29 mars 2010

100mots (rsylvie)

   

Ça m’est soudainement passé par la tête… un souvenir de jeunesse.

Tel un courant d’air pure, vivifiant comme la fenêtre du salon quand elle s’ouvre, aussitôt la leçon de piano terminée.

Je suis bien aise, j’ai ma mie auprès de moi.

La tête sur son épaule, je sens le souffle chaud de son cœur battre délicatement.

Le nez au creux de sa gorge, je goutte au délice du rythme lent de sa poitrine, qui entrouvre régulièrement la boutonnière de son petit chemisier à fleurs bleues.

Pour rien au monde, je n’ouvrirais les yeux.

De peur de voir s’enfuir mes rêves.

   

   

Posté par Old_Papistache à 17:26 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


100 mots (rsylvie)

   

cent mots pour le dire

sans mot pour te dire,

100 maux à vomir.

Bien mal lui prit.

ça brûle, elle gémit.

Le mauvais œil… elle est maudit

…de jolies dentelles, tendresse,

Du miel pour caresse,

Sous l’ombrelle, elle paraisse.

Puis au printemps venu, fleurit belle eidelwess.

Mais trop jolie, petite princesse

Porte un masque pour cacher sa faiblesse.

Derrière la beauté, la douleur d’un cœur malheureux.

Derrière le maquillage, l’enfant miséreux,

Sans mot pour te dire :

« Je t’aime d’un amour si grand,

Que même cent mots ne seraient suffisant

Pour te dire, combien je t’aime tant ».

   

   

Posté par Old_Papistache à 17:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

100 mots (rsylvie)

   

Une fois de plus il s’est fait prendre au doux jeu de la séduction facile.

Lui, simple passant d’un soir qui n’ose lever les yeux, de peur de ne pouvoir résister.

Elle, frigorifiée dans une guêpière de piètre qualité, le sourire engageant, lui annonce la couleur.  

150 tu t’rinces l’oeil, 200 la bagatelle, 500 la nuit est à nous ».

Il a tout pris, son corps et son âme.

Dehors il fait déjà jour… pas le temps de se retourner,

au loin des sirènes hurlent à la mort…se cacher et attendre la nuit.

Sur sa joue glisse une larme.

   

   

Posté par Old_Papistache à 17:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

100 MOTS POUR FREMIR (Lorraine)

Frémir? Mon cher ami, je frémirais pourquoi?
Certes, vous êtes beau, certes, vous me plaisez
Mais cessez d’affirmer d’un petit air narquois
Que je suis frémissante...et que vous frémissez!

Vous allez calmement me conduire à ma table
N’effleurez pas mon bras, je vous prie, laissez-moi
Car votre entêtement devient insupportable
Et me ferait frémir...Je dis n’importe quoi!

Qu’insinuez-vous donc au creux de mon oreille?
Que j’ondule en marchant? Et que vous frémissez?
Frémir, toujours frémir! Votre voix s’émerveille
De ce frémissement...Bon, en voilà assez!

Oui, je frémis un peu. Beaucoup serait sincère...
La nuit est incendiaire...

 

Posté par Old_Papistache à 17:17 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Cent sent le sens sans tralà-lit trala-las…. En folie

Devant la télé allumée sans désir, yeux illuminés de bêtises, tête époustouflée par le sang vivant dedans, le nez sent des clopinettes un peu endommagées, les poumons font tousser la gorge qui s’en moque, les doigts se lancent en tapage sur des lettres, les orteils s’amusent à se caresser l’un à l’autre, les oreilles se concentrent plein d’espoir vers une journée bien bruyante, l’idée compte les mots jusque cent et s’amuse à ne rien dire de bien malin dans cette matinée pleine de sourires s’amusant devant la pluie sans points utiles.

Posté par Walrus à 10:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


Défi 100 (Sebarjo)

Des Mots de ci de là,

Morte-saison et Mosaïques (Sebarjo)

 

 

Jetés de ci de là,

Ces quelques mots griffonnés

Sur de vieux papiers chiffonnés

Pour en faire des feux de joie.

 

Des mots vivants inflammables

Loin des mots ribonds invivables

Et des mots zaulés, des mots notones !

Non, des mots incendiaires autochtones.


Des mots pour faire dure le plaisir,

Pour prolonger la partie et ne plus partir,

Modelés, mots de l'âge infini,

Sans mots dulés, vieilles momies.


Ramassés de ci de là,

Les mots de défi sans dédain,

Les mots (r)alités, mots (r)aux rats

Les mots nomaniaques des lendemains.

 

Posté par Walrus à 09:14 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Cent mots pour faire peur (Joye)

Bouh !

Au secours !

Au feu !

Haut les mains !

Je vais tout dire à maman.

Quoi que tu fasses, ne lâche pas prise !

Le président a été abattu.

Le Dr. Martin Luther King est mort.

Il y aura un examen demain.

Il n'y a plus d'argent.

C'est une leucémie, ma chérie.

Il va falloir faire faire des tests.

Il faut absolument qu'on l'enlève.

Il y a eu un accident.

Il faudra qu'on se parle.

Ton papa est mort.

Bush a été élu.

Ce matin à huit heures quarante-six, un avion.

Posté par Walrus à 08:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Défi 100, déficient tout compris. (Enfolie)

Facile non ? Cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent cent défis est un déficient en file ! Hum, il est tard…

Posté par MAPNANCY à 00:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

28 mars 2010

BRAVO (Joye)

Le recyclage estde rigueur
Pour sauver la planète
Je raccommode une petiteode
À publier, refaite,
Ces quelques mots
Des bas, deshauts,
Disent « bravo » tout net :
SENSATIONNEL !
EXCEPTIONNEL !
Et FANTASTIQUE TOUT ROND !
SUPERBE ! IMMENSE!
VRAIMENT INTENSE !
TALENTUEUX ! PROFOND !
C'estMAGNIFIQUE !
C'est GÉNIAL !
C'est PARFAIT ! OUI ! C'EST ÇA!
C'est BEAU ! C'est BIEN !
C'est CARTÉSIEN !
ON ENRESTE  BABA !
EXCELLENT !
ÉPOUSTOUFLANT !
FAMEUX  ! SUPER !  EXQUIS !
RAVISSANT !
STUPÉFIANT!
DE BEAUTÉ TOUT REMPLI !

Posté par MAPNANCY à 22:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Berthoise

Le compte à rebours sur le ring me rappelle que j'ai touché le sol. J'ai
vu ma mère, les anges et les cloches. J'étais prêt pourtant. Dans le
coin, je sais le soigneur qui piaffe. Je sens le puncheur aux poings
d'acier qui tourne autour de l'arbitre en espérant que l'étoile que je
forme sur le tapis ne se relèvera pas et ne ternira pas l'éclat de sa
victoire. J'entends les cris des spectateurs. J'ai un goût de sang dans
la bouche. Mes oreilles bourdonnent et viennent masquer la voix de
l'homme en noir. Il faut compter. Comptons. Trente-six chandelles.

Posté par MAPNANCY à 21:28 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :