10 mai 2008

Grand-mère (Kloelle)

-          Il était une fois une fille qui parlait aux oies…

C’est la première fois que je prononce cette phrase, alors je le fais doucement avec précaution, de la même manière que j’ai tout à l’heure ouvert les vieilles malles et déplié les étoles de dentelle. Je ne m’attendais pas le trouver ici ce livre, au beau milieu de ces capelines satinées et de ces corsages vieillis savamment ordonnés dans leur papier de soie. La petite fille et ses oies… C’était une de ses histoires préférées, c’était en tout cas celle qu’elle nous racontait le plus souvent à mes sœurs et à moi.

Nous avions souvent envie de lui dire : «  Vous nous l’avez déjà racontée grand-mère » mais maman nous faisait un petit geste de la tête pour nous faire comprendre que ce n’était pas grave. Elle avait raison, même si nous en connaissions par coeur tous les rebondissements, nous aimions l’écouter cette histoire.

Grand-mère se posait dans son fauteuil près de la fenêtre, le dos bien droit et le menton en avant et nous nous installions autour d’elle, les genoux sur ces petites coussins recouverts de rosaces de laines que je trouvais très laids et qu’elle passait des journées entières à broder.

Elle lisait d’une voix claire et franche qui n’hésitait jamais et avec un débit qui ne laissait de place à aucune des questions que mes sœurs et moi aurions pu lui poser. Nous l’écoutions dans un silence religieux.

L’histoire terminée, son devoir de grand-mère exécuté, elle nous engageait à partir bien vite jouer au jardin. Elle nous aimait, mais en photo, celles ou nous posions en robes de dentelles et rubans joliment tournés sur nos mèches blondes, je crois qu’elle avait du mal à s’adapter à notre présence réelle, à nos rires et à nos rondes enfantines.

Enfant, je m’imaginais qu’en vrai, c était elle la petite fille de l’histoire et que le soir venu les oies de son enfance revenaient se poser sur l’herbe tendre du jardin et qu’avec elles elle savait parler, rire et jouer…

- Il était une fois une petite fille qui parlait aux oies…   

Le voilà entre mes mains maintenant, avec sa couverture cartonnée d’un autre temps,  ses images trop bien dessinées et sa petite héroïne aux pommettes bien roses.

Du dehors montent les voix claires de fillettes qui ressemblent à celles dont les photos ornaient jadis la cheminée. La fenêtre du grenier donne sur le jardin où elles rient, il a ce même parfum qu’il avait avant, quand j’y jouais enfant à me cacher en sautillant derrière les framboisiers.

J’attends ce soir avec impatience, ce moment où elles vont me demander : «  Mamie, tu nous lis une histoire ! »

 

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


Clara - Brigou

CIMG0217

Il était une fois une fille qui parlait aux oies. Clara habitait dans un pays lointain où vivaient princesses et lutins, où les arbres étaient bleus et le ciel aux couleurs des rires des enfants. Ses parents avaient construit une petite maison dans la forêt et au bord d’un magnifique lac. Depuis leur arrivée dans ce lieu paradisiaque nul n’était venu déranger leur quiétude comme si cet endroit n’existait que pour eux, comme s’il les protégeait du monde extérieur.

Clara ne manquait de rien si ce n’était d’un autre enfant pour partager ses rires. Mais la vie en avait décidé autrement, ses parents n’avaient pu avoir qu’une seule fille.

Souvent le couple venait se recueillir au bord de l’eau sous l’œil attendri de la lune et des étoiles. Face à tant d’amour, la lune ne put rester insensible. Un soir alors que les jeunes époux enlacés la contemplaient en versant des larmes de désespoir, elle leur parla ainsi : « jeunes amis, votre tristesse ne peut me laisser indifférente, votre amour est si beau et si pur qu’il m’émeut, je ne peux pas vous laisser dans une telle détresse. Faites un vœu et je vous aiderai à le réaliser ».

Les deux jeunes crurent d’abord à une hallucination due au souffle du vent dans les branchages, ils répondirent d’une seule et même voix : « ce que nous désirons le plus au monde est un enfant ! ».

La lune leur demanda alors de déposer dans une fleur de nénuphar un mélange de leurs larmes et quelques gouttes de rosée du matin. Ensuite ils placeraient cette fleur au centre du reflet de la lune sans froisser la surface plane de l’eau.

 

Au petit matin, ils deviendraient alors parents d’un nouvel enfant.

Posté par Janeczka à 09:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Conte écrit par Val pour son fiston

-          Il était une fois une petite fille qui parlait aux oies.

-          C’est quoi, une oie ?

-          C’est un gros canard ! Il était une fois une petite fille qui…

-          Comment elle s’appelle, la petite fille ?

-          Heu… je sais pas.

-          Jeusépa ?

-          Non ! Bon, on va dire Sofia, tiens ! Elle s’appelait Sofia.

-          Oh, Sofia, comme la Sofia qu’est dans ma classe !

-          Oui bon ! IL était une fois une petite Sofia, qui parlait aux oies.

-          Elle avait quel âge ? Hein Maman ? Moi, j’ai trois ans !

-          C’est pas important.

-          Ben si !

-          Bon, elle avait trois ans comme toi ! ça te va ? Et elle parlait aux oies !

-          Elle avait pas peur ? Moi j’ai peur des canards, moi !

-          Non, Gaby, elle avait pas peur parce que ses parents avaient une ferme avec plein d’oies et qu’elle y était habituée ! Je peux reprendre ?

-          Oui…

-          Sofia parlait aux oies, donc…

-          Elle parlait bien, Sofia ?

-          Comme un livre !

-          Ça parle pas, un livre !

-          Ah bon ? Ben je les entend ou, les histoire que je te lis ? ça parle, un livre !

-          Pourquoi moi je les entends pas, alors, les livres ?

-          Parce que tu ne sais pas lire.

-          Ah !

-          Sofia, qui avait trois ans, parlait aux oies qui vivaient dans la ferme de ses parents. Elle leur parlait comme un livre.

-          Ça sait lire les oies, Maman ?

-          Non. Je peux continuer ?

-          Oui, vas-y…

-          Un jour, elle rencontra une oie qui lui répondit…

-          Elle s’appelait comment, l’oie, Maman ?

-          ON S’EN FOUT ! Tais-toi et écoute l’histoire, tu poseras les questions à la fin.

-          D’accord, Maman.

-          L’oie, qui s’appelait Josiane, si ça peut te faire plaisir, lui répondit…

-          Maman ?

-          Quoi encore ?

-          Tu veux pas plutôt me lire le petit ours brun ?

-         

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Petite fille aux oies - MAP

DSCF4392

Quand la petite Elsa
promène ses six oies
fine baguette en main
pour guider leur chemin,
elle n’oublie jamais
son livre préféré :
« Les beaux contes de fée. »

Ce qu’elle aime vraiment
en ce charmant moment
c’est lire à haute voix
pour ses petites oies
comme fait sa maman
le soir en l’endormant.

Posté par Janeczka à 09:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Saint Benoît patron du foie gras (Papistache)



Il était une fois, une fille qui parlait aux oies.
Mais les oies ne répondaient pas. C’est bête ma foi !

Lassée de s’adresser à ses oies, en vain, de
gros mots sortirent de ses lèvres : “Sales grosses dindes !”

Elle entreprit de murmurer à l’oreille des poules
Lesquelles, en caquetant, se foutaient de sa goule.

La fille aurait pu faire le tour de la basse-cour,
Mais au couvent, son père l’enferma à double tour

Depuis, elle adresse ses prières à Benoît,
Qui ne répond pas, le patron de la Sainte-Croix.

Du coup, la gamine console sa crise de foi
En tartinant son pain béni de foie gras d’oie.

Moralité
       
Si, futée, la fille avait parlé au  Jeannot
Plutôt qu’aux sottes volailles de son troupiau
Dans ses jamb’s gambaderaient de jolis marmots.

Moralité seconde

Si Benoît prenait l’temps de répondre aux prières,
Du Sud-Ouest, l’industrie s’écroul’rait toute entière
Tais-toi Benoît, du foie gras, protèg' la filière.

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


04 mai 2008

Defi #9

Pour samedi prochain (10.05):

'Il etait une fois une fille qui parlait aux oies...' *
Avec cet incipit, composer une petite histoire, poeme, dialogue, ce qui vous fait envie! *sourire*



*There was a girl who talked to geese (CocoRosie - Girl and the Geese)


AJOUT:

Si vous souhaitez inserer des photos, videos, audio avec vos textes, pas de probleme, pensez juste a nous les envoyer en pieces jointes, c'est plus facile apres pour nous! Merci d'avance *sourire*

Posté par Janeczka à 15:50 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2008

Tube cathodique - Caro_Carito

Avant de lire, regarder : http://fr.youtube.com/watch?v=1zJVYkX9r8w&feature=related
 

J’éteins la télé. C’est vraiment une sale manie que j’ai prise d’écouter M6 au saut du lit. Mais ça me donne là pêche. Et j’en ai besoin. Tous les jours de la semaine, congés, dimanche et jours fériés compris. Mais surtout quand je vais au boulot. Bon il est temps. Je pense à ce vidéo clip, ça doit être étrange de se retrouver autre. Bon le gars-là, Kamini y devient blanc. Qu’est-ce que je pourrais devenir. Tiens invisible. Il suffit que je me regarde dans la classe, un teint pâle et des cheveux courts d’une couleur indéfini. Un pull gris. Un jean. Un uniforme. De toute façon, on ne me remarque pas. Je ne parle pas, je bosse, corvéable à loisirs, avec un petit salaire et on me dit à peine merci.

Un dernier coup d’œil dans la glace. Mais j’ai la berlue. Il n’y a plus personne dans ce miroir. Me voilà invisible pour de bon. Je m’assois deux secondes. Heureusement même transparent, je peux avaler un peu de café. Bon, ce n’est pas la peine que je prenne mon vélo pour aller au taff. Il faut que je prenne le métro. Et d’ailleurs pourquoi je devrais aller bosser. Puisque l’on ne me voit pas. Soudain je regard mon tube cathodique et je vois ce mec black, enfin non, il est blanc maintenant, qui se marre. « Salut mon pote, t’as droit à une heure d’invisibilité, profites-en !» Dernier éclat de rire et ploff plus rien.

La porte vient de se fermer derrière moi. En profiter, pourquoi faire… Je pourrais aller au taff et leur faire payer par mille misères ce qu’ils me vont supporter chaque jour, cette insoutenable indifférence polie. Non. Trop facile. Devant moi, j’aperçois une blonde au lourd manteau de fourrure. Elle grimpe dans un taxi en demandant un péremptoire « les Champs Louis Vuitton », je l’y rejoins aussi sec. Là, confortablement engoncé dans les fauteuils de cuir, légèrement dans les vapes, son parfum c’est pas du truc pour jeune fille à l’extrait de rose et de magnolia. Ca dépote ! Je me laisse bercer par paris est ses berges, ses boulevards. Je suis béat. Et puis je le vois, comment l’avait-on surnommé lors de sa construction ? La verrue ! L’Opéra Garnier. Bingo Ca y est je sais, je sais que je vais faire, je vais courir après un autre invisible, un de ces êtres que l’on ne voit pas. Et qui sais-trouver le lac oublié. Je profite d’un feu rouge pour me glisser hors du taxi et je grimpe le cœur léger les marches de l’opéra Garnier. Au passage je chipe à un touriste distrait son Gaston Leroux ; une heure m’avait-il dit, une heure pour aller au-delà des pages, pour plonger à sec dans le réel derrière l’encre et le papier.

fantome

Posté par Janeczka à 09:57 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Invisible - Kloelle

C’était écrit sur un de ces petits papiers satinés qui dorment au creux des papillotes.
«  Vous voilà invisible pour une heure »
J’adore ce genre de messages loufoques et un instant j’ai envié ce type dont le travail consistait à écrire les billets de papillotes.
Je me suis levé, le visage réjoui, pour jouer le jeu et mirer ma transparente personne dans la vitrine du libraire du coin de la place.
Devant la vitre, j’ai pali, des soubresauts glacés me parcouraient de la tête aux pieds, si j’avais pu les voir je crois que j’aurais vu mes jambes s’entrechoquer et fléchir brutalement : voilà qui défiait toute explication, j’étais invisible !
Le choc passé, j’ai bien vite réfléchi à optimiser cette incroyable fortune.
Dévaliser une banque ?
Me glisser dans les cabines d’essayages des « galeries bonne franquette » ?
M’asseoir dans le bureau du président de la république ?

Non, j’avais une idée bien plus délicieuse que ça…
Je suis entré par la cour de derrière, j’ai traversé l’arrière boutique et je me suis assis au beau milieu des cuisines, à deux respirations de sa table de travail. Et là, je l’ai regardée les travailler, les bichonner, les façonner et les mettre à cuire.
La mère Janeczka préparait les croquants aux amandes les plus divins qui soient, sa boutique ne désemplissait pas, les gens venaient de loin de très loin parfois pour assouvir leurs envies de ce délice doré. Elle conservait jalousement sa recette et personne n’avait à ce jour réussi à lui faire lâcher un mot des ingrédients et de la façon qu’elle employait.
Maintenant je savais.
L’heure touchait à sa fin…Je suis reparti sur la pointe des pieds.

Posté par Janeczka à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Un voeu - MAP

J’avais droit à un vœu !
Un vœu,
 un seul,
à exaucer
en ce jeudi 1er mai !

 

C’était un beau cadeau
de ma Marraine Fée. 

Je choisis sans tarder :
l’invisibilité !
« Pour une heure
une heure bien sonnée ! »
 

Que m’a t-il pris
d’éternuer
quand sa baguette
s’est levée …

 
C’est mon Boby,
chien si gentil
qui la reçut
et disparut … !!!

Posté par Janeczka à 09:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Les toilettes du bureau - Brigou

Grâce à la fée Kloelle, je vais être invisible une petite heure. Je décide de m’installer dans les toilettes du bureau. Chaque jour ce lieu reçoit la visite de tous les employés, ils viennent faire une pause « pipi » mais aussi souffler un moment tranquille loin de l’agitation de l’agence.

Tiens, voilà Béatrice, la secrétaire qui vient faire une retouche à son rouge à lèvres, un peu de poudre sur les joues, un soupçon de parfum dans le cou et derrière les oreilles. A peine a-t-elle tourné les talons que voici, Céline, la stagiaire qui vient cloper en douce mais qui n’oublie pas d’ouvrir la fenêtre pour envoyer la fumée à l’extérieur. Il était temps qu’elle sorte, Monsieur Legrand, le chef du personnel, s’impatientait déjà.. Il vient se laver les dents et repart en se laissant un peu de dentifrice sur le coin des lèvres ! Mais voici ce cher comptable, Hugues, il procède à un tout autre rinçage, il sort sa flasque d’alcool fort et s’enfile une rasade.

Les minutes tournent, je vais bientôt redevenir visible, mais que vois-je ? c’est notre chère directrice.. oh mon dieu ! sa jupe est coincée dans son collant et on a une vue sur sa petite culotte… !!!!!

Posté par Janeczka à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :