04 octobre 2008

Mais où est passée la sculpture de Gerry Henrard? (Aude)

Gerry Henrard, l’inspecteur le plus sexy de l’ouest et bien au-delà encore était bien ennuyé. Il lui avait été dérobé la sculpture qui trônait sur son bureau depuis de nombreuses années. Il aurait d’autant plus de mal à la retrouver que pour se concentrer il avait la réconfortante habitude de la contempler, voire la caresser distraitement. Et à chaque fois, ça ne manquait jamais, la solution de l’énigme s’imposait à lui, évidente. Il bouclait alors son enquête en quelques heures.

C’était une sculpture assez particulière que lui avait offert un ami sculpteur : Philippe Mordevol. Elle représentait un sexe de femme. Tous ne s’en apercevaient pas au premier coup d’œil, mais parfois un regard un peu plus attentif se transformait en regard pour le moins surpris quand les personnes présentes dans le bureau de Gerry Henrard s’apercevaient de la forme originale voire originelle de la sculpture. Il était toutefois fort heureux que Gerry ne travaille pas à la brigade des mœurs. Le supérieur de Gerry, le commissaire Clandus ne s’était jamais aperçu de rien. Il croyait encore qu’il s’agissait d’un moulage raté réalisé pour la fête des pères par le fils de Gerry.

Gerry aurait pu demander à Moredevol de lui en vendre une autre mais il attribuait à sa sculpture des pouvoirs magiques.

Il n’avait aucun indice. Les personnes habituelles avaient eu accès à son bureau : ses collègues, son chef et la femme de ménage en qui il avait toute confiance

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


Lendemain qui déchante (Poupoune)


C’est forcément la pire gueule de bois de toute ma vie. Je ne me souviens pas avoir bu, mais je ne vois pas bien ce que ça pourrait être d’autre...

Déjà, je ne sais pas du tout où je suis. C’est pas chez moi, ça au moins, c’est sûr : c’est grand, très grand, c’est luxueux, c’est tellement propre que c’en est presque flippant… Bref : pas chez moi.

Et puis je ne connais pas cette femme. Tout à fait mon genre, superbe : rousse, sculpturale, poitrine généreuse… splendide. Exactement le genre de femme que j’aurais pu draguer dans un bar et essayer de ramener chez moi… Sauf que je ne suis pas chez moi. Et qu’une femme comme ça ne m’aurait jamais suivi. Et qu’elle est morte.

Enfin : je ne suis pas médecin, mais pour ce que j’en vois, elle n’a pas l’air bien vaillante. Tellement pas que j’ai vomi copieusement à l’instant ou mon regard s’est posé sur elle… ce qui m’a donné une idée de ce que j’ai mangé hier - chinois apparemment - mais pour ce que ça m’avance…

Je suis… quelque part, menotté – oui, menotté à une splendeur rousse et apparemment morte, couvert de ce qui ne peut être que son sang et je n’ose pas bouger. Si je bouge, je la déplace et, dans les films, ils disent toujours de ne pas déplacer le corps avant… avant quoi ? L’arrivée de la police ? Faudrait déjà que je l’appelle… or, donc, je ne suis pas chez moi, je ne sais pas où est le téléphone et, franchement, je ne me vois pas traîner ma… la… enfin : je ne me vois pas fouiller l’endroit en quête d’un téléphone avec un cadavre attaché au poignet…

Mais dans quelle merde est-ce que je me suis encore fourré ? Si seulement j’arrivais à me rappeler… quelque chose. N’importe quoi.

La dernière chose dont je me souviens, c’est que je me suis retrouvé en galère après une arnaque foireuse... alors j’ai tiré un portefeuille à un touriste et puis je suis allé chez Gégé : il prolonge un peu l’happy hour pour moi quand il sait que je suis pas en fonds… Après… ben je voulais juste une soirée classique : boire des coups et finir comme un con bourré en boite, à me faire éconduire par des nanas même pas jolies qui, elles, par contre, auraient dû boire un peu plus… Sauf que je ne me souviens plus de rien après mon dernier verre chez Gégé… Je me revois sortir de son rade, tout seul, ça, j’en suis presque sûr, et… plus rien. Ce salon immense, cette femme, tout ce sang…

Oh la la, mais quelle merde !

Bon. Rester calme. Respirer. Réfléchir.

Si ça se trouve je la connais cette fille. C’est peut-être pas une vraie rousse, peut-être une copine qui s’est teint les cheveux, peut-être… Faut que je la regarde mieux.

Respirer… Allez !

Non. Définitivement, je ne connais pas cette créature. Dommage. J’espère au moins que je me la suis tapée avant… avant quoi ? Oh merde ! J’espère que je ne l’ai pas tuée ! Non... Non non non. C’est pas mon genre, ça. Moi je vole, j’arnaque, je mens, mais je ne tue pas… Tiens : elle a un tatouage, c’est joli… c’est quoi ? C’est… oh merde : je connais ce dessin ! Où est-ce que j’ai déjà vu ça ? Une marque de bière ? L’enseigne d’un troquet ? Un soleil, un couteau… ah merde, ça va pas me revenir…

Bon. De toute façon je peux pas rester là comme ça sans rien faire… Je vérifierais bien si c’est une vraie rousse… Non : vu le sang sur le bout de drap qui la recouvre, ça doit pas être joli dessous… Appeler. Merde, ça va ressembler à quoi si quelqu’un me trouve comme ça ? Plein de sang, menotté à un cadavre et… et ça c’est bizarre : qu’est-ce que je fous en guêpière léopard et porte-jarretelles ?

Mais quel merdier… Faudrait au moins que j’arrive à me détacher, pour pouvoir téléphoner, m’habiller ou… ou me casser d’ici, en fait ! Tout simplement. J’ai assez d’emmerdes comme ça… J’ai rien à voir avec tout ça moi ! Et puis… oh merde ! On vient… oh non… la police, bien sûr… oh quelle merde…

Ne rien dire, ne rien dire, ne rien dire, tout ce que je dirai sera retenu… ah, tiens, ben au moins je vais voir si c’était une vraie rousse… oh merde, c’est pas vrai : c’est un roux !

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Meurtre en salle pleine (Martine 27)

Ce samedi avait mal commencée. Il s'était disputé avec sa femme, au début pour un motif futile dont il ne se souvenait même plus. Puis cela avait dégénéré. Elle souhaitait aller faire des courses, lui assister à une rétrospective qu'il attendait depuis longtemps au cinéma. Bien sûr, elle l'avait accusé de vouloir en fait rejoindre "sa poule", non mais franchement ce terme ringard. Il avait beau lui dire qu'il n'avait pas de "poule" rien à faire, elle s'y accrochait. Il avait donc pris son manteau et avait filé direct au cinéma. Cela faisait déjà un bon moment qu'il s'étalait voluptueusement dans son fauteuil, la salle est quasiment pleine. Il restait encore une place près de lui. Après s'être délecté de Dumbo, voilà Bambi qui commençait. Une rétrospective Disney, c'était trop bon, ben oui même et surtout à 50 balais. Bref, il s'apprêtait à fixer toute son attention sur l'écran, quand il y eut un peu de remue-ménage à côté de lui, il entendit le doux froissement du nylon quand la femme vint s'asseoir près de lui. Et puis, et puis … Au moment où la maman de Bambi se fait tuer, comme d'habitude il ne put retenir une petite larme et il sentit dans le même temps la femme près de lui basculer doucement contre son épaule et un liquide chaud imprégner sa chemise. La pauvre, pensa-t-il, comme elle est sensible. A la fois gêné et flatté il la laissa s'alanguir contre lui. Puis le film se termina, la suite de la rétrospective était prévue pour l'après-midi. La femme était toujours appuyée contre son épaule, là il commença à se sentir un peu mal à l'aise quand même. Et quand, la lumière se ralluma, les gens autour de lui se mirent à hurler. Il jeta un coup d'œil à sa compagne, ce qu'il avait pris pour des larmes était en fait du sang. Du sang qui maculait le visage de l'inconnue qui fixait l'écran d'un œil maintenant vide. Plus tard, assis dans la salle d'interrogatoire du commissariat, il cherchait à reprendre pied. Bien sûr, personne n'avait voulu croire qu'il n'y était pour rien. Personne ne s'était levé, ni n'était parti précipitamment pendant la projection de Bambi. Les voisins avaient dit à la police qu'il n'arrêtait pas de se disputer avec sa femme et que celle-ci était sûre qu'il la trompait, peut-être avec cette inconnue allez savoir. Et le pire, on avait retrouvé l'épingle à chapeau acérée qui avait servi à percer le cerveau de la femme (en passant par l'oreille) coincée sur son fauteuil à lui, près de sa cuisse. Avec tout ça, comment voulez-vous que le flic de base le croit innocent, c'est humain ! Par qui et comment le meurtre avait-il été perpétré, et surtout pourquoi l'avoir désigné comme bouc émissaire ? C'était le noir le plus complet pour lui.

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Intrigue (Jaqlin)

On était fin juin, la fête battait son plein au centre culturel. Dans l’ancienne ferme qui servait maintenant de cadre aux activités de la MJC, aux différents clubs de sport, aux ateliers musicaux et artistiques, chacun s’était vu attribuer un emplacement pour présenter au visiteur un échantillon de son travail de l’année.

Sous le chapiteau dressé dans l’ancien parc à moutons, évoluaient les adeptes de la danse, des quatre- cinq ans aux danseurs de salon d’un âge certain, en passant par les amoureux  du modern jazz. En vis à vis, sur un podium temporaire, les fans du hip-hop rivalisaient de figures toutes plus élaborées les unes que les autres, au son d’accords propres à mettre à mal les tympans les plus endurcis.

Un peu plus loin, les différentes disciplines musicales étalaient leurs savoir- faire : les plus jeunes saxophonistes offraient une panthère rose se déplaçant sur des coussinets moelleux pendant que les flûtes faisaient une balade avec Vivaldi, en automne. Juste à côté, les clarinettes accompagnaient le chat de Pierre…

Pendant ce temps, les plus jeunes suivaient avec attention les péripéties du "chat qui s’en va tout seul", relatées par une vieille conteuse.

Au cours de la promenade, il était possible de découvrir mosaïques, dentelles, différentes techniques picturales. L’assistance était nombreuse, insouciante, déambulant sous les premiers rayons du soleil. Même l’hôte habituel du domaine, Jacob, le paon, était de la fête.  Perché dans l’énorme cèdre qui ombrage pratiquement toute la cour, il suivait d’un air désabusé ce remue- ménage inhabituel. Discret jusqu’à ce que les choristes aient entonné leur premier chant, à partir de cet instant, dès que le registre montait d’un ton, il  y allait de son refrain : "Lé..on ! Lé..on ! », ce qui ne manqua pas de perturber la chef de chœur qui eut bien du mal à terminer sa prestation.

Vers dix-huit heures, alors que la fête touchait à son terme et que les organisateurs satisfaits du franc succès de leur journée s’apprêtaient à fêter ça comme il se doit autour du verre de l’amitié, il fallut bien se rendre à l’évidence : l’une des animatrices, la jeune et jolie Kathy avait disparu… Avant d’en arriver à cette inquiétante conclusion, on avait procédé à toutes les investigations possibles, elle n’avait pas quitté les lieux de son plein gré puisqu’elle avait encore confirmé à ses collègues moins d’une heure plus tôt qu’elle serait là. Son portable sur lequel plusieurs avaient essayé de la joindre affichait toujours le même message d’absence. La conteuse était apparemment la dernière à l’avoir vue, vers dix-sept heures cinquante ; elles avaient bavardé quelques minutes puis s’étaient donné rendez-vous pour le fameux pot de clôture. Juste avant de se séparer, Kathy avait pris la direction du chapiteau. Etant donné les quelques mètres qui séparaient celui-ci du lieu de rencontre et du fait de l’assistance nombreuse, on imaginait mal ce qui avait bien pu se passer.

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

AVERTISSEMENT (MAP)



- René, René, regarde cette photo ! Mais qu’est-ce qu’ils veulent enfin ! Pourquoi nous ont-ils pris notre Célestin ?

- Calme-toi Nina, ils finiront bien par nous le rendre !

- Que veulent-ils en échange ? 

- Des sous …. beaucoup de sous !

- Oh René, paie-les … je ne veux pas qu’on me le tue !!!!!

Avertissement

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :


L'autre Augustin (Tiphaine)


Augustin Lehorla se tournait et se retournait dans son lit. Impossible de fermer les yeux. Il avait bien trop peur. Comme chaque nuit depuis huit nuits, à chaque fois qu’il plongeait enfin dans le sommeil, il se réveillait une minute plus tard en sueur et en panique. Un homme le regardait, juste derrière les rideaux de sa fenêtre. Augustin se levait, il allumait la lumière et il vérifiait avec minutie que personne ne se trouvait dans la pièce. Chaque recoin était inspecté méticuleusement. Ça lui rappelait son enfance, quand les cris de ses cauchemars incessants faisaient accourir sa mère et qu’elle prenait le temps de vérifier avec lui qu’aucun monstre ne s’était caché dans la petite chambre. Il la revoyait ouvrir la porte du placard en s’écriant joyeusement « tu vois Augustin, il n’y a personne dans ce placard ! ».

Comme il aurait été heureux de la voir débarquer à présent, mais de mère, il n’en avait plus, pas plus que de femme et encore moins d’amante…

Augustin Lehorla était un célibataire endurci, un homme sans cœur auraient sans doute dit ses collègues féminines. Il travaillait comme comptable dans un cabinet d’expert, sa vie était encore mieux réglée que du papier à musique, elle ne souffrait aucune improvisation.

Chaque matin, Augustin se levait à six heures trente précises, il n’avais pas besoin de réveil, son corps était programmé pour bondir hors du lit à cet instant précis. Il se douchait, se rasait, avalait un café accompagné d’une biscotte beurrée puis il prenait le temps de lire le journal qu’un livreur déposait derrière la porte de son appartement. A sept heures vingt-huit, il ouvrait cette dernière et se rendait à son travail à pieds. Invariablement, il s’enfermait dans son bureau, sortait de sa sacoche de cuir une calculatrice que Pascal lui-même aurait trouvée démodée et il alignait consciencieusement des chiffres jusqu’à ce que l’église voisine sonne les douze coups de midi. Il se levait alors et allait à la boulangerie la plus proche pour y acheter un sandwich jambon fromage, une tarte au citron et un Perrier. Il n’oubliait jamais la petite note qu’il rangeait méticuleusement dans la partie dépense du carnet qu’il avait toujours sur lui. La pause méridienne durait une heure, le temps de manger et de terminer la lecture de son journal sur un petit banc, toujours le même, du parc voisin. L’après-midi se déroulait de la même façon que la matinée. A dix-huit heures, Augustin nettoyait son bureau, rangeait ses affaires dans son petit cartable, déposait son journal en haut de la pile des journaux du mois, et saluait les éventuels retardataires. Dans les faits, cela ne se produisait jamais car Augustin était toujours le dernier à partir du cabinet de comptables, mais il y pensait, à chaque fois, juste avant de se rendre compte qu’une fois de plus il n’y avait plus personne à saluer.

La soirée d’Augustin obéissait elle aussi à des rituels immuables : les courses, la préparation du repas du soir qu’il prenait invariablement en regardant « questions pour un Champion » puis le classement et l’archivage des dépenses journalières ou en cours.

A vingt heures précises, Augustin éteignait la lumière de sa chambre.

A vingt heures une, il dormait.

Et, depuis maintenant sept jours, à vingt heures deux, il se réveillait en sursaut.

Augustin Lehorla se tournait et se retournait dans son lit. Impossible de fermer les yeux. L’autre était tapi dans l’ombre, il le savait… Il avait vu sa silhouette il y a quelques instants, ses mains blanches qui se détachaient dans la pénombre, ce costume rayé qui lui rappelait vaguement celui que portait son père sur sa photo de mariage… Augustin repensa au vieil album, il parcourut en souvenir la vie de ses parents et son enfance étalée en une dizaine de clichés jaunis. Il ferma les yeux, le sommeil était plus fort que sa raison… Une minute plus tard il les rouvrit en ayant la cruelle conviction que l’autre était à nouveau dans la pièce. D’un bond, il tira les rideaux et il poussa un cri d’effroi.

L’étrange personnage qui se tenait debout devant ses yeux médusés n’était autre que lui-même…

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

La partition inachevée (Rsylvie)

lacreme070200020

Emberlificotons, le  héros de notre aventure n’en était pourtant pas à sa première !

Et malgré cela, il s’était fait prendre comme un jeune débutant. Il était retombé une fois de plus dans ses filets. Mais quelle mouche l’avait piqué aussi, de répondre à cette fanfaronnade, lui qui a déjà bien du mal à se lever le matin. Alors un défi ! Vous parlez d’une histoire.


D’autant plus qu’Emberlificotons

devait commencer une partition

qui serait finie

par un autre… seulement voilà,

 après avait donné vie, accepter que ce soit un autre

qui finisse une si belle romance ?

C’était impossible…. Il connaissait la musique,

croches et doubles noires.

10061056

Tout cela sur une même portée

en ayant bien fait attention aux nombreux dièses

ou bémols en début de clé de sol. Mais peut-être était ce une clé de fa ?

Quoique les mélodies des frères Scot

des années sixties soient aussi mélodieuses à pianoter !

u19727738

Pianoter vous savez, jouer avec les doigts

d’une blanche vers une ronde,  sauter d’une branche à l’autre,

en visitant une noire ou deux au passage. Le tout sur un rythme soutenu,

pour ne pas tomber de l’arbre. Un accident est si vite arrivé.

On ne s’imagine pas combien cela peut glisser la mousse.

Surtout le matin, quand la rosée est encore fraîche et les feuilles

 inondées de gouttelettes d’eau de rose.

Emberlificotons aime écouter la pluie le matin.

Seulement voilà il n’est pas du matin. Alors relever un défi un dimanche matin… quel dilemme ?

Que même un orchestre au grand complet ne pourrait débrouiller. Et cela,

 Miss Marple l’avait compris aussitôt la première mesure jouée. 

C’est pourquoi déclara-t-elle, aussitôt après avoir pénétré dans la chambre du major, qui pendant l’hiver 1828 ou en 29 au moment de l’expédition du grand nord s’était pris les pieds dans une partition laissées traîner malencontreusement par Félix, un jeune journaliste amateur de petits rats….

Ce ne peut être lui » !

Et tous, de se regarder en murmurant,

mais alors, qui avait massacré la partition » ?

olejnik070300008




Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Défi de Joye

Diamond Sally se releva du plancher poussiéreux, les empreintes des doigts de Lefty LeTordu encore roses sur sa joue soyeuse. Vingt paires d’yeux l’examinaient, luisants de mépris. Depuis sept ans, Lily eut beau commander le respect total de toute la ville de Gulchwood et ses environs, ce serait aujourd’hui le jour de son jugement. Jamais plus une femme oserait s’établir régente d’une communauté dans ce coin perdu du territoire Cheyenne, quelque sûre que soit sa main délicate sur ses petits pistolets perlés, quelques belles que soient ses lèvres pulpeuses qui crachaient par moments un juron élégant ou un mot de tendresse convoitée. Ses alliés, Pete le petit barman, et Pancho le vieux Mexicain qui lui servait de confidant, avaient été dépêchés au bout des cordes rugueuses, pendus par les sbires abrutis de Lefty. Leurs corps tournaient encore sous le soleil cruel de ce midi fatal.

Avalant le sang qui coulait de sa bouche de nouveau déchirée par la violence des hommes, Sally fit appel aux dernières forces qui bouillonnaient en elle…

À suivre

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

29 septembre 2008

Cachet de la poste (ou équivalent) faisant foi :

Sont arrivés, par ordre chronologique, les défis de:

JOYE, RSYLVIE, TIPHAINE, MAP, JAQLIN, MARTINE27, POUPOUNE, AUDE, PANDORA, VAL, PAPISTACHE,TIBO,CARO CARITO, TILLEUL, JOE KRAPOV,THETIS,

Posté par valecrit à 12:47 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags :

28 septembre 2008

Défis #29 & #30

Voili, voilou,

nous avons pensé, pour ce début octobre, à un défi en deux temps :

1ère semaine :
Quelque chose comme ça :

Emberlificotons le  héros d'un récit policier ou d'aventures (pas de fantastique ni de science-fiction)  dans une situation, la plus inextricable possible, que nous nous garderons absolument de dénouer.
a/ Ne faisons pas trop long, mais donnons quand même un peu de grain à moudre à notre suivant. Car suivant il y aura !

b/ Évitons également les univers trop personnels dans lesquels notre suivant pourrait avoir du mal à se glisser.

2e semaine :

En effet, la semaine qui suivra, un autre participant du défi sera chargé de terminer notre défi et nous... par voie de conséquence, nous aurons à charge de parachever le texte d'un camarade de jeu.

a/ Il nous faudra tenter de préserver l'ambiance initiée par le premier auteur.

Comment  ? :


Le premier joueur publié la semaine 1 poursuivra le texte de son suivant et ainsi de suite ; le dernier... pour ceux qui suivent... achèvera... le texte du premier.

Nous publierons un tableau récapitulatif pour clarifier qui fait quoi.


L'ordre d'arrivée dans la boite courrielle déterminera l'ordre de parution (comme d'hab. en fait !)

Est-ce que ça vous dit ?

Samedis 4 et 11 octobre


samedidefi@hotmail.fr

Pour les "espécialistes" des billets livrés à la bourre, nous postons tôt cette consigne.

Un aperçu de vos visites de samedi 27/09/2008

stats27

********************************************************************************

Ah ! Et nous aurions un petit service à vous demander.

Pour un prochain défi, qui portera sur le fantastique, nous aurions besoin que vous nous aidiez à préciser ce qu'est ce genre littéraire.

Mais, nous voudrions quelque chose de simple ( pas du style Wikipédia avec mille références que personne n'aura le temps de lire en si peu de temps) et pratique.

Parmi vous, certainement, plusieurs ont suivi des études de lettres. Éclairons-nous mutuellement.

Ne mettez pas votre réponse dans un commentaire, adressez-la à samedidefi@hotmail.fr, en précisant, dans l'objet de votre message : "définition fantastique" et nous ferons une jolie synthèse que nous utiliserons pour la consigne en question.


Nous savons qu'on peut aussi vous demander de décrocher la lune, mais pour l'instant, laissez-là en place. On verra plus tard !

Janeczka, Val & Papistache

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :