07 mai 2016

Emile (MAP)

La peinture d'Emile Friant me plaît énormément !

Récemment revisant pour la n'ème foi le Musée des Beaux Arts de Nancy

j'ai pu admirer de nouveau trois de ses oeuvres majeures :

DSCF6502

 

Le Travail du lundi 1884 Huile sur toile.

*

La TOUSSAINT !

"La scène de La Toussaint se déroule devant l'entrée du  cimetière de Préville à Nancy.

Elle nous présente une grande famille  lorraine, avec ses rites du deuil,

sa conception de la charité et les  principes d'éducation qui en découlent" ...

La Toussaint E

SyLvain LANG a eu l'idée d'une transformation animée de ce tableau

avec une installation vidéo et silicone !

Voilà en quelques photos ce que cela donne :

La Toussaint 1

La Toussaint 2

La Toussaint 3

A voir ici en mouvement :

https://youtu.be/zPgdM_6svv8

 

C'est assez impressionnant à voir !!!

Les personnages d'une peinture qui se mettent soudain à prendre vie

et à défiler devant nos yeux !

Il y a comme de la magie là-dedans !!!!

*

Et bien sûr le tableau que je vous ai proposé

pour ce nouveau défi :

 

La petite barque E

La petite barque 1895

Emile Friant

que j'aime pour la douce émotion qu'elle dégage !

* * *

Eh bien voilà ! Si vous passez par Nancy n'hésitez pas

à visiter notre beau Musée et à en admirer

ses chefs d'oeuvre !

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


Je déteste Disney ! (Joe Krapov)

DDS 401 Blanche-Neige

Au début, on était comme Adam et Eve, Daphnis et Chloé, Castor et Pollux, Rodrigue et Chimène, Roméo et Juliette, Roux et Combaluzier, Tarzan et Jane.

Je lui trouvais plus de beauté et de séduction qu’aux trois Grâces réunies.

C’était l’époque du début, celle que depuis Monet on appelle « Impression soleil levant ». Tout autour de moi avait pris les sept couleurs de l’arc-en-ciel. Je vivais sur un nuage. J’étais prêt à accomplir pour elle les douze travaux d’Hercule. A m’abstenir de commettre les sept péchés capitaux. Pourtant j’ai longtemps cru que je n’avais pas le droit de pénétrer dans les églises et que, n’étant pas croyant, ces interdits ne me concernaient pas. Pas plus d’intérêt pour la Sainte-Trinité que pour les dix commandements ou les dix Chatterley.

Avec elle, j’aurais voulu faire les quatre cents coups, passer mille et une fois mille et une nuits, j’aurais parcouru le monde dans tous les sens. Les quatre points cardinaux n’auraient pas eu plus de secrets pour nous que les quatre filles du docteur Marsh ou crève depuis qu’elles ont entrepris d’écrire 366 réels à prise rapide.

J’aurais escaladé les sept collines de Rome : l’Aventin, le Palatin, le Trissotin, le Picotin, le Capitole, le Pactole et le Quirinal.

A elle seule elle représentait plus d’aventures potentielles que mes dix-huit compagnons de jeunesse réunis : le club des cinq, le clan des sept et les six compagnons.

Elle était supérieure aux sept merveilles du monde, elle était la huitième et la neuvième de Beethoven réunies pour un hymne à la joie des choeurs et de mon cœur.

Bref j’étais éperdument amoureux d’Isaure Chassériau dont le portrait par Eugène Amaury-Duval est conservé au Musée des Beaux-Arts de Rennes.

Mais je crois que j’aurais dû consulter des voyantes. Deux ou trois voire plus si affinités. Elles me l’auraient peut-être prédit, les sept boules de cristal, qu’il y aurait quatre saisons dans notre vie d’amoureux.

J’ai longtemps cru, enfant, que les faits divers s’écrivaient « fées d’hiver ». Je n’avais jamais imaginé qu’il pût y avoir aussi des sorcières d’été.

Ce qui nous a perdus, ce qui a tué mon amour, c’est son affection débordante pour les animaux.
Un dalmatien, ça va. Deux passe encore, trois, bonjour les dégâts. Mais 101 !

DDS 401 Dalmatiens 2

Le premier s’appelait Dalmatheux, le deuxième Duffelcoat, le troisième Deltoïde puis vinrent Dagobert, Daffodil, Duralex, Dixieland, Djingle bells, Davidoff…

Le cent unième fut appelé Derdesders. Mais il y avait déjà longtemps que je n’en pouvais plus d’aller les faire sortir dans la rue pour leurs besoins du soir.

Qu’est-ce qui m’avait pris de tomber amoureux de cette tête de corde à nœuds, de ce lapin de Garonne, comme on dit à Toulouse, de ce gibier de quarantaine ?

Désormais je ne rêvais plus que de la quitter, de m’envoler cinq semaines en ballon, de faire le tour du monde en 80 jours et de n’en pas revenir.

DDS 401 bateau

Même encore maintenant, dans ce petit voilier au pied des falaises normandes je cherchais ce qui, avant que je ne fasse sa connaissance, avait pu, dans ma folle jeunesse, provoquer les cieux au point que je dusse recevoir un tel châtiment BrigitteBardotesque.

Avions-nous, un jour, été treize à table ? Avais-je froissé sept samouraïs, douze hommes en colères, huit salopards ? Avais-je eu dans un pays imaginaire, dans une vie antérieure, sept femmes et une barbe bleue ? Avais-je dérobé des bottes de sept lieurs et agi de telle manière qu’un ogre fût obligé d’égorger ses sept filles ? Faut pas poucet, quand même, j’avais fait des conneries, mais pas celle-là ! Je n’avais pas non plus, par sept fois, participé à une épreuve de lancer de nains au cours d’une épreuve de sports d’hiver, dans un paysage tout couvert de blanche neige.

J’étais abasourdi de chiffres, de souvenirs vrais ou inventés.

Quand je sortis de ma réflexion, je m’aperçus qu’une chose bizarre s’était produite autour de nous. Le vent était tombé, la barque n’avançait plus et il n’y avait plus de ligne d’horizon. Tout autour de nous la barrière de falaises s’était refermée et nous étions désormais à la surface d’un lac d’Auvergne mais sans possibilité aucune d’accoster.

Je tapai sur l’épaule d’Isaure qui se redressa.

DDS 401 Dalmatiens 3

- As-tu vu ce que je vois ? lui demandai-je.
- Ce n’est rien, me répondit-elle. Ce n’est pas pire que d’être coincé à bord du radeau de la Méduse. Quand les douze coups de minuit sonneront, tu te réveilleras et tu verras que tout cela n’est qu’un cauchemar.
- Vraiment ?
- Vraiment ! Et alors tu sortiras faire pisser Dakota, Desdémone, Delaware, Douaisis, Darrigade, Dyslexique, Dulcimer, Domino…

Je déteste Disney !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

Ah les femmes ! (Walrus)

 

... toujours prêtes à se laisser mener en bateau !

Et ça ne date pas d'hier...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

L’Effrontée (Pascal)

 

« Comme vous me voyez, c’est moi qui nous ramène au port ; si vous entendiez comme il ronfle, on dirait un bateau à vapeur. Avec tout ce qu’il a ingurgité, il n’a plus tellement le pied marin, mon Jason ; il n’est même plus capable d’ouvrir un œil… Il est premier biniou au bagad de Louannec, marin pêcheur sur l’Effrontée et bourré comme un coing, à cette heure, mon argonaute…

Ce matin, à l’ouverture de la foire annuelle de Paimpol, il fallait voir comme il a défilé ! Un troubadour ! Un vrai fifrelin exalté stridulant sa partition comme un pinson de printemps ! A l’issue de la représentation, il s’est fait embarquer dans une embuscade digne des pirates de la Côte ! Et que je te reprenne un pichet de cidre, un verre de Chouchen, et que je te chante « Ils ont des chapeaux ronds », et que je trinque avec le chef de la clique, le tambour-major, la deuxième bombarde, et que j’arrose nos fiançailles !...

Avec tout ce vent dans les voiles, monsieur a réclamé une balade sur la mer ! On a loué cette petite barque. A quelques encablures, sur l’île des Amants, il voulait incruster nos initiales sur les rochers de la marée basse ; il voulait me faire un collier avec des coquilles de bigorneaux et me confectionner une robe de mariée avec le goémon de la plage ! Il voulait me conter fleurette assis sur un banc de sardines et il avait même des idées d’Amérique, avec cette coquille de noix… On n’a pas fait un quart d’heure de voile que mon Jason était malade comme l’aiguille d’une vieille boussole désaimantée ! Il s’est effondré dans la barque ! Regardez-le, il ronfle affalé sur l’oreiller de ma belle robe à crinoline du dimanche ! J’ai pris la barre ; il ne sera pas dit que Bleuenn, fille unique de Loïc le Cloarec, émérite patron pêcheur sur l’Effrontée, ne sait pas mener une voile ! Heureusement, il y a du vent ; autrement, je serais rentrée à la rame… »

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Rêve de lune (Clémence)

 
Elle s’appelait Émilie.
Svelte et jolie, elle portait  une robe blanche. Sa chevelure brune relevée en chignon laissait danser quelques mèches sur ses yeux noisette. C'est ainsi que Jules la vit pour la première fois.

Il lui fit une cour discrète. Elle ne s'effaroucha pas. C'est vrai que Jules était beau garçon !
Après avoir fait la connaissance des parents d’Émilie, il fut autorisé à venir le dimanche après-midi. Il l'emmenait en promenade dans le parc de la ville. Lorsque des regards envieux s'attardaient sur elle, elle cachait son émoi sous son ombrelle.

Jules devint plus audacieux. Les soirs d'été, il venait sous la fenêtre de sa chambre et lui récitait quelque poème. Elle trouva cela très romantique.

Émilie devint plus audacieuse à son tour.
Elle glissa une échelle sous la glycine qui grimpait jusqu'à sa fenêtre. Le soir, elle enjambait le petit balcon  et courrait à la rencontre de son amoureux.

Ce soir, la lune était magique. Leur première nuit la fut aussi. Tendrement enlacés, il lui murmura :
- Je t'emmènerai sur la lune...

Chaque soir, elle se répétait la promesse quand elle délaçait son corsage qui la serrait un peu trop...
Sa mère ne fut pas dupe. Le mariage fut organisé. Une célébration en toute simplicité et dans l'urgence. Émilie accepta, docilement.

La veille des noces, Émilie quitta la maison à l'aurore. Jules l'attendait à l'embarcadère. Elle prit place dans la petite barque. Il posa sa tête sur ses genoux. Les voiles faseyaient. Elle saisit la barre.  Il largua les amarres.

La côte s'éloignait. Il ouvrit son sac et saisit une boule de vêtements.
- Enfile ce pantalon et cette blouse, ce sera plus commode…
Un vent de liberté souffla.
- Viens près de moi, lui dit Jules en sortant son couteau.
Il saisit sa longue tresse et la trancha d'un coup vif.
La robe et les cheveux glissèrent sur les vagues …
- Où m'emmènes-tu ?
Il tendit le bras. Au loin se dessinait la silhouette élégante d'un trois-mâts. En fin de journée, des cris de joie les accueillirent et ils accostèrent.

La vie à bord fut agréable et rude à la fois. Émilie et Jules étaient heureux.
- Où allons-nous, lui demanda-elle ?
- Regarde là-haut, tu vois la petite plate-forme ?
- Oui…
- Je t'y emmène. Je t'avais promis la hune….
- La hune ? J'avais compris la lune….
- Es-tu déçue ?
- Non, mais je me berçais de ce rêve fantastique…

Quelques jours plus tard, elle fit une vilaine chute sur le pont. Ses espoirs de maternité s'envolèrent, mais leur amour n'en pâtit pas. Elle lui demanda quels étaient leurs projets.

Il la regarda et lui dit avec le sourire :
- Pour l'instant, nous naviguons sur la Route des Épices. Ensuite, ce sera encore un très long voyage vers l'Indonésie.….Nous devrons peut-être changer d'embarcation…
- C'est presque aussi loin que d'aller sur la lune, dit-elle dans un éclat de rire.
- Tu m'as promis de me suivre en tous lieux et de me soutenir dans mes projets. Maintiens-tu ton serment ?
- Bien sûr, mais tu m'intrigues. Quels sont les projets que je partagerais avec  toi ?
- J'ai entendu parler d'une île de l'Archipel des Moluques. Seram. Les habitants seraient en grande détresse à la suite d'épidémies. Je voudrais y ouvrir un dispensaire…
- Je te suivrai, sans aucune condition, lui murmura-elle en se blottissant dans ses bras.
- Écoute -moi attentivement car je vais t'étonner. Dans cette île, les indigènes parlent l'alune…

Leur route serait longue mais leur vie aurait un sens.

Dans leur petite ville provinciale, un amoureux, secrètement déçu, prit une toile, ses pinceaux et sa palette. Il peignit la petite barque….

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


Mes barques (Laura)

Mes premières barques
Furent de simples passerelles :
Petits ponts de bois ou de fer
Sur lesquels je m’asseyais pour faire
De grands voyages en livre ou rêve.
Il y eut aussi la vraie barque
De mon cher grand-père ;
Elle était bleue et blanche :
J'y ai plus pris d'eau
Qu'aurait du prendre un bateau .
Mon grand-père portait une casquette
De marin : je ne lui pas demandé
Pourquoi mais je sais qu'on l'a enterré
Avec ; était-ce pour sa dernière traversée ?
Je n'ai jamais oublié sa silhouette.
Quand j'ai embarqué avec toi
Je n'ai vu au départ que les paysages
Et n'ai pas pensé aux naufrages
Ni même aux avaries et aux orages,
La croisière est plus qu'agréable, ma foi.
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Embarque dans ma barque (Marco Québec)

 

Embarque dans ma barque
Je te la chanterai
Dit une chanson du folklore
 

En radeau
Je te chanterai un slow
 

En rabaska
Je te chanterai une salsa
 

En galère
Je te chanterai du populaire
 

En yole
Je te chanterai du folk
 

En canot à rames
Je te chanterai du slam
 

En voilier
Je te chanterai du country
 

Et enfin pour que ça te plaise
Je te chanterai une chanson française

 

Pour prolonger le plaisir, la chanson du folklore qui m’a inspiré, Isabeau s’y promène, chantée par le choeur d'enfants LES DEUX RIVES, formé d'élèves de Gatineau au Québec et d'Ottawa en Ontario.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Amphitrite (Vegas sur sarthe)


L'océan était d'huile ainsi que la peinture
la toile bien tendue par Emile Friant
quand d'un coup de poignet que je crus malveillant
elle vira de bord et brisa la voilure.

Nous étions naufragés à trois mètres des côtes
pourtant elle riait à gorge déployée
je nous comptais déjà au nombre des noyés
des marins, des corsaires ou bien des Argonautes.

De ses amples jupons elle fit la grand'voile,
un petit diablotin de sa robe arrachée
on eut dit Amphitrite, que dis-je... Psyché.

Elle m'avait c'est sûr bien mené en bateau
la barcasse tanguait sous d'ardents vibratos
ma mante, mon amante allait tisser sa toile.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Venise


Regarde la mer ma chère et cesse de penser au prix du poisson!!

Et toi renonce à ses batailles perdues!!

Je suis lasse de te voir t’épuiser à rien faire rame au moins et accostons que nous en finissions.

Tu es toujours en pyjamas poético cosmique !!

J’aurai pu avoir des maitresses, mais mon obstination à te séduire  est vaine , notre relation ne progresse pas il manque le vent à notre voilure .
La barque stagne et nous nous ennuyons!!
Ha que vienne une tempête et que tu t’accroches à mon MAT implorante et inquiète!!!

Mon ami le peintre est dépressif et rien dans ce tableau nous sauvera de son entreprise funeste .
Il faudrait profiter d’un facteur externe , dés qu’il s’assoupie sortons de ce cadre à la nage s’il le faut . Je n’ai jamais rien gagné au jeux olympiques de natation !!

Nous dépendons l’un de l’autre , et cette barque n’a pas de fond le peintre dans son élan a oublié la coque je commence à prendre l’eau!!

Tu es plein de préjugés voilà EMILE qui revient taisons nous!!


La femme d’EMILE découvre le tableau !!Tu comptes  payer le loyer avec la vente de ce tableau!!!

Je t’emmerde ma chère!!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

30 avril 2016

Défi #401

DSCF6506

Laissez-vous inspirer par ce tableau

d'Emile Friant intitulé

"La petite barque" 1895

Envoyez vos impressions à

samedidefi@gmail.fr

A tout bientôt !

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :