03 juin 2009

Vacances mai 1968 (vegas sur sarthe)

J'ai voulu voir Vierzon et on a vu Menton,
tout comm' dans la chanson mais ça rime en citron,
le musée Jean Cocteau et le limoncello
ça te mont' à la tête, pourtant ça rime en eau.

T'as pas aimé Cocteau, pas plus les pédalos,
j'aurais bien voulu jouer, t'aimes pas les casinos.
Au clos du Peyronnet j'aurais pu te noyer
si tu ne vivais pas toujours avec ta bouée!

J'ai voulu voir Lisieux et on a vu Honfleur,
qu'est c'que t'as dans les yeux, t'es bien comm' ta soeur...
qui est bien comm' ta mère. Honfleur, ça te plait bien?
ça m'étonne à moitié c'est là qu'est né Boudin.

Dans le bassin à flot j'aurais pu te noyer
si tu ne sortais pas toujours avec ta bouée...
alors on a quitté Honfleur et ses musées,
ses vieux greniers à sel où t'aurais pu rester.

T'as voulu voir Paris mais c'était en travaux
je te l'avais bien dit, en mai c'est Waterloo;
tous ces tas de pavés et ces flics en armure
jaillis de la fumée, ça t'avait une allure!!

C'est bien pour les photos mais c'est pas très pratique,
mes tongs avaient pris l'eau, et toi une sciatique.
On a été déçus, le Mont ne valait rien,
Pigalle était désert... la grêve du tapin?

Alors quand tu m'as dit "Je n'irai pas plus loin"
et puis tous tes Bla Bla et tes "Je te préviens"
je t'ai plantée ici, c'était rue des Martyrs,
ta bouée en plastique te seyait à ravir. 

A toi l'accordéon, les flons flons, le musette,
Madeleine et sa bouée, tu dois faire un tabac,
tandis que libéré, bientôt sur la Croisette
je vais enfin m'offrir des vacances de roi.

chauffe Marcel

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


29 mai 2009

Notes de poussière (Vegas sur sarthe)

C'est quoi ce tempo d'enfer? rien à voir avec l'intro, et puis on n'est pas tous en place! Ah c'est mon coeur qui fait ça...
J'ose un coup d'oeil par un des trous de l'épais rideau de scène en tentant de maitriser le tamtam qui martèle mes tempes; Ouf! ma guitare basse est là, ridicule et coincée entre les énormes baffles blancs et derrière le matos un monde de ténèbres respire d'une clameur étrange. Je transpire comme au sauna et une odeur de poussière ancestrale et omniprésente me donne la nausée.
Une odeur de coulisses, de décors, de tentures, de loges exigües, de planchers trop cirés... combien l'ont respirée avant nous dans ce mythique Olympia?
Pourtant la répète s'est bien passée il y a deux heures, malgré Mickey qui peinait à poser sa voix, les retours mal placés qui jouent du Larsen et cette impression insupportable qu'on ne va jamais m'entendre.
Sur le vieil orgue Hammond qu'on croirait né avec la scène, l'organiste prend son pied comme un fou et me noie dans des basses terrifiantes.
"Filez moi plus de retour, merde!".
Les techniciens invisibles derrière leurs consoles doivent bien rigoler; leur job c'est de régler la balance des têtes d'affiche, pas celle de 'Mickey and friends'.
Qu'est ce qu'on fout là? On était si bien dans notre ferme retapée de l'Aube, à s'éclater...musique de  jour, musique de nuit, crinières au vent, patchouly et filles pas farouches. Et puis la nouvelle est tombée comme l'enfer d'Hendrix sur Woodstock "Vous faites la première partie de Slade dans quatre jours à Paris".

Le temps de charger le fourgon jusqu'à la gueule et on file sur Paname, le coeur au bord des lèvres pour rencontrer Mickey, celui qu'on va accompagner. Pour lui, Mickey Bronx c'est un single chez Polydor qui passe sur les platines du Gibus et pour nous, trois morceaux à apprendre vite fait! Tiens, la brune là, on dirait Nana Mouskouri... "T'occupes ! Oui, c'est elle".
Un vieux studio de répète dans Paris, une forte odeur d'avant-guerre qui me prend au nez et me file des frissons. Le gardien-concierge-ex-preneur-de-son est aussi d'avant-guerre et bavard comme un gardien-concierge-ex-preneur-de-son... "O.K. papy, on jure de pas toucher au matos de Johnny! Qu'est ce qu'on ferait d'un saxo dans le groupe?  Oui, Noir c'est Noir...on a entendu parler, laisse nous bosser!". Si on l'écoute, on va bientôt évoquer Mistinguett. C'est fou ce qu'on peut faire comme bruit en plein milieu de la capitale sans que ça ait l'air de déranger; le faubourg Poissonnière en a vu d'autres!

"Ca va être à vous les gars!"
"Merde! Déjà!" Enfin c'est pas trop tôt et je voudrais aussi ne pas y aller, rester l'oeil collé au rideau, en spectateur et me nourrir encore de cette poussière de stars. Dire qu'ici j'ai vu les Beatles depuis le haut des gradins... Arrêter de penser pour calmer ce tamtam dans mon crâne ! La tunique mauve frangée à la Roger Daltrey me fait l'effet d'une seconde peau et j'aurais pas dû mettre des escarpins aussi hauts... trop tard, et puis je n'avais rien d'autre à mettre.
Un coup d'oeil à Bobock qui me parait détendu même s'il sait que sa capricieuse Flying V va se désaccorder dans une minute; moi je sais qu'il va assurer comme une bête juste à côté de moi et ça me porte.
Les autres m'entourent, on est combien déjà? avec l'organiste recruté il y a trois jours et les deux batteurs... pourquoi deux batteurs? Qui a eu cette idée de génie? On ne m'entendra pas, c'est certain.   
Le rideau dérape lentement sur ses rails dans un bruit de machinerie couvert par la clameur montante. Qu'est ce qu'ils crient? "Slade! Slade!". Heureusement je ne vois pas plus loin que le premier rang tellement ce soleil nous aveugle.
Désolé c'est pas Slade, c'est nous "Mickey... Bronx!" et ça n'a pas l'air de leur faire plaisir.
On m'a poussé ou bien je suis arrivé là tout seul? En tout cas mon cher manche est bien là, mes doigts retrouvent les cordes rondes et lisses prêtes à vibrer comme moi. Le tamtam a cessé dans ma tête ou bien je n'entends plus rien, mais si, je reconnais l'intro et les effluves tourbillonnantes de l'orgue Hammond. Respire, mec, à pleins poumons! T'es bien vivant!
Quoi qu'il en soit ces instants resteront gravés à jamais, je le sais, tout comme l'antique plancher poussiéreux, et si j'ai oublié chaque note de cette soirée magique, l'odeur de l'olympe est toujours là pour me le rappeler.      


Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2009

Tentative d'esquisser le portrait d'une inconnue‏ (Vegas sur Sarthe)

Vous me demandez si j'ai connu Mireille, Madame Laipouls-Scière? Et comment, et mon père aussi... non pas qu'il ait eu besoin de ses services mais rapport à la rouste qu'il m'a filée ce jour-là.
Il faut dire que je venais juste d'avoir mes 13 ans et Lucien, c'était le balèze de la classe, tenait absolument à ce que je "perde ma petite peau de bébé" comme il disait !
Alors il a fait une quête dans la cour des grands et il m'a traîné à saint Lazare... c'était un jeudi après-midi, rue de la bienfaisance si vous connaissez Madame Laipouls-Scière; Lucien, lui il connaissait une vendeuse de bonheur mais à l'époque elle se faisait appeler Greta. Il faisait un temps de chien et je ne l'ai pas bien vue ni elle non plus dans la cage d'escalier, mais j'ai remarqué qu'elle boitait un peu en montant et je serais redescendu si Lucien ne m'avait pas poussé aux fesses.
Elle n'était pas toute jeune et moi, je devais faire peine à voir avec mes chaussures trempées et mon billet de 20 francs à la main... alors elle a éclaté de rire en se tournant vers la petite table: "Viens voir là mon biquet, ce que j'ai à t'offrir".
Elle m'a demandé où j'habitais et m'a tartiné trois belles grosses tranches de pain avec du Nutella que j'ai dû commencer à manger devant elle; elle souriait et moi comme un con de biquet avec mon Nutella, je la trouvais moins vieille ! Elle souriait et moi je ruminais...Lucien en serait mort de honte.
Je suis redescendu trop vite sur les fesses, la dernière tartine à la main et je n'ai rien eu à dire à Lucien; on est rentrés daredare chez nous avec les 20 francs.
J'entends encore mon père en passant la porte:
"D'où tu sors à cette heure?"
"Ben... J'suis allé avec Lucien voir les dames sur le trottoir..."
"Hein? Explique toi bon sang! "
Expliquer! Quand on a encore du Nutella sur la bouche, ça parait dérisoire.
"Ben, avec les deux premières ça a été, mais pour la troisième je n'en pouvais plus..."
"Hein?"
"Alors je l'ai juste léchée"
Mon père a hésité un instant entre la syncope et la rouste, mais la syncope c'était pas son style.

Beaucoup plus tard je suis retourné voir Greta; j'avais vieilli et elle aussi... elle a bien voulu que je l'appelle Mireille et m'a gardé toute la nuit avec elle; mais ça je ne l'ai jamais dit à mon père même si c'est des histoires d'homme.
Alors si vous ne comprenez pas, Madame Laipouls-Scière ce n'est pas grave; j'espère que vous aurez lu ma lettre jusqu'au bout.

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2009

La balance à péache (Vegas sur sarthe)

Juste avant de goûter un repos bien mérité, Dieu créa Adam et Eve et je l'en remercie puisqu'à un jour près  je n'aurais pu écrire ce Traité d'Acidité.Adam aurait dit selon des témoins "Dieu créa Adam mais Eve" après qu'elle se fut empressée de lui offrir ce que Dieu avait créé au troisième jour et qui reste aux hommes en travers de la gorge... un fruit au péache plutôt acide.
Expliquons qu'au premier jour la formation des planètes et l'embrasement du soleil avaient donné naissance à "l'hydre aux gènes" et donc au péache qu'on nomme aujourd'hui pH.
Dès lors le grand combat entre acide et basique allait commencer: Placide contre Al Calin ou Comment Satan met son grain de sel dans le panier de la ménagère.
Stressé par ce premier pépin, Adam regardait baisser son péache avec inquiétude; alors Dieu créa le sommeil pour son plus grand plaisir et au grand dam d'Eve qui était assez chaude selon des témoins au-cul-l'air.
Alors Satan créa le café, y ajouta le sucre et je l'en remercie tant j'aime le café sucré.
Le péache d'Adam en prit un coup mais c'était sans compter sur Dieu qui riposta en créant les volailles puis les oeufs ou le contraire, puis de mal en pis le fromage et enfin les fameux yaourts au bifidus actifus.
Le combat allait durer longtemps puisque 400 ans avant JC, Hippocrate qui n'était pas à un serment près déclarait «  l’acide est le plus nuisible des états d’humeur".
A cette époque Adam avait pris de la bouteille ce qui n'arrangeait rien, et pas mal de thé-citron créé par Satan à défaut du Coca Cola... mais il ne perdait rien pour attendre, d'après le devin Yes OuiCane.
Patates, bananes et fayots étaient arrivés à point nommé pour le sauver d'une mort certaine et buvant la bonne parole, Adam se sentit un peu rassuré:
"Mange cinq fruits et légumes par jour, et tu auras la vie sauve".
Facile à dire quand l'Autre exhibe le miel et les six rôts des rables !
Monté sur sa balance à péache, marque déposée par Dieu, Adam qui n'était pas bégueule s'efforçait de tutoyer le chiffre Sept du mieux qu'il pouvait sous le regard indifférent d'Eve qui ne pensait qu'à son plaisir selon des témoins.
Eve usait beaucoup des bains de mer depuis que Satan avait ensablé Cabourg et Deauville, et surtout de l'absinthe créée par Dieu, soi-disant pour soigner le mal de mer... mais les absinthes ont toujours tort!
Dès lors ni l'Antiquité ni le Moyen Age et surtout pas le Second Millénaire n'auront su consolider cet équilibre des plus fragiles; alors à vos balances à péache... enfin, c'est vous qui voyez, et arrêtez de penser que là où il y a de l'hydrogène il n'y a pas de plaisir.

Posté par Janeczka à 09:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

09 mai 2009

(Edward si tu m'entends, Pardon de t'avoir laissé traiter de barbouilleur) Vegas sur sarthe

"T'es certain qu'il sera là ce soir ?"
"J'vous l'ai dit miss... y vient toujours à minuit l'samedi"
"En tout cas, il a intérêt à venir avec sa palette de couleurs; je ne supporterai pas plus longtemps cette robe rouge!"
"Nous casse pas les burnes Maguy! T'es qu'un modèle, alors fais l'modèle et arrête de tripoter ce bifeton; si tu crois qu'ça m'amuse de porter une cravate... et pourtant j'la ramène pas moi, je sais respecter l'artiste, surtout quand il est généreux"
"Murphy, me dis pas que pour un dollar j'peux pas échanger ce Martini de m.... contre un baby-on-the-rocks ?"
"Oh! Je sens que j'vais m'la faire, la miss Maguy! Mais déloque toi! ça doit pas te déranger beaucoup et ça f'ra p't'être bouger l'Autre avec son costard à trente cents".
L'Autre n'a  toujours pas bougé mais à voir son regard perdu dans le décolleté de la rousse, on sent bien qu'il est partant pour un strip-tease gratos.
"Shit! shit!" Le barman en échappant son shaker vient de prendre un ton verdâtre du plus bel effet, déclenchant successivement le rire de crécelle de miss Maguy, le sursaut du décolleté et l'irritation ophtalmique de l'Autre.
"Hé ben! Y viendra pas pour rien, le barbouilleur" ricane la crécelle qui finit par s'arrêter dans un hoquet vertigineux alors que le barman croyant réparer les dégâts, étale largement son Mojito en vagues poisseuses.
"Si j'peux m'permettre, mademoiselle, j'vous offre un baby..."; l'Autre a réussi à ouvrir la bouche en plus des yeux. Incroyable! Miss Maguy en avale son MAC carmin... Plutôt téméraire, le défraîchi!
On voit bien qu'il connait pas Murphy, et à voir Maguy se reculer le valseur on sent bien que ça va barder.
Le teint de Murphy a viré au sombre, comme son costard et comme le cendrier où son mégot rend brutalement le dernier soupir... L'Autre ravalerait bien ce qu'il a osé dire mais c'est trop tard; le gorille endimanché est sur lui, les naseaux encore fumants et avant que le coup ne parte, l'Autre perçoit déjà le goût de sang dans sa bouche... ça va pisser vermillon, c'est toujours comme ça la loi de Murphy.
"Qu'est ce que c'est que ce b.....? Je peux pas laisser le travail une journée sans devoir réparer les dégâts?". IL est entré, sa petite mallette à la main et balaie le tableau.
Les quatre modèles se sont figés aussi raides que les aiguilles à minuit, grotesques et décolorés sous l'oeil furibard du maitre.
"M'en fiche... Vous s'rez pas payés! C'est pas les oiseaux de nuit qui manquent dans Manhattan"

Posté par Walrus à 09:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


02 mai 2009

Noah dans l'espace (Vegas sur sarthe)

Quatrième de couverture:
Noah est un petit garçon gai et curieux de tout,
mais il est triste aujourd'hui d'avoir perdu son papi..
Alors sa maman l'aide à écrire quelque chose de joli
qui porte un drôle de nom: ACROSTICHE.

 

 

J eudi mon Papou est parti dans le ciel
E t maman dit qu'il va être bien là-haut

 

S on chien Ox est resté ici pour jouer avec moi
A  chaque fois que je viendrai..
I l va pouvoir conduire tous mes vaisseaux du cosmos
S urtout l'"Etoile Noire" que j'avais dessiné dans sa chambre

 

L e soir je vais regarder les étoiles avec papa
I l dit que là haut, c'est la vie aussi mais une autre vie
R ien qu'avec mes yeux grand ouverts
E t mon coeur, je sais maintenant qu'on peut se parler

Posté par Walrus à 09:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

25 avril 2009

Cocorico (Vegas-sur-Sarthe)

Oloron Sainte-Marie

Patron

J'ai fait cette lettre pour que vous soyez pas surpris de pas m'trouver au poulailler comme d'hab.
Comme mon chant du matin c'est devenu "un trouble manifestement illicite", j'veux vous éviter l'amende de 68 euros vu que j'ai pas l'intention d'arrêter d'chanter.
Vous direz bien aux poulettes que j'les regretterai, surtout Britney.
Avec les 68 euros d'économie vous pourrez acheter un réveil-matin; y z'en ont à Decor Home rue de la cathédrale enfin vous verrez.
Coco Rico

Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

18 avril 2009

Ça mange quoi, un écrivain (Vegas sur sarthe)

Moi qui gagne à être connu et cinq euros trente au Loto tous les deux mois , je regarde ce courrier comme si c'était un OVNI: "Vous êtes le gagnant de notre grand jeu L'Invité du Samedi ; passez une soirée inoubliable avec l'un des personnages suivants en l'invitant à votre table".
Y sont marrants, eux... y'a des dizaines de noms là d'dans et que des écrivains ! Ça mange quoi un écrivain?
Vu qu'on est déjà jeudi, je m'propulse vers la cuisine en parcourant d'un oeil la liste... enfin, le foutoir passe qu'y z'ont pas pris la peine de les ranger par sexe ou par époque, par genre ou par ordre alphabétique.
J' serais moins dans la mouise si y les avait triés par goûts culinaires: les gros mangeurs, les picoreurs, les végétariens, les diabétiques.
Même si cette "soirée inoubliable" doit nourrir nos esprits plus que nos estomacs, je dois faire honneur à mon hôte, et je tremble à l'idée de passer à côté d'une super rencontre à cause d'un mauvais filet d'boeuf ou d'un reste de calamars... tiens, je viens d'me priver d'un coup de Chateaubriand et de Jules Verne !
Y sont marrants, eux... Connaissent pas la crise économique; j'ai ouvert le frigo et si Rabelais était devant, il prendrait ça pour une verrine.
L'inventaire est vite fait: les haricots sont trop verts et bons pour des goujats... du réchauffé pour La Fontaine.
J'ai bien un reste de dindon pour Feydeau, mais un peu faisandé; si j'osais je le baptiserais bartavelle histoire d'attirer Pagnol à ma table!
Une forte odeur m'inquiète... Ah c'est juste mon calembour qui date un peu, mais je les aime bien faits: qui en voudrait à part Sartre qui n'est plus à une nausée près.
J'inviterais bien Boris Vian, mais où j'vais trouver des cantilènes en gelées ou des Cent Sonnets en si peu de temps?
Je sens ma soirée inoubliable qui capote... "mon frigo est désert c'est la faute à Voltaire, plus rien dans mon frigo c'est la faute à Rousseau". C'est pas malin, ça et ça résout pas mon problème.
Y aurait bien quelques écrivains belges, Edmond Picard qui doit y tâter en surgelés ou Robert Poulet une fois.
Si j'savais faire un festin avec trois fois rien... Bon sang! Mais c'est bien sûr!  Y en a un qui a écrit des bouquins la dessus, c'est comment déjà? Oui, Coffe, Jean Pierre Coffe! Ah oui, seulement y l'ont pas mis dans la liste.
Ben tant pis... j'vais faire simple, j'vais inviter mon ancêtre, mon cousin espagnol Lope de Vega.
C'est pas que Felix soit drôle, c'est pas sa faute, les dramaturges sont tous comme ça, mais j'suis sûr qu'il aimera la paëlla réchauffée...

Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

11 avril 2009

PolyGlotte la pilule multi-usages (Vegas sur sarthe)

Présentée dans le cadre du sommet annuel de Blois-Sansoif, les spécialistes s'accordent à dire que PolyGlotte est à la soif, ce que Zitrone était à Intervilles et Couderc au rugby... une formidable médication à usage des assoiffés de la vie.
A l'ère des OGM, de la climatisation, du SuperLoto, du MacDo et du silicone, le monde a encore plus soif de tout; soif de vivre, de connaissances, de pouvoir, d'espérance, de vengeance.
C'est pourquoi en avant première et tandis que les essais sur une grande échelle attendent toujours des bonnes poires pour la soif, nous vous dévoilons l'ébauche d'une plaquette commerciale qui devrait en faire saliver plus d'un:

Soif de vivre:    Symptômes: Vie à la colle, en pacs, sans amour ni eau fraiche.
                      Vie de fou, de dingue, de patachon, de bohème, de débauche.
        Médication: PolyGlotte en traitement individuel, familial ou collectif
        Effets secondaires: Double vie, Vie politique (Voir Soif de pouvoir)

Soif de connaissances:
        Causes: Disparition d'Encarta par jet de l'éponge de Microsoft, disparition du Quid en version papier
        Apparition d'expressions barbares: paradis dorés, parachutes fiscaux (?)
        Médication: PolyGlotte en association avec la consultation des Robert.
        (les Robert autrefois en poire, en pointe ou en sacs de plage sont désormais disponibles en ligne)
        Effets secondaires: Grosse tête ou vie politique (Voir Soif de pouvoir) 

Soif de pouvoir:
        Symptômes: Les osmorécepteurs de type sarkosiens, sublimés par les cellules carlabrunies
        réagissent à l'hyper-os-moralité, provoquant l'atrophie des partis.
        Médication: En traitement homéopathique par périodes de 5 ans.  Proscrire la karchérisation!    
        Effets secondaires: Soif de vengeance, soif Delors (!), soif d'espérance (Voir ci-dessous)

Soif d'espérance:
        Symptômes: Tête vide, suées, désèchement de la plume, essoufflement du bulbe..
        Médication: PolyGlotte jusqu'au samedi suivant en priant Dieu que les
        gestionnaires du site proposent un thème plus interessant
                      Lien pour prier Dieu: Prie-Dieu

Posté par Walrus à 09:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2009

Du doigté, que diable ! (Vegas sur sarthe)

vas-y bébé, vite !
Merde ! Trop tard, le machin a glissé... pourtant j'avais le doigt dessus, comme tu m'avais dit... oh ça y est bon ben j'm'en vais...c'est quoi ces trucs ?
ben tu as dû déclencher une réaction avec tes autres doigts.
ah oui effectivement je pensais que c'était plus clair que ça
ça a foiré parce que... ton doigt est trop gros, c'est des choses auxquelles il faut penser
putain ça va pas quoi, j'avais limé mes ongles exprès
ah ben c'est ça, t'as trop limé
ah oui, l'excuse, dis-moi que j'suis nulle... va à l'école...
tu savais pas ? Natacha,  je sais pas si elle les a regardés avant, mais elle en a acheté un super... elle s'en sert tous les soirs !
faut pas l'inviter celle-là, j'y arriverai bien toute seule !
J'aurais bien demandé à Jacques mais il est parti au cinéma avec sa copine
C'est lui qui m'a montré la première fois...  il m'a tuée de rire au moins 4 heures
Tu l'as acheté sur un truc genre e-Bay, le tien ?
ben nan genre ya ça tu vois, du coup j'suis vénère passeque j'croyais que c'était neuf.
Maman moi... j'oserais jamais en utiliser un qu'a déjà servi !
Avec ce genre de truc, y'a un fournisseur et un (rires) client
Très drôle ! Enfin moi, .je maîtrise pas mais je maîtrise mieux que la finance
Moi, je suis harcelée par la technique, écoute, mon sèche cheveux m'a lâché ce matin, je sais pas comment je vais faire
Ne change pas d'sujet ! J'te parle d'un truc humide et chaud et tu m'dis que ton séchoir "il fait sec là il fait froid"
Humide et chaude ? Ma souris d'ordinateur ?
Quel ordinateur ? y a une souris dans ton sextoy ?
Je crois qu'on parle pas de la même chose!
Ah oui ! j'étais choquée aussi, ben pour l'ordi... faut valider valider valider
Trop tard, le machin a glissé... de toute façon on se voit là-bas au club.

Posté par Walrus à 09:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :