14 décembre 2019

Le balladrome (TOKYO)


La nouvelle est tombée à 12h 25 sur les ondes// la ville va subir un assaut sans pareil des martiens. Le Ballladrome est déjà la piste d’atterrissage pour eux
Accrochez-vous c’est brutal le journal annonce que Monsieur le maire est calme et déterminé …sur les ondes la radio annonce en boucle que Monsieur le Maire est calme et déterminé.
Alors que tout le monde le sait, il est prostré dans son lit en train de se ronger jusqu’au sang ses ongles et qu’il est prêt à faire une fugue en ALASKA. Monsieur le Maire est calme et déterminé.
Avec une ambiance pré gilets jaunes les martiens   ont sérieusement entamer les chances d’un deuxième mandat pour Monsieur le maire
 La main sur le cœur Monsieur Le maire annonce tendre la main aux martiens au nom des droits de l’homme.
On en revient aux bonnes anciennes recettes de l’ancien monde. Les boulistes sont passablement agacés On ne va pas négocier avec des PUN KS crient -ils à l’unissons
He bé SI // déterminations et concertation seront les deux mamelles de la réponse du maire
Il faut être attentif à la fin de sa déclaration.  Monsieur le maire se dit attentif aux droits des extraterrestres de circuler librement dans la galaxie ..
 Les balladromistes savent que Monsieur le Maire s’en fou des droits en général de l’humanité terrestre ou extra-terrestre.
Bien sur tout le monde aurait aimé un « cassez-vous pauvres cons » pendant que d’autres voudraient faire sauter à la petite cuillère à pamplemousse leurs yeux globuleux.
Mais le calme déterminé du Maire a apaisé les esprits. D’un pas qui surjoue la légèreté et la bonne humeur alors que ses traits tirés montrent le contraire, il déclare que   la situation est sous contrôle alors qu’en vérité il contrôle que dalle.
Monsieur le Maire fait de l’hypertension il ventile trop.
Pendant ce temps Sur le balla Drôme Eh bien, finis les burgers, finis les frites, fini le reggae sorti du vieux TUB Citroën recyclé en mangeoire place à la haute technologie martienne.
Une vrai tempêtes se tient sous le crane des balladromistes . ils ont décidé des les attaquer à coup de polochons jaunes citrons v

.C’est une sacré intimidation face à cette haute technologie et pourtant .v2
L’un deux s’approche d’un martien he dit/  il y a qu’aux  Etats Unis que les choses sont simples pour vous .Ici c’est pas la même salade . On est pas à la Maison Blanche les cafards on en veut pas .
Est-ce le mot salade ou cafards que les martiens ont mal pris ou la batailles de polochons la question reste ouverte. Ils ont pulvérisé la ville en deux secondes. Le discours de Monsieur le maire tourne en boucle sur les ondes/ je suis calme et déterminé

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


07 décembre 2019

Anamnèse (TOKYO)

 
Trois psychiatres prenaient des notes.

 Mon cas était parait- il pire qu’un casse-tête chinois

Docteur j’ai l’impression d’avoir été absorbée par une huitre.

 Vous fréquentez la mer à marée basse me demanda celui de droite qui se tenait près de la fenêtre.

J’avais parié une centaine d’actions de Microsoft et je m’étais ruinée.

Le choc indicible m’avait conduit jusque dans cet hôpital.

Une vielle salamandre sommeille au fond de mon âme docteur

Et que vous dit -elle   me demanda le psychiatre dont la blouse vert fluo commençait à me piquer les yeux.

Ces trois là avaient une allure de chamanes et l’hôpital celui d’une vielle cabane d’indienne.

J’ai des désirs oubliés qui remontent dans mes fissures docteur.

 Je voudrai que vous me parliez argent.

Les trois chamanes étaient en train de rassembler leurs notes.  On aurait dit qu’ils s’étaient mis à l’abri du mauvais temps sous un pont d’autoroute.

Trois Anamnèses   différentes mettaient en évidence toute l’ambiguïté d’un diagnostic.

L’un deux s’approcha de moi avec des poches sous les yeux pareil à un marin noyé.

Vous prenez des opiacés interdits lui dis je en le repoussant. Il y a de la présence d’acide dans les goutelles qui perlent à votre front .

Il fit de gestes amples comme ces magiciens vieillissants perclus d’arthrite.

Je criais/ ne m’approchez plus ou je vous mets de la térébenthine dans le rectum .

C’est là que je me suis souvenu que j’avais des mollets d’acier et que je pouvais franchir les douves du château sans mollir.

 Je voulais simplement une villa en Toscane et me retirer au Bahamas. Et c’est là que mon unique cheveu gris s’est détaché et tomba en voltigeant sur le parquet ciré.

J’avais tout perdu alors encore un cheveu s’en était trop.

On aurait dit une mèche de spaghetti de méduse.

Putain de fumeur d’hasch ne vous approchez pas de moi. Ma sidération devant la chute du cheveux était la même que devant les  cours de la bourse une heure avant le crash boursier

C’est là que je suis arrivée à capter des interférences cosmiques.

En un moment je suis même arrivée à capter une transmission audible.

 Je voyais bien dans les yeux de mes trois cosmonautes que j’étais entrain de m’égarer au frontière du réel .

C’est là que je vis Judas Iscariote étendu sous la véranda. Et pour une raison encore inconnue j’ai vu mes trois disciples éclataient de rire.

On aurait dit trois cinglés mais d’un côté valait mieux tard que jamais ce fou rire réenchanta l’hôpital. Ce sont les serviettes de toilettes sur leurs têtes qui m’ont parues bizarres.

v

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

30 novembre 2019

La main (TOKYO)

 

Nous n’en sommes qu’au stade du projet, disait le Maire au préfet, mais je vous avoue toute ma satisfaction

Notre vieux cimetière va enfin faire peau neuve. C’est-à-dire dit le préfet qu’avez-vous en tête Monsieur le maire. ?

Nos chers administrés veulent rentrer de plain-pied dans la modernité.

 De quelle modernité vous parlez ?  Dit le préfet agacé

Pensez-vous que les morts ont à se soucier de leur avenir ?

 Je ne vous suis pas Monsieur Le maire que va devenir votre cimetière.

Il sortit quelques croquis et losanges pour répondre aux questions fondamentales du préfet.

Ce n’est pas génial dit Monsieur le Maire en arborant fièrement ses croquis.

 Ces petits dessins paraissaient superficiels voire illisibles pour Monsieur le préfet.

Nous ne sommes qu’au stage de la recherche renchérit Monsieur le Maire nous devons encore peaufiner le projet. Il est d’ampleur aucun cimetière n’existe à ce jour comme celui que nous allons faire surgir de terre. Notre équipe commence à se dire que tous les problèmes de la vie auront une réponse ici dans ce cimetière.

 Les propos du maire commençaient sérieusement à agacer le préfet.

 Le Maire poursuivait, nous avons commencé des tests nous sommes loin du résultat escompté mais nous poursuivons.
Quel test dit Monsieur le préfet qui ressemblait de plus en plus à un pitbull.

Nous allons servir une bonne cause disait le maire aveuglé par son enthousiasme.

Les morts pourront enfin dialoguer avec les vivants Monsieur le préfet

 Sur chaque tombe la réplique de la main du défunt nous fera signe. En somme un geste pour l’éternité.

 Le cimetière sera une collision de mains qui rappellera les vivants à eux.v

Une grande fresque de main ornera l’entrée du cimetière. Un cimetière miroir dont les connexions avec les morts n’échapperont plus au cerveau humain.

 Le préfet se précipita alors vers son véhicule sorti son fusil tira à bout portant dans la tête de Monsieur le maire qui maintenant gisait comme une pastèque éclatée au sol .Ca faisait vraiment désordre.

 Je t’en foutrai moi des connexions dit-il en reprenant le volant de sa Scénic ..

Oui se dit le préfet ce Maire était du mauvais coté du fleuve la vie est parfois bien étrange.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

23 novembre 2019

POT DE YAOURT (TOKYO)

 

POT de yaourt             ABANDONNE

t1

 

t2


                 

 

 

 

Ne guérit point                     
                Crème de châtaigne
                Mêlée au lait chaud de la chèvre
                Monsieur SEGUIN et sa cuillère à pot
PEAU DE CHAGRIN   MIETTE DE PAIN
                BEGAIEMENT de l’enfant qui sur son pot
                    Comme un idiot joue à POT perché.
            Et regarde le papillon.
Le printemps dépote les fleurs, et fait les cerises en pot      puis tu titubes comme un ivrogne
                    Alcool fort raisins en pot gorgés de soleil
        POET POET POET j’entends vos voix et j’ouvre le port de miel et s’écoule tout RONSARD et sa rose
Jeanne ne cours point si vite ton pot au lait va vaciller t3



ALLONS TOUS PLEIN POT VERS LA GRANDE VIE.

Yaourt en pot
Pot de bebe
Bebe en pot
Peau de bébé
Peau d’âne  t4



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

16 novembre 2019

XXXXXXXL (TOKYO)


S’il existe une expression un peu curieuse    ’ né   sous X ’ passe en tête du classement.

Elle exclut la naissance sous Y, sous Z ou sous un pont.

Je trouve cette expression aussi saugrenue et illogique car il semble qu’il faille connaitre sur le bout des doigts la physique quantique.

Un peu comme né sous X à la puissance 2 équation génétiquement introuvable.

Il faut Un X pour naitre au monde grand Dieu ?

Des enfants descendraient ils des fruits de mer oubliés dans les écumes au point de ne mériter que l’avant dernière lettre de notre alphabet ?

Je voudrai qu’on naisse tous sous X sans la pince mon seigneur sur le crâne.

Nous serions radieux nous ne serions plus ces autistes qui comme des poulets n’arrivent pas à traverser la route

Oui je veux naitre sous X descendant de La planète ORION.

X cet inconnu qui me fait sans histoire, qui laisse ma mémoire aussi vierge que Marie.

C’est comme prendre un TAXI sans destination vous voyez le schisme culturel !!

b

Oui je sais j’aurai des détracteurs, je les entends déjà /mais quoi comment la filiation, la PMA ce n’est pas fait pour les chiens !!!

Né sous X leur dirai-je c’est se débarrasser des patronymes et remettre à la mode l’horloge et ses aiguilles singulières.

Je suis né un 25 juillet à 16h 45 minutes et 4 secondes entre la rue Vaugirard et le boulevard Michelet un jour de pluie.

Rimbaud avait déjà embarqué pour L’AFRIQUE, Picasso était déjà dans sa période bleue Piaf venait de perdre Cerdan

Voilà ce qui serait écrit sur mon livret de famille et BASTA !!

Bon des cactus résistent et montent la garde je reviendrai vous convaincre une autre fois. Jamais je ne me plierai à l’idée qu’un enfant naisse seul sous X.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


09 novembre 2019

La serpillère (TOKYO)


Dans ce bas monde les choses ne durent que ce qu’elles durent. Prenez une serpillère par exemple quand vous avez fait usage de celle-ci plus d’un mois elle finit par perdre son âme.
Avec mon compagnon ce fut la même chose. Après un usage inconsidéré, force est de constater qu’ il a vite  atteint son heure de gloire et n’a fait à mes yeux que décliner .
De toute évidence les folles années où tout dure sont bien passées.v

Ce déclin serait-il permanent ou des serpillères plus robustes pourraient nous laisser espérer une belle longévité en toute chose.
Les couples sont- il condamnés à s’enfoncer dans des adultères débridés jusqu’à ce qu’un  jour , tous solitaires une serpillère autour du coup en guide de chandail nous errions dans un Sahara sans nom ?

Il nous restera quoi alors à contempler ?
Les étoiles lavées de leurs larmes que nous avons versées.
Je lis en vous comme  dans un livre ouvert je vois bien que vous attendez l’épiphanie .
Les serpillères comme les sentiments d’attachements ne tiennent qu’à des fils minuscules qui s’usent que l’on s’en serve ou pas .
J’ai vu comme vous ce stupide ou génial film  « le père noël est une ordure « .v2


Comme vous la séquence du pull serpillère m’a dispensée de dix ans d’université et de soirées de Monopoly .
A cet instant quelque chose m’est arrivé. Je me suis dit qu’une chose pareille ne peut advenir. Aucun homme pourrait être assez bouché pour prendre des vessie pour des lanternes.
Aucun homme pourrait porter une serpillère en guise de gilet par amour sauf si je travaille à police secours et qu’ au vu des appels innombrables je pourrais tomber sur ce profil aux abois.
Je pourrais passer à l’offensive porter un bleu de chauffe dans cette société frauduleuse et une serpillère à la main m’agiter comme le phare dALEXANDRIE pour attirer le manant.  v3


Avec cet attirail et mon cri de guerre j’ameuterai des loups fous  du gilet serpillère (non pas du gilet jaune)
Chacun de nous à ses références et le pouvoir de séduction qu’il peut moi c’est la serpillère ..
Quel fœtus qui se respecte choisirait de naitre tout de même si on lui montrait qu’au cours de sa vie il devrait par amour porter des gilets serpillère .

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2019

Vademecum (TOKYO)


Je remercie tous les jours la ‘bonne mère’ d’avoir pu enfin me permettre de poser la main sur le Vademecum de grand père grand chef cuisinier très réputé dans le milieu marseillais.v

 

Il en a pris des notes le bougre et a tracé sa route de la Corniche au Vieux Port.

Le consommé de bouille Abaisse rien que ça la lecture vaut le détour.

Il note plus loin que les poissons de roches faut les pécher le matin très tôt entre les calanques d’envaux et Sormiou.

Et ses cannellonis aux calamars et à la poutargue !!! . La cuisson, les aromates tou est ici détaillé avec une parfaite maitrise.

Je lis plus loin que c’est à Castellane qu’il va chercher son couscous végétal trempé dans du jus d’encre. C’est là qu’il a rencontré Delphine la pâtissière qui lui faisait gouter son éclair au chocolat framboise. Enfin c’est ce qu’il racontait à grand-mère.

Un petit cœur est dessiné sur le plan de la rue de Castellane !!

C’était le QG des Marseillais son Resto, Des noms incroyables défilent sous mes yeux Marcel Pagnol, Raimu fanny ils sont tous là .

Il dit que Marius lui reproche son coup de chaud sur les prix il note Raimu’ un vrai radin’

Pour ce rendez-vous des vrais amateurs, il a une seule ligne Apéro non-stop pastis le 51 coule à flot.  .

Ici on ne plume personne à part le pigeon c’est souligner en rouge ça doit être la formule magique pour en tasser quelques-uns 

Il a gardé un petit effet branché façon saint-germain dans ce carré marseillais je trouve une photo de lui avec une casquette !!

Une consigne m’étonne / pour les grandes gueules servir des poirettes confites à l’huile d’olive pour leur emboucher un coin .

Réserver la fin veloutée de Saint-Jacques à Marcel Pagnol quand il vient seul et déprimer.

Ici on rassure, on bouscule les casse-couilles, on sert la daurade marine à l’écume d’algues bleues.

Grand-père, ce soir ton Vademecum signe ta présence éternelle à mes côtés toi la coqueluche de Marseille.

J’ai grimpé jusqu’en haut de notre bonne mère j’ai salué Marseille que tu as si bien servie et je m’apprête à marcher dans tes pas ce Vademecum sous le bras.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

26 octobre 2019

Utopie (TOKYO)


8H 30 les portes s ‘ouvrent.  Une immense salle d‘examen s’offre au regard des candidats.

v

Mon numéro 125 , je prends place  et dégrafe l’enveloppe .
SUJET DU BAC PHILO/ A quoi ressemblerait un monde utopique ?
Je fais défiler les diapos dans mon cerveau. Tout y passe, jusqu’à de pittoresques indigènes dans de longues pirogues.
Pour une raison quelconque mon voisin semble me regarder avec une admiration sincère.
Puis il me dit / sais tu que vouloir atteindre ta démonstration trop rapidement c’est une pulsion de mort sublimée ?
Le Sahara serait ton monde utopique à toi pour une impatiente comme toi . Je le récompense d’un sourire aussi large pour décorer une niche à chien .
Apparemment je m’attendais à un sujet plus traditionnel comme/
Pourquoi les hommes portent-ils des T -shirts sales ?v2


Je commence à sérieusement regretter d’avoir ingurgité toute la semaine dernière des documentaires ethnologiques qui parlaient d’Harry Potter saison 8. Je commence à faire naufrage.
Le surveillant se penche sur moi / Vous ne seriez pas en train de penser à FRED ASTAIRE ?
Arrêtez donc de taper avec vos pieds vous dérangez tous les candidats.
Bon en fait ce sujet m’intéresse tout de même un peu .
Je me souviens tout à coup de la remarque de mon père à ma mère parlant de moi  .
On peut emmener un crapaud à la rivière mais on peut pas l’obliger à penser.
C’est drôle pour une fois je suis d’accord avec lui .
Allez je me jette à l’eau , premier rond dans l’eau / mon monde utopique ressemblerait à une pâte à tarte avec de la lumière des étoiles .Un monde où seul un aventurière comme moi se hasarderait , ou seul un romantique me pardonnerait , ou que seul un nomade trouverait hospitalier alors que peut être qu’un chameau aimerait .
J’ai eu cette audace d’occuper avec toute cette fantaisie enfantine le vide de ma pensée pendant 3h de charabia.
J’ai récolté un 0,5 pour l’encre sans doute.

Ce ne fut pas mon heure de gloire mais quand même une question pareille te prend une vie pour y répondre !!
Je reviendrai à 75 ans passer ce bac philo .v3



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

19 octobre 2019

Troubadour (TOKYO)

 

Nous marchons dans les fougères sans savoir où dorment les troubadours.

Nous ne lisons plus de lettres d’amour, car eux seuls savaient tenir le feutre sur le papier.

Ils nous font les reproches que nous nous faisons.

Nous ne lisons plus de poèmes, les femmes adoraient les poèmes qu’ils leur adressaient.

Ils avançaient dans les rues sous d’amples chemises et toutes les ombres frissonnaient sur leur passage.

v

Ils gardaient les chansons qui parlent d’amour secret, ils arrachaient des grappes de glycines pour toucher nos âmes meurtries.

Nos vies sont étroites sans eux.

Nos vies sont comprimées sans leurs chansons.

Où dorment nos troubadours quand tout s’en va ?

Quand l’encre et le papier et la douceur du feutre sont devenus clavier et leurs échanges SMS.

J’en ai aperçu un l’autre fois à super U. Il dansait devant l’épicerie Rimbaud rayon charcuterie.

Et me voilà devant lui. Les miracles ne se reproduisent pas deux fois me suis-je dis.

v2

Il vendait du boudin noir, mon troubadour, je me sentais un peu gêner à l’idée de rencontrer l’archétype du troubadour moderne celui qui avait traversé les siècles sans sourciller.

M’arrêtant un instant devant son visage à la blancheur pascale je me suis dit que s’il existait encore un troubadour c’était ici dans ce super U.

Et puis me suis dit pourquoi faire des lettres d’amour quand on sait faire du boudin noir d’accord je vous l’accorde il n’y a pas non plus un champ de fougère à ses pieds.

C’est alors que la caissière me dit ‘ ; dans l’éternité le temps n’existe pas. Ma première réaction a été de répondre /

Comment osez-vous vous approchez de moi comme ça sans bruit alors que je suis devant le dernier troubadour de notre époque.

He ma petite dame ce n’est pas un être venu d’ailleurs le vendeur de boudin

 Je n’ai pas la moindre idée de ce dont vous parlez-lui rétorquais -je

 ET si vous pouvez lire dans mes pensées alors vous devriez savoir ce que je fais ici

C’est alors que mon troubadour charcutier s’est penché vers moi en riant. il avait un regard libidineux en me proposant son boudin noir .

Pivotant sur un pied je me suis éloignée de lui à toute vitesse. Si jamais il me suit, je crie comme un putois.

 Ce dégénéré, ce troubadour de mes deux la coquetterie t’a barré le chemin jusqu’à l’optométriste ça fait deux ans que je dois porter des lunettes

. Mais je vois le sourire de mon charcutier dans le brouillard/     Ma petite dame vous avez oublié votre boudin.

 Je suis sereine comme une présentatrice à la télé en train d’annoncer une crise mondiale

Puis il se penche sur moi et murmure je ne crois pas que vous glisser dans mon pantalon soit une bonne idée ..

 Je ne vous dirai pas ou a fini le boudin de mon troubadour. Mais pendant le chemin qui me menait au café je me suis demandé ce qui était arrivé aux troubadours qui dormaient dans les fougères.

Ce qui est sur c’est qu’ils ne sont pas à super U la prochaine fois je tente le rayon crèmerie à AUCHAN.;

v3

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

12 octobre 2019

La soupape (TOKYO)

Je me suis toujours demandé qui faisait battre le cœur d’ELEONORE.

Quand elle levait les yeux pour se regarder dans un miroir de Venise, sa lèvre supérieure tremblait

C’était si rare de la voir sourire

Pourquoi pleurez-vous ELEONORE ce soir ?

Je prenais goût pourtant à vos éclats de rire à nos jeux communs.

Puis un matin je vous vis vous précipiter dehors, aussi fraîche qu’une rose.

J’avais le sentiment de vous voler quelque chose à vous suivant dans le dédale des rues.

Le bruit des pommes de pin éclatait soudainement sur votre passage

v

Où courez-vous ELEONORE les joues en feu ?

Maintenant je la vois elle pousse la porte d’un hôtel et s’engouffre sans hésitation.

Elle est seule maintenant à tenir devant la porte où son amant l’attend.

Je l’imagine s’adossant contre le montant du lit somptueux prés de la lampe.

Elle prend doucement les joues de son amant entre ses mains et pose son visage sur son ventre.

Quand ma sœur ELEONORE est enfin rentrée

Je n’ai pu retenir un POURQUOI ;

Elle me regarda en souriant. Une soupape Henri une soupape !!

J’ai longtemps tourné ce mot dans ma bouche une soupape L’explication nébuleuse de ma sœur m’avait projeté aux confins de la galaxie il y faisait très noir .L’obscurité protège autant qu’elle menace me disais-je du haut de mes 15 ans.

Je suis devenu ingénieur et c’est à ma sœur ELEONORE que je le dois.  Quand je regarde une soupape je souris maintenant.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,