25 juin 2016

Participation de petitmoulin

li

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


Un cadeau du ciel (Vegas sur sarthe)


J'étais bien peinard sous l'arbre de la Connaissance – occupé à mater tous ces trucs qui voletaient dans les nuages, ces machins qui barbotaient dans l'eau et ces bidules qui rampaient sur la terre – quand c'est arrivé sans crier gare dans un nuage de poussière ocre (ça ne pouvait pas crier gare puisqu'IL n'avait pas encore créé la gare).
IL a déposé le cadeau devant moi en disant: “Soyez féconds. Croissez et multipliez-vous”.
Comme IL ne me vouvoyait pas, j'ai compris qu'IL nous parlait à tous les deux, mon cadeau et moi.
J'en suis tombé de mon hamac, un hamac en kit de lianes et de feuillage que j'avais trouvé chez Amazone.
C'était un cadeau pas comme les autres, pas comme tous ces machins qu'IL inventait chaque jour que Dieu fait mais j'ai aussitôt flairé un truc pas très catholique... ce cadeau me ressemblait trop pour être honnête.
Pour l'emballage IL ne s'était pas foulé – IL a jamais été doué pour les emballages –  c'était le même que moi... à poil!
Mon cadeau me ressemblait autant que je pouvais me voir puisqu'IL n'avait pas encore inventé la psyché mais en même temps il était différent... moins anguleux, moins massif, moins musclé, plus en courbes, plus galbé, plus... oh et puis merde! Oui là! Plus harmonieux que moi.
Et alors? J'avais bien le droit de l'apprécier puisque c'était mon cadeau à moi, même s'il avait parait-il une côte en moins!
Pour qui d'autre aurait-il été puisque j'étais seul avant mon cadeau.
J'ai compris que je n'étais plus seul quand mon cadeau a commencé à parler comme moi, mais pas vraiment comme moi; ça parlait beaucoup et longtemps, presque sans respirer.
Pourtant ça respirait, je m'en rendais compte à ses... à ses poumons qui se gonflaient et se dégonflaient comme... comme les miens mais en plus galbés, plus proéminents... oh et puis merde! Oui là! Plus harmonieux que mes pectoraux.

De quoi parlait mon cadeau? Pas facile à dire, c'était un peu comme une musique, une douce musique comme celle d'un slow si le slow avait existé, bref je me comprends.
Alors j'ai écouté mon cadeau à musique jusqu'à ce que ça se mette à parler plus fort, plus distinctement, en articulant bien comme si j'étais un abruti ou un demeuré: ça disait :”C'est toi mon cadeau”.
J'hallucinais.
IL m'avait offert un cadeau qui me prenait pour son cadeau!
J'ai failli lui renvoyer son cadeau en recommandé même si on ne refuse pas un cadeau du Créateur mais je n'ai pas eu le temps de l'emballer... ce fut tout le contraire.
Mon cadeau s'est approché très près de moi, un peu comme le serpent tentateur – vous savez, celui qui descend de l'arbre pour vous refiler une figue ou un fruit à pépins que vous allez mâchouiller toute votre vie – et ça m'a touché avec ses mains... pas des mains rèches et noueuses et pleines de doigts comme les miennes, non... des mains expertes, plus fines, plus douces, plus... oh et puis merde! Oui là! Plus caressantes que les miennes.

Alors j'ai gardé mon cadeau ou plutôt mon cadeau m'a gardé... avec ses petits plats mitonnés tout feu tout flamme, ses galettes de maïs et ses fruits frais, et puis ma feuille de vigne lavée et repassée chaque matin et aussi notre hamac retapé chaque soir; faut dire qu'on a des matins et des soirs et c'est vachement pratique pour aller se coucher... parce que aller se coucher, c'est un vrai cadeau du ciel.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Un cadeau inattendu (Marco Québec)

Le Défi du samedi

Un cadeau dans ma vie

 

Partager mes écrits

Avec de virtuels amis

Qui eux aussi

Tentent de relever le défi

 

Le Défi du samedi

Un cadeau dans ma vie

Un cadeau inattendu

Tellement bienvenu

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Participation de JAK

j01j02j03j04j05

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Venise

 

Je venais d’installer le téléphone dans  la chambre de l’hôtel
La voix magique  se fit  immédiatement entendre.

Le colis est arrivé venez donc le chercher dans le hall Madame .

J’étais gaie, insouciante dépensière et ruinée .

Alors j’ai fait le point dans mon carnet d’adresse pour connaitre l’expéditeur de ce cadeau inopiné.

Je venais d’éponger  l’eau de l’aquarium quand on frappa à la porte .
Votre colis s’impatiente dit la voix enrouée derrière la porte irrémédiablement fermée .

Un violoncelle délicatement posé sur le tapis d’entrée attendait ma main virtuose.

Le problème c’est que je n’avais que de vagues notions de flûte et encore j’écorchais certains accords dans ma tendre enfance .

Depuis avec le patron de l’hôtel on échange des sourires complices.
Il me prend pour une musicienne hors pair alors je laisse croire à des répétitions le soir .

Dans une vie normale, bien peu de choses se passent mais depuis l’arrivée de ce violoncelle ma vie a changé .

Je peux  rester deux heures sur une terrasse sans rien faire  avec mon violoncelle qui danse comme une bulle de savon au dessus de ma tête .

Je dois avoir affaire à un dieu joueur qui distribue les rôles et qui  s’est gouré le jour de la distribution des instruments .

Un matin le joueur de violoncelle s’est retrouvé dans mon lit et là ma vie a  changé.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


Les cadeaux et l’amour (Laura)

 
Le père de Cannelle faisait sans cesse des cadeaux, à sa femme, à sa mère, à sa belle-mère(qu’il ne pouvait pas sentir), à ses enfants et parmi eux à Cannelle, sa fille aînée.
Pour son travail, il était sans cesse sur les routes et était absent de la maison du lundi au samedi. Et il revenait les bras chargés de cadeaux. Il y avait des vêtements pour sa femme qui en avaient plein ses armoires bien plus qu’elle n’ en avait besoin pour le peu qu’elle sortait de chez elle. Il y avait surtout des livres pour tout le monde. Des livres bien choisis mais en telle quantité qu’on n’avait pas le temps de les lire avant la prochaine « fournée. » Cannelle connaissait l’histoire de son père et savait qu’il avait été conçu pour remplacer un précédent enfant mort dans des circonstances mystérieuses après avoir mené une existence aventureuse. De plus, sa mère avait failli mourir en lui donnant naissance. La pression était très forte sur les épaules du cadet. Alors il lui fallait toujours prouver qu’il était mieux que « l’autre » par des cadeaux plus que par de vraies attentions, des moments agréables partagés, des paroles d’encouragement. Lui-même ne s’était pas senti aimé pour lui-même alors il pensait que les cadeaux le feraient aimer notamment de ses enfants. En fait ces derniers attendaient chaque fin de semaine un père Noël plus qu’un père qui aurait passé du temps et fait des choses avec eux. En achetant des cadeaux pour lui-même, il s’achetait aussi beaucoup de choses assez chères ; il gagnait assez bien sa vie. Il était donc très difficile  de lui faire des cadeaux car tout ce dont il avait envie, il se l’achetait. Des achats compulsifs qui ne le rendaient pas heureux. Il jetait ses cadeaux plus qu’il ne les tendait et enfermait ses achats dans des cartons et des sacs qu’il empilait. A chaque occasion de cadeau, c’était un casse-tête pour sa famille. Et quand on lui donnait son présent, il disait vite merci et l’enfouissait dans ses cartons ou sacs. Un jour, cependant, il eut avec Cannelle, une réaction qui la rendit encore plus réticente à lui faire un cadeau de quelque importance. Elle était adolescente et n’avait d’argent que celui qu’on lui donnait pour son anniversaire, Noël, étrennes et Pâques. Elle avait économisé pour offrir à son père son eau de toilette (de marque) favorite, étant sûr que s’il ne lui faisait pas plaisir, il lui serait au moins utile. Quand elle lui tendit avec tout l’amour admiratif qu’elle avait pour lui, il lui cracha : « Toujours la même chose, vous m’offrez toujours la même chose ! … » Et il jeta le flacon contre le mur, le brisant en mille morceaux.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

18 juin 2016

Défi #408

Le cadeau inattendu

 

cadeau

Surprenez-nous à

samedidefi@gmail.com

Merci à vous !  A tout bientôt !

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Mais où est donc Ornicar par bongopinot


Mais où es-tu donc Ornicar
Peut-être dans ce grenier
Ou bien dans ce placard
Pas question de me résigner

Je te cherche ici et là partout
Dans la maison dans le jardin
Vilain petit canaillou
Où te caches-tu petit gredin

Je consulte les journaux
Voir s’ils ont de tes nouvelles
Aux quatre points cardinaux
Pour revoir tes prunelles

J’ouvre alors mon enquête
Oreille à l’affût œil aiguisé
Nez busqué qui inquiète
Sur ces chemins aromatisés

J’ai suivi toutes les traces
Sur le sentier de la liberté
Où tout est décoré avec grâce
Par tous les vents légers

Et un soir au coin de la rue
Deux jolis points brillants
Tels des étoiles suspendues
Tu étais là tout frétillant

Enfin te revoilà Ornicar
Mon petit voyageur
Mon gentil petit lascar
Mon adorable explorateur.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

ornicar (par joye)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :