12 avril 2014

Joplin, Missouri (2011) (par joye)

Atmosphère des métaphores

Estompera les hématomes :

Trophées de morphèmes,

Les marmots emportés.

Athées amères

Après photo ?

Trop près,

Pas top.

Cruelle nature qui prend un papillon et le retransforme en larve...

joplinImage retrouvée sur Google Images.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :


La colère de Petra (Nhand)

Les vents, menaçants de colère,
Déforment la ligne des eaux ;
La houle s’enfle et s’accélère,
Les vagues deviennent ciseaux.
Au port, les bateaux s’entrechoquent,
Dansent la valse des courants
Et même, parfois, se disloquent,
Finissent en débris errants.
L’océan vient à la conquête
Des lieux qui furent nos abris,
Le littoral se déchiquète
Sous des embruns toujours plus gris.
Qu’adviendra-t-il de notre plage ?
Petra s’en moque éperdument,
Comme à force de dessablage
La dune tombe doucement.
Le beau tableau se défigure
Tout autour du môle blessé
Et l’oiseau de mauvais augure
Annonce un été cabossé.
Quelle triste métamorphose,
Tant de stigmates sont parlants !
Résigné, le géographe ose
Penser à corriger ses plans.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Métamorphose (EVP)

 

Fini les griffes noires des arbres lacérant un ciel de perle.
Fini le givre endiamantant le bas du carreau de la vitre.
Fini le vent coulis rougissant le nez, mouillant de cristal les yeux.

Ça a commencé à bas-bruit, une brume de pétales blancs sur l’amandier.
Ça a continué par le rose insolent du prunus endimanché.
Ça s’impatientait en bourgeons, en chatons tumescents et fébriles.

C’est là, explosion jaune des forsythias, mauve des glycines, violine des
Grappes de lilas.
C’est là, ramures d’acajou, bouquets délicats des cerisiers, céladon des
Jeunes feuilles encore froissées.
C’est là, l’herbe drue et tendre éclaboussée de pâquerettes, où le merle
Bravache, gobe le ver gigotant.

Métamorphose enchanteresse des saisons.

Dans la glace, une saison de plus sur mon visage.
Le temps a plissé ici, affaissé là.
La maladie a raviné ici, creusé là, boursoufflé ailleurs.
J’essaye d’être indulgente à ce que je vois.
Si la vie a quelque prix, c’est la monnaie qui me reste que voilà.

Pour le reste, l’éclair dans le gris-vert des yeux,
Fulgure toujours contre l’injuste, le cupide, l’ambitieux
L’égoïste et l’insincère.

Métamorphose bien incomplète d’une vieille pas encore sage !!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :

Ci-lombalgīt Joe Krapov (Joe Krapov)

la-metamorphose-des-cloportes-a02

Il suffit de changer une ampoule dans sa salle de bains et on se retrouve métamorphosé en Clo-Cloporte. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Franz Kafka, spécialiste du genre qui eut sa petite heure de gloire jadis en raison d’un numéro de transformiste qu’il exécutait dans un cabaret de Prague.

C’est avec des jeunes sots qu’on fait des vieux cons. Cela, c’est paraît-il, de Louis Aragon. Moi je me fiche de cela comme de mon premier slip aéré – c’est aussi de lui – mais mon dos, non : avec le temps, va, comme tout s’en va – oui, gagné, Léo Ferré ! -, il paraît que ma colonne vertébrale a perdu sa courbure en chemin. Pour apprendre cela l’iatrophobe militant que je suis a dû avaler une couleuvre supplémentaire après le dernier lumbago subi et prendre rendez-vous avec un kinésithérapeute-ostéopathe. Très sympa, le gars, pour une fois !

Ca ne m’a pas fait perdre le sens de l’humour pour autant ! Quand je suis rentré de la première consultation j’ai demandé à Marina Bourgeoizovna : « Tu n’aurais pas un annuaire du téléphone pour que je me lave les dents ? ».

Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes mais Joe Krapov si. Pierre Lescure et Philippe Gelück aussi. C’est pourquoi il partage ses images, ses citations de Louis Aragon, ses délires verbaux et désormais ses cours de maintien pour internautes à mal de dos récurrent avec vous.

- Chaque fois que vous vous laverez les dents, conseille l’ostéopathe sarthois de Rennes, vous mettrez un annuaire sous vos orteils. Cela vous aidera à retrouver la cambrure naturelle de la colonne vertébrale.
Et de fait, à part les taches de dentifrice sur le pyjama ou sur le pull le matin, ça marche !

La deuxième visite a eu lieu vendredi dernier. Ce soir-là j’ai appris à me métamorphoser en chevalier servant. Toutes les dames qui passent par ici savent très bien que leurs désirs sont des orgues et que je me ferai un réel plaisir d’en jouer. Désormais je pourrai pour elle, en plus, mettre un genou en terre, poser sur le tapis le cœur que j’avais sur la main, appuyer mes deux mains sur l’autre genou allonger vers l’arrière la jambe avec le genou en terre en la faisant glisser, cambrer les reins et me casser la gueule sans me faire mal aux seins : c’est juste vous qui vous fendrez les côtes en regardant le tableau.

DDS 293 ASTERIX_SPHINX-1

Et puis j’ai aussi appris à me transformer en sphinx. « Chic ! se disent les messieurs qui passent par ici, il va enfin la fermer, celui-là ! ». C’est vrai, je les comprends, je suis comme ça, moi aussi : quand on en a plein le cul d’entendre des gens bavards parler pour ne rien dire, on rêve de voir le sphinx se taire.

Mais vous allez voir que ce n’est pas si évident. Pour faire le sphinx, on s’allonge sur le ventre. On pose les deux bras étendus devant soi et on relève la tête. On rapproche les bras en pliant les coudes, on prend appui sur les avant-bras et on relève la tête au maximum.
- Voilà, c’est tout, ça fera 72 euros.
- Rapace !

Nân, je déconne. Le praticien qui m’a avoué être né à 72300 La Chapelle d’Aligné ne me demandera qu’à la 3e et dernière séance en mai de les.
(Oui, de les aligner !)

Pour terminer, puisque me voilà devenu sphinx, je ne résiste pas au plaisir de vous soumettre à la question. Notre atelier d’écriture « en vrai » du mardi à la salle Mandoline s’est en effet métamorphosé la semaine dernière en fabrique de questionnaires cinéphiliques. A vous, cher(e)s Oedipes in the dark, de donner les titres des films évoqués, ci-dessous

Une robe blanche soulevée au-dessus d’une bouche de métro ?

Un charlot portant moustache joue au ballon avec un globe terrestre ?

Un défilé de mode ecclésiastique avec des chasubles qui clignotent dans un film italien du siècle dernier ?

Un parapluie orné d’un perroquet au bout du manche et ce perroquet parle à une dame à chapeau chargée d’éduquer deux enfants ?

Un rideau de douche et un couteau ?

Quatre notes d’harmonica dans un film de Sergio Leone ?

Un couple qui écarte les bras au milieu de l’océan ?

Jean-Paul Belmondo avec le visage peint en bleu ?

Une femme nue allongée sur un lit et qui demande à son amant « Est-ce que tu les aimes, mes fesses ? » ?

Deux hommes dans un canot à moteur. L’un des deux, habillé en femme, enlève sa perruque et dit : « Je suis un homme ! ». L’autre répond « Personne n’est parfait ! » ?

Un gamin tout nu dont le nom évoque un chapeau a bien du mal avec le conditionnel ?

Un type en pantalon bleu à rayures blanches fait tomber le nez du sphinx ?

Si le nez de Liz Taylor n’avait pas été ce qu’il fut, la face du monde en eût été changée ?


P.S. Je m’aperçois que j’ai oublié de vous parler des métamorphoses de libido vide en désir de rata et que je n’ai pas placé non plus « Métamorphose où j’ai mon doigt ! ». J’espère que d’autres y auront pensé à ma place !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

METAMORPHOSE (Lorraine)

Je suis un zèbre, bien campé sur mes sabots, la pelisse ornée de bandes verticales noires et blanches, broutant les pâturages africains, très affectueux, aimant la compagnie de mes semblables…

Non, ceci n’est pas une petite annonce, je ne recherche pas l’âme sœur, simplement je me présente.  Tel que je suis ? Plutôt tel que j’étais…Car le jour du printemps, quand tout le monde dormait, je suis devenu papillon.

Je suis  sur votre épaule. Si vous bougez, je m’envole. Et je me pose avec douceur sur la rose ouverte dont le parfum m’enivre. S’iIl faut longtemps à la chrysalide pour devenir un papillon libre, moi, il m’a suffi d’un instant.   Désormais mon envol se rit des clôtures et des grilles, se roule dans les effluves multiples des jardins fleuris, et dépose au bout de mes ailes une senteur de lilas.

Devenir un papillon m’a été donné comme un cadeau. J’étais las de marcher sous la brûlure du soleil, j’enviais le vol des oiseaux, si légers et prompts à repartir, je virevoltais dans mes rêves. Aujourd’hui, je remercie le génie qui m’a transformé. Grâce à lui j’invente des paysages, je flâne par-dessus les clochers et m’endors dans l’herbe pure de ma méditation. Je change de couleur la nuit, mon bleu se satine, mon œil perce l’obscurité, je rencontre des ombres, je leur parle et elles se confient. Un papillon peut tout entendre. Et j’apporte un peu de miel aux solitaires qui croisent ma route.

Un zèbre, moi ? En voilà une idée ! D’ailleurs, c’est quoi, un zèbre ?...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


Participation de JAK

293 mets ta morphose

 

 

293 telegram et texte

 

Télégramme aux défiants

Stop

Impossible écrire

Cerveau en ébullition

Hôpital d’aliéné prescrit

Après essai d’imiter Ovide

D’Auguste  jusqu’à aujourd’hui

A la semaine prochaine si guérie

 

Jakenjachère

 

*Définition -morphose (n.f.)

Transformation progressive d'une image en une autre par traitement informatique.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Les métamorphoses d'une métamorphose (Epamine)

Dans un mûrier

"Chrysale, mets ta morphose si tu sors ce soir!

- OK, Docteur Imago! Je file avec mon quant-à-soie!"

 

Dans la cour du lycée

" Mais... t'as Morphose comme prof de philo ?

- Perdu! Anne a Morphose! Moi, c'est Lullose!"

 

Dans le Cercle des Aèdes Disparus

"Mets ta mort fausse, Sénèque !

- Non, Socrate! Moi, c'est Ovide!

- Je l'ai toujours dit: Je ne sais qu'une seule chose, c'est que je ne sais rien! "

 

Chez les Bruce

Jean: Je n'ai aucune idée pour le prochain OSS.117!

Josette: Je pense qu'il faut que tu le mettes à Morphose!

Jean: "OSS ose à Morphose"...Bof!

Josette: Et que penses-tu de "Métamorphose à Formose"?...

Jean : Bien vu, ma Josette!

 

 Au bureau des archives

"J'ai relu le dossier F.K. : douloureuse métamorphose!

- De quoi tu parles?

- Du cas F.Kha!"

 

Dans les coulisses de l'opéra

"Wouaouh! Méga morphose, Odette!

C'que t'es belle en cygne laqué!

- Oui, je ne suis pas comme tout le monde!"

 

Sur le ring de Real Steel

"Tes coups le mettent amorphe... Ose!" lança Max à son père.

Et d'un ultime uppercut, Atom envoya Zeus à terre.

 

Sur un plateau de tournage

"Allez, Métha, mords Phoz !

- Mais il ne m'a rien fait!

- Je sais mais c'est écrit dans la bio(s)cénose!"

 
giambattistatiepoloLa métamophose de DaphnéApolo Dafne
Ovide - La Métamophose de Daphné  (Livre I, 452-567)

 Pas de bol pour Apollon !

La belle a changé de tronc !

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [75] - Permalien [#]
Tags :

Strobe effect (Vegas sur sarthe)

En créant le zèbre zébré, le Tout-Puissant ne se doutait pas qu'il créait du même coup la polémique. Si une légende africaine pose la question de savoir si le zèbre zébré est blanc à rayures noires ou noir à rayures blanches, bien des savants même noirs se sont faits des cheveux blancs sur la question.
On a longtemps cru qu'il avait inventé le code-barre (*) pour identifier chaque zèbre zébré mais c'est plutôt dû à un gros coup de lassitude car si on sait que le Créateur a attendu le quatrième jour pour nous pondre les zanimaux beaucoup ignorent qu'ils sont nés par ordre alphabétique, ce qui fait que le zèbre zébré arrive presque en queue de peloton, juste avant le zébu ou “zépusoif” et la zibeline.
Le zébu est un beau-vidé, moins beau quand il est plein contrairement à la zibeline qui est plus belle vidée c'est à dire en pelisse ou en étole, mais ce n'est pas le sujet.
Il n'empêche que seize points au scrabble dont dix pour le 'z', ça valait le coup d'attendre!
Le zèbre zébré peut aussi remercier le Créateur de lui avoir imaginé ce motif et lui éviter toute confusion avec le panda, la girafe ou le dalmatien.
Bien plus tard viendra l'écossais ou Tartan - à ne pas confondre avec Tarzan, ce fils d'aristocrates anglais - et de plus on s'en fout.
A sa naissance le zébreau zébré n'est pas zébré mais noir, vraiment noir et révèle ses fameuses rayures à force de se frotter aux rugueux arbres africains qui deviennent noirs à leur tour, comme toute l'Afrique.
Puis vient l'heure du casse-croute de la hyène et celle de prendre la fuite en utilisant ce qu'on appelle en dialecte zèbre le “Strobe effect” ou effet stroboscopique.
Pour le zèbre zébré, là où y'a d'la hyène y'a pas d'plaisir et il lui faut user d'un stratagème très efficace pour rendre floue son image et fou son prédateur!
Il doit trouver la vitesse précise à laquelle le phénomène de crénelage - dû à l'imbrication l'une dans l'autre de deux fréquences stables dont la plus élevée demeure inférieure au double de la plus basse - le rendra “quasiment” invisible aux yeux de la hyène dépitée.
En fonction du “quasiment” c'est à dire de l'obtention de la bonne vitesse de course, la hyène est plus ou moins dépitée et le zèbre zébré plus ou moins mangé: c'est ce qu'on appelle l'équilibre plus ou moins écologique.
On serait sur le point de prouver que les rayures noires et blanches déplaisent particulièrement aux insectes piqueurs et porteurs de maladies mortelles, mais ceci est une question de taon...
On pensait également que le croisement de deux zèbres zébrés pouvait donner une grille de mots croisés ou de sudoku. Il n'en est rien. Leur croisement ne donne qu'un mokitu ou “mot-qui-tue” qui n'a rien à voir avec le scrabble.
Le sujet des rayures du zèbre zébré a de tout temps inspiré les hommes comme Coco Chanel et Jean-Paul Gaultier dont la célèbre marinière portée par Montebourg fait aujourd'hui la fortune de la bonneterie quimperloise Armor Lux, comme quoi la métamorphose mène à tout.
(*) Les scientifiques peuvent désormais lire les rayures caractéristiques des zèbres zébrés (25 à 43 raies) comme des codes-barres pour recenser une population grâce au logiciel open-source StripeSpotter.
A noter que j'ai essayé StripeSpotter sur mon chat. Ca ne marche pas.
(**) Le zèbre zébré est communément appelé Pléonasme.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

Métamorphose (EnlumériA)

     Depuis qu’il avait rencontré Leslie, Dominique n’existait plus pour lui-même, il ne vivait plus que par elle, à travers elle, de par la grâce de chacun de ses regards, de chacune de ses paroles. À ses yeux, un seul geste, par sa main esquissé, suscitait un univers gracile et vertueux. Leslie incarnait tout ce que Dominique admirait de toute éternité chez une femme. L’élégance d’esprit et de cœur, la mélodie de sa voix et la cascade rouge de ses cheveux sur ses épaules. L’irradiation de sa peau d’albâtre et ses yeux céruléens illuminés de bonheur faisaient de Leslie, Ève ultime aussi bien qu’absolue Lilith, celle par qui le scandale d’une beauté surhumaine déchire les mondes.

     Ils avaient fait connaissance au détour d’un vernissage. De découvertes en confidences, de petites attentions en sourires complices, un incommensurable amour naquit dans le cœur de Dominique. Une espérance inouïe l’accompagna jusqu’au jour terrible où il déclara ses sentiments. Comment décrire l’effondrement de son âme lorsque Leslie, désemparée par sa déclaration, lui révéla son homosexualité. Ce n’était pas négociable. Elle prononça alors cette phrase caricaturale qui alimente les plaisanteries de fin de soirée, lorsque chacun raconte son plus beau râteau, sa veste la plus seyante : « Je préfère qu’on reste amis ».

     À cette annonce, il se recroquevilla comme une rose défunte. Une souffrance abjecte hantait ses jours et ses nuits. Les anxiolytiques les plus puissants n’y pouvaient rien ; les psys en perdaient leur latin. Chaque soir, au crépuscule, la lance de feu d’Azraël s’enfonçait toujours plus profondément dans sa poitrine. L’air fuyait ses poumons, son estomac refusait toute nourriture. Seuls ses yeux, véritables fontaines de larmes, lui rappelaient qu’il vivait encore, telle une ombre au Shéol.

     Et puis un jour, il en eut assez de saigner. Puisque la médecine des hommes ne parvenait pas à éradiquer cet amour létal qui le rongeait, il décida de s’en remettre à ce Dieu autiste auquel certains prêtent existence. Qu’avait-il à perdre ?

     Sa prière, chuchotée du bout des lèvres, n’en fut pas moins péremptoire. 

     « Seigneur ! Si tu existes, fais quelque chose pour moi ! »

     Comment expliquer ce qu’il ressentit. Était-ce un effet de son imagination ? Un symptôme de son mal-être ? Allez savoir. Le fait est qu’il crut qu’une poigne d’acier arrachait une araignée gigantesque de cet endroit incertain qu’on nomme for intérieur, pour, l’instant d’après, y placer quelque chose de doux et réconfortant.

     Quelques semaines passèrent. Il ne souffrait plus et songeait déjà à reprendre son travail. Tout semblait normal jusqu’à ce que la gardienne, d’un air inquiet, lui demanda s’il souffrait de la gorge. « Votre voix. Elle n’est pas comme d’habitude. On dirait que vous avez mué. »

     Il s’aperçut bientôt qu’il n’avait plus besoin de se raser. Sa chevelure devenait plus épaisse, plus soyeuse. Il se réveillait le matin dans un lit maculé de poils tombés pendant la nuit. Son teint s’éclaircissait, sa peau s’adoucissait. Ses hanches s’arrondissaient et ses pectoraux se transformaient en petits seins. Son sexe s’étrécissait de jour en jour jusqu’à se résorber totalement. Dans la rue, les voisins ne le reconnaissaient plus.

     C’est lorsqu’il prit conscience qu’il devait renouveler sa garde-robe qu’il réalisa l’ampleur de sa métamorphose.

     Alors son cœur bondit de joie et Dominique sut qu’elle pouvait recontacter Leslie.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

Le grand galop chromatique (Emma)

Je l’savais bien que j’aurais pas dû risquer “le grand galop chromatique” ! tout ça à cause de Maman et ses sirops fortifiants, remèdes de cheval, oui !
 


permis de conduire un orchestre jean poiret... par susacacon

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :