21 juillet 2018

Sur la pierre (petitmoulin)


Une oreille
Sur la pierre
Vibrante encore
Des rages du canon
Une main
Sur la pierre
Brûlante encore
Du sang de son histoire
Le visage
Sur le silence
Il parle d'été
De l'odeur du jasmin
Des fruits mûrs au verger
Il dit les nuits froides
Et la faim et la peur
Dans les yeux d'un enfant
Il dit l'oiseau blanc
Dans un ciel de tourmente
La lueur accrochée
Au-dessus d'un puits d'ombre
Les champs de fleurs sauvages
Et les champs de bataille

Debout
Sur leur parcelle d'utopie
Des mots voudraient crier
Sans armes mes amis !
Sans  armes !

Qui les entendrait ?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


14 juillet 2018

Pégase (petitmoulin)


Nuit noire nuit sans lune
Sa besace de rêves
Qui se mettent en marche
Pour réveiller le jour
Nuit d'étoiles nuit d'été
Lève haut sa lanterne
Le silence agité
Des corps enlacés
Nuit blanche
Ô mes nuits blanches
Errent en impossible
Plus sûr que lendemains
Je reconnais Pégase
À l'assaut des obstacles
Plantés au cœur battant
De mes ciels d' insomnies
D'un coup d'aile dénoue
Les mots livrés en vrac
Au détour d'une page
Et défie les chimères
Jusqu'au seuil de l'aurore

Le matin me ramène
Au bord de son défi
J'y chercherai patience
Jusqu'à la nuit prochaine.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2018

Combien faut-il de vers (petitmoulin)

 

J'observais l'animal

Infatigable laboureur

Tordu d'efforts

Qui œuvrait en silence

Sur son carré de printemps

Il rampait

creusait

enfouissait

déterrait

Il disparaissait

réapparaissait

Dans l'indifférence

Du tout vivant voisinage

Seuls quelques oiseaux

Guettaient leur possible pitance

Je lui ai demandé

Combien faudrait-il de vers

pour sauver la Terre

d'une asphyxie annoncée

Il m'a répondu

Demandez au poète

J'ai écouté le poète

Infatigable semeur de mots

Il creusait l'apparent

Risquait un regard fragile

De l'autre côté des choses

Il osait le vertige du réel

Tenu en équilibre

Par la parole

Qui donne à la vague

L'immensité de la mer

À l'arbre

La densité de la forêt

À l'inconnaissable

La force du silence

Je lui ai demandé

Combien faudrait-il de vers

pour sauver la Terre

d'une asphyxie annoncée

Il m'a répondu

Demandez au ver de terre

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2018

Zen (petitmoulin)


Se glisser     doucement     
Et goûter la caresse
Des bulles sur les hanches

S'allonger     doucement
Et jouer  cabotine
La sirène lutine

Barboter     doucement
Et rêver d'océans
D'embruns et de marines

Plonger    doucement
Et s'étonner   naïve
Que l'eau n'est pas salée

Émerger     doucement
Et goûter la caresse
Du soleil sur la peau

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2018

Dans ton lit d'infortune (petitmoulin)


L'hiver s'est invité
Dans ton lit d'infortune
Ses crocs
Fouillent ton âme
Jusque dans sa blessure
Gorgé de larmes et de nuit
Ton regard se lézarde
Ton cri s'englue
Dans le silence
Le temps grince de solitude
Tu improvises un rêve
Pour bercer ton sommeil
Abandonné à même le sol

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,


17 mars 2018

Absence (petitmoulin)


Il ne reste à la nuit
Que ses insomnies
Et l'écouvillon de l'absence
Qui gratte jusqu'au sang
Les souvenirs
Restés collés
Sur les parois de la mémoire
Le corps se dissout
Dans sa brûlure
La pensée divague
Jusqu'au vertige de sa douleur
Combien de temps
Faudra-t-il à la rose
Pour oser sa fragilité

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mars 2018

Si tu as reçu (petitmoulin)

 

Si tu as reçu en lignée
Un regard
Sur le jour à son aube
Chaque couleur sera précieuse
À tes ciels d'épuisement
Si tu a reçu
Une oasis pour la soif
Elle sera fruit mûr
À la croisée de tes déserts
Si tu as reçu
L'étendue des mots
Affirme ta révolte
Chante la poésie
Si tu a reçu
Le cri qui pulvérise le silence
Le silence qui ferme le cri
Si tu as reçu
L'élan de ton libre choix
Transmets sans retenue
À tes suivants

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

24 février 2018

Arrêt sur images... de bistrot (petitmoulin)


L'adolescence en paravent
Ces deux beautés-là
Affûtent leur regard
À leur désir tout neuf

Emmitouflée dans un manteau
Et un bonnet de laine
Le visage à demi caché derrière un livre
Elle est seule
Au bord de son attente
L'impatience qu'elle enfouit
Dans sa lecture supposée
Remonte à la surface
À chaque ouverture de la porte
Viendra ? Viendra pas ?

Soutenu par d'invisibles béquilles
Cet homme n'a plus d'âge
Ni passé ni futur
Il cherche au fond d'un verre
Assez de loques
Pour habiller son présent
Il écrase son âme sur le comptoir
Comme on écrase un cancrelat

Et eux, combien sont-ils ?
Tribuns d'un jour
Unis par leur désunion
Ils ont tous raison
Chacun d'eux paie son écot de vérité
Tournée générale

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

03 février 2018

Mais où est-il passé ? (petitmoulin)


Je l'ai vu tout à l'heure qui longeait la forêt
Silhouette colossale et démarche pesante
Il portait sur le dos un mystère plus dense
Que brouillard londonien un matin de novembre
L'étrange vagabond, solitaire et bourru
Velu, griffu et bien dentu déambulait
En maître souverain au royaume des neiges
Tandis que je tentais de le photographier
Pour attester que je n'avais pas la berlue
Son œil à demi-clos me lança un défi
Ne ressemblant en rien à celui du samedi
Il s'avança vers moi le torse rebondi
En signe de mépris ou de cabotinage
Au moment où j'allais réussir l'impossible
Sans toucher au silence, il avait disparu.
Mais où y'est-y passé ?
Y'est-y caché dans la montagne ?
Y'est-y tombé dans un ravin ?
Y'est-y enfoui dedans mes rêves ?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

30 décembre 2017

Un grand coup de brosse à reluire (petitmoulin)

 

Un grand coup de brosse à reluire
Excellent ! Monsieur le Directeur
L'encensoir à portée de main
Magistral ! Monsieur le Directeur
La dithyrambe forcenée
Génial ! Monsieur le directeur
La courbette chronique
À votre service ! Monsieur le Directeur
La paillasson seconde nature
Après vous, Monsieur le Directeur
Le pantalon... le pantalon...
Faites... Monsieur le directeur
La promotion en bandoulière
Merci ! Monsieur le Directeur
Et tu te demandes
Pourquoi les miroirs
Se sont couverts
D'épaisse fumée 

 

Bonne Année à vous tous
Amis défiants du samedi.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,