01 octobre 2011

Le canard médecin (Mamido)

Canard médecin

Le patient est entré, il est passé rapidement devant moi, en disant : « Brrr, il fait un froid de canard, ici ! »

Puis, il a contourné mon bureau et s’est assis dans mon fauteuil.

« Alors, quoi de neuf, docteur ?! Que puis-je faire pour vous ? Je vous trouve la mine blême et le teint jaune… Mais asseyez-vous, asseyez-vous… Et dites-moi ce qui ne va pas. »

 

J’ai obtempéré, me percevant soudain comme un vilain petit canard dans mon propre cabinet médical.

 

L’animal avait l’air si sûr de lui, si à sa place à la mienne que je me suis senti brusquement patraque comme il me l’avait si bien fait remarquer. Et je me suis entendu lui demander, adoptant, dans mon inquiétude, la voix nasillarde du palmipède :

« Que me conseillez-vous, docteur ? »

 

« Je vous sens surmené. Vous êtes trop sensible à ce que vous disent vos patients à longueur de journée… Laissez glisser, laissez glisser… comme l’eau sur les plumes du canard ! » a-t-il ajouté, en ouvrant large le bec, hilare.

« Vous savez, faut pas vous biler, ce que disent ces gens, la plupart du temps, ça ne casse pas trois pattes à un canard. Allez, rentrez chez vous, installez-vous dans un coin (coin ?) tranquille, pour y lire votre canard préféré. Un bon petit café, un pousse-café, peut-être,  rien de tel que de tremper un canard pour vous revigorer et vous faire prendre la vie du bon côté… Demain, il n’y paraitra plus et vous pourrez reprendre le boulot ! »

 

Là-dessus, il m’a raccompagné jusqu’à la porte, m’a serré la patte et a crié : « Au suivant ! »

 

Sur le trottoir, je me suis dit que Michel Audiard se gourait en déclarant « qu’un canard* c’est plus con qu’un dauphin, d’accord… mais ça vole ! »

Celui- là était très intelligent et il m’avait piqué ma place.

 

 

  • J’ai triché avec la réplique de Michel Audiard, extraite du film « Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages », en fait c’est « Un pigeon, c’est plus con qu’un dauphin, etc… » Mais, avouez que « canard », ça allait mieux dans mon histoire, non ?

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


Quand je ... (MAP)

Quand je CAN, quand je -CANE

Quand je cancane

Mon bec a TEN, mon bec a -Dance

… il a tendance

A se COIN-cer !

Il faut me SOI, il faut me -GNER

… faut me soigner

 mon bon Docteur

sinon  SARBA-

 ma belle Cane

Va me lâcher !

Mon canard

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Mon petit canard (Ristretto)

Dans le quartier chic de Duck Key, le docteur Campbell  officiait paisiblement depuis dix ans.

Las de courir la campagne à toute heure du jour ou de la nuit, il avait choisi cet endroit paradisiaque de Floride  pour finir sa carrière.

 

Bien sûr, une certaine  monotonie s'était installée. Renouvellement d'ordonnances pour les personnes âgées, soigner les coups de soleil ou les dérangements intestinaux des touristes et aussi quelques  certificats médicaux pour les activités sportives dans les clubs alentour.

Un secrétariat externalisé lui prenait ses rendez-vous, et tous les matins il recevait par mail la liste de ses patients du jour.

Ce samedi un nom l'interpella à 14 heures M. Streicher. Un étranger de passage sans doute. Pourtant, il avait le sentiment de le connaitre. il refoula cette pensée ridicule et commença ses consultations de la matinée.

 Après un déjeuner frugal à la brasserie du Coureur Indien, juste au coin de la rue, il revint à son cabinet avec empressement. Une impatience inhabituelle le taraudait.

Il ouvrit la porte de la salle d'attente, surpris de n'y voir qu'un canard perché sur une des chaises, il s'apprêtait à rebrousser chemin lorsqu'il entendit  " Bonjour docteur Campbell, j'ai rendez vous à 14 heures, peut être suis je en avance ?"

 Se cramponnant à la poignée de porte, il inventoriait divers diagnostics  possibles " hallucinations visuelles et  auditives.. surmenage ? stupide il menait une vie régulière. Intoxication ? il avait diner hier au soir dans un restaurant japonais - le poisson ? les champignons ? .. " ..

 - Ne cherchez pas Docteur, vous êtes en parfaite santé dit l'anatidé. Je suis un canard savant. De fait cela peut surprendre un homme ordinaire, mais vous n'êtes pas un homme ordinaire cher ami.

Auriez vous la bonté de me recevoir, nous avons beaucoup de choses à nous dire.

 M. Campbell s'assit sans mot dire, étrangement détendu.

L'extraordinaire canard s'était posé sur le bureau, tout près de lui et lui murmura à l'oreille :

 - J'ai parcouru bien des kilomètres pour vous retrouver, papa !

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Le docteur (Venise)

Le Docteur :   « Vous n’êtes plus un gamin, personne n’a le droit de vous juger !!

Le canard (adepte de la méthode Coué) : « ça va marcher, ça va marcher, Je ne suis plus un gamin «

 Canard

Le Docteur : « Vous m’avez l’air confus vous avez bu ?

Le Canard : « juste une petite bière pour fêter l’événement. »

Le docteur : « vous n’avez pas besoin de vous dissimuler sous cette perruque Un canard vous êtes un canard vous resterez !! »

Le canard : vous parlez en spécialiste docteur en clignant d’un œil complice

Le Docteur : « fermez votre bec impur misérable succubes ! »

Le canard : je m’en vais !si on peut plus parler entre confrères

Le docteur (sue à grosses gouttes) : « difficile avec vous de poser un diagnostic !  Vous n’entendez pas les questions et celles que vous entendez vous ne les comprenez pas !! ! »

Le canard (jetant un verre d’eau à la figure du docteur et lui criant) : « Retourne en enfer toi et ta soutane !!»

Le docteur : vous m’avez bousillé le genou en me fonçant de sous espèce de crétin !!

Le canard : on aime plaisanter à mon âge c’est le retour en enfance !! Vous allez leur dire la vérité docteur,

Le docteur : « non ça va provoquer une panique générale

Le canard :  « ils vont tôt ou tard découvrir la vérité !

Le canard quitte le cabinet du médecin et tire sa révérence.

À la fenêtre le médecin le tire dans son viseur et  tire le canard.

Le médecin avait passé son bac avec un taux critique de 75% d’impasse sur l’échelle des glandeurs, mais c’était un tireur d’élite et Noël  arrivait bientôt.

Au repas de Noel Madeleine la compagne du médecin glandeur lui dit : Mais qu’est ce qui t’as pris ? c’était un patient !

Le Médecin ouais ! je ne pouvais pas prévoir la prothèse !!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2011

Défi #161

C'est JOYE, notre Iowaienne préférée qui nous propose ce 161ème défi :

Vous êtes médecin.

En ouvrant la porte de votre cabinet,

vous découvrez que votre prochain patient

 est un canard savant.

CANARD

*

Prenez rendez-vous à

samedidefi@hotmail.fr

Le docteur examinera vos envois par ordre d'arrivée ...

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


Pour le défi #160

Déjà arrivés à tire d'L :

Ailes

Venise ; Joye ; Droufn ; Flo ; Vegas sur sarthe ;

titisoorts ; Ristretto ; EVP ; PHIL ; MAP ; Vanina ;

Walrus ; KatyL ; Joe Krapov ; Lorraine ; Mamido ;

Sebarjo ; trainmusical ; Martine27 ; Adrienne ;

 Célestine ;

Posté par MAPNANCY à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

La bal(l)ade d'Oscar et Rosa (Célestine)

 

C'est un matin de pluie brillante que Rosa rencontra Oscar.

C' était un horloger du Bronx, il ressuscitait les pendules

Et les mélodies arrêtées des réveil-matins détraqués

Elle étudiait la politique à l'université du coin

C'est un matin de pluie changeante 

Que ces deux là se sont connus

Il est des hasards lumineux comme des épis de soleil

 

C'est une après-midi brûlante à NewYork au mois de juillet

Que le timide Oscar osa

inviter pour une balade

Rosa aux cheveux flamboyants

Et Rosa a suivi Oscar dans Central Park bruissant de brise

il avait laissé ses horloges pour aller s'asseoir sur un banc

Elle oublia un peu ses livres

Dans le regard incandescent du réparateur de pendule

C'est une après midi brûlante

Qu'Oscar a emmené Rosa

 

C'est une nuit de pleine lune au dessus du pont de Brooklyn

Que dans sa minuscule chambre Oscar a regardé Rosa

leurs deux cœurs battaient la chamade

au son de trois cent vingt tic-tacs

Le satin de leur peau luisait aux néons des publicités

Oscar chantonna sa ballade

A la belle aux yeux étonnés

C'est une nuit de pleine lune 

Qu' Oscar et Rosa ont juré

 

Qu'ils ne se quitteraient plus jamais.

PONT

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

Participation d'Adrienne

 

Dans La ballade de Florentin Prunier, personne ne se balade.

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

Balade dans le grenier des souvenirs (Martine27)

Je me suis endormie et je suis partie en balade dans le grenier de mes souvenirs. Un grenier qui n’en finissait plus et dans lequel j’ai pris plaisir à fouiller dans les coins et recoins.

J’ai pu y entendre de nombreuses ballades nostalgiques, amusantes, terrifiantes, toutes ces musiques me replongeant dans un petit coin d’enfance.


·         Un escalier vertigineux pour la toute petite fille que j’étais

·         Un affreux nain grimaçant dans le grenier

·         Le goût piquant des mistrals

·         La langue irritée par les roudoudous

·         La peur d’avoir l’estomac collé si j’avalais un chewing-gum

·         Une patinette écrabouillée par la grande échelle

·         La douceur et les griffes acérés des chatons de ma chatte

·         Les baisers mouillés et piquants des amies de ma grand-mère

·         L’odeur de la compote de pommes

·         La sirène d’alerte de la caserne

·         Les vieux patins à roulettes réglables

·         La cour de récréation cernée de grands murs

·         L’émerveillement d’entendre parler une poupée

·         Le sifflement de la corde à sauter

·         Les doigts pleins d’encre violette

·         L’odeur de la craie qui s’envole sous l’éponge

·         Le frottement du papier de verre en fin d’année sur les pupitres

·         Le plaisir de préparer de la bouilli-bouilla pour mes poupées

·         Le choc des osselets de métal sur le creux de ma main

·         Le cliquetis des billes s’éparpillant dans la cour

·         La difficulté de déposer des décalcomanies sur une feuille et le bonheur du devoir accompli lorsqu’ils étaient bien collés

·         Les grosses bulles de malabar

·         Les petits caramels à 1 centime

·         La douleur de voir s’éteindre mon cochon d’inde

·         La capote noire et le bâton de l’agent de police qui me faisait traverser la rue

·         L’orgueil de voir son nom sur le tableau d’honneur

·         La vérification journalière de l’absence de monstre sous le lit

·         Le bonheur de choisir un livre pour la remise des prix

·         Le tract de chanter la Marseillaise à cette même remise de prix

·         Les cuisses et les mains échauffées pour l’escalade de la corde mais la fierté d’en toucher le haut

·         La petite angoisse pour la première traversée de piscine en solo et sans bouée

·         S’envoler sur la balançoire

·         Rager sur l’exercice de calcul

·         Et s’endormir en serrant Minet et Minette !

Aurais-je par hasard rencontré certains d’entre vous lors de cette balade ?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Ballade – Défi – Balade (trainmusical)

Je suis tombé sur le défi 160 lors d'une balade.
Afin de papoter de balade ou de ballade ;
Seulement ce n'est pas clair, car plutôt une salade,
Tel me demander de concocter une roulade.

Ces poseurs de ba(l)lades
Qui passent leur samedi  dans une escalade,
Vraiment un drôle de peuplade,
De quoi me rendre malade.

Cogiter sur balade ou ballade,
Pour vous une rigolade,
Chez moi point une poilade;
Je préfère causer marmelade.

De peur de recevoir une enfilade,
Amis du Défi, je vous fait l'accolade,
Et je file m’enivrer de goulade,
En écoutant de Chopin une ballade.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :