05 mai 2018

Idée reçue (Vegas sur sarthe)


"Si on te coupe en deux les deux moitiés repoussent"
lui avait assuré un fieffé asticot.
Le lombric alléché fonça au massicot
innocent et tout droit sorti de sa cambrousse

Le perfide asticot s'en tortille de rire
appelle ses copains qui peuplaient le lisier
certains s'en apitoient, on veut l'anesthésier
mais le lombric est preux, à quoi bon discourir ?

Il tâte le tranchant, le voici convaincu
offre son intestin à la lame affûtée
qu'actionne un gros ténia du genre azimuté

Le lombric tronçonné pousse un cri de bâtard
regarde derrière lui et comprent un peu tard
qu'il a tout comme nous une tête et un cul

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,


LA FACE CACHEE DU LOMBRIC (Venise)

 

Le Festival de Cannes battait son plein, toute la croisière était au rendez- vous.

v01

 Le Directeur artistique avait mis hors compétition le film LA FACE CACHEE DU LOMBRIC du réalisateur Walrus .
La salle de projection était comble. Tous attendaient avec impatience ce film tenu secret depuis des lustres.

Un inhabituel sourire de connivence et de sympathie se formait sur les lèvres des invités triés sur le volet.

JOYE au premier rang, suivi de bongopinot applaudissaient dès les premières images.

En vérité moi aussi j’étais bouleversée, et terrifiée à l’idée que ce film pourrait rencontrer la censure.

« Du début jusqu’à la fin ce film regorge de messages vulgaires » , murmurait une téléspectatrice.
Je crois à cet instant avoir   reconnu Béatrice Dalle .

Ne faites pas ce procès d’intention au film criait JOE  Krapov .La projection continua  et on évitait ainsi toute décision hâtive à propos de la survie du film.

 

 Cependant, on entendit encore « ce réalisateur a perdu la tête !!

 

Le directeur, lui-même apparu enfin sur scène.

 

Je ne crois qu’aucun de nous a vraiment compris ce film. Ce film traite de l’art de voir ce qui est caché derrière ce que vous voyez.

Repassez le film depuis le début sortez tous je veux le voir seul cria le directeur artistique nommé pascal chez les défiants .

La critique fut vive / les artistes se tortillent comme de pitoyables vers de terre , qui se dédoublent  quand on les coupe en deux au montage .

Ecrivait Kate la célèbre journaliste du magazine première .

Il ne restait plus qu’à ce cher walrus réalisateur censuré d’aller à la pêche ,muni de  ses fameux lombrics  !!!

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Laura

l01

l02


Lombric, asticots et  vers


Si le grand Victor Hugo a su  placer un lombric dans une pièce de théâtre:
Madame, sous vos pieds, dans l'ombre, un homme est là - Qui vous aime,perdu dans la nuit qui le voile; - Qui souffre, ver de terre amoureux d'une étoile;- Qui pour vous donnera son âme, s'il le faut; - Et qui se meurt en bas quand vous brillez en haut (1) .

Je me bornerais à évoquer des souvenirs personnels en me permettant d'évoquer ma famille(je m'en excuse auprès d'elle, même si elle ne me lira pas et même si je crois qu'on ne peut rien percevoir de négatif dans les lignes qui suivent). Mes grand-parents paternels(et ma mère à leur suite) étaient marchands d'articles de pêche dans un magasin acheté à la fin de la deuxième guerre mondiale et qui a vécu plus de soixante ans.
Dans ce magasin, on vendait des vers de terre (pour servir d'appât au bout de l'hameçon du pêcheur) que mon grand-père (et mon père) allait chercher dans la nature, la terre, des coins de nature dont ils gardaient jalousement le secret.
Pour servir d'appat,on vendait aussi des vers de vase (2) que mon grand-père allait chercher dans leur milieu naturel.
Je ne peux m'empêcher d'évoquer les asticots(qui ne sont pas ddes vers) mais des êtres rampants qui servent aussi d'appats et que la petite fille que j'étais utilisait pour faire des courses avec des bêtes de couleurs différentes.

Je vais cependant terminer par des vers de Jacques Roubaud dont le titre est vraiment "Le lombric":

Conseils à un jeune poète de douze ans.

Dans la nuit parfumée aux herbes de Provence,
Le lombric se réveille et bâille sous le sol,
Étirant ses anneaux au sein des mottes molles
Il les mâche, digère et fore avec conscience.
 
Il travaille, il laboure en vrai lombric de France
Comme, avant lui, ses père et grand-père ; son rôle,
Il le connaît. Il meurt. La terre prend l’obole   
De son corps. Aérée, elle reprend confiance.
 
Le poète, vois-tu, est comme un ver de terre
Il laboure les mots, qui sont comme un grand champ
Où les hommes récoltent les denrées langagières ;
Mais la terre s’épuise à l’effort incessant !
Sans le poète lombric et l’air qu’il lui apporte
Le monde étoufferait sous les paroles mortes.

Jacques Roubaud, Les Animaux de tout le monde, Seghers, 1983.


_____________________________

1. Ruy Blas (1838), II, 2, lettre de Ruy Blas à la reine de Victor Hugo

2. https://www.aquaportail.com/definition-290-vers-de-vase.html

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Ludovic le lombric (Kate)

Ludovic le lombric

Déjà le titre ! Mais, n'est-il pas déjà pris ? Non, Frédéric c'est le moustique, dans la collection Les Drôles de Petites Bêtes de Giboulées chez Gallimard !

Unknown

1°) Ludovic, donc, le lombric... : ne peut être tricoté au crochet mais...

2°) Lombric Ludovic : demeurant sous la terre et devant y rester mais...

3°) L. L. : sous ces royales initiales (on t'a r'connu !), mais...

4°) Ludo Ludique : aime s'amuser à ramper en bavant. Pourquoi pas ? Mais...

5°) Ludovic Le Lombric : de l'Ordre des Anneaux Serpentant, peut-être ? J'hallucine sûrement, mais...

Après recherches, quelques réponses...

tricoteuses

1°) Au tricotin ! Tiens, tiens... Une nana l'aurait fait !

2°) Sur la terre il va aussi et se régalera de salades, j'en suis malade, complètement malade !

3°) Serais-tu, par hasard, le royal bébé de Kate ? Comme t'y es beau, alors !

4°) C'est pas très propre tout ça ! Vite, un écouvillon pour biberon !

5°) T'es peut-être un très noble personnage cependant mal connu de mes services !

En bonus : les titres auxquels vous avez échappé :

a) Le lombric du monde 

b) Lombrics de tous les pays, unissez-vous !

c) Si tous les lombrics du monde voulaient s'donner la main...

images

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Le lombric (Walrus)

 

"Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour..."

Ben quoi ? Ce sont des vers, non ?

Comment ? Ils ne sont pas de moi ?

Ben non, ce ne sont pas des vers solitaires (petit aparté : vous ne trouvez pas étrange, vous, qu'on puisse mettre au pluriel les vers solitaires, hein ?).

Et si vous m'interrompez continuellement, nous n'y arriverons pas. J'efface tout et je recommence :

Au sortir de son trou, le valeureux lombric
Quitte le jardinet par sa bordure en briques.
C'est qu'il en a soupé de bouffer de la terre,
Il est grand temps pour lui d'explorer l'univers.
Sur le ruban d'asphalte, il rampe, conquérant !
Il s'en va, ventre à terre, le regard triomphant...

Quoi encore ?!

Les lombrics n'ont pas d'yeux ? Et du coup, le regard triomphant...

De quoi me mèle-je ? C'est une image, une façon de dire, une métaphore même, on ne te demande pas ton avis sur l'anatomie comparée des lombrics et des néréis qui en ont, eux, des yeux, bien qu'ils soient vers (non, pas les yeux verts, les néréis, vers marins) !

Bon, j'ai perdu le fil (Stop, pas de fine allusion au ver à soie, ce serait mal venu après le ver à soi) et surtout le rythme. C'est dramatique quand l'alexandrin te sort de l'oreille comme le lombric de son trou.

Bon, tant pis, c'est foutu, je continue en prose...

Allo ? C'est encore un alexandrin ? Et alors, pourquoi la prose n'aurait pas de pieds, y a bien des vers qui n'en ont pas ! Ah, ça t'en bouche un coin ça, hein ? Je peux y aller ? Mais non, pas au petit coin, je veux dire retourner à mon histoire.

Le ver est sur l'asphalte (et non pas dans le fruit),
À quelques décimètres du jardin qu'il a fui,
Arrive l'Adrienne qui aussitôt s'écrie :
"Oh, le pauvre lombric, perdu, loin de chez lui !
Si le temps vire au beau et que le soleil luit,
Voilà qu'il se dessèche, en un mot, il est cuit !
Par contre, si le ciel nous envoie de la pluie,
Il se noiera c'est sûr, ayons pitié de lui.
Et d'un geste élégant, de ses doigts délicats,
Elle cueille l'animal et chez lui le renvoie.


Moralité (oui, vous êtes sur un site à haute tenue morale) :

Si vous êtes tenté par l'esprit d'aventure,
Soyez prêt à tomber dans la déconfiture !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,


Le Bosseur de Ghislaine53

Le lombric, faut pas croire qu'il est seulement nu
 comme comme un ver  et mou comme une gomme !
C"est un bosseur le lombric !
Il bosse même la nuit et faire les 3/8 ne le dérange pas !
Il a tant d'anneaux qu'il peut bosser pour dix !
Le lombric c'est un agriculteur !
Il tourne, retourne et retourne la terre, 
c'est ce qu'il sait faire le mieux le lombric........
Lui et ses semblables sont condamnés à creuser, trouer, aérer
notre terre jusqu'à ce qu'ils se fassent manger par leurs
prédateurs et ils sont légion les gars !!
Ils sont des tas à n'en vouloir que pour leur petit déjeuner !
Le pauvre lombric se fait même chasser par des collègues,
tels les plathelminthes. Si si c'est vrai !!
Ce sont de vrais tueurs qui sont réputés pour leurs génocides !
Depuis que le lombric est paru ce matin, j'en ai appris des choses !
Mais je ne vais pas non plus en faire un livre......
Juste un blagounette pour vous !
"""Pendant un diner d'amoureux de vers de terre , 
qui tient la chandelle ??? ""
Vous savez pas ?
 Ben c'est le ver luisant !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2018

Défi #505

 

Va falloir creuser :

Lombric

Mais vous n'êtes pas obligés
de le faire en vers...

5051

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Se sont montrés héroïques

pas cons

5042

Ghislaine53 ; Venise ; Laura ; Emma ; Cavalier ;

Kate ; JAK ; Pascal ; Nana Fafo ; Walrus ; joye ;

bongopinot ;

 

 

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Notre Kermesse par bongopinot

bo


À la kermesse de mon quartier
Tout le monde est invité
Si ça vous intéresse venez
Participez au vent de l’amitié

Les barbecues fleurissent
Les gens se réunissent
Et des liens se tissent
Entouré d’odeur de saucisses

Sur un petit coin d’herbe
Les tables s’installent
Au soleil puis sous les étoiles
On sera là jusqu’à l’aube

Les stands sont disposés
Des jeux divers et variés
De beaux moments animés
Par les jeunes du quartier

Et les belotes s’organisent
Une pétanque s’improvise
Le cochonnet que l’on vise
Au soleil en bras de chemise

Des groupes de musique
Sous un ciel magnifique
Ces moments sont magiques
Dans ce quartier authentique

Où les grands et petits filous
S’adonnent au chamboule tout
Les enfants courent partout
Un vent de vacance souffle voyez-vous

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

Chez la comptinetière (joye)

Un jour, à la foire

De l’Ile-du-Prince-Edouard --

(Ne fût-ce à la fête

De Sainte-Marguerite-de-Viette --)

J’ai enfin vu la vraie :

Cette Nana Fafo !

Puis, au festival

De vieux Fourneaux-de-Val

(Peut-êtr'à la frairie

De Merbes-Sainte-Marie)

J’ai enfin vu le vrai :

Charlie, ne fût-ce Rimbaud !

ou est rimbaud

Enfin, à la ducasse

Un soir  à Caracas

(Presqu'à la kermesse

De Méphistophélès !)

J’ai enfin vu les vrais :

Les Défiants globaux !

defiants

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,