18 juin 2016

Problème de coordination (Joe Krapov)

DDS 407 Ornicar 1

Est-il allé chasser l’ornithorynque et le caribou en Laponie ?

Est-il parti prononcer l’oraison funèbre de Nicéphore Niepce à Caracas ?

Manger des oranges en Californie et y vider des carafons de vin local ?

Jouer les orpailleurs en Virginie du Nord sans fusil ni cartouches ?

Ramasser des oronges pour en garnir ses nids d’hirondelles qu’il carbonisera comme à son habitude ?

Forniquer à Carvin (Pas de Calais) ?

DDS 407 Ornicar 5

Vérifier si les orangs outangs de Tanzanie sont aussi caractériels qu’on le dit ?

Offrir une orchidée à la Mélanie de Brassens qui est devenue sœur carmélite ?

Orchestrer une symphonie pour 33 ukulélés dont un rose à Carquefou (Loire-Atlantique) ?

Chanter « Les trois orfèvres », « Nini peau d’chien » et « Dominique nique nique » au karaoké du 3e régiment de bistouquetterie paillarde du Touquet (Pas-de-Calais aussi) ?

Pousser des cris d’orfraie devant les nichons de Mariah Carey (il est un peu Tartuffe, cézigue !) ?

Essayer une robe d’organdi pour parader à Nice au prochain carnaval ?

DDS 407 Ornicar 2

Organiser le pique-nique annuel de l’Association des cardiologues végétariens ?

Planter l’oriflamme du nihilisme sur le plus haut sommet des Carpates ?

Jeter aux orties les nippes démodées de Donald Cardwell ou de Pauline Carton ?

Faire entrer à l’orphelinat la nièce du cardinal avant qu’elle ne parle à la presse des orgies au cours desquelles ce pied nickelé l’a caressée plutôt plus que moins ?

Réparer l’ordinateur du Manitoba qui semble tombé en carafe (aux dires des R.G. il ne répond plus) ?

Accompagner un ornithologue en caroline du Sud pour vérifier la thèse selon laquelle l’ortolan local niche plus longtemps dans les carrières de fonctionnaires que dans les carrières de gypse ?

DDS 407 Ornicar 3

Donner des cours de fraise des bois à un orthodontiste pour remettre à niveau ses connaissances en caries ?

Suivre un stage d’oracle à Delphes pour y apprendre, à partir de la dissection des animaux à carapace, à déterminer si elles peuvent avoir des orgasmes, les saintes-nitouches, à la mi-carême ou si pratiquer l’oratorio pour atteindre le nirvana est suffisant comme carburant.


Voilà j’arrête là mes hypothèses. Moi non plus je ne sais pas répondre à la question posée « Mais où est donc Ornicar ? »

Peut-être est-il à Orange ? Nijni Novgorod ? Carcassonne ?
En Orient ? Au Nicaragua ?
A Orléans ? A Nicosie ? Sur le Karaboudjan ?

Cette ordure, indéniablement, s’est carapatée !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


mais où est donc... (petitmoulin)

p01

p02

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Orniac le racorni (Clémence)


Mais qu'est-ce qu'il lui a pris au soleil ?
est-il parti se dorer la pilule ?
Est-ce sur l'Ile de Kaffeklubben ou à Puerto Toro ?
Donc à mille lieues d'ici...
Or le Solstice de Juin est proche
Ni vous ni moi n'y changerons rien
Car nous sommes si peu de chose…
Car nous sommes une poussière dans l'Univers
Ni plus ni moins
Or le culte de l'ego est si grand
Donc à l'étroit dans sa gangue
Est-ce si difficile de s'ouvrir aux autres
sont les valeurs humanistes ?
Mais qu'est-ce qui lui a pris, à Ornicar ?
Orages
Nihilisme
Carnages….

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

MAIS OU EST DONC OR NI CAR ? (Alain André)

 

MAIS ! … Mais que diable suis-je venu faire dans cette galère ? Et pourquoi ? Est-ce mon masochisme inné qui m’y poussa ?

OU ! Ou bien ce bâtard d’Ornicar ?

ET !  Et  ni « où » ni « est » ne sont des conjonctions ! Déjà que les gens sont nuls en français !

DONC ! Donc ce petit texte me turlupine ( Non, il ne s’agit pas d’un mot cochon) 

OR ! ! Or, Il semble que seuls « et » et « ni » soient  véritablement des conjonctions de coordination ! les autres sont plutôt des conjonctions « d’introduction » ; « Mais » : introduit la restriction ; « Donc » : la conséquence ; « Or » : le contraste ; « Car » : la cause ; quant à  « ou » :  il ne réunit rien du tout mais incite au choix !

NI !  Ni l’un ni l’autre ! Point de « ni » sans « ni »… Ou « ne », ou  « pas », mais pas de « ni » seul, nenni ! Avec ni il faut un déni ! Ex : La cuisine japonaise n’est nippone ni mauvaise !

CAR ! Car, sinon, ce « ni » n’a pas de sens ! Car si l’on veut faire sens, on doit se soumettre à l’usage, or l’usage est d’or, nier ce fait serait niais ! Car quoi ! Rien d’assuré ! Point de franche dictée !

Et puis, tant qu’a faire des homonymies oiseuses avec « et » et « est », « ou » et « où », pourquoi se gêner !

Certains mots sont des phrases à eux seuls : Ainsi cet homophone de mais : MAI : « Mai, Mai, Mai, Paris Mai ; Mai, Mai, Mai, Paris ! » (Claude Nougaro) Tout est dit !

Ou toute une histoire universelle en un mot homographe de notre conjonction  « or » : OR ! C’est l’histoire toute entière des Amériques qui t’explose dans la mémoire! Tout y est : les Mayas, les Aztèques, Colomb, la ruée vers… Toute l’histoire de l’humanité !!

 

 (En faisant mes recherches sur le net, j’ai trouvé ce lien :  http://www.wapol.org/ornicar/index.htm ) Il s’agit d’un éditorial de la revue digitale « ORNICAR » :  Pfffff ! Si vous avez compris quoi que ce soit, dites le moi ! Il y a vraiment des mecs qui écrivent des trucs pour ne rien dire… Enfin…oui, comme moi, mais ce n’est pas pareil, nous c’est pour rire ! Eux, non, ils se croient  sérieux!!!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Mais où est donc OR-NI-CAR? (Laura)

Mais où est donc OR-NI-CAR?
Les a t-on remisés dans quelque placard?
Avec ma colle en pot et mes buvards.
 
Tiennent -ils compagnie aux encriers de mes parents,
A leurs plumes qui faisaient des pâtés déshonorants?
Avec l'encre noir dans son pot sur leur bureau d'enfant.
 
Mais où est donc OR-NI-CAR?
Sont-ils malades ou en retard?
Auront-ils un blâme ou un César?
 
Peut-être sont-ils dans le plumier
Avec mon crayon si bien taillé
Un 2H bien sec ou  un bel HB?
 
Mais où est donc OR-NI-CAR?
Sont-ils partis avec nos cahiers de brouillon
Aux lignes violettes et tables de multiplication?
 
Les retrouvera t-on un jour?
Avant qu'il soit trop tard
Mais où est donc OR-NI-CAR?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


Ici ! (Walrus)

ocarina

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

Participation de JAK

j01j02j03

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

OR – NI - CAR (Lorraine)

 

     OR était seul , affreusement, désespérément seul.  Plus seul qu’Adam en son Eden, à qui Dieu ôta tout simplement  une côte dont il créa Eve, une aimable  bavarde qui lui tint compagnie.  Mais OR  n’avait pas cette chance, il n’appartenait pas au genre humain. Et malgré son immense désir de « communiquer » , il restait dans son « quant-à-moi », désolé et plaintif.

      Certes, il murmurait pour lui-même, il imaginait des discours où il intervenait noblement. Un soir qu’une fois de plus il haranguait le ciel, de sa voix imperceptible, il lui sembla entendre un faible bruit. Un bruit ?...Une voix ?...Une réponse ?... Il s’assit sur le faîte du toit, bouleversé, osa susurrer : « Il y a quelqu’un ?... »  et entendit, pour la première fois, une réponse inespérée :

     - Je suis là, OR, tout près de toi. Je te prends la main, je m’assieds, je suis seule moi aussi depuis si longtemps !..

     - Tu es qui ? osa-t-il bafouiller, éperdu.

     - Je suis NI, celle qui dit toujours « ni chèvre ni poisson », « ni bien ni mal », « ni vrai ni faux »,  « ni beau ni laid », « ni…

     OR ne se tenait plus de joie. « Quelle chance de te rencontrer, quelle chance… » répétait-il , essayant de percevoir les traits de NI. Mais comme lui, elle n’en avait pas, elle était seulement une fille de la pensée, une élucubration que les humains utilisaient dans leurs discours, un être sans corps.  Mais elle était là, amicale, issue de son monde à lui et il sentit qu’à deux ils étaient une force.

      - CAR moi aussi, j’existe, vrombit soudain un son à leur oreille. Je suis celui qui explique, qui connaît les réponses, qui intervient quand les humains se trompent ou qui prouve ce qu’’on vient de dire. Je ne vous connaissais pas, mais je vais vous présenter quelques amis.

      Il n’eut qu’à prononcer ces mots. Aussitôt jaillirent de nulle part  quatre invisibles qui se donnaient la main : MAIS, OU, ET, DONC. Ils se rencontraient enfin, ils n’étaient plus d’anonymes petits mots inconnus, mais formaient – et forment toujours – le beau cortège des  conjonctions  de coordination, qui donnent à la langue française  tant de nuances !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Sept d’un coup (Pascal)

 

A l’opposé de son cousin proche qui exaltait la subordination, le roi Conjonction prônait la coordination ; coordination des gestes, coordination des mots, coordination dans la mouvance générale au seul profit du bien-être commun, c’était son credo, le fer de lance de son sceptre, l’idéologie générale du gouvernement de son royaume.

La coordination n’est-elle pas l’antichambre de la cohésion et, par-delà, la compréhension des Choses, jusqu’à apprivoiser l’Unisson ? La coordination de la Nature, le soleil, les éclairs, la pluie, le tonnerre, et l’arc-en-ciel délivrant ses couleurs dans un ordre assorti, était son plus bel exemple. Il administrait son peuple avec ses préceptes d’organisateur et il était aimé pour cette seule vocation d’assembleur.

Pour la fédérer à son idéologie, mais surtout parce qu’il l’aimait, il se maria avec une proposition indépendante toute assujettie à sa cause. Majuscules, points de suspension, points virgules, voyelles, cédilles, et des phrases entières assistèrent aux noces. Les trémas, les accents aigus et circonflexes tirèrent leurs chapeaux en ovationnant les mariés. Au banquet, on vit des adjectifs s’accorder en genre et en nombre avec leurs noms, parenthèses et guillemets s’ouvraient et se refermaient en applaudissant ; comme d’habitude, les pronoms cherchaient leurs sujets et les conjugaisons n’étaient présentes qu’à titre indicatif. Ils eurent plein de compliments d’objets directs et indirects. Les points d’interrogations s’interrogeaient, les points d’exclamations s’exclamaient et les points à la ligne auguraient de nouvelles agapes. Noms propres, noms composés et noms communs furent tous invités au grand bal. Sur la piste, orthographe et syntaxe dansaient ensemble tandis que des métaphores jouaient les figures de rhétorique avec des litotes en goguette. Çà et là, des asyndètes étaient venues, avaient vu et avaient dansé ; les énallages avait leurs figures de substitution ; les épiphores répétaient leurs mouvements de danse ; les traits d’union étaient leurs traits d’esprit.  La coordination battait son plein, seul, l’austère invariable restait dans son coin…  

De leur union d’Amour, naquirent sept filles ! Sept d’un coup ! Un coup de maître, un coup de roi ! Oriana, Maissan, Oumaya, Etelvina, Doncina, Nina, Carlina ! Si Oriana est décisive, Maissan s’oppose, Oumaya est alternative, Etelvina est additive, Doncina est conséquente, Nina est négative et Carlina relie les propositions. Petites, passe encore, mais maintenant qu’elles sont grandes, quand le roi Conjonction cherche ses filles dans son château des Coordinations, on l’entend crier : « Or mais ou et donc ni car ! »…

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Leçon de grammaire (Marco Québec)



Vingt et unième leçon
Les conjonctions de coordination
 

MAIS OÙ EST DONC ORNICAR ?
MAIS OÙ EST DONC CARNIOR ?
 

ET et NI
Les grammairiens nous disent copulatives
Nous sommes au nombre de deux
Pour copuler, c’est ce qu’il y a de mieux
Le ET est la plus utilisée
Pas étonnant, à force de copuler
 

OU
Je serais disjonctive
Ambiguë à mes heures
Une double nature
Disjonctive exclusive
Disjonctive inclusive
Je dois dire que cela m’a affectée
Au point de disjoncter
 

MAIS
Je serais adversative
Mais je n’en ai rien à cirer
Je ne crains pas l’adversité
 

CAR, DONC et OR
Nous, les trois dernières
Sommes un peu particulières
Nos conjonctions
Font la coordination
De deux éléments
Seulement
 

CAR
Je suis causale
À défaut d’être causeuse
Un peu contraireuse
Le contraire de donc en fait
 

Je tiens à mon effet
DONC j’obtiens le respect
J’obtiens le respect
CAR je tiens à mon effet
 

OR
Je suis déductive
Ou bien transitive
Mon emploi serait le plus flou
Se plait-on à dire
J’encaisse le coup
J’ai entendu pire
Un signe de ponctuation
Me précède tout le temps
Rappelez-vous-en
Retenez la leçon
 

DONC
Je suis consécutive
Mais cela n’est rien
Il est des vilains
Qui cherchent à m’exclure
De ce groupe de pures
Je ne respecterais pas les critères
Des conjonctions de coordination
Et cela pour deux raisons
Ces mordus de grammaire
Me reprochent ma mobilité
En effet je peux me promener
Dans la phrase à mon gré
 

DONC je suis en furie
Je suis DONC en furie
Je suis en furie DONC
 

On m’accuse de me combiner
À mes consoeurs
Moi je dis que c’est une qualité
Et non un déshonneur
OR DONC je suis vexée
Qu’on veuille ainsi m’écarter
Je ne serais qu’adverbe de relation logique
C’est d’un pathétique !
 

 

Une autre formule, « Mais où est donc Carnior ? », est davantage utilisée dans les écoles primaires et secondaires du Québec. À cet égard, un groupe de musique québécois, Les Dales Hawerchuk, a composé et interprété en 2009 une chanson mettant à l'honneur cette formulation.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :