02 janvier 2016

Défi #384

Quel rythme !!!!!

 

Quel rythme

Nous attendons avec grand plaisir

vos participations rythmées 

 

Rythme

à samedidefi@gmail.com

 

A tout bientôt et

Très belle nouvelle année

à toutes et à tous !

 

Feu d'artfifice

 

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


À vendre (Marco Québec)


Profitez d’une offre exceptionnelle
Donnez votre nom à une étoile
Disait la publicité
Un certificat de propriété
Vous sera délivré

Fallait tout de même y penser
Vendre les étoiles
Comme on vend une toile
Ou une auto de l’année

Ajoutez donc un rayon de soleil
Il n’y a rien de pareil
Pour impressionner
Tous vos invités

Quant à l’arc-en-ciel
Il fait des merveilles
Dans les fêtes d’enfants
Ou celles des mamans

Non c’en est assez
Boudons cette société
Qui veut tout marchander
Ne touchons pas aux étoiles
Aux rayons de soleil
Ni à l’arc-en-ciel
Tout cela est gratuit
C’est tellement joli
Ces morceaux d’infini

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de trainmusical

trainmusical

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Bonne année par bongopinot

bo01

 

Des lampions, des guirlandes

Sur les arbres en fêtes

En habit de lumière,

Dans leurs belles toilettes

 

Pour une nouvelle année

En gaité pour nous armer

En tendresse pour tout calmer

En respect pour l’amitié

 

Des couleurs qui scintillent

Des corps qui bougent

Des enfants qui s’amusent

Des arbres qui dansent

 

En famille ou entre amis

Sous un ciel étoilé et joli

Cotillons et douce folie

Réveillon et confettis

 

De mon petit coin de Caen

Je vous souhaite chers défiants

Santé, bonheur, moments souriants

Au soleil, sous la pluie, la neige ou le vent

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,


Bananier (par joye)

- Dis-moi encore où je suis né ?

- Tu sais bien que tu es né à l’hosto !

- Celui-ci ?

- Non, mon bonhomme, à un autre.

- Et toi, tu es née à l’hosto ?

- Non, tu sais bien que je suis née sous un bananier.

- Tu mens, un bananier, ça n’existe pas.

- Et d’où viennent les bananes, cher monsieur, si c’est un mensonge ?

- Ben, les bananes, ça vient de l’hypermarché…du Géant.

- Oui, mon bonhomme, du Géant. Tu veux boire ?

- Non.

- Essaie un peu quand même, pour moi.

- D’accord, pour toi…

Il essaya, mais n’y réussit pas. Ses yeux, fébriles, étaient énormes, mais ils ne brillaient plus. L’eau ne perlait plus sur son front. Je savais que c’était juste une question de temps. Après quelques moments, il refit courageusement l’effort de boire, mais ne put pas.

- Yasmina ?

- Oui, mon bonhomme.

- Je vais mourir ?

- Bah oui, comme nous tous, tu le sais bien.

- Mais je vais mourir cette nuit ?

Jusqu’alors, je ne lui avais jamais menti, jamais. Donc, je pris rapidement ma décision.

- Cela se peut... Es-tu prêt ? 

- Non, Yasmina. Je voudrais…

- Tu voudrais quoi ?

- Je voudrais…mourir…sous un bananier. 

Ses mots venaient à peine, comme les pas vagues et incertains d’un vieillard. Je fis de mon mieux pour plaisanter.

- Sous un bananier ? Bon, voyons voir…repose-toi un moment, je verrai ce que je peux faire…

Une heure après, c’était fait.

L’arbre devant sa fenêtre resplendissait de ballons jaunes.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Venise

Les étoiles ne savent que danser , elles ont ôté leurs robes de mariés et sautillent dans le firmament.

Les étoiles sont douées pour le songe , le sommeil, et pour accompagner le berger.

 

Au creux de leur silence est né l’univers et de nombreux soleils vagabonds qui réchauffent les

hivers .

Les étoilent ensemencent les rêves des hommes et font naitre les questions .

Ose le voyage disent - elles - au dormeur .

Chaque chemin est un peut être .

Suis les gouttes de rosée qui voyagent avec les rayons de la lune .

Il te faudra de la force pour te remettre en route chaque matin.

Il te faudra l’espérance face aux paroles qui sont vides de sens.

Mais le monde est simple comme une étoile de berger .

 

Les étoiles pleuvent comme une averse au-dessus de nos toits les soirs de juillet .

 

Les ânes aiment les étoiles filantes , elles leur donnent du courage pour remonter les pentes

escarpées des champs de blé . Si nous avions le dixième d’attention des ânes pour les étoiles notre

monde irait mieux.

 

ve01

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Rue des étoiles (Laura)

Rue des étoiles, j’ai rencontré Gérard de Nerval
Qui cherchait sa « seule étoile » qui était déjà morte.
Rue des étoiles, j’ai ramassé des « Fleurs  du Mal »
Sous un soleil noir  qui rendait mélancolique.
 
J’ai marché jusqu’à la rue de la Lanterne
Où j’ai aperçu un gibet cythéréen lugubre
Qui assombrissait des côtes charmantes.
Je suis retournée  lentement rue des Etoiles.
 
J’y ai croisé des « Bohémiens  en voyage »
Peints par Chagall, Lautrec et Matisse.
Ils buvaient de l’absinthe forte et verte
En regardant passer une « Goulue » scandaleuse.
 
Rue des Etoiles, j’ai écrit des strophes érotiques
Qui plaisaient à Apollinaire et au marquis de Sade.
Rue des Etoiles, un tremblement de terre
A tout englouti dans la poussière des astres.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Rêves de plume

La main tâtonne un peu pour placer la bille dans le morceau de cuir. Mais pour viser la guirlande narquoise, l’œil est sûr et efficace.

Bing ! La guirlande s'éteint pour la troisième nuit consécutive.

- Moi je vous le dis m'dame Josette, le comité de quartier n'aurait jamais dû offrir aux enfants des frondes. Ah oui ..un lance-pierre... De toutes façons, une mauvaise idée ! On voit le résultat !

-Hé oui m'dame Mariette, que des bêtises ! Bon je vais porter son courrier à monsieur Pollet !

Madame Josette aime bien ce locataire du second étage. Il est un peu grognon  ( d'ailleurs les taquins prétendent que son prénom est Sou ) mais il aime discuter et madame Josette aime raconter les cancans.

- Vous vous rendez-compte monsieur Pollet, une guirlande à 300 euros ! Ah monsieur le maire va sévir et punir le coupable !

- Et on sait qui s'est ?

- On se doute, les chiens ne font pas des chats. Mais on ne peut accuser sans preuve, alors tous ont confisqué les lance-pierre .. sauf la famille d'Ernest, bien sûr. On ne les a pas mis dans la confidence. Alors quand demain la guirlande sera de nouveau cassée .. hop à la gendarmerie , le fils du repris de justice !

Monsieur Pollet n'a rien dit. Il l'aime bien l'Ernest. Il l'a vu libérer un chat emprisonné par les "gentils" enfants du village, aider la vieille Juliette à porter ses courses .. oui il l'aime bien.

Alors avec un soupir, il ouvre un coffret et avec précaution range un ancien lance-pierre, de la belle ouvrage d'autrefois.
Allez , il va bien supporter quelques jours ces lumières qui le gênent la nuit .  La guirlande ne sera plus cassée et même, si on embête Ernest, il se dénoncera.
Mais  pour le moment il va se délecter de l'attente déçue du village.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

Les étoiles souriantes (Vegas sur sarthe)

"Alors le prince Christopher brisa la lourde chaîne qui retenait la jeune fille prisonnière et elle s'éleva dans le ciel..."

Papy referma doucement le livre et, basculant la tête en arrière il jeta sur Alice un regard las mais bienveillant.

 

"Papy, c'est quoi toutes ces petites lumières?"

"Toi aussi tu les vois... alors c'est la preuve que nous sommes arrivés"

"On est arrivés où, papy?"

Leur étrange équipage semblait flotter comme suspendu sur un nuage liquide, dans un ciel sans soleil mais illuminé d'une myriade d'étoiles aveuglantes.

"C'est ici le monde des étoiles disparues?"

Comme il ne répondait toujours pas elle secoua les épaules du vieil homme ainsi qu'elle le faisait souvent pour le taquiner. Elle les trouva glacées et dures comme le marbre mais pourtant son regard brillait autant que les étoiles.

Elle s'aperçut que les étoiles grossissaient à vue d'oeil jusqu'à prendre la forme de visages humains.

 

Et très vite elle les vit...

Il y avait là son père, sa mère au regard plein d'amour, ce regard qu'elle n'avait jamais oublié, et puis petit Pierre trop vite parti.

Elle reconnut des voisins du quartier et même madame Potin la méchante concierge avec un étonnant sourire qu'elle ne lui avait jamais connu.

Tous avaient ce même sourire radieux et c'est ça qui les rendait si lumineux, jusqu'au clochard de la rue Lamartine et son gros chien Grapotek- un nom à coucher dehors disait-il.

 

"Papy, j'ai froid" souffla Alice en retenant un claquement de dents.

Le vieil homme s'extirpa péniblement du vaisseau-fauteuil et prit Alice dans ses bras : "Il est temps que tu redescendes, ma chérie. Ta place est en bas pour longtemps encore. Ne t'inquiète pas, d'ici je ne te perds pas de vue"

Elle allait protester mais l'étrange nuage l'emportait déjà vers la terre, loin de ses visages familiers.

Elle n'avait pas eu le temps de l'embrasser, pourtant une chaleur bienfaisante embrasait ses joues à mesure qu'elle s'approchait du sol.

Il lui sembla même que l'affreux Grapotek avait souri de toutes ses babines et qu'une nouvelle étoile - plus brillante que les autres - venait de s'allumer...

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,