12 juillet 2008

Vingt ans, le bel âge (Tiphaine)

En 2018, j’avais tout juste vingt ans. Vingt ans, il paraît que c’est le bel âge…

En 2018, il avait lui aussi vingt ans. Vingt ans que nous vivions côte à côte.

Vingt ans sans pouvoir se toucher, vingt ans à se regarder, vingt ans à s’aimer en silence, vingt ans à espérer…

En 2018, ils sont arrivés par surprise avec des tronçonneuses.

En 2018, ils ont coupé les arbres, pour commencer.

Vingt ans à accueillir les soupirs des amants, vingt ans à entendre les confidences, vingt ans à dérouler la vie des anciens, vingt ans à se faire chatouiller par les petites mains des enfants…

En 2018, ils ont décidé que tout ce qui était inutile devait être jeté.

En 2018, ils ont fermé le parc.

Vingt ans, il paraît que c’est le bel âge, est-ce le bel âge pour mourir ?

En 2018, ils nous ont posés sans ménagement l’un sur l’autre et ils nous ont abandonnés.

En 2018, nous nous sommes enfin retrouvés.

Vingt ans que nous attendions ce moment-là.

En 2018, nous avons fait l’amour au milieu d’un terrain vague.

En 2018, personne n’a rien remarqué.

Vingt ans…

Le bel âge…

Posté par valecrit à 12:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


CHANGER DE VIE (Joe Krapov)

1

En 2018, nom de nom,

Nous entrerons dans la clairière

Pour y construire un monde neuf,

Celui que nous laisserons derrière

Ayant éclaté comme un œuf.

Refrain

Songez-y, songez-y

Car il nous faut changer de vie

Dès aujourd’hui

Coûte que coûte !

2

En 2018 nous irons

Dormir sur des lits de fortune

Récupérés dans la cité

Dépourvue d’électricité

Et nous vénèrerons la Lune

Pour son admirable clarté

Et son dédain profond de la déesse Thune

Refrain

Songez-y, songez-y

Car il nous faut changer de vie

Dès aujourd’hui

Coûte que coûte !

3

En 2018 nous vivrons

Après l’âge de fer et l’âge des cavernes

L’âge du bois coupé et de l’arbre-maison

Le temps de l’eau de source et des jeux de rivière

Et la chasse au trésor des joies d’amitié simple

Refrain

Songez-y, songez-y

Car il nous faut changer de vie

Dès aujourd’hui

Coûte que coûte !

4

En 2018 nous ferons

D’immenses feux de camp qui nourriront les cieux

De la flamme légère et pure de nos chants.

Nous saurons célébrer les nuits de belle étoile

Et le totem nouveau de l’animal typé

Et de l’homme et la femme à jamais retrouvés.

Refrain final

Songez-y, songez-y

Car il nous faut changer de vie

Dès aujourd’hui

Scout que scout !

Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

En 2018 (Adi)

En 2018, je t’emmènerai dans ce havre de verdure où je suis actuellement assise.

En 2018, je te dirai ce que ce lieu signifie pour moi.

En 2018, tu sauras pourquoi ces arbres, cette végétation, ces sièges sont importants pour moi.

En 2018, tu comprendras que ce lieu est aussi le tien.

En 2018, tu auras dix ans ma fille, et je te montrerai l’endroit où je t’ai voulue.

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

« En 2018, … » (Armelle)


 8 juillet 2008.

Cela fait un mois que je marche. J’ai tout quitté. Je cherche fortune. La tâche est difficile. Pas de plan, pas de guide ni de panneau indicateur. Je suis mon instinct, mes envies, mes désirs. Je me suis donné dix ans : en 2018, j’aurai trouvé la fortune.

15 mars 2011.

