18 mars 2017

Participation de Laura


Je suis née dans les paysages de Champagne
Entre coteaux charmants et plaine monotone
Je suis née dans une ville dont les contours
Forment en pétillant un bouchon de champagne
 
Je suis partie dans la seule région de France
Où il n’y a, il me semble, aucun cépage
Mais où les yeux des gens pétillent
Pour vous accueillir autour d’une bière
 
Je suis descendue, comme on dit, dans le sud
Celui des Pyrénées et du rugby, l’ouest du sud
J’ai bu les vins du Languedoc et des Corbières
Des côtes du Roussillon aux Costières de Nîmes
 
Je suis remontée, comme on dit, dans le centre
Où j’ai goûté, dans le sens premier du terme
Les vins du Forez, ceux de la Loire
Pas celle des châteaux mais de Saint-Etienne
 
J’ai quitté la France et ses paysages vinicoles
Pour le Maroc  où les français ont planté leurs cépages :
Grenache, le Carignan, le Cinsault et l'Alicante
De Berkane à Meknès, De Boulaouane à Benslimane

Si je ne suis pas fan des vins liquoreux comme en Dordogne
Le Monbazillac ou le Porto que je buvais avec ma grand-mère
Je chéris chaque instant passé à boire un verre
Avec une personne et / ou un paysage que j'aime
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


Le Monbazillac pour les Nuls (Vegas sur sarthe)


Le Monbazillac est ce qu'on appelle un vin français écoeurant – certains disent liquoreux pour faire moins écoeurant – produit au sud de chez Cyrano de Bergerac à qui Rostand a tiré le nez, sur des coteaux à dahut dans les environs du village de Monbazillac.
A quelques kilomètres près, le village se serait appelé Rouffignac-de-Sigoulès et le cru aurait porté le nom de Rouffignac-de-Sigoulès au risque de déborder de l'étiquette à moins que l'étiquette ne fasse le tour de la bouteille: le vin aurait alors porté le joli nom de  Rouffignac-de-SigoulèsRouffignac-de-SigoulèsRouffignac-de-Sigoulès, jusqu'à en avoir le tournis.

Le village de  Monbazillac possède un château qui s'appelle le château de  Monbazillac; il aurait pu s'appeler le château de Rouffignac-de-Sigoulès mais ça n'est pas le sujet.
Il est construit sur un site classé appelé site web où l'on accède à l'aide d'une hache-tétépé-chateau-monbazillac-point-com... enfin, c'est vous qui voyez.
Si l'appellation se situe à cheval sur plusieurs communes on n'est pas obligés de savoir monter pour la parcourir.
En tout cas le vignoble repose sur des terrains rudimentaires – certains disent sédimentaires pour faire croire qu'ils en savent plus que moi – datés de la fin du rockenscène et du début du larcène.
Les cépages sont le muscadoux ou muscat fou et le sauvageon ou sauvageon.
Le muscadoux peut s'appeler aussi marmouset, hi-han, bouillant, mouflette, chaud-devant ou raisinette; c'est pourquoi on l'appelle muscat fou pour faire simple.

On plante ces cépages à raison (ou à tort) de 4000 pieds par hectare pour pouvoir marcher entre les pieds, sauf si on possède moins d'un hectare ou que l'on chausse petit. L'hectare fait à peu près dix mille mètres carrés et le mètre carré est un carré à quatre côtés d'à peu près un mètre chacun.
L'à peu près s'appelle la triche et est puni d'à peu près pas grand chose.
La taille se fait en gobelets puisqu'il est question de produire du vin à boire alors que s'il était question de produire du raisin de table on pratiquerait la taille en sandwich.
Quand le vignoble est pourri on le récolte car il le vaut bien.
La vendange commence à la mi-octobre contrairement à celle des chats qui commence à la mi-aout.
La vendange des pieds se fait à la main, elle a donné son nom à l'expression “faire des pieds et des mains” c'est pourquoi on dit que les monbazillacois et les monbazillacoises sont tétus... surtout les monbazillacoises.
On ne récolte que les grains les plus pourris – ceux atteints de pourriture noble – et on laisse le reste pourrir encore un peu – ceux atteints de pourriture vilaine – on dit aussi botrytisé pour faire moins pourri.
Le raisin est pressé afin de ne pas perdre de temps, en Dordogne on est si pressé qu'il arrive par précipitation qu'on récolte la vendange de l'année suivante.
L'élevage qui dure de dix à vingt quatre mois – et même jusqu'à deux ans – se fait en barriques de chêne français d'où s'échappe par l'opération du saint-esprit ce qu'on appelle “la part des anges”.
Le reste appelé “la part des démons” est mis en bouteille; une fois passé l'embouteillage le Monbazillac recommence à circuler et peut tenir ainsi vingt, trente ans et plus avant d'être débouchonné.
Pour la mise en bouteille on procède à la tirade du vin appelée tirade de Cyrano et dont le verre le plus célèbre est : “Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap!”
Le meilleur millésime de Monbazillac est le 2005, année mémorable où les français ont dit NON à la constitution européenne et où Armstrong a volé son septième et dernier tour de France.
Terminons par un dicton célèbre: “Avec un Monbazillac, plus de crises cardiaques ni d'hypocondriaques, que de l'aphrodisiaque”

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2017

Défi #446

4462

Monbazillac

 

 

Avec ou sans modération :
nous ne sommes pas ici
pour vous faire la leçon !

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Ont balancé des hanches

pas cons

445_2

Venise ; Vegas sur sarthe ; Emma ; Laura ;

EnlumériA ; Walrus ; Joe Krapov ; Pascal ;

bongopinot ; joye ; Jaqlin ;

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Jaqlin

 

La belle Loalwa

A fait danser la lambada,

Elle a fait s’agiter bien des hanches

Sur les plages et sur les planches.

 

La pauvre Loalwa

Ne chantera plus la lambada.

Certains goujats âpres d’appâts

L’ont précipitée vers son trépas.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


Le Coup de fouet (joye)

Une Défiante, ayant joué
Toute la semaine
Se trouva fort dépourvue
Quand la consigne fut venue.
Pas un seul traître trait
D’esprit, ni beau ni laid !
Elle voulut se montrer maligne
À son morse préféré, fort digne,
Le priant de lui prêter
Quelques idées à générer
Jusqu'à la consigne nouvelle.

- Je vous écrirai, lui dit-elle,
Avant vendredi, foi d’écrivain,
Quelque chose de beau, hein ?

Mais, le morse ne mordit pas;
(C'est là son petit défaut.)

- Que faisiez-vous ces sept jours ?
Dit-il à cet assaut.

- Nuit et jour à tout venant,
Je pensais, ne vous déplaise.

- Vous pensiez ? j'en suis fort aise :
Eh bien ! Dansez maintenant !

- Danser ? Mais quoi ?

- La lambada, ma foi !

~   Moralité  ~

Le coup de fouet se fait souvent dans le dos
Entre le Défiant lambda et son sacré lumbago

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Sa grande passion par bongopinot


Tous les jours le boulot
Pour payer les factures
Et l’essence pour l’auto
Et bien sur la nourriture

Alors elle attend le vendredi
À vingt heures très précises
Là elle se sent ragaillardie
Car une soirée s’improvise

Début d’un Week-end festif
Bien à l’aise dans ses chaussures
Elle n’a qu’un seul objectif
Encore et encore battre la mesure

De ses petits pas de danseuse
De la rumba à la lambada
Rien ne lui résiste elle est heureuse
Un peu de disco ou bien une petite java

Elle danse seule ou accompagnée
Enfin elle vit elle est passionnée
Même si elle n’a pu en faire son métier
Elle tourne dans la lumière vers sa destinée

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

La corrida des corps (Pascal)

 
C’était pendant le mariage de ma fille. Même avec ces chaussures toutes neuves, ce mal de pieds, tout aussi récent, cette douleur de dos récurrent et ma timidité ordinaire de quidam transparent, on m’avait ordonné, prié, sollicité, bousculé, poussé, tiré, supplié, entraîné, jusqu’à la piste de danse.
Je n’ai jamais franchement apprécié la danse, ces signes extérieurs de « ravissement », cette joie en mouvement, cette débauche d’énergie rythmée à quatre temps. Moi, dans la mascarade générale, je me complais dans l’anonymat, dans la colle de l’affiche, dans le secret du courant d’air.

Mes amis, c’est à ce moment, pendant les mariages et les guet-apens, qu’il faut avoir un petit coup dans les carreaux. Désinhibé, on se fout du ridicule, des autres, de ce qu’ils disent et de ce qu’ils pensent. Mieux, on les emmerde ! Ce petit moment de gloire, volé à la postérité, devient un souvenir épique, une référence absolue, pour les mariages suivants. On dira : « Tu te souviens ?... J’ai fait danser ton père !... » comme si c’était un succès planétaire !
Forcément, les quelques miroirs et glaces rencontrés dans la salle du mariage ne peuvent assurément pas réfléchir le guignol désarticulé qui bouscule les rideaux, qui harangue les cavalières alentour et qui, dans la volupté violente de la cacophonie ambiante, se lance à corps perdu dans une syncopée de kaléidoscope emballé et dans des trémoussements d’électrisé sans secours. Pour le souvenir et la légende, il ne restera que les photos pour certifier le pitoyable clown burlesque, figé au milieu de toutes ses gesticulations débiles…

Manifestement, dans tout ce tintamarre, trop sobre, j’étais balourd, stupide, désorienté, inutile, bien loin de quelques talents de noceur halluciné. Après le sirtaki, la lambada, le kazatchok, la danse du canard, la farandole, après le tango, la tarentelle, la polka, la carmagnole, la gavotte, j’en avais plein les godasses. Heureusement, entre deux pavanes, j’allais à mon verre et, miracle, il était toujours plein ! Malheureusement, il y a des jours insipides où l’alcool ne délivre pas ses fantaisies. Alors, je décidai de reprendre ma place d’admirateur. Hypocrite, j’applaudirais à la cadence, je rirais aux facéties des uns et des autres, j’acquiescerais à tous les lieux communs des matassins…  

Ils étaient beaux, les mariés ; sur n’importe quelle musique de l’orchestre, ils guinchaient ; bien ou mal, dans l’allure ou à contretemps, en riant et en chantant, c’était égal puisqu’ils étaient les roi et reine de la fête. Elle tenait sa robe comme pour préserver les froufrous blancs du carrelage piétiné ; il tenait sa main comme s’il avait peur qu’elle s’envole.
Les parents du marié suivaient ostensiblement les allures ; en démonstration, ils mettaient en pratique leurs heures d’entraînement à l’apprentissage des danses de salon. Par moments, c’était eux, le spectacle. Ils volaient même la vedette aux novis avec leurs simagrées d’entrechats. Tout y était : la gestuelle, le sourire, l’amplitude, la chorégraphie, la technique, la collusion. C’était beau sans être extraordinaire, tiède sans être brûlant, intéressant sans être passionnant. Je crois qu’il manquait la grâce, la fluidité, le plaisir, ce petit rien qui fait tout. L’attroupement autour d’eux, c’était les aficionados les plus exaltés ou la famille la plus proche, ceux venus de loin et invités aux agapes…  

Il y avait les autres, aussi ; ceux dans les starting-blocks du grand départ vers la notoriété dansante. Ha, ils me font rire, ces pseudo-danseurs du dimanche ; interpellés, juste ce qu’il faut pour les désamarrer de leur table, fiers comme des matamores d’arène, ils se lèvent en rentrant le ventre, en jetant leur serviette et en bousculant leur chaise. Alors, conquérants jusqu’à l’âme, ils s’élancent vers la piste de danse, ils l’envisagent, ils l’encerclent, et ils se consomment avec les quelques Consuelo de service, tout heureuses de laisser choir leur éventail en échange de ces dignes faiseurs de vent…  
Avec l’adversaire du moment, ils s’attellent du regard, ils se donnent la main, ils prennent une hanche, un coude, une épaule (parfois un râteau) ; ils se serrent, ils se frottent, ils s’emmêlent, ils s’abîment ; mine de rien, ils tâtent les formes de la ballerine, ils subodorent les effluves de sa transpiration, de son parfum, de son haleine ; ils s’étreignent, ils se croient sensuels. C’est l’irrésistible tournis, la corrida des corps, la danse du ventre, la ronde éternelle. Aidées par la force centrifuge compère, les bras, les sourires, les robes, s’écartent. Les coiffures voltigent, les chignons se désamarrent, les chaussures s’entrelacent, on se marche sur les pieds, on se « danse de Saint Guy » mais on y prend goût. Brutalement, ils font l’amour en public et en refrain, et c’est souvent le plus merveilleux souvenir de leur futur avenir…

La nuit s’était bien avancée ; les gosses dormaient dans les bras de leur mère, les jeunes reprenaient leur souffle en tirant sur des mégots rougeoyants, les vieux se racontaient des exploits incertains en lichant leurs verres à moitié pleins. A la faveur de l’éclairage tamisé, je l’avais repérée ; l’aura trouble qui planait autour d’elle rajoutait encore à ma curiosité d’explorateur nocturne. De quel arbre généalogique descendait-elle ?... Etait-ce une copine, une cousine, une nièce, une tante, une amie de la famille adverse ?... Sous les feux de la rampe, tantôt amarante, tantôt turquoise, tantôt émeraude, elle semblait s’être matérialisée sur la piste de danse ; telle une nymphe solitaire, admirant sa plus belle toilette dans le miroir bleuté, elle ondoyait lascivement aux sentiments de la musique envoûtante ; seule sa flûte de champagne accompagnait ses simagrées remuantes. Il me fallait un slow pour l’entreprendre mais ce n’était que cha-cha-cha frénétique, zumba torride, troïka endiablée ! Fallait-il que je soudoie l’orchestre pour avoir la faveur d’un blues ?!... Enfin, à l’aube, quelques couples s’étaient enroulés le corps à la faveur de slows langoureux. Aller tenter un : « Vous dansez ?... », avec cette naïade, même multicolore, c’était au-dessus de mes forces ; j’étais crevé, j’avais mal à la tête et trop d’ampoules aux pieds… pour gambiller…

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Une soirée au Havana Club (Joe Krapov)

La lambada, pour danser ça, 
Il faut porter un panama
Et un costume en alpaga

Pas besoin de savoir lire le cyrillique ;
Pas besoin de cacher son look de bonobo.
On se trémousse juste au son de la musique
En compagnie d’une bimbo.

DDS 445 Roudoudou 7,5 x 10 - attention l'encre tache

« Roudoudou », « Riquiqui », si tu n’as que cela
Dans ta bibliothèque, tu peux danser quand même.
Elle n’est pas difficile cette contorsion-là :
L’individu lambda danse la lambada.

« Au jeu du mistigri, faut tirer la plus belle
Des cartes ! » disait René.
La lambada se danse avec des jouvencelles
Qui ont des ananas en guise de roploplos
Et des éconocroques assez bien rebondies
Qu’on appelle fessier. Elles cachent cela
Avec un peu de peine comme un petit pactole
Dans un peu de tissu qu’on nomme bikini.

DDS 445 lambada


D’où nous vient la lambada ?

Bien sûr, pas du Sahara !
Du Kamtchatka ? De Tbilissi ?
Du Togo ? Ou de l’Iowa ?
Des Bahamas ? De Virginie ?
Madagascar ? Pleumeur-Bodou ?

Sur les bords du Mississippi la danse-t-on ?
Sur la neige du Canada se secoue-ton
Sur son rythme si répandu (quel matraquage !) ?
Rimbaud la dansait-il déjà
Sur les dance-floors d’Abyssinie ?

On sort de la piste hébété,
Ensorcelé par Barbara,
Son mascara, ses mascarades,
Ses manières de bonne camarade,
De reine du bal de l’ambassade
Qui vous enivre d’embrassades.

Un petit coup de ratafia
Pimenté de pili-pili
Et la danseuse vous embarque
Pour une nuit dans l’infini
Et plus si pas d’inimitié
(Visite de son intimité,
Chute de la timidité,
Ecart de la frigidité,
Interdiction d’être inhibé
Car elle va tout exhiber…
Bref, une invite au radada !)

***

Au petit matin, raplapla,
Vous vous réveillez seul au lit,
Ronchonchon sur le polochon,
Le cabochon endolori.

La Mata-Hari est partie
Emportant vos liquidités
Vers le pays d’Iphigénie :
Aulide ou Tauride en bolide
Car vous ne trouvez plus non plus
Les clés de la Lamborghini !

Comment ? Cet été, vous dansiez ?
Eh bien, déchantez, maintenant !

***

La lambada, on n’aime pas ça !
Nous on préfère la java !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Hélas ! (Walrus)

 

On le prenait pour un fada :

Il dansait pas la lambada !

Mais il fallait qu'on s'y déhanche

Et avec sa prothèse de hanche...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,