25 mars 2017

Participation de Venise

 

Faut que tu viennes t’encanailler à Palerme .

Faut que tu viennes chez moi manger des pasta ascuita

 

Ne téléphone pas viens les mains vides et les yeux ouverts

Sur les voluptés sensuelles du café de TONNINI .

Tu y découvrira tous les visages de l’Italie loin de tes dimanches glacés.

Et d’un geste large , je te servirai les pasta aux anchois

Ma cuisine sera les reflets de mes voyages en Italie intérieure celle qui se cache comme Venise

Sous de multiples masques.

 

Et puis tu repartiras comme un enfant qui quitte sa mère pour un triste voyage d’étude

La malle pleine de chansons et d’épices .

Faut que tu viennes t’encanailler à Palerme , entre les nouilles à la socca aux écrevisses

Et la pastaciuta au pistou .

 

Tu arriveras un roseau entre les dents et tu repartiras comme un voleur .

 

 

v

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


18 mars 2017

Participation de Venise


L’autre jour , je me suis levée , j’ai saisi une flûte enchantée

J’y ai déposé  une cuillère à café de pétale de rose  et deux dés à coudre de monbazillac et je suis partie .

ve01



Mais suis-je assez loin  de cette potion magique ?
Suis-je assez loin pour qu’il me cherche sans fin  ?

Là bas il y avait trop de miroirs , qui me souriaient indéfiniment .

Atterrir sur cette terre un verre de monbazillac à la main n’est pas facile .
Mais c’est le sort que je lui réserve .
Parfois j’essaie de me persuader que je me suis trompée d’époque

C’était pas comme ça que j’avais rêvé ma vie .
Il arrivera j’en suis convaincue  nu de la voix lactée ivre des arôme de ce vin
Parlant de l’été qui ne viendra pas , de ces vignobles généreux qui courbent leur chevelure dorée dès le passage de la rosée .

ve02


 

Mais on ne quitte pas un enfant me dit la pluie
Décidément tu n’y comprends rien répéta le vent dans les branches des peupliers .
Reviens alors qu’il en est encore temps bois ce verre de Monballizac et cours lui murmurer ton amour fille ingrate .!!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2017

UN TANGO ARGENTIN (Venise)

 

Hors de la ville , loin de  Buenos-Aires

Un tango argentin fait ses premiers pas.

Ils ont tous deux dix-sept ans 

Et ne se doutent pas qu’on les regarde

Mais faisons silence pour laisser monter le bruit de leurs pas.

 Comme un vent d’Avril il étreint sa taille et elle sans larme souriant à toutes les morts

Bascule sa nuque dans le vide.
On peut voir battre leur cœur  tant leur rythme est soutenu.

Je les vois onduler sur la place blanche et tout pourrait brûler sur leur passage.

ve01

Comme des papillons qui s’effleurent réprimant en même temps tout tremblement 

Ils se serrent , se desserrent pour mieux se voir.
Qui chante là ce tango avec cette voix si pure?
Ne soyons pas impatients de le savoir , mais suivons la course de ces deux jeunes-gens dont les jambes
Puisent leur énergie dans la braise de l’été finissant.

Cette danse de feu fait de soupir et de détresse marque l’urgence à vivre sa vie  .

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2017

Participation de Venise


Il fallait bien que je m'y attende

le taux d’échec des kangourous  au saut de clôture est extrêmement élevé et les espaces australiens fourmillent de clôtures meurtrières.

Ce kangourou là était particulièrement incompétent car dans sa chute en avant il s'était emmêle ses pattes arrière dans les fils de fer .

Sous son poids les fils remontèrent encore plus haut et l'animal se retrouvait  pied et poing liés .
 

Quand je le vis je roulais à folle allure en direction de Sydney Un frisson me parcouru le dos .

En m'approchant je sentis que son rythme cardiaque  s'accélérait. Il avait l'air franchement ridicule avec ses jambes en l'air et la tête pleine de bruit.

Je m'approchai de lui pour réfléchir au problème . Il n’avait qu’une façon de le soulager sans que les fils déchirent  sa peau .J'exerçais une pression sur les fils de fer pour soulever le kangourou.  Mais il pesait une tonne . Il me fixait d'un regard totalement inexpressif comme pour me dire “désolé-je ne parle pas ta langue” . Faut dire qu'ils ressemblent aux moutons car ils ont comme eux une gamme très restreinte d' expressions significatives .

Gardez à l'esprit que je n'avais jamais vu la couleur d'un kangourou dans mon pays natal  .je décidais de trancher  le câble avec mon coupe à boulon ramassé sur le pont de bois

Allez mon vieux  c'est pas le moment de faire des caprices lui dis-je énergiquement . A ma grande surprise il passa ses deux bras autour de mon coup . Puis il sauta sur le pont et j'ai pu lire furtivement dans ses yeux noisettes son étonnement .

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

25 février 2017

Participation de Venise

Peut on faite confiance aux jobards?

 

A Marseille oui .

Car c’est une espèce endémique  qui sévit entre Marseille et Carry le Rouet ,c’est dire la rareté de l’espèce.

Ils citent souvent Cleant Eastwood et font des blagues ringardes.

Ils  sirotent  un pastis  sous le pont de la fausse monnaie et ils  rient pour n‘importe quoi. Ils trainent souvent prés d’un jeu de boule aux abords de la corniche

ve01

On aurait dû les traiter d’andouilles mais ils mettent un point d’honneur à se surnommer jobards!!

Ils exècrent le tennis et le basket , trop guindés pour eux.

Ils aiment la pagaille , les cagoles, et les paris en tout genre .

 

Je me souviens l’un d’entr’eux;

« Je te parie qu’il ne traversera pas le port st jean . », c’était comme s’ils se disputaient le nombre d’anges qu’il y a sur la basilique notre Dame .

 

J’ai pris la responsabilité de leur rendre hommage car il faut l’admettre ils nous enseignent le ridicule , la légèreté l‘insouciance .

Ils prennent toujours l’entrée de service et durant un mariage de copains ils balancent des chaussures alors que les  autres déversent du riz.

Ils ne sont jamais arrivés à éclaircir aucun mystère ils te regardent en riant et te disent ils faut vivre ma petite !!

SACRE job-astres!!

 

Avant d’être mangé par les termites j’ai voulu rentrer dans leur congrégation, juste un soir de vague à l’âme .

J’en suis encore toute retournée leur réputation est loin d’être usurpée  .

Ce sont de vrais jobards. Si il ya une franchise jobard aux paradis j’investis pour l’éternité l’affaire je crois que Cantona est déjà sur le coup

ve02

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


18 février 2017

Participation de Venise


Quelle escroquerie !!
Il n’y a pas un crouton de vérité dans ce proverbe.
« L’argent ne fait pas le bonheur »

Je vous en foutrai moi !!
Si vous aviez acheté vos vêtements dans les friperies .
Lu  des poésies polycopiées
Et faute de vacances méritées
S’endormir en cours d’algèbre en première année de fac !!!

Je suis rentrée dans la vie avec un petit  rire nerveux une carte bancaire entre les dents  en plein désarroi économique

Qui peut se passer d’argent ?

PAS MOI!!!

Si j’avais pu poser pour Salvador DALI , j’ aurais trouvé mon salut !
Alors je danse comme un ours sur des charbons ardents et je scrute d’un œil la Porsche cachée dans le buisson ardent
Ha mais oui A qui appartient cette Porsche?

A  JESUS christ et à ses douze apôtres .
Je les ai vus sapés comme des milords descendant sur Juan les Pins . Ils allaient, dirent - ils, faire des miracles au casino .

Quand ils m’ont vu Jean l’apôtre m’a dit  
Mais où Est-ce que tu vis dans une citrouille ou quoi?

Ecoute dit Jésus si tu es venue pour pleurnicher sur ton sort passe ton chemin
Je suis le messie et je ne suce pas des pastilles de menthe .
Et moi dis-je effrontée je vais avertir la police car vous conduisez sans permis .
Jésus et les douze apôtres ont ouvert la Porsche  et m’ont chuchoté à l’oreille
Ne menace pas les dogmes chrétiens petite fille !!
Je dois signaler une personne disparue dis-je soudain à Luc l’apotre
Marie où est passée Marie ?.
Elle a avalé un flacon de comprimés violets hier soir après le krach boursier de Wall Street .    

Cette réponse me rend nerveuse !!  

ve01

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

11 février 2017

Participation de Venise


D’un coup de pied ,l’hobereau se débarrasse de ses chaussures et atterrit sur sa couche couverte de millions d’acariens. S’il avait eu le moindre soupçon que sa literie grouillait de petits crabes qui se délectaient des squames de sa peau , il serait allé dormir par terre .

Cette pensée à elle seule me console de ma non appartenance au sang royal .Nous dormons tous toutes les nuits au milieu
De colonies de monstres invincibles.
Voilà comment MARX aurait dû commencer son manifeste!!
Imaginez un peu un livre sur les mémoires des acariens .
Laissons cela voilà mon hobereau qui se réveille .
Affublé d’un pansement sur une blessure aux cotes mon hobereau pâle clignant de l’œil mais triomphant de sa chasse se rend à la messe royale .

Il se dit en son for intérieur qu’il va y perdre son temps .
Pourquoi ces questions alors qu’il n’y a pas de réponse.
Il cache son ennui dans un bâillement qu’il ne peut contenir .

Lui ce qu’il veut c’est survivre dans l’ordre le confort et le bon goût .
D’ailleurs s’il avait une question à poser à Dieu cela serait:
«  Est-ce que j’ai une chance de m’en sortir vivant .?

ve01

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

04 février 2017

Participation de Venise


J’adore les goinfres, ils me rappellent les amphibiens qui ont crevé le lit d’un nénuphar.
Vous, les êtres humains regardez le monde pour y trouver un sens m’a dit un jour un goinfre
Le problème dit-il en avalant la moitie de ses mots on ne vous a pas donné le bon livret .
Il finissait toujours ses phrases dans un rire tonitruant .
Le vrai théâtre de l’existence d’âpres lui c’est l’excès en tout .Mangez baisez, dormez riez jusqu’à plus soif !!
Voilà exactement les paroles qu’il a prononcées  devant mes yeux écarquillés.
J’ai bien essayé de fumer avec excès , mais les cigarettes me rendaient malade .
J’ai tenté d’écluser du gin dans un bar classe un soir de déprime , mais je me suis écrasée au sol comme une tomate mûre .
J’avais l’impression d’être prisonnière d’une combinaison de plongée et qu’un petit sourire tentait de déchirer la combi .
Alors que lui le goinfre , l’as de ‘je repousse toujours plus loin les limites’ me regardait avec ses yeux de cacahouètes
Mais quand sa main de goinfre à touché mon visage j’ai eu l’impression qu’il avait couvé toute sa vie des bébé rouge gorge .ve01



Quand je devins  sa bougie d’anniversaire et qu’il souffla sur mon corps son odeur d’orange amère
Je fondis  sur le gateau.et vacillai  illico.
Je vous l’avais dit j’adore les goinfres .

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

28 janvier 2017

Participation de Venise


Un grand frisson parcourut mes reins
Ce fut comme une décharge
et je fus soudain convaincu que le violent mistral
Emporterait avec lui passereaux , grives et perdreaux .
Comme ces oiseaux quittent vite les arbres
Comme tu as deserté  ma vie , mon lit , mes draps.
Gentil mari , doux camarade de mes nuits .
La route a la couleur de l’eau et je rame comme
Une âme rincée par le chagrin.
Question naïve :
Pourquoi sommes-nous malheureux alors que le malheur ne sert à rien?
Pourquoi dites-moi!!

Comment se fait-il qu’on soit autant  servi par lui ?
Bientôt la nuit empêchera mes larmes
Passereaux viendront fermer les volets de mon cœur .
Les questions s’envoleront alors loin à l’horizon
Et l’absence de chemin donnera à mon somme une respiration nouvelle .
Pourquoi sommes-nous malheureux alors que le malheur ne sert à rien .?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 janvier 2017

Participation de Venise


J’avais le souffle coupé . Le pinceau au lieu de trébucher  passer sur la lumière  et la vibration de sa main  de prince adolescent donnait  à l’ensemble  une harmonie  infinie .

Je m’éloignais alors de la toile  pour m’approcher du modèle .. Je trébuchais d’abord sur le velours de son manteau plié sur la chaise de rotin.

Le négligé de sa voix fluette détraquait le silence de l’atelier .
Il pouvait à vrai dire murmurer  n’importe quoi , le peintre tout à son art ne levait pas le camp .

Je ne voulais en rien contrarié le cours des choses. Le bleu du ciel , le rouge de ses lèvres, s’en étaient remis à DIEU  .

Dieu semblait lui s’en être remis au peintre . Le peintre au bord de la catastrophe  attentif aux soubresauts  de l’oranger  qui dormait dans la cour intérieure  feignait de peindre le modèle .

Dans l’atelier désormais silencieux , le modèle patientait  et sa robe perlée d’or diffusait dans la pièce une odeur de sainteté.

On aurait dit que la tableau se peignait de lui même . Les yeux fermés le peintre  peignait. Un seul coup de pinceau et c’était le tableau qui prenait une nouvelle vigueur.
Une seule couleur  sur la toile et toutes les couleurs réunies se riaient du modèle.
Il faudra peut être l’éternité pour que sèche cette œuvre me suis dis en quittant sur la pointe des pieds l’atelier .

Le tableau cherche maintenant à se faire désespérément entendre de nous .Le tableau n’est plus dans le monde . Alors que c’est peut être vous qui ne l’habitait pas suffisamment .
L’insolence de ces yeux nous rappelle à lui .
 suis celui qui a été et je vous regarde pour l’éternité . Ce tableau c’est le contre chant  dans le feuillage du temps .Tout ce qui est délicat et qui est né de la délicatesse de la main sera.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,