Elle me semblait toute proche, au bout des doigts. Gagnée à la sueur de mon front. Il y a deux mois, un entrefilet dans un journal local : on cherche des bras pour une mine d’or. Je me voyais déjà propriétaire d’un trésor. Mais non, rien de tel. Le minerai qui s’échappe de vos mains pour alimenter la richesse d’un autre. Et l’on se déchire pour quelques pépites. Alors je suis reparti. La fortune ne peut habiter dans des cailloux jaunâtres ternis par le sang d’hommes qui ont perdu la tête. J’ai repris la route. Mais en 2018, c’est promis, je serai riche.

25 septembre 2014.

Encore un espoir avorté. Il y a quelques jours, je longeais des champs de blé. Ondulations dorées dans la brise du soir. Quiétude. Pourquoi ne pas rester et vivre les émotions de cette terre ? Mais soudain, le zéphyr a laissé place à un vent violent, puis à une tornade qui, en quelques instants, a tout ravagé. Plus rien de l’élégante blondeur des épis. Désolation. Je me suis senti trahi et j’ai passé mon chemin. Il me reste quatre ans. En 2018, la tiendrai-je, ma fortune ?

3 février 2017.

Catastrophe et nouvel échec. Le hasard de mes pérégrinations m’a mené le mois dernier sur un îlot perdu au milieu de l’océan. Ce n’était peut être pas la fortune mais ça ressemblait fort au paradis. Cocotiers, sable blanc, délices d’une eau sans ride… croyais-je. Bien plutôt raz de marée dévastateur. La mer aussi m’a trompée : je la croyais porteuse de vie mais elle est mortifère. Tant pis. Un peu lourd, un peu triste, je me suis relevé et je poursuis mon errance. Encore un an de recherche. En 2018, serai-je fortuné ?

31 décembre 2018.

C’était hier à peine. Je n’y croyais plus. En 2018 ? Autant dire aux calendes grecques ! A l’orée d’un bois, une clairière baignée de soleil. Il y régnait une paix infinie, extraordinaire, inexplicable. Et c’est alors que je les ai vus : dans un rayon de lumière, un homme, une femme, un tout petit enfant. Je me suis approché, l’enfant m’a regardé et j’ai compris. Ma quête était finie. Je cherchais la fortune et j’ai trouvé : l’éternité.

 

Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

UNE RITOURNELLE (Pandora)

En 2018, rien ne sera plus grave, je te retrouverai sous les peupliers,

Non, rien ne sera plus pareil, le temps aura passé et tout sera oublié,

En 2018, tes cheveux auront blanchi et j’aurai perdu les derniers miens

Nous sourirons tous les deux au bonheur désormais à portée de nos mains

En 2018, tes enfants auront grandi, ils voleront de leurs propres ailes

Et comme après la pluie, l’horizon dégagé sera plein d’arcs en ciel

En 2018, je serai là au rendez vous, ne sois surtout pas en retard

Parce que cette fois je veux vraiment croire en notre histoire

Non, en 2018 il ne sera pas encore trop tard,

Pour qu’à côté de moi enfin tu viennes t’asseoir

Sur l’un de ces confortables mots verts interdits

Et qu’ensemble nous réécrivions notre nouvelle vie

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


Au parc (Yvette)

-Tiens, ils ont refait la peinture. C’est là que je l’avais trouvé !

- Il était perdu ?

- Non, il était venu faire le stage nouvelle cuisine. Les Japonais adôôôrent la cuisine française, c’était en 2016.

- Moi, j’aime beaucoup les sush…..

- On s’est écrit un temps, 2O Den-En-Cho-Fu Ota. Tokyo 2018 … Je n’ai pas oublié parce qu’on avait dit qu’en 2018, j’irais là-bas.

 - Moi, j’ai toujours rêvé d’aller au…..

- C’était un mec fa-bu-leux !

- Je lis tous les mangas qui…

- Rhooo ! Et comme amant, comme amant, j’te dis pas ! Un véritable…. big ban !

- Bang ! big-bang, pas big…….

- Tu parles ! En 2018, j’ai rencontré Alfred !

-Tu n’as plus….

- J’n’ai pas fait fort sur ce coup-là !

-……Euh   Tu as dit combien ? 2O Den-En-Cho-Fu ? 2018 ?

-………Pourquoi ?

Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

En 2018... (Joye)

En 2018, la terre verdoyait

Nous venions ici où l’ombre nous plaisait.

Comme tant de couples, avant mais pas depuis

Nous y jouissions de la belle harmonie.

En 2018, la lumière en vie

Faisait encore en joie un’ douce acrobatie

La nature heureuse aussi en profitait

Pour nous combler de vert, couleur d’amour parfait.

En 2018, triste péroraison :

Toute la nature mourut d’un grand poison

Répandu par l’homme, nervi dans sa suite

Nous tous disparûmes en 2018.

Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Mon petit délire (Martine27)

En 2018, enfin à la retraite je profite(rai) d'un moment de soleil pour m'installer sur ce long siège avec ou sans dossier (mais avec c'est mieux) où peuvent s'asseoir plusieurs personnes, pour bouquiner et profiter de la vie. Que c'est bon d'être enfin libre de faire ce qui plait et uniquement ce qui plait, même si parfois quelques obligations viennent s'immiscer, mais bon, il faut se dire que d'autres aussi s'installent sur des sièges réservés à certaines personnes dans une assemblée, un tribunal, une école et ce n'est pas toujours rigolo non plus.

Tiens d'ailleurs, en 2018, lorsque je rédigerai ce petit texte j'en profiterai pour apprendre que mon siège était à l'église autrefois réservé aux marguilliers, tant mieux pour eux.

En 2018, mon fils d'ailleurs devrait être en mesure de mettre au point ce bâti en bois ou en métal, utilisé par de nombreux corps de métiers et autre installation permettant de déterminer les caractéristiques d'un moteur, d'une machine.

En 2018, je suis toujours aussi fière de lui, mais j'aimerais bien qu'il se consacre un peu moins à son boulot et qu'il me fasse avec sa compagne un ou deux petits enfants.

En 2018, s'ils avaient déjà été là ces bambins (s'ils étaient déjà là), j'aurais pu (je pourrais, ouille je m'emmêle dans les temps là) les emmener au bord de la mer admirer les amas de matière formant un dépôt ou constituant un obstacle, notamment par élévation du fond de la mer ou d'un cours d'eau, amas sur lesquels batifoleront encore je l'espère des réunions en nombre de poissons d'une même espèce. Nous pourrions aussi jouer à nous perdre au milieu des concentrations de brouillard, je suis sûre qu'en 2018 (s'il n'est pas trop pollué) ce sera toujours un jeu amusant.

Bon, pour le moment nous ne sommes pas encore en 2018, alors je réintègre mon époque, j'abandonne mon long siège je remercie vivement Larousse pour son petit coup de main, et je retourne au boulot.

Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

09 juillet 2008

Sur le bi, sur le ban, sur le banbanban !

MARTINE ; JOYE ; YVETTE ; PANDORA ; ARMELLE ; ADI ;

JOE KRAPOV ; TIPHAINE ; FABELI ; RSYLVIE ;

MARIEV ; VAL ; PAPISTACHE; JANECZKA

Posté par Old_Papistache à 17:43 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

06 juillet 2008

Défi #18

Vingt deux défis publiés hier !2104

Record de participations ! Voici deux mois nous étions bienheureuses d’en recevoir sept...

Un bonheur ! Merci à tous…Nous vous devons le succés du lieu.

Voici donc la nouvelle consigne. Consigne à Val , cette semaine!

Une photo (de Tilu)  :

copie_de_bancs_1_

Une ritournelle (obligatoire) :

« En 2018, … »

Et une petite difficulté :

Interdiction d’utiliser le mot « banc » dans votre texte.

 

Et toujours une même adresse: samedidefi@hotmail.fr

Amusez-vous bien !

Val, votre administratrice dévouée.

Posté par valecrit à 00:20 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :