07 juin 2008

Après l’entretien … (MAP)


Après l’entretien d’embauche,

les candidats malheureux

au poste de gardiennage de la Boucherie

« OMILZO »

font grise mine...

Embauche_1


Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :


Pour un nouveau contrat …(yvette)

 

-Y’a du nouveau ?

-Ne commençons pas sur ce ton !

-Ce n’est pas de ma faute si nous n’en sommes pas à notre première …Négociation ! Abrégeons !

-Je passe à 36 273 oures… Par mois.

-La différence n’est pas lourde !

-C’est sans compter le 13e mois, quelques heures supplémentaires par-ci par-là …

Une prime ou deux si les choses s’améliorent …

-L’argent ne fait pas tout …

-De quoi mettre un peu de beurre dans les épinards tout de …

-Ça tombe mal, j’ai commencé le régime !

-Et bien à ce propos, question cu….

-Ah ! nous y revoilà !

-Justement, plus aucune exigence ! Je ne demanderai plus rien ! Nada ! Une petite gâterie le soir ou le week-end ne se refuse pas bien sûr … Mais au quotidien, je me débrouillerai tout seul.

-La semaine de vacances en hiver ?

-C’est promis, hors vacances scolaires, ce sera plus calme.

-En été ?

-Voyages, farniente, soleil … Il faut faire un break, au moins 4semaines …

-Un ordi perso ? Mes emails respectés ? Possibilité de bloguer à toute heure … ?

 -Pas de problème. Je fermerai les yeux.

-…..

- Aucun commentaire, plus aucune question en cas de retard ou même absence …

- Y’a un lézard ! Y’a sûrement un lézard ….

-Euh…Et bien… Après quelques petits travaux … En transformant le bureau, par exemple comme on avait dit ….. Elle pourra ….

- Ah….Non ! Ne pas pouvoir m’offrir un vrai Huithon,  passe ; devoir te préparer 7 jours sur 7 des petits plats qui ne te plaisent jamais, passe ; supporter tes soirées foot et ta bande de copains qui va avec, passe ….. Mais, ta mère à la maison ? Non, Alfred, pas question !

 

 

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Entretiens (Aude)

Le réveil ne me tire pas du sommeil : je suis réveillée depuis longtemps, égrainant les minutes avant de devoir le quitter. Mon réveil l’éveille. Il bouge légèrement, ouvre un œil. Je lui donne un sourire, ses bras m’emprisonnent. Je ne lutte pas pour me lever, reste dans ses bras. Je soupire :

-          J’ai pas envie d’aller travailler.

Il me serre un peu plus fort.

-          Tu pourrais travailler pour moi.

-          Et tu m’offres quel genre de travail ?

-          Un travail de muse. C’est un travail à plein temps. Tu devras en tout instant m’inspirer. Chacun de tes gestes, chacun de tes mots, de tes sourires, chacun de tes regards, de tes colères, de tes peines seront pour moi. J’en ferai des photos, des peintures. J’en écrirai des poèmes que tu chanteras. Je filmerai ta silhouette qui avance vers moi, je dessinerai les courbes de ton corps.  Tes yeux je chanterai.

-          C’est bien payé ?

-          Non.

J’enfouis ma tête dans son cou, emplis mes poumons de son odeur, scelle notre contrat d’un baiser.

-          Ok.

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Profils congruents - majic

Ce patron d’une petite entreprise commerciale très prospère juge depuis toujours que tous les moyens sont bons pour faire encore et toujours de substantiels bénéfices ! Il appelle cela du positivisme 

Oui, il aime beaucoup l’argent, c’est normal direz-vous mais ce patron-ci aime tellement avoir le compte rempli à ras bord qu’il est capable de tas d’artifices, de supercheries, d’irrégularités et de tromperies pour arriver à ses fins !

Ceux qui travaillent avec lui sont des gens sensés avoir le même profil : même langage, même comportement vis-à-vis de la clientèle et des fournisseurs et mêmes réactions, en général, que lui !

Les gens qu’il embauche doivent absolument être de vrais vautours pour soustraire la richesse aux autres par tous moyens et la rapporter à lui de sorte à encore et encore remplir et même bourrer ses caisses !

Ces derniers temps il a besoin de renforcer son équipe par un fiscaliste qualifié ! Des dizaines de demandes d’emploi dormaient dans les tiroirs et le moment est venu d’en voir de plus près quelques unes !

Il procéda lui-même à la  sélection puis fit convoquer quelques jeunes parmi les postulants qu’il devait  tester lui-même en organisant un genre de casting en conséquence.

1er candidat à l’embauche devant le patron :

-Conjuguez moi le verbe « manger » au présent.

Le candidat étonné mais ravi de la facilité de cet examen de passage entonne :

-Je mange, tu manges, il mange, nous mangeons, vous mangez, ils mangent !

Le patron avec un sourire en coin :

-Tu es recalé !

Le candidat quitte la salle, étourdi et consterné!

S’adressant au deuxième, puis au troisième et au quatrième candidat, le patron fut déçu par leur prestation et les renvoya l’un après l’autre la tête basse !

Voilà qu’arrive le cinquième larron avec des yeux espiègles et en même temps dévoués d’un asservi et lèche-bottes prêt à tout !

Le patron :

-Conjuguez-moi le verbe manger ……..

Le candidat :

-Je mange, Tu manges, Tu manges, Tu manges, Tu manges, Tu manges, Tu manges………et personne d’autre !!!!

-Ha, ha ! Voilà qui est magistral ; tu es recruté !"

Posté par Janeczka à 09:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Lourde responsabilité (Papistache)

J’ai voyagé toute la nuit. Je suis crevé. En fait, je suis parti depuis deux jours et trois nuits. Je roule, je roule. C’est humide comme jamais. Vivement que je rencontre les candidats.

On est dimanche matin.  Quelle idée d’organiser un entretien d’embauche un dimanche matin ! Une idée de la patronne. C’est toujours elle qui décide.  Elle a tout planifié, tout organisé, mais c’est moi qui doit me taper le boulot !

La sélection. Oh ! J’ai en tête tous les critères. J’ai l’impression d’avoir toujours su que ce qu’elle attendait de moi. Elle a été claire, je n’aurai pas de deuxième chance. Ce sera dimanche ou bien... zou ! à la trappe le bonhomme. Remarquez, si je réussis à recruter le bon candidat, c’est la promotion assurée. Mon salaire multiplié par... pffff ! ! ! je ne vous dis pas! Une place au soleil et je laisse mon nom dans l’histoire !

Bon, c’est là ; j’installe mon bureau. Combien seront-ils ? Mystère !  Vu l’enjeu pour eux, j’ai peur que ce soit la bousculade, parce que... pour celui que je retiendrai, ce sera  également le gros lot.

Oh ! Ça tangue fort ! Elle m’a dit que le rendez-vous aurait lieu à neuf heures. Il est huit heures cinquante-neuf.  Je suis à mon poste. Les candidats peuvent entrer. Misère, mais combien ils sont ? Je pourrai jamais les évaluer tous. Je vais poser une barrière.

Bon sang, les critères... Elle m’a bien dit d’être exigeant : bonne santé, belle intelligence, pas de tare physique,  de l’humour, sobre, non fumeur, polyglotte, artiste, poète... J’arrête, la liste est trop longue. Comment vais-je m’y prendre ? C’est la première fois que je suis dans cette situation.

Mais, c’est pas possible !
— Faites la queue, s’il vous plaît !
Oh ! Il en arrive de partout ! J’ai préparé mes questions, mais ça va pas être possible, il me faudrait six mois ! J’ai la matinée, seulement !

— Avez-vous une expérience professionnelle ?
Ce sont des gamins ! Comment pourraient-ils avoir une expérience professionnelle. Au moins, ils ont de l’enthousiasme et de l’énergie.
— Arrêtez de me tourner autour, les mecs ! Vous me donnez le tournis ! Je vous en prie, rangez-vous en file indienne. Je vais vous donner un numéro et vous passerez chacun à votre tour.

Ils sont mignons, mais pas disciplinés pour un rond. Qu’est-ce qu’elle m’a dit pour la discipline ? Rien ! De l’esprit d’initiative, qu’elle m’a dit. De l’audace, de l’audace ! J’en vois bien un, là, qui sent bon et qui  voudrait forcer la barrière. Oh ! Comme il sent bon ! A moi, il me plaît. Je ne sais pas ce qu’elle en penserait. De toutes façons, je ne peux pas attendre plus longtemps. J’écarte la barrière.

— Allez viens, chéri ! La patronne sera contente. Dans neuf mois, on passe à la postérité. Ben, pour les autres, je suis désolé, les mecs ; j’ai rempli mon job. Je ne peux pas vider l’ANPE à moi tout seul ! C’est cruel, mais... vous étiez des millions et la patronne, elle n'ovule qu’une fois tous les vingt-huit jours.

Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


01 juin 2008

Défi #13

Le défi #13
qui nous fera nous retrouver samedi 7 juin 
est lancé par Val.

Ce sera le suivant :


"Un entretien d'embauche peu ordinaire."

pitch30@wanadoo.fr  ;

janeczka@hotmail.co.uk ;

papistache@laposte.net

Avec, pour satisfaire certaine(s) curiosité(s)
un aperçu des statistiques du blog.
Cliquer pour agrandir

teb

Sont inscrits, au guichet #13, les demandeurs d'emploi suivants :

Papistache ;
    Majic ;
        Aude ;   
            Yvette ;
                MAP ;
                    Caro-carito ;            
                        Brigou ;            
                            Val ;
                                Janeczka & Janeczka ;
                                    Alexandra;

                                        Vanina;

Certains seront appelés à 9 h 00 les autres à midi !

 


Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags :

31 mai 2008

Sans queue ni tete - Teb

Oups... j'avais pourtant noté....

Et… nous sommes déjà samedi ;-((

Ah… mais le temps court trop vite...

Exactement comme un fromage trop fait …

 

Alors, ben j’ai loupé le défi….

Et puis mes mots, ce n’est rien que du vent…

Oh, là là, vous ne perdez pas grand-chose !!!

Et puis, ça ne va pas changer le monde, si j’ai raté ce défi !!!

Alors… vade rétro, culpabilité…

Et c’était ma dernière page, mon pauvre Pierrot

Alors laisse-moi dormir

Une autre fois, peut être..

Excuse me, lady, vous n’allez pas m’en faire tout un fromage, tout de même !!

xxx

Posté par Janeczka à 17:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Abondance (J.)

En retard, en retard, j'ai un fromage de retard !
A la mémoire de souvenirs, permettez une réflexion fugace sur un fromage
rond - tout rond comme la lune :
Abondance - je t'ai aimé les lèvres chaudes et goulûment, si goulûment...
Ainsi qu'au matin ce moment délicat m'a embaumé de vie, et croqué un
instant, et puis je me suis dit :
Abondance, Abondance - quel drôle de nom pour un fromage, quand même...
Encore heureux que les vaches aient des cornes !

Posté par Old_Papistache à 12:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Proverbe fromager ( Kloëlle)




" Où fleurit la luzerne n'y a mauvais fromage"

luzerne_champ03

Posté par Old_Papistache à 12:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Au rayon fromages - Aurelie

-Eh, il te tente pas toi, celui-là?
-Au poivre?
-Oui!
-En mettant de côté le fait que je n'aime pas le poivre...
-Ah oui c'est vrai... Et dans la raclette, tu le sentirais pas le poivre!
-Oui ma chérie! Ils vendent des fromages spécialement arômatisés pour que tu n'en sentes pas le goût dans ton assiette!
-Ah oui, c'est sérieux? Alors tu vois, on peut bien se la faire cette raclette au poivre!
-Et si on continuait nos achats?
-Et mon fromage?
-Une autre fois... Un resto ce soir, ça te tente? Oh, je vois que oui... Adjugé! Un resto pour ma princesse! On continue!
-Et bin non! Il me fait envie, je veux ma raclette au poivre!
-Ok, c'est reparti! Un caprice pour du fromage, j'le crois pas!
-Une raclette, pas "un fromage"!
-Allez, tu vas pas en faire un fromage!
-Alors ça, si c'était censé être drôle...
-Ecoute, si on était pas passés ici on ne serait pas en train de débattre autour d'un FROMAGE! Alors on pourrait...
-...Et si tu n'existais pas, je pourrais le manger tranquille, mon fromage!
-Eh! Attention, je t'entends!
-Ah oui? Et tu entends tout ce que je dis? Est-ce que ça voudrait dire, par hasard que tu m'entends aussi quand je dis que j'ai envie de fromage?
-Allez, t'as gagné, prends tout ce que tu veux, on mange ce que tu veux.
-Ah bin non, c'est trop facile!
-Ouh, là j'ai du mal à te suivre!
-Et d'abord j'te rappelle, pour info, que je suis au régime! Alors me donner envie avec ta raclette, c'est vraiment bas!
-...

Posté par Janeczka à 12:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :