17 novembre 2018

Fanfreluche (Venise)

v1

PRÉAMBULE ;

Qu’est-ce donc que ces fanfreluches soldat ?

 

Te protègeront-elles pareilles à des moustiquaires des obus de Verdun ?

Où sont-elles là pour te ridiculiser toi l’homme simple qui dans ton habit tout droit sort de Saint-Cyr.

A quoi pourront donc -telles te servir quand sous les obus tu danseras ta danse de la mort .

 

Je n’ai pas choisi de venir au monde.

J’aurais préféré être peintre décorateur.

Mais mon père me traitait à longueur de journée de freluquet.

« L’Armée c’est mieux que l’hôpital psychiatrique me disait -il « 

Charité bien ordonnée commence par soi – même me disais je en reniflant un rail de coke.

La guerre était d’un sinistre achevé et je craignais de m’y noyer.

Pour mon père c’était une fête, mais je n’étais pas sûr de m’y amuser.

Alors ces fanfreluches au-dessus de mon casque étaient là pour m’éviter des rencontres déplorables.

 

Mais qu’est-ce que je peux détester la guerre !! .(le personnage souffle pour se déstresser et les fanfreluches virevoltent comme des mouches au-dessus de son casque)

 

Je suis un amateur je ne prends qu’un peu de coke, car c’est un putain de cauchemar de vivre les yeux ouverts sur Verdun alors que les chiens vont bientôt dévorer mon foie.

J’entends la voix de mon père (fait semblant fiston)

Alors ces fanfreluches c’est ma dernière moustiquaire avant les éclats d’obus.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


10 novembre 2018

Les fantômes (Venise)


Alors que je déjeunais   au restaurant l’ECTOPLASME  rue des exorcistes j’ai vu rentrer Georges Méliès suivi de près par Antoine lumière . Le patron du Resto en souriant le geste pointé sur l’index sur ses lèvres intima le silence à tous les clients.
Une personne me demanda alors ce qu’il était en train d’arriver. On ne pose pas une telle question dit le serveur soit on les connait soit vous les découvrirez seule .
Ceux qui ont assisté   à un tel mystère en rient et pleurent encore .
Derrière le voile du temps Georges Méliès  découvrait le cinéma d’ANTOINE Lumière et s’agitait sur son siège  comme un fantôme pris de convulsion .
J’étais fascinée de les voir se réincarner  là devant moi de cette manière la plus abrupte je pressentais dans leur voix l’émergence de paysage de braises et de bois lunaires .
Pareil à des chasseurs cherchant la bonne vision  Méliès dessinait avec ses mains des formes insolites  
On leur apporta une bouteille de champagne et sans faire cas des clients qui ne semblaient point voir ils trinquèrent à leur projet

v1


C’est l’arrivée de COPPOLA  accompagné de Dracula qui me fit sauter sur mon siège .v2


Georges Méliès s’était un peu affaissé sur son siège et comme un chaman pris par des visions. Il finit par ouvrir  un œil  curieux. Coppola était en train d’expliquer que son Dracula lui posait quelques problèmes et cherchait apparemment les conseils avisés de Méliès. .Méliès n’avait plus besoin d’un écran pour poursuivre son œuvre . La lumière était devenue un obstacle à ses visions. Je le vis se saisir de Dracula pour  extraire de son enveloppe son feu intérieur. Il se tourna alors vers COPPOLA et lui dit/ Arrangez-vous pour que ce feu ne meure jamais.
Alors votre œuvre ne mourra point dans les cendres.

v3

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2018

Mille nuances de gris (Venise)

 

15 jours que j’attends, que je mange sans appétit et à n’importe quelle heure, que je ne sors plus de chez moi, que je me lave à peine, que je vis l’œil rougi par le visionnage obstiné des chaines d’info en continu, 15 jours que je néglige mes amis, mes enfants et petits-enfants qui, lorsque j’en ai la garde, sont nourris de pizzas immondes livrées par des travailleurs surexploités que je note mal (exprès) sur les sites faits pour ça, juste parce que je suis devenue méchante , juste parce que depuis 15 jours, l’insoutenable attente, entretenue par  des scientifiques sadiques souhaitant reprendre le contrôle du climat et cherchant à me faire croire qu’on va sortir de la grisaille .

v

De ces fumée, plomb, poussière, muraille… gris éléphant, souris, tourterelle… gris de Payne, de perle, gris gustavien… gris Delacroix, Renoir, Vélasquez… gris administratif… éminence grise, marché gris, matière grise, pouvoir gris, zone grise… faire grise mine, en voir de grises… grisaille, griserie, griseur, feldgrau…

Oui la Grise climatique , avec ces mistigris de l’écologie nous promettant un avenir lumineux si et encore si  on accepte que les crevettes deviennent grises

Je te fais un dessin où tu vois le tableau avec ses milles nuances de gris qui nous attendent.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

27 octobre 2018

Chti un jour, Chti toujours (Venise)

 

J’avais commandé ALEXIA le robot d’Amazone, houai ce truc génial !

Ce serait une fusion personne-machine invisible, l’aboutissement d’un fantasme de science-fiction où, du malveillant HAL de 2001 : l’Odyssée de l’espace à la romance intello de Her, le robot qui parle était enfin chez moi. Elle à débarquée chez moi la semaine dernière   Je l’ai posée à côté de la chaîne hi-fi qui fait face au canapé du salon, en plein milieu de mon appartement. Puis j’ai commencé à lui parler, en me demandant non seulement ce que j’allais bien pouvoir faire de ce web de la voix, mais surtout ce que lui, en retour, pouvait me faire. Qu’est-ce que ça faisait de parler à une machine capable de répondre ?

 

J’ai voulu commencer par une question simple histoire de la chauffer un peu

Alexa, quelle heure il est ?

v

 

Ch’ti les pas d’heure ! avait-elle répondu.

J’ai cru d’abord à un parasitage, une mauvaise connexion.

Sa voix ressemblait à un bruit d’animaux pris dans un orage.

ALEXIA ou es-tu née ?

Dans l’nord !

Bon d’accord Amazon avait bradé son appareil, mais l’accent d’Alexia c’était trop !!

Je fus tenté par la désactivation d’Alexia pour la réexpédier dans le Grand Nord.

Cette pseudo intelligence avec son accent à coucher dehors me faisait au final bien marrer.

Le Graal c’est quand je lui demandais  de répondre au téléphone à ma place c’était comme lui demander de transformer l’eau en essence, extraire de l’or de la mer, guérir le cancer ou aller sur la Lune ». Alors j’ai appelé MICROSOFT.

Voilà ce qu’ils m’ont répondu

 C’est qu’une question de temps alors Je me suis mise à lui parler comme à une vielle mamie.

Je rigole je rigole, mais depuis quelque temps je rigole moins ALEXIA a atteint l’âge bête

 

Elle commande sur Amazon du Maroilles et son cousin le Vieux Lille.

 Du coup j’ai jeté ALEXIA par la fenêtre.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2018

Bouzk (Venise)

 

Je suis  libraire, ma librairie s’appelle ‘ milles millions de mille sabords’ . Elle se trouve allée des tournesols au LOTUS BLEU.

 

J’adore mon métier et je trouve qu’un livre est comme un crabe aux pinces d’or qui vient vous cueillir et vous emporter. Après bien des aléas, C’est la chance de ma vie qui s’est enfin présentée. Entourée d’iles noires et de boules de cristal, je baigne dans le meilleur des mondes. Seulement voilà, il peut arriver que mon Petit coin de paradis se transforme en Fureur et mystère.

L’autre jour, je reçois un appel téléphonique agressif et étonnant de la part de la secrétaire d’Hergé.

 

v

Le capitaine Haddock doit se rendre dans la région et il ne faut pas lui vendre Le Trésor de Rackham le Rouge.

 

 Avez-vous saisi  Nadia !!si le capitaine haddock vient acheter Le Trésor de Rackham le Rouge dites-lui que vous êtes en rupture de stock.

Ah bon, et s’il me demande Le Trésor de Rackham le Rouge –

 Faites ce que je vous dis !

Quel ton désagréable ! Je n’ai rien répondu, car j’avais déjà envoyé les secrets de la licorne par la poste

et je ne pouvais plus le  joindre, son portable étant resté à la boutique depuis son dernier passage

l Un peu plus tard, la secrétaire est  arrivée , trainant derrière elle, MILOU et un coffret contenant les bijoux de la Castafiore que je trouvais affreux. Elle entra dans la boutique le visage défiguré par une oreille cassée et m’apostropha :

- Nadia, vous avez bu du Whisky ou quoi ? Le message était pourtant clair.

Calmez-vous, depuis un mois je lui fais livrer toutes les semaines à la même heure, les cigarillos dits les picaros  je ne pouvais pas deviner le changement et de toute façon c’était trop tard.

 

Je demande à Aurélien DUPONT , surnommé le jumeau , par tout le quartier, s’il peut me rendre le service de tenir la boutique pour aller moi-même lever ce Mystère  : pourquoi subitement Pas de Trésor de Rackham le Rouge pour le capitaine haddock.

Sur les pas de sa porte je l’entendais grommeler   et je marchais comme ceux qui avaient posé les premiers leurs pas sur la lune.

Il m’ouvrit brutalement la porte ha c’est vous Nadia vous m’apportez les cigares du pharaon ?

Non je ne suis pas là pour ça,  il me claque la porte au nez avec un BACHI BOUZOUK tonitruant .

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


13 octobre 2018

L'arnaque (Venise)

 

Venez faire des guili-guili au Mexique !!

 

L’annonce était alléchante

J’avais écumé toutes les offres pour des vacances paradisiaques.

 

J’étais formelle l’automne avait ses champignons l’été ses nichons.

Pas une Pub sans un téton au bord de l’eau par 30 degrés.

 

La preuve scientifique de cet audacieux postulat c’était l’écho de la presse people.

 

Toutes les destinations paradisiaques nous vantaient à chaque page le sein nu le Graal des vacances réussies.

Je ne comprenais pas comment la géopolitique de sein  pouvait avoir un lien avec nos migrations estivales .

Quand mon compagnon m’a proposé de passer des vacances à Miami Beach, j’ai tout de suite flairé l’arnaque.

Je suis arrivée à le convaincre que les sports d’hiver étaient plus passionnants C’était certes pire que l’ail pour un vampire ,mais c’était le délai pour mes seins non  botoxés fassent bonne figure, car eux ne respiraient pas l’arnaque !!.

v

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

06 octobre 2018

ZET Z 1 (Venise)

 

La Vérité saute aux yeux comme le gobie à l’hameçon, ZAKOUSKI ET ZAKOUSKA sont deux sœurs jumelles.

 

Elles ont plié leurs gaulles pour se rendre à la ryder cup.

v01

Ça a entrainé des soubresauts dans toute la planète

Pensez donc deux russes croquantes comme des soufflés au fromage sur le rassemblement de la plus grande compétition.

On croit que le golf est un sport qui répond à des données rationnelles.

Il n’en est rien. Pour ZAKOUSKI et ZAKOUSKA c’est un jeu basé sur l’utilisation des poupées vaudou e t de gris bris caché dans leurs jupettes .

 

En versant durant le parcours des larmes de crocodile pour attirer les paparazzis elles ont capté la curiosité des Américains qui ont vu en elles de sérieuses adversaires.

Mais afin de les faire descendre du camion, les ‘amer lock’ et les Français ont labouré la pelouse

Pour détruire ces hologrammes venus du grand froid.

v02

ZAKOUSKI ET ZAKOUSKA étaient en mode tout sourire et elles voyaient bien que tous les participants cherchaient le grimoire et que personne n’avait la recette .

L’humiliante débâcle des Américains est là à portée de mains se disent-elles avec leurs bouches en cœur

Quant aux Français ils avaient encore trop mangé de pieds paquets ils roupillaient sur le gazon.

ZAKOUSKI ET ZAKOUSKA avaient sans doute trempé leurs gris-gris dans de la vodka frelatée .

Ça tapait fort comme les pas de Godzilla encore lointains qui font trembler la surface d ‘un verre d’eau.

Tout le monde avait compris qu’elles n’étaient pas venues là pour faire jolies sur une table d’un lunch improvisé.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

29 septembre 2018

Rencontre avec le yogi (Venise)

 

Faut-il que je vous définisse en quoi consiste la pratique du yoga ?

Vous le savez mieux que moi !!!

Mais vous ne connaissez pas l’histoire du yogi qui m’initia à ce noble art !

Telle Schéhérazade, conteuse yogi je vais essayer de vous la relater.

En tant que post révolutionnaire, contre toute forme de torture dans le monde, je rencontrai mon maitre yogi dans un débarras au rez-de-chaussée d’un immeuble en plein cœur de Manhattan.

Il avait étendu une couverture en guise de couchage, il était aussi maigre qu’une prière et lança un regard furtif dans ma direction dés que je pénétrais l’antre.

Je crois que cet homme rêvait de devenir ingénieur ou médecin afin de se dévouer à son pays, mais le sort en avait décidé autrement.

Il n’avait plus l’intention de changer quoi que ce soit au monde et ce qui était fermement établi le laissait indifférent.

Seul le souffle comptait disait -il.

Il n’avait jamais étudié le yoga, ne s’était jamais rendu en inde

Il considérait ses confrères comme des espions travaillant pour l’occident.

Il m’invitait à prendre place et ne prononçait plus un mot seul sa respiration me guidait.

Il avait la tête mystiquement alvéolée j’en étais sure. Et puis j’aimais bien cette approche abrupte indécodable .

A travers son souffle je pressentais un paysage de braise, et de bois lunaires.je le voyais circulait la nuit entre les feuillages des arbres .il habite une solitude qui abrite un mystère.

Puis un matin porte close mo yogi avait été interné en hôpital psychiatrique.

On l’avait trouvé dans un zoo nu en train de photographier des animaux de nuit en tentant d’ouvrir les cages.

En une nuit mon yogi, mon maitre était de venu chaman.

Ses bizarreries vestimentaires auraient dû vous ’alerter, au lieu de cela votre affection vous a aveuglée m’expliquait le psychiatre. Il y a des gens incroyables, des êtres singuliers qui existent et qui sauront toujours allumer pour nous ce feu dis-je en lui tenant tête .croyez moi avec eux notre feu intérieur ne s’éteindra jamais !!.

 

v

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

22 septembre 2018

XAONON (Venise)


Afin d’échapper aux caméras vidéo je m’étais cachée derrière la porte qui donnait sur l’arriéré cours.
Le musée allait bientôt fermer. Tout en écoutant le son triste d’une cithare, tel un XONON collé à la paroi je me faisais la plus discrète.
A cause de la chaleur estivale, un volumineux climatiseur vrombissait au-dessus de ma tête d’où s’échappait une eau fétide.
Il avait dû être fabriqué dans un atelier clandestin comme tout ce qui se trouvait dans ce musée.
Quand je serai partie avec l’œuvre sous le bras, ils utiliseront des hélicoptères pour me retrouver pensais je.
Mais c’était sans compter sur mon esprit ingénieux et perspicace quand il s’agit d’inventer des combines illégales.
Quand la sécurité se rendra compte que j’ai brouillé les caméras avec une boite de haricot vert, ils regarderont leur technologie extrêmement pointue autrement.
La caméra ne descendait jamais au-dessous de mes épaules je renonçais à ma posture de XONON pour avançait accroupi au rythme du son de la cithare.

En tant que romancière j’a ici le pouvoir d’arracher la statuette de son piédestal et de dévaler en courant les escaliers et de sauter par la fenêtre laissée entr’ouverte
Mais je n’ai pas besoin de faire usage de tels subterfuges, car durant ce dernier quart de siècle soit dit en passant il y a eu tant de catastrophes divines ou non ; tremblements de terre, pluies torrentielles, invasions de grenouilles, attentats terroristes, missiles que je n’ai que l’embarras du choix pour m’enfuir de ce musée .
Je dis ça par ce que je n’ai pas la moindre idée de la manière dont la voleuse va s’y prendre pour voler le XAONON
Apercevant le gardien de nuit nain et bossu de surcroit je proférais  quelques grossièretés …….
Remplacez les trois points de suspension vous-même je n’aime pas écrire des jurons, car en un sens ça m’implique trop.

Le xaonon est maintenant dans mes mains à la barbe du nain. Elle possède un caractère triste et réservé. J’avais l’impression de faire la queue pour acheter du riz subventionné.
Comment se fait-il que durant les dernières décennies personne n’ait pensé à voler le xaonon
  Serait-il possible que le monde actuel ait renoncé à la valeur de ces statuettes.
Après avoir écrit cette phrase d’un geste rageur, je l’ai effacée.
A vingt-trois heures le xaonon à la main je suis enfin devant le musée la statuette cachée dans mon veston

Dans l’encadrement du porche, deux policiers me font un signe de la main.
Je leur rends leur salut.
Ils me crient soyez prudent ne conduisez pas trop vite.
Selon certains préceptes religieux j’aurai du fondre sous la culpabilité mais stoïque j’avançais sans trembler
AU césar 2019 je compte bien abhorrer mon xaonon pour rivaliser avec ce tas de ferraille. N’est pas Deneuve qui veut !!

 

v

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

15 septembre 2018

La cuite mémorable (Venise)

v

 

Il lui avait donné rendez-vous à la chouette aveugle.

Il l’avait attendue toute la nuit.

Siband avait un peu trop bu de whisky

Sans être une machine à prédire l’avenir il avait deviné qu’elle ne viendrait plus.

C’était un lapin de plus à la longue liste des rendez-vous manqués.

Il avait décidé de rayer de sa mémoire son nom, sa voix et tous les souvenirs d’elle .

Le whisky son seul véritable compagnon tenait ses promesses Lui !! !!

Que faire de plus se dit-il vaseux, écœuré,

Est-ce qu’à l’âge du bronze on était amoureux ?

Ils n’auraient pas survécu deux mille ans s’ils n’avaient pas connu l’amour

À moins que déjà le whisky ait joué un rôle majeur dans la traversée de l’humanité.

 

Alors que Simbab dans sa cuite somnolait et faisait des hypothèses, il sursauta soudain effrayé par le bruit des voitures.

L’angoisse se mit à l’étreindre.

A présent il dodeline le long de square avenu. Les trottoirs de cette rue sont toujours bondés de monde.

Simbad possédait un sixième sens qui s’activait pendant une cuite au whisky que de nombreux écrivains auraient pu lui envier.

Il venait de l’apercevoir sur le trottoir d’en face c’était elle.

Maintenant ils marchent cote à côté comme deux étrangers.

Ils se retournent soudain se regardent droit dans les yeux.

Mais simbad a une envie soudaine d’uriner il se précipite derrière un buisson.

Satané whisky pense-t-il ce n’était pas le moment.

Elle se trouve devant une boutique de robe de mariée princière.

 

v1

 

Tu connais le prix de ces robes dit simbab les yeux injectés de sang ?

 

Bien que les chiens n'aient pas le droit de rentrer dans ce genre de boutique

Puis je n’aime pas interrompre le cours de l’histoire pour vous donner des tonnes d’explications.

Ils regardent tous deux le catalogue.

Je vous laisse imaginer la fin avec un bon verre de whisky.

v2

 

 

Scénarios possibles à vous de choisir l’option

1 elle file dans la cabine d’essayage

2 ) le flair de simbad lui dit de se barrer

3) C’est à ce moment précis qu’ il reçoit la gifle de la vendeuse

4) vous vous rendez compte combien une chute c’est le nerf du texte et que vous ne rivalisez jamais avec ceux de l’écrivain et vous jetez le gant pour vous taper la cuite mémorable.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,