09 février 2019

Roturiers (Venise)


Cœur de roturier et rien d’autre.
Avec un rossignol pour bannièrev
Sans l’aiguillon du blason
Et là nos baisers, nos promesses, nos rivières souterraines
La rose ouverte sur le jardin
Et le rosier de nos promesses sans épine.
Il faudra coucher nos corps sans linceul, sans royaume
Pendant que nos faux couperont les épis jaunes.
Nos cœurs roturiers ne s’envoleront pas, mais
nos soupirs nos renoncements
Comme de vieux oiseaux frémiront dans la brume
Braves gilets jaunes au cœur roturier
Dont l’alphabet trébuche dans les caniveaux pleins de larmes.

Moi je tordrai les branches des peupliers pour vous laisser passer.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


02 février 2019

Quorum (Venise)

v1v2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janvier 2019

Le protagoniste (Venise)

 

En JUDÉE à la table du christ ,on comptait douze apôtres, alors que Jésus en personne était absent .Le protagoniste de la scène manquait à l’appel !!!.

 

Le thème astrologique de Jésus était alarmant et Matthieu avait réuni les troupes afin de conjurer le sort qui pouvait s’abattre .

Il prit la parole se dressa devant des regards inquiets et lut à haute voix l’astrologie du protagoniste jésus en personne .

v

 

Jean prit alors la parole

L’ennui se dit-il  délaissant son carnet pour revenir à la lecture du thème astral de Jésus par Mathieu , c’est que nous ne connaissons pas l’heure de naissance de Jésus . Ni même à quel moment approximativement de la journée ou de la nuit il est né. Non, parce que tu sais, c’est important de connaitre le signe opposé à son signe natal – ce que l’on nomme un ascendant. Un Poisson ascendant Balance, ce n’est pas comme un Poisson, ascendant Cancer… C’est comme si le signe natal donnait le continent et l’ascendant le pays. Tu saisis la nuance ? Ensuite, il faut situer la ville. Prenons deux Poissons ascendants Balance – ne crois pas qu’ils se ressembleront. Il faut voir dans quels signes astrologiques se trouvaient leurs planètes au moment de leur naissance. Mars, Mercure, Jupiter, Vénus… Tiens prenons Vénus, la planète de l’amour ! Elle pouvait se trouver dans un signe de feu pour l’un et de terre pour l’autre. Vénus en Lion ça ne donne pas les mêmes effets que Vénus en Vierge. Mais que fait jésus cria judas lui seul pourrait nous éclairer sur ce point .

Alors marie discrète prit la parole / si vous tenez tant à le savoir, je vais vous le révéler… il est né entre les fêtes juives de Souccot et Hanouca, car c’est ainsi que l’on notait souvent les dates de naissance. Ils ne l’ont pas écrit, mais ils ont consigné la date dans un des premiers brouillons de son histoire.

Marie dit Matthieu tu veux dire qu’il a eu des avatars ?!

Et alors, l’être humain aussi, Adam, n’était pas le premier modèle ! Ève non plus !

On n’est pas très avancé cria Simon le thème informe qu’il faut que jésus soit vacciné contre le tétanos comment interpréter ce texte .

Sans Jésus ?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

19 janvier 2019

L'ourson (Venise)


Stupéfait et méfiant l’ourson me fixait, j’étais un nouveau venu dans sa forêt où rien n’arrive Il fallait montrer patte blanche.
J’ai eu alors l’idée d’entonner un chant tzigane. Ce jour là encore très proche de ma cabane couverte de liserons, un vieux monde sortait de l’ombre, ourson , loutre , et chevreuil attirés par la musicalité du chant m’entouraient. L’ourson le premier s’avança vers moi.

Le soleil était haut quand la mère de l’ourson fit son apparition. J’ai failli m’évanouir tant la bête était impressionnante.

v

Je me tus par respect pour l’animal .Puis l’ours ferma les yeux m’invita à poursuivre mon chant .D’une voix d’abord timide je repris ma chanson et d’un cœur tout neuf mon chant devint imprévisible comme sa présence ici-bas.

L’ours avait l’impression d’être pour quelque chose dans ce chant humain , puis l’ourson s’agrippa sur le dos de sa mère et ils prirent la fuite .

La forêt redevenue silencieuse s’assombrit et en relevant la tête je perçus cent paires d’yeux de hibou, rapaces qui m’observaient. Sur la pointe des pieds je rejoins ma cabane disjointe ,savourant mon heure de gloire .
Je suis souvent revenu traîner ici au coucher du soleil , poussant du pied des champignons . J’aurais aimé trembler encore devant la force de cette ourse. Un jour pourtant équipé d’un accordéon dont l’air frivole détonait ici ils sont réapparus. Une odeur forte ,acre et puissante et le souffle chaud de l’animal sa robustesse semblaient vouloir  me guérir de tout. La musique leur montait jusqu’aux oreilles et j’ai vu l’ourson pleurer.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

12 janvier 2019

Les courses (Venise)


Au fond ce qui m’intéresse dans les courses c’est de bifurquer place du pont vivaux et de me diriger à Longchamp.
Je sais c’est un jeu imaginé par Satan, mais détourner les 100e que me donne Paulette pour les courses de la semaine par des courses certes aléatoires, mais qui peuvent nous nourrir des années bigre !! Il n’y a pas photo !!

Le jeu c’est un virus, mais ce jour-là c’était Magdalena, l’étoile montante mon super U à moi, la pouliche sur qui j’avais tout misé.
Je n’ai pas pu éviter la catastrophe financière. MAGDALENA s’est vautrée quand le téléphone a sonné.  

v1


Paulette avait oublié le beurre sur sa liste des courses, et moi j’avais oublié Paulette.
Je me sentis défaillir.
Depuis ce n’est pas le vin qui me retourne le cerveau, mais de manger des steaks de cheval que paulette m’oblige à ingurgiter.
A chaque fois que je passe devant la boucherie chevaline, je revois Magdalena et son air de diva en début de course.
Jouer au poker c’est comme un acte proche de la désobéissance civile, j’ai misé, une fois de plus la somme que m’a confiée paulette et  je suis passé devant la boucherie et j’ai filé tout droit au bistrot .
Je sais que ce scénario était une folie, mais croyez-moi si vous voulez je suis rentré avec le sac rempli de victuailles et en prime une bouteille de champagne.
Demain je reprends le chemin de l’hippodrome.

v2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


05 janvier 2019

Macaroni (Venise)

Le vieillard regardait le ciel , derrière l’étoupe noire des nuages il devinait la lumière du printemps .

v

Celui qu’on avait traité de sale macaroni dans son enfance se tenait là dans la rue principale vociférant des couplets enroués, dévisageant les badauds avec effronterie et chaleur .

Ceux qui n’avaient rien à faire lui emboitaient le pas pour chanter avec lui .

Le buste un peu penché et les mains dans le dos le sale macaroni des vieilles cours d’école dansait maintenant d’un pas léger et alerte.

La foule acquiesçait du regard. Ainsi escorté il humait l’air vif du matin et se réjouissait d’apporter cette gaité dans les cœurs.

C’était une foule inoffensive guidée par un macaroni qui a retrouvé la saveur de la vie dans le chant la danse et la musique.

La rue est maintenant inondée de lumière, la large ceinture de cotonnade ceinturait les reins du vieillard et parfaitement à l’aise il saluait la foule .

Sa voix flottait comme une arche au-dessus de toit puis il s’étendit par terre  et mourut .

Bon d’accord cette fin abrupte vous déplait !

Mais je trouve que commencer l’année par la fin de quelque chose , c’est comme si on nous servait pour le soir du nouvel an un plat de macaroni en disant bientôt on aura du caviar .

La fin de cette histoire appartient à tout le monde et à personne à la fois ainsi personne ne sera dépossédé de la fin de ce macaroni qui a dévissé . je sais votre déception est immense mais ne vous tourmentez point et filez comme Jésus marchant sur l’eau en quête d’un miracle 2019 en sera plein et tout sera possible .

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

29 décembre 2018

Le lacyderon (Venise)


Je parle 7 langues mais celle que j’affectionne  en ces temps agités c’est le lacyderon langue des sous- bois qui garde un caractére explosif et très imagée pour dire  sa relation au monde .

Elle est si riche et si inventive que je ne me lasse pas de la découvrir et d’exercer toute sa puissance dans les diners parisiens.


Je pourrai vous en parler en long et en large et en traviole car elle a quelque chose de commun avec la langue des sans dent , les invisibles.
Il m’arrive dans les diners du 4 /40 de plisser de la truffe quand j’entends leur estomac qui gargouille .
Depuis quelques mois ils se sont tous mis à parler le lacyderon histoire de refaire monter leur taux d’humilité. Ils se cachent même pour manger du foie gras ..
Il n’y a en a que pour ces champignons parisiens élevés dans l’obscurité humide des caves , ces laissés pour compte qui sont à la manœuvre .
Incroyable pataques que l’année qui vient . Tous ceux qui arriveront jusqu’à l’année qui vient parleront la langue chatoyante du lacyderon. Les bois , les étangs , le ciel , les mobylettes et l’eau de vie n’auront plus de secrets pour eux.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2018

Participation de Venise

 

Depuis la fenêtre de ma chambre, j’ai entendu quelqu’un frapper l’une contre l’autre deux cymbales.

Un petit être tirait un cheval à la robe alezane et sa belle tête rousse s’éclairait par de jeunes traits

Lumineux de la lune .

Écoute les arbres galoper me dit le KORRIGAN   ils viennent te chercher .

Toujours est-il que j’ai sauté de ma fenêtre, enjambé la clôture   et j’ai fini au milieu d’eux et  ils  m’ont entrainé  chez eux vers les montagnes qui ne finissent jamais.

 

Quand je me suis réveillé, je grelotais. La neige avait pris le pouvoir . La chouette s’est arrachée de l’arbre et j’ai crié/ est-ce possible qu’on me laisse tranquille !!Devant un attroupement de KORRIGANS qui riaient aux éclats ? j’avais mal au dos il n’était pas impossible que je me sois cassé quelque chose.

Je me suis redressé brutalement et les arbres ont vacillé dans des couleurs pâles

 

Un fil d’or voguait dans l’air blanc je l’ai tiré vers moi et toute la Voie lactée a été entrainée dans un manège fou .

v1

LES KORRIGANS  me dévoilaient un secret bien gardé pendant qu’ils buvaient l’eau scintillante du ciel .

Mon cœur s’est alors ouvert à l’autre monde la forêt des contes a soulevé les dalles du mensonge et nous nous sommes vus nous les hommes dans notre scintillante humanité et j’ai accepté de tout perdre sauf mon joint de cannabis . Ma mère en me réveillant m’a murmuré/ arrête les amphétamines tu rugis comme un taureau la nuit .

Par réflexe j’ai vérifié si j’avais toujours sur moi mon téléphone portable .

Poche extérieure du manteau rien

Poches intérieures rien de plus j’étais accablé j’avais perdu mon téléphone portable .

Je ne me souvenais de rien

Je plaçais mon espérance d’y comprendre quelque chose dans le silence .

Depuis combien de temps il ne m’était arrivé d’espérer dans notre humanité ?

 

Je souriais en pensant aux K .

Puis mon téléphone s’est mis à sonner et tout a été plongé dans le noir.

 

Des ombres couraient le long des murs un petit être volé au-dessus de ma tête.*j’ai alors largué les amarres à l’heure où je vous parle si vous vous penchez pour regarder la lune vous m’apercevrez le soir de Noël

v2

avec les ours  blancs  et les rennes

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2018

Participation de Venise

T’es un champion !!

 

Tu peux décrypter ce jargon ambiant

Alors moi je dis banco !!

Je vends mon scooter j’achète une trottinette et je pars en campagne. Je sens monter en moi une lourde rechute de ma passion vagabonde.

Je serai la clarté dans la confusion tant le quotidien me pèse.  Je refuse que tu m’étourdisses avec tes ambiguïtés de langage.

 

Au milieu de cet enfumage /’ mon adversaire c’est la finance’

Que fais-tu de tous ces naufragés en gilets jaunes ?

v1

 

Pas sûr que je danse sur ce refrain encore une fois.

 

Ton jargon c’est une cigüe matinale , la martingale des imposteurs.

Ch’é pas vous, mais moi ça m’enflamme le système limbique. Et son/ je ne veux pas de boloboloBololo, c'est son abracadabrantesque à lui, ça veut dire "désordre", une sorte de langage de corps expéditionnaire, ça occupe l'esprit et les twittos.

Je te donne pas plus de 15 minutes pour clarifier ta pensée je sais c’est moins que Bruce Willis dans Die Hard II, mais les temps sont difficiles.

 

Puis ne pense pas une seconde noyer le poisson que je suis avec du flou, du flan, et de l’enfumage.

 

Par la grâce du Saint-Esprit cesse ce jargon de technocrate

Parle-moi PIB du bonheur ou je me tire au BOUTAN

v2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

08 décembre 2018

Incipit (Venise)

Quand j’ai vu l’incipit de ma feuille d’impôt, j’ai pris mon gilet jaune

 

Le mot redressement était surligné

Quand on perd l’équilibre, on tombe. Ça arrive souvent aux enfants qui apprennent à marcher, mais ce n’est pas grave : à cet âge-là, on pleure, on demande un bisou à papa ou à maman, et on repart. À 12 mois, on n’a pas encore de bons réflexes, mais un corps élastique qui permet d’encaisser les bobos. Quelques bonnes dizaines d’années plus tard, ce n’est plus le cas. On choit souvent et on se fait très mal c’est cet incipit qui est la cause de  ma fameuse fracture du col du fémur, mais aussi de ma dissidence . Depuis je milite pour la gratuité de l’essence et l’instauration d’une nouvelle pompe distribuant dans chaque station-service du champagne à l’œil. Je suis remontée comme un coucou et mon mouvement est, selon les pythies sondagières, plus populaire que jamais. C’était bien la peine de se casser la nénette pour vieillir sans faire de bruit pendant que Lui serre des louches.

Mais qu’est-ce qu’il a un sonotone ou quoi ?

De mon côté depuis cet incipit j’ai un bruit dans la tête, un bruit de machine à laver qui se serait mise en mode essorage rapide pour étouffer sa parole

Avec mes yeux bleu océan dépollué de ses hydrocarbures je voudrais lui dire de descendre de son porte-avion le Charles de Gaulle

Au rythme  où ça va, la fin du monde est pour le 31§§§§

v1

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,