27 février 2010

L’olivier remplit son temps. (enfolie)

Le fameux Olivier, va ! 

Un jour il est né, les pieds coincés dans la terre en tentant, à chaque moment, de s’envoler le plus haut possible pour pouvoir éparpiller sa vision. Il semble tellement s’ennuyer, qu’il n’a pas d’autre choix que d’être très créatif. Ses vues délirent au fur et à mesure du temps qu’il passe à nos côtés. Il nous observe, nous étudie et arrive quelques fois à une conclusion rudimentaire sur notre existence si perturbante pour lui.

Son regard perçoit notre main qui le rend peureux. Cette main est parfois si méprisante pour lui, si agressive et nuisible envers lui. Épisodiquement, heureusement, il sait que nous lui sommes avantageux aussi. Il doit se libérer de ses nombreuses créations d’olives. Là, le joli petit arbre est heureux de nous les offrir, ce qui semble nous rendre joyeux de les avaler. Joli Olivier, il essaie d’analyser notre corps pour voir ce que ses petites filles deviennent dans notre estomac. Il reste perplexe… elles tournent dans tous les sens dans notre corps. Et puis ? Nous rendent-elles créatifs ? Que sont elles devenues ? Il ne les voit pas sortir de notre corps…. par où ? Comment ? Notre corps lui apparaît  fini après nos intestins… L’olivier n’est pas suffisamment observateur, ou un peu trop timide à mon goût. Il ne voit qu’une espèce de chapeau qui nous coupe en deux. Que sont elles devenues ses petites Olives ? Il nous aperçoit comme les inventeurs de ces chapeaux si bizarres. Mais il y en a tellement ! Autant que ses accouchements d’olives. Ces chapeaux ne peuvent être que la transformation de ses jeunes filles. Pauvre Olivier, le voilà bien déçu de l’œuvre que nous accomplissons avec ses olives. Elles lui semblent tellement inutiles ! Des chapeaux !!! 

Olivier ne peut en conclure que notre vie est bien inutile sur cette planète. Nous lui semblons tellement égoïstes pour rien. Il aurait préféré que ses olives tombent tout seules parterre et repoussent bien plus souvent. La planète serait tellement plus agréable et moins stupide à contempler ! Grâce à ça, sa vision aurait pu être bien plus large avec le temps.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


Le secret du cachet (Joye)

Olivier


Olivier commençait à trouver le temps un peu long dans le placard de Poupoune.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

Le syndrome du père noël (Venise)

L’eau montait de toutes parts et personne ne se souciait du tableau.

J’en profitais pour m’esquiver le tableau sous le bras. En remontant la vallée vers le sud, je vis bien que la toile avait pris l’eau ; elle avait un drôle d’air. Le personnage central avait perdu son chapeau et une petite voix me criait : « À partir d’aujourd’hui toutes tes journées seront belles.»

L’homme nu surgit hors de la toile un chapeau à la main ; il quitta son perchoir et dégringola le sentier à ma rencontre. Il me salua et fit mine d’approcher.

Son seul luxe et sa pudeur, c’était ce chapeau qui masquait son sexe.*****

Ce rêve, à bien des égards, Venise, parle de votre relation complexe au père noël, dit le psychanalyste.

Nous terminâmes notre séance. Le psychanalyste s’approcha du porte manteau. Avec humilité, il prit son chapeau et sortit à moitié nu les tripes à l’air sous les rayons de juin en chantonnant : « Ils  ont des chapeaux ronds vive les bretons. »

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2010

Ont travaillé du chapeau

modiste2Venise ; Joye ; enfolie ; Flamm Du ; Vegas sur sarthe ; Captaine Lili ; MAP ; Lorraine ; Sol-eille ; Riri ; Walrus ; Sebarjo ; Adrienne ; Didier ; Flo ; Papistache ; Oncle Dan ; Claudio ; Tiphaine ; rsylvie ; Zigmund ; Kloelle ; Vanina ; Jaqlin ; Caro_Carito ; Berthoise ; Poupoune ; Joe Krapov ; boitagants ; trainmusical ;

Posté par Walrus à 10:51 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

20 février 2010

Le défi #95

tiphainedefi
Cette semaine,

   c'est Tiphaine
      qui défie
         notre communauté...

Quel texte
      cette image
            nous inspirera-t-elle ?

Envoyons notre participation à :
   samedidefi@hotmail.fr
      pour publication
         samedi 27 février
            à 00 h 01.

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


L'arc-en-ciel (Jaqlin)

Jaqlin3

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Citations colorées emplies de sentiment (Joe Krapov)

Les sinistres racistes s’arrêteront-ils de broyer du noir un jour ? (L’oncle Tom et l’oncle Bens)

090503_001

Elle a beau être plus fière qu’un bar-tabac, elle n’a aucun mérite, pas même agricole : c’est naturellement que la carotte est orange. Maintenant, si on veut savoir pourquoi elle est rouge à l’entrée du débit, pour moi, c’est un mystère. (le maréchal Pétun)

090503_001

Soit, les nobles ont le sang bleu. Mais de quelle couleur devient-il quand ils sont rouges de colère ? (Viollet-Leduc)

090503_001

- Comment vas-tu ce matin ? » demande Paul McCarmin.
- I feel fine » répond Jaune Lennon.
(tiniak in “George Arraisonne le sous-marin jaune sous les combles »)

090503_001

C’est en s’habillant de vert Véronèse
Qu’on peut se sentir tout à fait à l’aise.
(Blaise Pascal)

090503_001

Après avoir enflammé le cœur d’amadou d’Amadeus,
Constance a amadoué La Fontaine.
(Christine Lagarde et Christine Michard)

090503_001

Le jardinier du roi, s’il a des soucis roses, doit il avoir les foies ?
(Le Nain)

090503_001

Le noir et le café au lait ne sont pas sa tasse de thé :
le raciste en a ras le bol !
(L’ami Ricoré)

090503_001

L’avocat est marron ou le juge est un bleu,
Toujours les innocents sont frappés de stupeur
Et le parquet reluit qui brosse avec fureur
Dans le sens du pouvoir. Que voulez-vous de mieux ?
(Racine in « Les Plaideurs »)

090503_001

Lorsque le vent fouette le pays bleu lavande
La cigale prend l’air :
Elle devient gracile.
Le poète s’émeut :
Le félibre est fébrile.
(Mistral)

090503_001

On est toujours très étonné, lorsqu’on épluche la liste des couleurs de Wikipédia, de voir qu’il existe une couleur « beurre frais » pour les gants mais pas de couleur «fromage avancé» pour les chaussettes.
(La mère Denis)

090503_001

Quand une aubergine vous met une prune on est toujours à deux doigts de lui envoyer une pêche, on fait flèche de tout bois, on devient irascible, on voudrait l’atteindre. (Robin Hood)

090503_001

La feuille morte ne sait jamais sur quel pied danser ;
Les escargots qui vont à son enterrement non plus.
(Prévert)

090503_001

Bien malachite ne profite jamais mais le bleu canard qui bleu barbeaute est le bleu roi du bleu pétrole. (Oncle Picsou)

090503_001

Si le jaune moutarde te monte au nez quand le dentiste vaniteux
ramène sa fraise, dis lui d’écraser sa banane
(Tarzan content, payé rubis sur l’ongle. Zoulie pacotille, Missié !)

Esprit d’Hergé période Tintin au Congo, sors de ce corps !

090503_001

Quand on est indécis, l’indigo et l’autre :
« N’y va pas ! » (L’âne de Buridan)

090503_001

Ne te fais pas de mouron, jaune canari ! (Grosminet)

090503_001

De l’audace ! Toujours de l’audace ! Il faut albâtre le fer quand il est chaud sinon on se retrouve très vite bleu charrette ! (Danton)

090503_001

L’éléphant est d’humeur acariâtre quand il fait un temps gris souris. (Hannibal)

090503_001

Je ne trouve pas safran qu’on ne veuille pas me dire
qui a cassé ce vase ! (Clovis)

090503_001

Quand quelque chose cloche à l’abbaye,
le rouge cardinal a le bourdon. (Richelieu)

090503_001

- Le caméléon n’aime pas l’arc-en-ciel. Je répète :
Le caméléon n’aime pas l’arc-en-ciel ». Boum !
(Le capitaine du Rainbow Warrior)

090503_001

Devant la cuisse de nymphe émue, l’asperge éberluée entre en effervescence et se pousse du col pour toucher l’azur clair.
(Joe Krapov)

090503_001



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

Boîte de rayons de couleurs (Zigmund)

"- Dis donc zig, j'ai pas encore vu ton nom sur samedi défi pour la consigne #94, c'est normal çà ?
-écoute, Joye, ce coup ci, j'ai grosse flemme , je jouerais bien "samedi zig se défile"...(samedi défile en quelque sorte !)
- tu plaisantes j'espère, un sujet comme çà,  la couleur,  si tu  ne relèves pas le défi je vais faire les gros yeux !
-tu vas avoir du mal, sur internet, c'est pas simple...(et puis de quelle couleur ils sont tes yeux ? verts I presume...)
-arrête de  noyer le poisson !
-tiens à propos de poisson je pourrais raconter les perches arc en ciel que Johnny, mon beau père pêchait dans la rivière toute proche , elles étaient bien jolies mais n'avaient aucun goût...

bon  ben voilà c'est fini j'ai traité les couleurs de l'arc en ciel, regarde j'ai même une photo d'arc en ciel humain.arc_en_ciel
-tu ne t'en tireras pas comme çà, Zig,  au boulot."

(Bon OK mais vite fait alors. et zut ! en plus, y veulent du sentiment les défiants !)
- Voici l'encre violette de mon enfance, que j'utilise encore dans mon stylo plume.Et surtout voici  les violettes de Toulouse , cristallisées dans le sucre, friandise honnie  des diététiciennes...hum !

violettes
-Indigo çà existe çà ?(sentiment d'incrédulité ...)
-Bleu :  depuis  trois ans je suis en froid avec cette couleur. 
-vert : non, pas les arbres, ni la pelouse, ni même le printemps, c'est le souvenir de ma thèse : la moitié de la population adulte de la région défila devant mon appareil photo et son filtre vert destiné à mettre en évidence les fibres du nerf optique.(et mon sujet de thèse se modifia au bout de quelques centaines de photos...sniff !)
c'est aussi la couleur qui pose problème à mon fils daltonien... (tiens pour meubler je vais mettre un test
de Lanthony et d'Ishihara)

lant_ish

 

-jaune : c'est jaune et çà ne sait pas... (non, ne râle pas Joye ! ) évident  : jaune c'est chez moi : les volets de l'Escale sont jaunes. Ils étaient d'un très laid jaune fluo quand nous avons acheté la maison. Avec le temps, le jaune est passé , très  passé. Dilemme au moment de choisir la nouvelle couleur : nous changerions bien, mais  le nuancier  officiel de la région oscille entre le blanc sale , le gris souris avec quelques incursions vers le beige beurk; oser un vert non répertorié m'aurait exposé à des ennuis. Par contre,  j'ai le droit de renouveler le jaune, d'autant plus que dans la région, l'Escale est surnommée "la maison aux volets jaunes".(c'est la seule à avoir osé le sacrilège à deux pas d'un château médiéval)
Étude du nuancier...choix ... Depuis la maison illumine le quartier par son  "tournesol pétant", au début les gens étaient saisis, puis tout le monde s'est habitué y compris les fonctionnaires tatillons qui auraient pu me chercher des poux dans la tête.

PICT0036

-Orange  ( j'arrive au bout...) ce sont les fruits de l'arbre de mon enfance méditerranéenne, ces oranges amères retrouvées  lors d'un voyage à Séville,  elles jonchaient les rues de la ville en attendant d'être ramassées. Je me souviens de l'odeur de la confiture d'oranges amères, la texture de ces fruits "hostiles" immangeables tels quels avec leur peau épaisse. Ce seul souvenir embue mes lunettes d'un nuage d'émotion.

- Le rouge est pour moi symbole de révolte, il m'évoque les drapeaux d'un mai adolescent, la grève et les manifestations, et plus tard la rose rouge de tonton. Enfin, plus consensuel le dragon rouge du nouvel an chinois, le rouge restant un fort symbole de bonheur en Asie.

drag

   
Joye, viens voir j'ai fini !  Tu crois que je peux l'envoyer comme çà mon défi ? 

 

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Jeu des sept couleurs (Captaine Lili)

lili1

Dans la famille VIOLET, je voudrais le sentiment… Tu sais, celui qui…

La danse d’un cœur qui bat ! Doux comme une jolie nuisette. Chaud comme un velours. Savoureux comme une tarte aux quetsches. Tu vois ?


lili2


La flamme, le ciel, l’eau : le bleu embrasse l’émerveillement et les larmes. Et les mots qu’on dit avec les yeux. Et les yeux qui voient l’encre des mots.Alors dans la famille BLEU, je voudrais l’émotion. Le regard poète.


 

lili3

Dans la famille VERT, je voudrais le plaisir ! Le thé, l’herbe, la pomme croquée. La grenouille et le bonbon à la menthe. A la tienne !

lili4

Dans la famille JAUNE, je voudrais… cette fêlure où l’éclat de rire rejoint le sanglot. Cette étrange frontière entre la fratrie et le cimetière.  Entre les jeux et le vide. Cet instant incompréhensible qui mue les jonquilles ramassées sous la neige en fleurs jaunes lancées sur le bois d’un cercueil. Et ce sourire d’enfance qui reste pourtant.

lili5


Dans la famille ORANGE, je voudrais l’excessif. Le feu qui n’a de cesse de transformer les citrouilles en carrosses. Le soleil coûte que coûte. La passion vitaminée.








lili6




Dans la famille ROUGE, je voudrais… la séduction. La gourmandise des sens, des fruits à croquer. La couleur sur les lèvres. Une robe coquelicot qui vole au vent, aux pas.



lili7



Dans la famille ROSE, je voudrais la douceur. Légère comme un pétale, tendre comme un doudou. La nacre de l’apaisement.

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

La bande sombre d'Alexandre (Alice)



Rouge vermillon émerveillé
Rouge cinabre glabre
Rouge grenade dégoupillé
Rouge écarlate écartelé
Rouge garance carencé
Rouge pourpre prépubère
Rouge éosine je n'ose…

Alexandre, sombre, bande…

Rouge vermillon émerveillé
Rouge cinabre glabre
Rouge grenade dégoupillé
Rouge écarlate écartelé
Rouge garance carencé
Rouge pourpre prépubère
Rouge éosine je n'ose…


Remarque pour ceusses qui voudraient s'instruire à propos de "la bande sombre d'Alexandre" : entre le premier et le deuxième arc-en-ciel , une bande plus sombre apparaît . Cela correspond à la zone de la goutte d'eau comprise entre l'angle de 42° caractérisant la fin du premier et l'angle de 50° caractérisant le début du second . Cette bande intermédiaire, où il y a déficit de lumière, a été appelée la "bande sombre d'Alexandre", en l'honneur d'Alexandre d'Aphrodisias qui la décrivit le premier .

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :