23 mars 2019

XENOPHOBE VOUS AVEZ DIT ? (Venise)

 

Quand je rencontre un xénophobe je sors mon arme fatale

 

Mouloudji et sa chanson /L’AMOUR, L’AMOUR, L’AMOUR

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


16 mars 2019

Visigoth (Venise)


Teodorika ma fille n’a toujours pas de prétendant, son prénom visigoth ferait-il à lui seul obstacle à toute union ou son caractère triste et réservé a-t-il joué un rôle ?
Je me pose ici une question faut-il rebaptiser Téodorika d’un prénom quelconque et qu’elle abandonne ses origines ancestrales .
Serait-il possible que ce monde actuel n’inspire aucune histoire d’amour à ma Théodorika !!

Elle a bien saisi l’autre matin mes allusions voilées et mes avertissements implicites.
Il y a plusieurs années déjà lors de la distribution des prix lorsqu’on annonça le prénom de téodorika
Et qu’elle monta sur la scène pour recevoir son premier prix elle se retrouva devant un public franchement hostile.
Elle tendit la main pour recevoir son prix et reçu un regard visigoth du président du jury dont elle se souvient encore.

Elle n’a jamais porté attention à toutes ces flèches jusqu’à ce qu’un jour l’une d’elles se loge dans son casque .

Ha oui j’avais oublié de préciser que théotorika sort toujours casquée comme ses ancêtres .

v



Elle aurait pu se coiffer d’un foulard comme toutes les jeunes filles de son âge et tout simplement tête nue .

Où en étais je ?
Utilisez votre matière grise pour faire le lien entre son allure improbable et son célibat.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

09 mars 2019

VERNACULAIRE (Venise)


Je suis entrée en coup de vent dans la masure
 v

Des milliers de bruits y murmuraient encore, une langue ancienne mâchonnée dans l’enfance
Est-ce que cette nuit recèlera un matin si j’y dépose mes valises
Sous ce soleil du sud enfin retrouvé la langue de ma mère si longtemps méprisée. Je suis née du désir de m’extraire et du remord de l’avoir fait.
Quel bonheur de m’endormir dans la longue chevelure de la mousse de ses robes et de la langue de son sein.
Je sais maintenant que tu as fait le mieux que tu pouvais avec le peu que tu possédais.
Je me demande maintenant ce que j’ai appris ou plutôt désappris à me battre loin de toi comme un animal
J’ai traversé son jardin sans le voir maintes et maintes fois.
Ma langue chaloupe à l’approche de la tienne, et je mesure mon égarement dans les débris de cette enfance que tu n’as su retenir.
Je reviens au lavoir l’ecchymose d’une langue qui a souffert d’être abandonnée et qui garde en son centre le palpitement d’un cœur attendri par tes mains dans ce lavoir.
Je laisse monter un soleil timide entre nous où ma langue prend enfin refuge .

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mars 2019

Unijambiste (Venise)


Mon accordéon était plein de sable, et mon vieux chat moutarde exténué par la forte chaleur , commençait à montrer des signes de lassitude .

v1
 
Je me sentais réduite à l’épi de maïs quand surgit sur ma route un unijambiste.

Hé petite me dit il en sautillant tu vas attraper une insolation si tu restes ici sur le bord de la route.

Dans un sens cette rencontre me convenait. Je suivais ce jouet détraqué qui tout en s’épongeant le front avait pris mon chat moutarde sur ses épaules.

J’appris qu’il était peintre et qu’il crevait de faim comme tous les artistes dans ce pays.

v2
 
Dans son atelier il me fit découvrir ses croquis et je me disais au fond de moi que cette rencontre me faisait passer le temps.

Mes histoires le faisaient rire et mes chansons lui faisaient plaisir. IL tapait de son uniquement jambe le rythme sur le sol et nous partagions le gâteau au miel confectionné la veille .



J’avais toujours pensé être une noix dure à casser, mais devant son air bonhomme l’unijambiste avait réussi en un tour de main à m’apprivoiser moi et mon chat moutarde. Le lendemain Il avait semé des cailloux de couleur sur la route qui menait à la gare afin que je ne me perde pas.



Tout me remuait le cœur, il m’a fallu voir le train rentrer en gare pour comprendre que je ne le prendrai pas.
A mon retour les cailloux avaient disparu.

Je frappai à la porte de l’atelier Il était là perché sur sa canne. Pourquoi as-tu fait disparaitre les cailloux lui ai-je demandé inquiète.



Parce que tu connaissais le chemin du retour.

v3



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

23 février 2019

Trapèze (Venise)

 

Le cercle des trapézistes disparus s’en est allé .

Ils avaient pris l’habitude d’ensemencer le ciel

Leurs habits d’épi bleu et de coquelicot blanc

Tournaient en ellipse le long des cordes du vent.

On aurait dit qu’ils écoutaient dans leur voltige le silence

D’un vol de papillons noirs.

Ils ont abandonné leurs trapèzes pour de belles jeunes filles brunes.

Ils s’en sont allés le cœur libre et enflammé

Le cercle des trapézistes disparus s’en est allé .

Leur cœur gitan dort sous l’enclume du temps.

Pendant que de douces cornemuses font trembler leur trapèze dans le vent .

Je voudrais prendre leur habit de lumière et voler comme un ange noir au-dessous de la lune d’argent.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


16 février 2019

Participation de Venise


Laisse-moi passer la porte, laisse-moi te quitter.

Je veux que tu pleures comme pleurent les enfants.

Je n’ai pas trouvé en toi ce que je cherchais

Maintenant ton lit est vide, notre barque échouée

Et les coquillages ne chanteront plus à tes oreilles.

Ho mon sagouin, idiot et beau,

Ton ignorance fut ta force de lion

Ta femme, ton nuage, ton mensonge d’avant.

Mais toi mon sagouin que cherchais-tu chez toutes celles qui ouvraient leurs garde-robes ?

Toi mon sagouin tu cherchais le mensonge qui dort dans les fleuves

Et moi ton camélia de la mort   patiente comme une fièvre d’éventail.

v
Laisse-moi passer la porte

Dors ! il ne reste rien

Les sagouins dans ton genre ne peuvent pas toujours valser.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

09 février 2019

Roturiers (Venise)


Cœur de roturier et rien d’autre.
Avec un rossignol pour bannièrev
Sans l’aiguillon du blason
Et là nos baisers, nos promesses, nos rivières souterraines
La rose ouverte sur le jardin
Et le rosier de nos promesses sans épine.
Il faudra coucher nos corps sans linceul, sans royaume
Pendant que nos faux couperont les épis jaunes.
Nos cœurs roturiers ne s’envoleront pas, mais
nos soupirs nos renoncements
Comme de vieux oiseaux frémiront dans la brume
Braves gilets jaunes au cœur roturier
Dont l’alphabet trébuche dans les caniveaux pleins de larmes.

Moi je tordrai les branches des peupliers pour vous laisser passer.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

02 février 2019

Quorum (Venise)

v1v2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janvier 2019

Le protagoniste (Venise)

 

En JUDÉE à la table du christ ,on comptait douze apôtres, alors que Jésus en personne était absent .Le protagoniste de la scène manquait à l’appel !!!.

 

Le thème astrologique de Jésus était alarmant et Matthieu avait réuni les troupes afin de conjurer le sort qui pouvait s’abattre .

Il prit la parole se dressa devant des regards inquiets et lut à haute voix l’astrologie du protagoniste jésus en personne .

v

 

Jean prit alors la parole

L’ennui se dit-il  délaissant son carnet pour revenir à la lecture du thème astral de Jésus par Mathieu , c’est que nous ne connaissons pas l’heure de naissance de Jésus . Ni même à quel moment approximativement de la journée ou de la nuit il est né. Non, parce que tu sais, c’est important de connaitre le signe opposé à son signe natal – ce que l’on nomme un ascendant. Un Poisson ascendant Balance, ce n’est pas comme un Poisson, ascendant Cancer… C’est comme si le signe natal donnait le continent et l’ascendant le pays. Tu saisis la nuance ? Ensuite, il faut situer la ville. Prenons deux Poissons ascendants Balance – ne crois pas qu’ils se ressembleront. Il faut voir dans quels signes astrologiques se trouvaient leurs planètes au moment de leur naissance. Mars, Mercure, Jupiter, Vénus… Tiens prenons Vénus, la planète de l’amour ! Elle pouvait se trouver dans un signe de feu pour l’un et de terre pour l’autre. Vénus en Lion ça ne donne pas les mêmes effets que Vénus en Vierge. Mais que fait jésus cria judas lui seul pourrait nous éclairer sur ce point .

Alors marie discrète prit la parole / si vous tenez tant à le savoir, je vais vous le révéler… il est né entre les fêtes juives de Souccot et Hanouca, car c’est ainsi que l’on notait souvent les dates de naissance. Ils ne l’ont pas écrit, mais ils ont consigné la date dans un des premiers brouillons de son histoire.

Marie dit Matthieu tu veux dire qu’il a eu des avatars ?!

Et alors, l’être humain aussi, Adam, n’était pas le premier modèle ! Ève non plus !

On n’est pas très avancé cria Simon le thème informe qu’il faut que jésus soit vacciné contre le tétanos comment interpréter ce texte .

Sans Jésus ?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

19 janvier 2019

L'ourson (Venise)


Stupéfait et méfiant l’ourson me fixait, j’étais un nouveau venu dans sa forêt où rien n’arrive Il fallait montrer patte blanche.
J’ai eu alors l’idée d’entonner un chant tzigane. Ce jour là encore très proche de ma cabane couverte de liserons, un vieux monde sortait de l’ombre, ourson , loutre , et chevreuil attirés par la musicalité du chant m’entouraient. L’ourson le premier s’avança vers moi.

Le soleil était haut quand la mère de l’ourson fit son apparition. J’ai failli m’évanouir tant la bête était impressionnante.

v

Je me tus par respect pour l’animal .Puis l’ours ferma les yeux m’invita à poursuivre mon chant .D’une voix d’abord timide je repris ma chanson et d’un cœur tout neuf mon chant devint imprévisible comme sa présence ici-bas.

L’ours avait l’impression d’être pour quelque chose dans ce chant humain , puis l’ourson s’agrippa sur le dos de sa mère et ils prirent la fuite .

La forêt redevenue silencieuse s’assombrit et en relevant la tête je perçus cent paires d’yeux de hibou, rapaces qui m’observaient. Sur la pointe des pieds je rejoins ma cabane disjointe ,savourant mon heure de gloire .
Je suis souvent revenu traîner ici au coucher du soleil , poussant du pied des champignons . J’aurais aimé trembler encore devant la force de cette ourse. Un jour pourtant équipé d’un accordéon dont l’air frivole détonait ici ils sont réapparus. Une odeur forte ,acre et puissante et le souffle chaud de l’animal sa robustesse semblaient vouloir  me guérir de tout. La musique leur montait jusqu’aux oreilles et j’ai vu l’ourson pleurer.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,