12 janvier 2019

Les courses (Venise)


Au fond ce qui m’intéresse dans les courses c’est de bifurquer place du pont vivaux et de me diriger à Longchamp.
Je sais c’est un jeu imaginé par Satan, mais détourner les 100e que me donne Paulette pour les courses de la semaine par des courses certes aléatoires, mais qui peuvent nous nourrir des années bigre !! Il n’y a pas photo !!

Le jeu c’est un virus, mais ce jour-là c’était Magdalena, l’étoile montante mon super U à moi, la pouliche sur qui j’avais tout misé.
Je n’ai pas pu éviter la catastrophe financière. MAGDALENA s’est vautrée quand le téléphone a sonné.  

v1


Paulette avait oublié le beurre sur sa liste des courses, et moi j’avais oublié Paulette.
Je me sentis défaillir.
Depuis ce n’est pas le vin qui me retourne le cerveau, mais de manger des steaks de cheval que paulette m’oblige à ingurgiter.
A chaque fois que je passe devant la boucherie chevaline, je revois Magdalena et son air de diva en début de course.
Jouer au poker c’est comme un acte proche de la désobéissance civile, j’ai misé, une fois de plus la somme que m’a confiée paulette et  je suis passé devant la boucherie et j’ai filé tout droit au bistrot .
Je sais que ce scénario était une folie, mais croyez-moi si vous voulez je suis rentré avec le sac rempli de victuailles et en prime une bouteille de champagne.
Demain je reprends le chemin de l’hippodrome.

v2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


05 janvier 2019

Macaroni (Venise)

Le vieillard regardait le ciel , derrière l’étoupe noire des nuages il devinait la lumière du printemps .

v

Celui qu’on avait traité de sale macaroni dans son enfance se tenait là dans la rue principale vociférant des couplets enroués, dévisageant les badauds avec effronterie et chaleur .

Ceux qui n’avaient rien à faire lui emboitaient le pas pour chanter avec lui .

Le buste un peu penché et les mains dans le dos le sale macaroni des vieilles cours d’école dansait maintenant d’un pas léger et alerte.

La foule acquiesçait du regard. Ainsi escorté il humait l’air vif du matin et se réjouissait d’apporter cette gaité dans les cœurs.

C’était une foule inoffensive guidée par un macaroni qui a retrouvé la saveur de la vie dans le chant la danse et la musique.

La rue est maintenant inondée de lumière, la large ceinture de cotonnade ceinturait les reins du vieillard et parfaitement à l’aise il saluait la foule .

Sa voix flottait comme une arche au-dessus de toit puis il s’étendit par terre  et mourut .

Bon d’accord cette fin abrupte vous déplait !

Mais je trouve que commencer l’année par la fin de quelque chose , c’est comme si on nous servait pour le soir du nouvel an un plat de macaroni en disant bientôt on aura du caviar .

La fin de cette histoire appartient à tout le monde et à personne à la fois ainsi personne ne sera dépossédé de la fin de ce macaroni qui a dévissé . je sais votre déception est immense mais ne vous tourmentez point et filez comme Jésus marchant sur l’eau en quête d’un miracle 2019 en sera plein et tout sera possible .

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

29 décembre 2018

Le lacyderon (Venise)


Je parle 7 langues mais celle que j’affectionne  en ces temps agités c’est le lacyderon langue des sous- bois qui garde un caractére explosif et très imagée pour dire  sa relation au monde .

Elle est si riche et si inventive que je ne me lasse pas de la découvrir et d’exercer toute sa puissance dans les diners parisiens.


Je pourrai vous en parler en long et en large et en traviole car elle a quelque chose de commun avec la langue des sans dent , les invisibles.
Il m’arrive dans les diners du 4 /40 de plisser de la truffe quand j’entends leur estomac qui gargouille .
Depuis quelques mois ils se sont tous mis à parler le lacyderon histoire de refaire monter leur taux d’humilité. Ils se cachent même pour manger du foie gras ..
Il n’y a en a que pour ces champignons parisiens élevés dans l’obscurité humide des caves , ces laissés pour compte qui sont à la manœuvre .
Incroyable pataques que l’année qui vient . Tous ceux qui arriveront jusqu’à l’année qui vient parleront la langue chatoyante du lacyderon. Les bois , les étangs , le ciel , les mobylettes et l’eau de vie n’auront plus de secrets pour eux.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2018

Participation de Venise

 

Depuis la fenêtre de ma chambre, j’ai entendu quelqu’un frapper l’une contre l’autre deux cymbales.

Un petit être tirait un cheval à la robe alezane et sa belle tête rousse s’éclairait par de jeunes traits

Lumineux de la lune .

Écoute les arbres galoper me dit le KORRIGAN   ils viennent te chercher .

Toujours est-il que j’ai sauté de ma fenêtre, enjambé la clôture   et j’ai fini au milieu d’eux et  ils  m’ont entrainé  chez eux vers les montagnes qui ne finissent jamais.

 

Quand je me suis réveillé, je grelotais. La neige avait pris le pouvoir . La chouette s’est arrachée de l’arbre et j’ai crié/ est-ce possible qu’on me laisse tranquille !!Devant un attroupement de KORRIGANS qui riaient aux éclats ? j’avais mal au dos il n’était pas impossible que je me sois cassé quelque chose.

Je me suis redressé brutalement et les arbres ont vacillé dans des couleurs pâles

 

Un fil d’or voguait dans l’air blanc je l’ai tiré vers moi et toute la Voie lactée a été entrainée dans un manège fou .

v1

LES KORRIGANS  me dévoilaient un secret bien gardé pendant qu’ils buvaient l’eau scintillante du ciel .

Mon cœur s’est alors ouvert à l’autre monde la forêt des contes a soulevé les dalles du mensonge et nous nous sommes vus nous les hommes dans notre scintillante humanité et j’ai accepté de tout perdre sauf mon joint de cannabis . Ma mère en me réveillant m’a murmuré/ arrête les amphétamines tu rugis comme un taureau la nuit .

Par réflexe j’ai vérifié si j’avais toujours sur moi mon téléphone portable .

Poche extérieure du manteau rien

Poches intérieures rien de plus j’étais accablé j’avais perdu mon téléphone portable .

Je ne me souvenais de rien

Je plaçais mon espérance d’y comprendre quelque chose dans le silence .

Depuis combien de temps il ne m’était arrivé d’espérer dans notre humanité ?

 

Je souriais en pensant aux K .

Puis mon téléphone s’est mis à sonner et tout a été plongé dans le noir.

 

Des ombres couraient le long des murs un petit être volé au-dessus de ma tête.*j’ai alors largué les amarres à l’heure où je vous parle si vous vous penchez pour regarder la lune vous m’apercevrez le soir de Noël

v2

avec les ours  blancs  et les rennes

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2018

Participation de Venise

T’es un champion !!

 

Tu peux décrypter ce jargon ambiant

Alors moi je dis banco !!

Je vends mon scooter j’achète une trottinette et je pars en campagne. Je sens monter en moi une lourde rechute de ma passion vagabonde.

Je serai la clarté dans la confusion tant le quotidien me pèse.  Je refuse que tu m’étourdisses avec tes ambiguïtés de langage.

 

Au milieu de cet enfumage /’ mon adversaire c’est la finance’

Que fais-tu de tous ces naufragés en gilets jaunes ?

v1

 

Pas sûr que je danse sur ce refrain encore une fois.

 

Ton jargon c’est une cigüe matinale , la martingale des imposteurs.

Ch’é pas vous, mais moi ça m’enflamme le système limbique. Et son/ je ne veux pas de boloboloBololo, c'est son abracadabrantesque à lui, ça veut dire "désordre", une sorte de langage de corps expéditionnaire, ça occupe l'esprit et les twittos.

Je te donne pas plus de 15 minutes pour clarifier ta pensée je sais c’est moins que Bruce Willis dans Die Hard II, mais les temps sont difficiles.

 

Puis ne pense pas une seconde noyer le poisson que je suis avec du flou, du flan, et de l’enfumage.

 

Par la grâce du Saint-Esprit cesse ce jargon de technocrate

Parle-moi PIB du bonheur ou je me tire au BOUTAN

v2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


08 décembre 2018

Incipit (Venise)

Quand j’ai vu l’incipit de ma feuille d’impôt, j’ai pris mon gilet jaune

 

Le mot redressement était surligné

Quand on perd l’équilibre, on tombe. Ça arrive souvent aux enfants qui apprennent à marcher, mais ce n’est pas grave : à cet âge-là, on pleure, on demande un bisou à papa ou à maman, et on repart. À 12 mois, on n’a pas encore de bons réflexes, mais un corps élastique qui permet d’encaisser les bobos. Quelques bonnes dizaines d’années plus tard, ce n’est plus le cas. On choit souvent et on se fait très mal c’est cet incipit qui est la cause de  ma fameuse fracture du col du fémur, mais aussi de ma dissidence . Depuis je milite pour la gratuité de l’essence et l’instauration d’une nouvelle pompe distribuant dans chaque station-service du champagne à l’œil. Je suis remontée comme un coucou et mon mouvement est, selon les pythies sondagières, plus populaire que jamais. C’était bien la peine de se casser la nénette pour vieillir sans faire de bruit pendant que Lui serre des louches.

Mais qu’est-ce qu’il a un sonotone ou quoi ?

De mon côté depuis cet incipit j’ai un bruit dans la tête, un bruit de machine à laver qui se serait mise en mode essorage rapide pour étouffer sa parole

Avec mes yeux bleu océan dépollué de ses hydrocarbures je voudrais lui dire de descendre de son porte-avion le Charles de Gaulle

Au rythme  où ça va, la fin du monde est pour le 31§§§§

v1

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

01 décembre 2018

Hula oop (Venise)

v1

 


Deux heures de HULA HOOP par jour valent mieux que tous les coachs dès l’ANTIQUE EGYPTE.

Les Egyptiens ne suivaient aucun régime alimentaire absurde et leur silhouette olympique qu’on trouve encore sur les vases en dit long sur le rôle essentiel du hula  hoop.

Aucune bizarrerie vestimentaire car le hula hoop ne supportait pas le frottement du textile .

Pas de gants beurre frais pour l’exercice !!

C’est dommage que nous ne tournions plus nus comme toutes les vielles civilisations autour d’un hula hoop .

Le cercle que nous agrandissons autour de nous est celui que nos portables font depuis leurs tablettes digitalisées.

Au fond il était encore possible de faire vibrer notre agilité par ces déhanchements. En y renonçant nous avons perdu notre éclat.

Dans le pire des cas on pourra toujours tourner en rond dans nos appartements exigus, ou dans notre automobile électrique afin que l’illusion du mouvement nous prodigue un peu d’espoir.

v2

 
Car en vérité le cercle incandescent qui entoure notre corps est aussi éblouissant que l’énergie de l’univers.

Je vous entends exploser de rire prenez garde que le hula hoop ne soit notre dernier vaisseau spatial avant le grand chambardement.

Continuez à faire tourner vos maison et vos petites affaires  en fumant des cigarettes et en  feuilletant des magazines jamais vous ne finirez illustrant un vasque égyptien

v3


Faites au moins du patin à roulette !! !!  

 

v4

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

24 novembre 2018

Participation de Venise

 

Ma vie est aussi sinueuse et lente qu’un gastéropode.
Ma maison sur mon dos lieu d’une utopie ne s'intéresse qu’au bonheur des miens.
Rentrer dans ma maison coquillage c’est entrer dans le silence de la mer.
Lentement avec soin pour que cela dure encore.
Je me déplace entre le rez de chaussée et le parc . C’est ainsi que mon histoire s’est faite .
J’ai plongé très tôt mes yeux ouverts dans cette maison colimaçon je repoussais les gouttes visqueuses de la gelée matinale qui entravait la lumière du jour.
Je ne craignais pourtant pas les jours de grisailles , l’humidité tiède des herbes, car les fleurs sentaient la vanille .
J’aime toujours me glisser dans ce sous bois plein de pervenches afin de rendre une visite polie à mes cousins les gastéropodes .Je les regardais d’en haut dans leur repos provisoire .
Le vent m’enchante ma maison ces jours là écarte ses bras et résiste de toutes ses forces à la poussée furieuse de la tempête .
Coque, prairie,palourdes qu’on trouve au pied de ma maison les jours de marées basses sont les colliers que je porte au cou.

v1

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

17 novembre 2018

Fanfreluche (Venise)

v1

PRÉAMBULE ;

Qu’est-ce donc que ces fanfreluches soldat ?

 

Te protègeront-elles pareilles à des moustiquaires des obus de Verdun ?

Où sont-elles là pour te ridiculiser toi l’homme simple qui dans ton habit tout droit sort de Saint-Cyr.

A quoi pourront donc -telles te servir quand sous les obus tu danseras ta danse de la mort .

 

Je n’ai pas choisi de venir au monde.

J’aurais préféré être peintre décorateur.

Mais mon père me traitait à longueur de journée de freluquet.

« L’Armée c’est mieux que l’hôpital psychiatrique me disait -il « 

Charité bien ordonnée commence par soi – même me disais je en reniflant un rail de coke.

La guerre était d’un sinistre achevé et je craignais de m’y noyer.

Pour mon père c’était une fête, mais je n’étais pas sûr de m’y amuser.

Alors ces fanfreluches au-dessus de mon casque étaient là pour m’éviter des rencontres déplorables.

 

Mais qu’est-ce que je peux détester la guerre !! .(le personnage souffle pour se déstresser et les fanfreluches virevoltent comme des mouches au-dessus de son casque)

 

Je suis un amateur je ne prends qu’un peu de coke, car c’est un putain de cauchemar de vivre les yeux ouverts sur Verdun alors que les chiens vont bientôt dévorer mon foie.

J’entends la voix de mon père (fait semblant fiston)

Alors ces fanfreluches c’est ma dernière moustiquaire avant les éclats d’obus.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2018

Les fantômes (Venise)


Alors que je déjeunais   au restaurant l’ECTOPLASME  rue des exorcistes j’ai vu rentrer Georges Méliès suivi de près par Antoine lumière . Le patron du Resto en souriant le geste pointé sur l’index sur ses lèvres intima le silence à tous les clients.
Une personne me demanda alors ce qu’il était en train d’arriver. On ne pose pas une telle question dit le serveur soit on les connait soit vous les découvrirez seule .
Ceux qui ont assisté   à un tel mystère en rient et pleurent encore .
Derrière le voile du temps Georges Méliès  découvrait le cinéma d’ANTOINE Lumière et s’agitait sur son siège  comme un fantôme pris de convulsion .
J’étais fascinée de les voir se réincarner  là devant moi de cette manière la plus abrupte je pressentais dans leur voix l’émergence de paysage de braises et de bois lunaires .
Pareil à des chasseurs cherchant la bonne vision  Méliès dessinait avec ses mains des formes insolites  
On leur apporta une bouteille de champagne et sans faire cas des clients qui ne semblaient point voir ils trinquèrent à leur projet

v1


C’est l’arrivée de COPPOLA  accompagné de Dracula qui me fit sauter sur mon siège .v2


Georges Méliès s’était un peu affaissé sur son siège et comme un chaman pris par des visions. Il finit par ouvrir  un œil  curieux. Coppola était en train d’expliquer que son Dracula lui posait quelques problèmes et cherchait apparemment les conseils avisés de Méliès. .Méliès n’avait plus besoin d’un écran pour poursuivre son œuvre . La lumière était devenue un obstacle à ses visions. Je le vis se saisir de Dracula pour  extraire de son enveloppe son feu intérieur. Il se tourna alors vers COPPOLA et lui dit/ Arrangez-vous pour que ce feu ne meure jamais.
Alors votre œuvre ne mourra point dans les cendres.

v3

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,