30 avril 2022

Idylle musicale (Passion Culture)

SOLitaire, un étrange bipède nommé Pason se promenait dans la forêt. Soudain, venant d'un chemin de traverse, une musique inconnue lui coupa la route. Flûte se dit-il d'abord, mais il succomba bien vite aux charmes de la traversière.

REsolu à obtenir les faveurs de la belle, il lui tint à peu près ce langage : "Dis à Pason ce dont tu as envie, et il te l'accordera." Dans ces cas là, il est de bon ton d'avoir de modestes envies, et la flûte traversière se contenta de demander un peu d'harmonie.

FAcile, lui dit Pason, et il la lui donna en lui donnant le la. Ce la lui plut, cela leur plut.

DOrénavant on ne les vit plus se promener que de concert.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,


12 février 2022

Historique du Schibboleth (Passion Culture)

 

L'histoire du schibboleth commence au XIIe siècle avant Jésus-Christ, au temps de Jephté, Juge à Galaad en Israël pendant six ans. Par manque de temps, je vous passe tout le contexte politico-militaire de l'époque.

Galaad occupa les gués du Jourdain. Chaque fois qu'un fuyard d'Ephraïm voulait passer, on lui demandait : "Es-tu d'Ephraïm ?" Il répondait "Non. " "Eh bien, disaient-ils alors, prononce : Shibboleth." Et l'homme disait "Sibbolet", sans parvenir à prononcer correctement. Ils l'appréhendaient alors et l'égorgeaient près des gués du Jourdain.

Juges 12, 5-6 (Bible de Maredsous)

Un schibboleth désigne depuis lors un signe de reconnaissance verbal.

Plusieurs schibboleths sont intervenus d'une manière similaire tout au long de l'histoire de l'humanité. Impossible de les évoquer tous, cela nous occuperait trop longtemps. Je voudrais juste en évoquer trois.

En 1301, le roi de France Philippe le Bel conquiert la Flandre. Le 18 mai 1302, les Brugeois se révoltent. Les « matines de Bruges » désignent le massacre survenu cette nuit là, dans leur chambre à coucher, d'un millier de partisans du roi de France, dont la garnison française logée chez l'habitant. Pour savoir qui massacrer les rebelles demandaient de prononcer correctement « schild en vriend » (bouclier et ami). Ceux qui n'y parvenaient pas furent égorgés.

Un autre exemple de schibboleth, plus proche de nous et surtout moins sanglant s'est déroulé vers la fin du mois de mars 2010. Un peu partout dans le monde, on voyait des centaines de touristes errer dans les aéroports. Lorsqu'ils se croisaient, l'un d'eux demandait "Eyjafjallajökull ?" , un autre répondait "Eyjafjallajökull ! " et, tombant dans les bras les uns des autres, ils se mettaient à pleurer leurs avions cloués au sol.

Le dernier exemple en date s'est produit pas plus tard qu'hier. Je voulais aller au restaurant, cela faisait longtemps que je n'y étais plus allé. A l'entrée, un cerbère au regard mauvais m'a baragouiné quelque chose que j'ai pas compris. Lui demandant de répéter, il m'a semblé entendre "Quo vadis ?" et j'ai aussitôt répondu "Henryk Sienkiewicz" . Mais ce ne devait pas être la bonne réponse, car il a refusé de me laisser entrer. Je suis resté quelque temps près de l'entrée et je crois que j'ai enfin compris le schibboleth de notre époque. Le cerbère demande "Quovidesaiffetiquette ?" et il suffit de répondre "Quovidesaiffetiquette !" Quand je dis qu'il suffit de répondre cela, je me trompe : il faut aussi montrer son smartphone, mais je n'ai toujours pas compris pourquoi. Bref je suis rentré chez moi manger la tartine de pain rassis qui me restait :-( .

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,