07 juillet 2009

La Ballade des pendues (Joe Krapov)


Petit jeu de l’été : rendez à chaque pendue sa dernière parole !

_dds68_cl_s_krapov

1

Je suis Cultura la sorcière

Et j’ouvre, au pays de Poussière,

L’accès aux livres défendus,

Aux vyniles qu’on écoute plus,

Aux déguisements des enfants,

Aux paperasses des parents,

A un souk, nul ne peut le nier,

Car je suis la clé du grenier.

2

Je donne accès au lieu divin

Ou l’on conserve le bon vin

Et toutes sortes d’attirails

Eclairés par des soupiraux

(Tiens, ça ne rimaille

plus !)

3

Je suis la clé du paradis !

Je suis la porte du logis,

Du petit nid à Nirvanas

De Krapov et de Marina !

4

Quand il a trop dit de salades,

Quand sa tête est un peu malade

A force de l’avoir creusée

Pour pondre des billevesées

Il vient, me tourne et, tel un pro,

Parmi l’empilement des nombreux placebos

Que l’on vend aux gogos pour soigner leurs bobos,

Extirpe le tube d’Aspro.

J’ouvre le saint des saints ici :

La p’tite armoire à pharmacie.

5

Pour qu’aucune rôdeuse

Ne chipe la tondeuse,

Pour qu’aucun malandrin

Ne démunisse le jardin

De ses outils, de ses semences,

- Bien qu’on cultive avec clémence

Les clématites et le chicon

Ici plutôt que l’ananas –

On a muni d’un cadenas

La porte du p’tit cabanon.

6

C’est moi qui ouvre l’horizon !

C’est moi qui brave les saisons !

C’est moi qui tourne en deux serrures

Et les emmène à l’aventure !

Je suis la clé de la voiture !

7

Chacun promène son enfer de façon proche.

Moi je suis toujours dans sa poche.

Sans avoir l’air (R) ni prendre l’eau (O)

Je suis son bOurReau : le bureau.

Chacun promène dans sa poche son enfer !

Krapov m’a baptisée « Cerbère » !

8

Moi j’ai pêne à me rappeler…

Quels beaux trésors amoncelés ?

Quelles merveilles au fond d’un coffre

Qu’en un ou deux tours j’ouvre et j’offre ?

Quelle ceinture de chasteté ?

Quelle porte de château hanté ?

Quelle histoire m’est attachée ?

Ma mémoire est partie, j’enrage

Et je pends sans utilité,

Perpétuellement accrochée

A un vieux clou dans le garage.

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


Boîte à mots (Phil)

Elle me suit partout, ma boîte à mots,

Le petit machin bleu

Que je branche à la prise adéquate

Sitôt que l’ordinateur est allumé.

Boîte à mots, le petit machin bleu,

La clé USB

Qui me suit partout.

Les mots sont la vie.

Les mots sont ma vie.

C’est pour ça qu’elle me suit partout,

La clé USB.

Dans la boîte il y a des mots.

Les mots érudits.

Ceux qu’on n’emploie jamais.

Ceux du jeu des mots.

Classés là dans l’ordre alphabétique

Qui est une clé comme une autre.

Des mots que j’aurai peine à recycler.

Même au jeu des mots.

Dans la boîte il y a des mots.

Les mots vivants.

Ceux qui disent la vie d’aujourd’hui

Et celle d’hier.

Ceux qui s’envolent à tire d’aile

A travers le monde

Ceux qui fusent un jour dans l’écheveau

Des réseaux.

Dans la boîte il y des mots.

Les mots vivants.

Ceux qui sont ordonnés de telle façon

Qu’on ne sait jamais vraiment

Si les phrases ainsi construites

Disent la vie

D’hier ou d’aujourd’hui

La vie vraie

Ou une vie imaginée

On ne sait jamais

Où se trouve la frontière de ça

L’imaginaire et le vrai

Ecrits dans la boîte

On ne sait jamais

Si le contenu de la boîte

Est le reflet de la mémoire

Il n’y a pas de clé.

La boîte à mots porte un nom étrange :

Clé USB

Clé : quel nom étrange pour une boîte.

Avec quoi ouvrira-t-on la clé ?

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Un petit bémol à la clé (Toltek)

Les clés cliquettent, les gonds grincent, l'huis bée. Des fleuves d'effluves fourbus m'assaillent.
Des tentures d'ombres tombent, sombres comme dans une tombe. La poussière sourd, pure, et suppure des murs.
Point de repos ici quand pointent les souvenirs.
Ma main moite serre le sésame qui m'a permis d'entrer céans. Ces deux clés que j'ai décelées,
collées scotchées dans un cahier d'écolier.
C'est dans feu son fauteuil flapi que flotte le faux fantôme, présence rance et dense qui
remet en transes le petit faon craintif que je suis redevenu.
Mon coeur est gourd, mes sanglots lourds, et je cours, sans détour, vers le jour, vers aujourd'hui loin des squelettes pourris.

Clés décelées, réminiscences descellées et larmes salées.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

06 juillet 2009

Prop'EAU-sition pour l'été

Où en sommes-nous :

MAP, shivaya-warduspor, Papistache, vegas sur sarthe, Oncle Dan, Walrus, Poupoune, Tiniak

Emaner_d_une_source

Posté par MAPNANCY à 17:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Clé de 68 (tiniak)

Nuage, sans visage et sans nom
tu forces mon admiration
je te contemple et je voyage
sur tes volutes de coton
je m'obstine à te reconnaître
à te nommer, à te faire être
monstre, divagation
en abusant à ton passage
mon imagination volage

Nuage, clé des songes
presse ma vue comme une éponge

Nuage, rêve en plein jour
donne à mon esprit libre cours

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :


La clé déchante (Poupoune)

On pataugeait depuis un moment dans cette enquête. Trois cadavres. Trois jeunes femmes salement massacrées, un même mode opératoire, pas le moindre petit bout d'indice. Pour la plupart d'entre nous, c'était notre premier tueur en série et on craignait de voir débarquer les profileurs et autres criminologues spécialistes de ci ou ça si on trouvait pas vite fait quelque chose... Les gars commençaient à se décourager quand on a reçu l'appel du légiste.

La victime numéro 3 avait une clé dans l'estomac. Tout laissait supposer qu'elle l'avait avalée volontairement... pour nous laisser un indice ? Probable... De toute façon on n'avait rien de mieux à se mettre sous la dent, alors on a planché là-dessus... Une clé. Qu'avait-elle bien pu vouloir nous dire ?

- Peut-être que le tueur est nain ?
- Tu peux développer, Momo ?
- Ben... je sais pas, j'me disais... clé, gardien des clés, passe-partout, nain... Une idée comme ça, quoi...
- OK... quelqu'un d'autre ?
- Le tueur serait musicien...? proposa Michel.
- Hm... parce que...?
- Euh... ben... clé de sol, clé de fa, tout ça...
- Ah. C'est Momo qui te l'a soufflée celle-là ? Bon, sérieux les gars, qu'est-ce qu'elle aurait pu vouloir nous dire avec cette clé ?
- Un lutteur ! Clé de bras...
- Arrête Momo ! Allez, merde...
- Un serrurier ?
- ...
- Non ?
- Ben si. Tu vois Momo quand tu veux !

On tenait enfin quelque chose. On a monopolisé toute la brigade pour éplucher les casiers de tous les serruriers de la ville. Incroyable le nombre d'anciens cambrioleurs à qui on confie nos clés, d'ailleurs... Bref. Tous ceux qu'avaient un passé louche, on les a serrés pour une raison ou une autre. N'importe quoi du moment qu'on pouvait les avoir sous la main, les cuisiner et surtout les empêcher de nuire... Bon, y a bien eu un ou deux dérapages et quelques arrestations largement abusives, mais c'était pour la bonne cause. Les gars étaient remontés à bloc, notre serrurier sanguinaire allait pas nous échapper... Et puis y a eu cette fuite et la presse l'a surnommé le tueur en serrure...

C'est ce jour-là que les gars de la scientifique ont fini leurs analyses et nous ont confié la fameuse clé...

- Patron ?
- Momo ?
- Finalement je suis pas sûr pour cette histoire de serrurier...
- Mais si Momo, c'était une bonne idée !
- Oui mais bon... 'fin... Regardez.
- C'est quoi ça ?
- La clé.
- Tu veux dire LA clé ?
- Oui.
- Une clé de douze ?
- Hm...
- Et merde...

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Clé de sol (Walrus)

La clef du succès, c'est la préparation, clamait-il partout.
Aussi s'était-il préparé soigneusement, des éléments-clefs jusqu'au moindre détail.

Le craquage du code de la porte d'entrée était un jeu d'enfant. Vous pensez, une clef à quatre chiffres !
Le programme de prise de contrôle de l'ordinateur était enregistré sur sa clef USB.
La bonniche enamourée lui avait fourni depuis des semaines l'empreinte de la clef du bureau (Facile, il lui avait dit qu'en cas de succès, il y avait,
à la clef, un séjour à Venise).

Tout s'était bien passé :
La clef électronique lui avait ouvert la porte.
La clef fignolée d'après l'empreinte lui avait ouvert le bureau.
La clef USB lui avait permis d'entrer dans le saint des saints de l'ordinateur.
Le vieux avait de l'ordre, tout était géré par mots-clefs.
Il en était arrivé au moment-clef du transfert et c'est quand il s'apprêtait à taper la dernière clef que le vieux lui était tombé sur le paletot (Maryvonne lui avait assuré qu'il était sourd, comment aurait-elle su qu'il était insomniaque).
Il avait eu un instant d'hésitation avant de saisir la clef à molette emportée au cas où...

Trop tard, en ex-judoka de haut niveau, le vieux l'avait jeté au sol d'un balayage magistral et immobilisé d'une douloureuse clef de bras.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

La clé (Oncle Dan)

On aurait pu croire que la petite dormait paisiblement mais sa tête faisait un angle mortel avec le reste de son corps.

Elle portait une robe de mariée.

Ses pieds disparaissaient au fond de chaussures à talons aiguille et le renard bleu autour de son cou était plus grand qu'elle.

Eglantine, rieuse et curieuse, adorait se déguiser avec les vêtements trouvés au grenier.

-- Je vous le jure, commissaire, gémit la gouvernante. J'ai trouvé la petite exactement dans cette position, à côté de ce coffret que je n'avais jamais vu auparavant.

-- Que me contez-vous là ? Bougonna le commissaire.

Il ruisselait de transpiration sans que l'on sache s'il devait son état à l'océan de perplexité dans lequel il était plongé ou à la chaleur suffocante des combles.

Le coffret avait été ouvert au moyen d'une petite clé en or. Sans doute par l'enfant.

Il ne contenait qu'un billet crasseux sur lequel était écrit à la plume d'oie dans une encre délavée par le temps « Malheur à qui libèrera la rivière ».

Personne n'a jamais résolu cette énigme.

Le médecin légiste qui réalisa l'autopsie disparut du jour au lendemain.

Peut-être à cause de la rivière de diamants qui coula de la main d'Eglantine lorsqu'il ouvrit son petit poing serré.

Mais il est le seul à le savoir...

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Où est la clé ? (MAP)

La fermière est en émoi !
Le double de la clé de la maison est introuvable !
– J’ai tout retourné pourtant ! J’ai vérifié toutes mes poches, les tiroirs de la grande table, ceux de la buanderie, l’étagère du hangar, j’ai regardé sous le paillasson, fouillé la cachette de  l’escalier, j’ai même remué les litières des moutons !!! Rien, rien !!! Elle est introuvable ! Elle était encore là ce matin, pendue à son clou !
- Oh, fallait le dire plus tôt Antoinette, -lui dit son fermier de mari-
figure toi que ce matin le petit Jacques me l’a demandée car il comptait rester plus longtemps aux champs avec nos bêtes  tellement il fait beau, et il ne voulait pas nous déranger en rentrant tard !
Conclusion :

Si tu ne veux pas d’ coup d’ théâtre
faut pas confier la clé au pâtre !
…………………………………………………………….

et pendant ce temps-là :

champs

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

05 juillet 2009

Prop'EAU-sition pour l'été

DSCF7162

Où en sommes-nous :

MAP, shivaya-warduspor, Papistache, vegas sur sarthe

Posté par MAPNANCY à 17:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]