25 août 2018

Arc-en (-tre)-ciel (et terre) (Laura)


Arc de couleurs
Comme un bonheur
Après la douleur

Entre air et terre
Entre soleil et grisaille
Entre ombre et lumière

Entre air et eau
Comme un cadeau
De là-haut

Entre air et feu
Un surgissement lumineux
Qui saute aux yeux

Entre eau et terre
Comme des larmes
Séchées  par une mère

Entre eau et feu
Faire le vœu
D’être toujours deux

Entre air et feu
Un peu
Comme un incendie des cieux

Entre feu et terre
Comme une étincelle
Entre matière et rêve

Arc-en-ciel
Une merveille
Entre terre et ciel
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


L'arc-en-ciel pour les Nuls (Vegas sur sarthe)

 

Un arc-en-ciel est une illusion d'optique formée de trois mots reliés par des traits d'union et de sept couleurs qui forment un arc dans le ciel d'où son nom.

Pour l'observer on a besoin à la fois de pluie et de soleil et donc d'un parapluie, d'un parasol et de deux yeux au minimum.

On dit qu'un arc-en-ciel est beau mais au bout d'un quart d'heure d'observation tout le monde s'en fout comme c'est le cas pour toutes les choses qui durent trop longtemps c'est pourquoi il ne dure jamais longtemps.

Aristote n'y voyait que 3 couleurs quand plus tard Plutarque en voyait quatre alors que Newton qui en voyait six en a rajouté une septième - l'indigo - pour faire le malin et pour correspondre aux sept notes de la gamme.

Plus tard ces sept notes permettront de créer la chanson mythique Over the rainbow et ses paroles inquiétantes comme « Quelque part au-delà de l'arc-en-ciel Là où les soucis fondent comme des sorbets citron volent des merles bleus » (Fin de la fumette)

 

L'arc-en-ciel en noir et blanc n'existe pas sauf pour les observateurs atteints d'achromatopsie.

L'ordre des sept couleurs se retient grâce à un moyen mnémotechnique comme celui-ci : Regardes Obélix. J'ai vu bataille ici. Va, soit Rouge Orange Jaune Vert Bleu Indigo Violet.

A noter que cela fonctionne bien avec Obélix mais pas avec Asterix.

 

Pour observer un arc-en-ciel de nuit à la lumière de la lune on a besoin à la fois de pluie et de lune et donc d'un parapluie, d'un paralune et de deux yeux au minimum. Les anglais l'appellent « moonbow » car ils ne savent rien faire comme tout le monde.

On peut créer soi-même son arc-en-ciel en arrosant son jardin ; pour cela il faut se munir d'un jardin, d'un arrosoir, se tenir le dos au soleil en arrosant en pluie fine ; on peut aussi arroser n'importe quoi ou n'importe qui.

Quand l'arrosoir est vide, on le plaint car l'arc-en-ciel se termine et cette chronique aussi.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

18 août 2018

Défi #521

 

Bruxelles septembre 2005

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mariez-vous (petitmoulin)


Aux grandes mains du désir
Qui caressent à voix vue
Le corps ne ment pas

Aux lèvres turbulentes
Tous les baisers
Les mots murmurés

Et le silence

Les sommeils tressés
Les rêves enlacés
Aux plus hautes ramures

Au premier pas de l'aube
L'étreinte frissonnante
Invente ses couleurs

Mille fois mariés

Les sentiers se souviennent
Des soleils brûlants
Et des fraîches fontaines

Éros et Thanatos
Brutalisent les souvenirs
L'absence défigure les nuits
Demain
Un croissant de lune
Décrochera le rire
Endormi
Au cœur de la douleur

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,


Une vie à deux par bongopinot

bo



Ça sent bon le café
Je m’en sers une tasse
Quelques bonnes gorgées
Petits instants fugaces

Sur cette tasse voyez-vous
Est écrit une citation comme un vœu
« Pour être heureux Mariez-vous »
Espérons que vous serez chanceux

Car rien n’est jamais gagné
Mais si vous trouvez la bonne personne
Qu’importe les années passées
Tant que vos cœurs toujours résonnent

Cette phrase vraie ou pas quelle importance
Le principal étant d’être bien dans sa vie
Aimer et être aimé est une chance
Profitez de ces moments amis

Je vous souhaite tout l’amour
De vos conjoints ou compagnons
Donnez leur votre affection en retour
Pour de beaux moments à l’unisson

Car en binôme tout est plus facile
Pour partager les intervalles de bonheur
Coupés par tous ces moments difficiles
Et pouvoir vieillir à deux en douceur

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

Les roses blanches (Emma)

 

em

Chante, petite caille, te voici parée pour l'offrande, corsetée pour la vie…

Plus jamais tu ne courras échevelée dans les chemins printaniers, plus de genou qui saigne, plus de brassées d'aubépine, plus de jeux avec les garçons du village. Plus de vélo au bord de la mer, plus de marelle, plus de fous rires.

Ta vie n'est plus à toi.

Chante, petite caille, te voilà prête à rôtir sur le bûcher des conventions…

Content qu'il est, ton papa ! 

De te caser, et d'une, il a quatre filles, le pauvre ! Et surtout de l'union de sa scierie avec le domaine forestier de beau papa.

Chante, petite caille, pour ta mère adorée.

Regarde là, c'est toi dans vingt ans, couperosée, et vingt kilos de plus. Sept enfants aussi. Dont ce crétin de Sven qui croit que tu ne le vois pas ricaner.

Elle aussi avait la taille fine, ta maman, il y a vingt ans, à cette même place, où elle a chanté "quand passent les cigognes" pour la dernière fois.

Pépé, c'est pas seulement "les roses blanches" qui l'émeuvent, il ne supporte pas la musique en général, ça lui rappelle toujours quelque chose. Il a versé des torrents de larmes quand l'oncle Gustav, déjà bien éméché, alors qu'on n'en est pas encore aux alcools forts, a entonné "la cantinière a du poil aux pattes ".

Heureusement qu'il ne se souvenait plus des paroles. Tous les vieux ont alors repris en chœur "Pom pom pom" pour couvrir sa voix. Et depuis Pépé se liquéfie, lui qui a servi dans le 13ème régiment de Uhlans.

Si tu te retournais, petite, tu verrais l'avenir dans le miroir magique…

En grand uniforme, ton joli mari à la fringante moustache blonde, souriant sur le piano dans un cadre doré barré d'un crêpe noir. Lui que tu aimeras vraiment, bien que ce ne soit pas gagné au départ…

Et puis ta petite fille, enterrant sa vie de jeune fille, braillant "les roses blanches" avec ses copines, sur les genoux d'éphèbes mercenaires… avant un mariage d'amour, qui durera trois ans…

Ne te retourne pas, et chante, petite, le champagne pétille !

peinture de Gunnar Berndtson : la chanson de la mariée

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Erratum (Walrus)

 

Une faute de frappe s'est malheureusement produite lors de la fabrication des décalcomanies. Veuillez lire :

Pour être heureux
Marrez-vous

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

En stage (Kate)

En stage

À Valsent-les-Orages

Un très court stage

À Brisées-les-Assiettes

Le temps d'une allumette

À Enchaîne-Emoi

Pas plus d'un mois

À Dire-Amen

Moins d'une semaine

À quelle heures tu rentres

La balle au centre

À Où-tu-vas

Je ne sais pas

 

À tous les lieux mythiques

Il y a un hic

Et Dis-moi-Tout

Ne me dit rien du tout !

 

IMG_20180814_080754_resized_20180814_080959309

 

Bonheur-Intérieur (Terre), août 2018, photo de l'auteur

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

Les étoiles du bonheur (maryline18)

 

Où partent les étoiles quand l'amour prend les voiles ?

Quand les remords se régalent des coeurs mis à mal ?

Elles perdent leur éclat, se diluent sans fracas

Dans une mer sans joie, sombre et sans émoi.

Les doux yeux des mariés ont cessé de rêver,

La lune a épuisé tout son nectar sucré.

l'extase les a quittés, les laissant naufragés,

Sur une île sans fleur où ils errent, fatigués,

Rassemblent des bûches et se réchauffent en brûlant

Leurs belles âmes d'enfants pour devenir amants.

Sans le parfum des fleurs, à quoi sert l'odorat ?

A humer la sueur de leurs tristes ébats...

Sans la beauté des roses, de l'abeille qui se pose,

Son humeur est morose, fleur à peine éclose...

Le poète s'est enfui, prenant avec lui

Les aurores irisées des matins sublimés ,

Les échos triomphants de leurs deux coeurs battants,

Leurs rires montants au ciel, vibrants et légers.

Lourds comme des oiseaux sans ailes, leurs chants étouffés,

Tournent en rond dans leurs cervelles de moineaux blessés.

Où partent les étoiles des mariés heureux ?

Celles qui brillent, de milles feux dans leurs yeux ?

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,