est justement l’histoire que je vais tenter vous raconter.
Ici cependant , j’ai choisi une méthode narrative et ce n’est pas uniquement pour respecter la consigne , mais je veux écrire des phrases décousues ,des propositions sans verbe , des expressions qui utilisent des temps différents au petit bonheur la chance afin que les images des vacances qui n’ont jamais existé s’emboitent aisément afin de donner à l’ensemble un grain de vérité .


Grâce à cette méthode-personne ici présente ne doutera une seconde que j’ai réellement dansé sur un air de ukulélé au bord dune mer de la Polynésie française et que cette vision érotique ne vous lâchera pas.
Puis suivant le cours de mes pensées et de mon imagination débordante qui n’a jamais quitté les trottoirs parisiens, je vous raconterais une fois que j’aurai mimé  le ukulélé et la danseuse comment   je passerai sans transition à cette tempête sur le bateau qui me conduisait à cette île mystérieuse.
Cependant j’ai beaucoup trop de problèmes à résoudre en ce moment ( déclaration d’impôt facture EDF)pour me préoccuper du son du UKULELE , à vrai dire je m’en fous royalement, mais je ne renonce toujours pas à épater la galerie .

L’atroce lutte que je mène intérieurement commence à se voir et mes amis commencent à se demander si je suis bien allé en Polynésie .
Alors là tenez vous bien je sors le grand jeu !!
Un ukulélé acheté la veille aux puces !!
Non dans mon pays on peut mentir à ses amis qui ne vous dénonceront pas à la CIA si vous jouez mal du UKULELE.
Je sais que l’intrigue est devenue plus sinueuse, mais ne m’interrompez pas !!

Tu es certaine qui tu sais jouer du UKULELE me dit mon amie.
Mais un millier de cinglés prétendent jouer du ukulélé et c’est à moi aujourd’hui d’apporter la preuve que cet instrument n’a plus de secret pour moi .
Elle sourit gênée puis repart de plus belle !!
Espèce de crétin, tu n’es jamais allé en Polynésie et ses chimères ne sont suscitées que par ton dernier séjour en prison !!

v2


voilà comment mes amis ont anéanti une activité hautement culturelle .

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

25 août 2018

L'eau (Venise)

 

Il y a un nuage au-dessus de nos têtes pour chacun de nous .

La pluie tombe encore en pluie blanche , pour encore combien de temps ?

Elle disparaitra et nous perdrons la fraicheur naturelle de la terre .

Il suffirait d’un pas plus léger , désencombré , plus gracieux, pour remonter à la source .

Il faudra défaire la pelote , se recroqueviller sous les tilleuls et reconnaitre qu’ils sont plus grands que nous que vous et moi.

ET là dans ses heures calmes, le ciel nous accordera un peu d’eau .

Mais pour combien de temps ?

v

Les nuages sentinelles continuent leur course , tout ce que je sais d’eux je le dois

Aux vagabonds ,à ceux qui se lavent sous un ciel gris en riant .

Je le dois à nos faiblesses, à nos désaccords, à toutes ces petites choses qui se vengent en nous .

Afin qu’on nous accorde encore un peu d’eau et des larmes.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


18 août 2018

Marions-nous (Venise)

v

C’était toi

C’était moi

Nous nous étions reconnus avant même de nous apprivoiser

Nous aurions notre maison et de grasses matinées

J’ouvrirai mon âme et accueillerai la tienne dans mes mains.

Nous nous déporterons d’un JE vers un NOUS

Pour que nos cœurs ne nous lâchent pas.

Les amoureux sont les seuls vrais enfants que je connaisse.

Ils sèment la joie partout où ils passent.

Nos corps greffés l’un sur l’autre parlent une langue barbare

Faite de baisers mouillés, de paroles qui nous ressuscitent dès qu’elles sont prononcées.

Marions-nous. !!!

Chavirons de fatigue et de joie comme les algues sous la barque du pêcheur.

Marions-nous , nous qui sommes nés sans peau .

Asseyons-nous sur les premières marches de l’église toi dans ta robe de baptême

Et moi dans mon costume bleu ciel sans nuages.

Comptons nos pas sur les dalles comme si nous écoutions une sonate de Glen.

Aimer nous rend libres.

Rassemblons nos doigts dans une alliance qui brisera l’usure du temps.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

11 août 2018

La langue d'arbre (Venise)


Assise au pied de ce tronc j’écoute la langue d’Arbre

v


Celles des acacias, des ormeaux, et des sycomores.

Il y a ce matin dans les arbres tout l’alphabet du monde

Le thème astrologique du christ avant sa mort.

Pourtant la langue de bois rôde et cherche à faire taire les petits chanteurs à la croix de bois.

Cessez vos vaines promesses, vos impostures Hommes à la langue de bois.

Je suis impatiente d‘apprendre les mille langues d’arbres et de voir vos masques tombés.

On a perdu la langue d’arbre celles qui donnent les fruits sucrés, qu’on partageait avec le bouvreuil.

Alors comme une armée en déroute abandonnée à l’ennemi vous comprendrez vos paroles sans vérités déracinées de nos terres fertiles.

Puis il y a ceux qui n’ont jamais quitté la langue d’arbre et qui parlent sans qu’ils soient nécessaires d’en douter.

Cesses de préparez vos mauvais coups avec votre langue de bois, même les platanes dont le tronc est creux vibrent plus que vous et chantent à nos oreilles comme de vieux pèlerins.

Il est plus aisé de parler la langue de bois que d’être cet idiot du village qui parle la langue d’ARBRE.

C’est peut-être le métier le pus difficile !!

Avez-vous déjà rencontré l’idiot de votre village quand il vous dévisage et cherche en vous la langue veinée, marbrée des arbres ?

Ce soir j’observe les Margueritte piqués à la machine à coudre sur le tablier de ma petite fille. Elle Lit Racine, je découvre sur son visage de noix et sous sa peau ébène La Joie., la joie de parler la langue d’arbre.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

04 août 2018

La vie en rose (Venise)

v1

Elle chantait la vie en rose et pourtant elle m’a fichue le bourdon durant toute sa carrière avec ses tremolos dans sa voix, son légionnaire, la passionaria des faubourgs.

Chaque fois que j’écoute piaf j’entends la mise à mort d’un agneau, le ciel se déchire.

v2

Vous l’avez compris j’aime la vie en rose fuchsia, ce rose aussi discret que les roses cueillies par Ronsard dès l’aube.

v3

 

J’aime aussi les éléphants roses ceux qu’on peut découvrir après de savantes manipulations génétiques dans les jardins du Luxembourg.

 

J’en dissimule l’un deux dans mon sac à main. Sa petite trompe me chatouille les narines le soir

Et mon sommeil s’en trouve plus profond habité, d’anges mutins chevauchant des éléphants roses.

v4

La rose est sans pourquoi, vous pouvez vous déplacez sur l’échelle de la kabbale, ici on entre dans un monde qui refuse de se justifier.

Parfois la nuit, le diable s’endort sur mes lèvres. Il prend des vacances, le rose tranche les ténèbres et redonne de la clarté aux joues de la vie sans pourquoi.

Certains jours pourtant le rose menace de m’absorber, ces jours-là pareil à un bonbon à la fraise on me dévore. C’est là que je comprends à quel point je pourrai être sacrifiée sur l’hôtel de la gourmandise.

Le rose est un alibi hurlent les climatologues, ouvrez les yeux gens de peu, crient -ils.

Alors comme un daim pris dans leurs phares, je bascule dans le néant où un arc en ciel se forme.

v5

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

28 juillet 2018

Histoires d'ours (Venise)

v1

Voici l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours.

 

v2
Hé moi aussi j’ai vu l’homme qui a vu l’ours

 

v3

Allo oui , l’homme qui a vu l’ours attend son courrier , j’arrive !!

 

v4

On ne vend pas la peau de l’ours avant que l’homme qui  a vu l’homme jure sur la bible d’avoir vu l’ours !!

 

v5

Voici l’homme qui a vu l’homme qui a vu le cheval je sais je suis hors sujet mais c’est comme ça !!

 

v6

Voici l’homme qui a vu l’homme et qui a pris un pied au cul !!



Bonne vacances à tous de la part de Monsieur hulot.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

21 juillet 2018

LES CANONS DE NAVARONE (Venise)

v

 

 

Pour cet été , je vous propose un jeu.

L’idée/

 

Trouvez dans le film LES CANONS de NAVARONE les clichés, les répliques qui résonnent avec situation grecque actuelle.

EX :en 1943 les allemands tiennent la Mer EGEE. Vous voyez où je veux en venir.

 

Sur Karos le point de ralliement est le Monastère de saint ALEXIS .

 

Moi j’ai trouvé 11 coïncidences

A vous de jouer.

Entre nous cet été revoir les gueules de :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gregory_Peck

https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Niven

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anthony_Quinn

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanley_Baker

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,