06 janvier 2018

Participation de Laura

 

Ubiquité, nom féminin, du latin ubique, partout

Biologie moléculaire: il existe des molécules ubiquitaires,dites de ménage

Informatique: les ordinateurs sont omniprésents dans le monde réel

Quel don formidable que l'ubiquité: lire et regarder la télé est mon interprétation

Ubik de Philip K.Dick: ubiquité des figures du Bien et du Mal

Il est possible aussi de lire en écoutant de la musique

Théologie protestante: ubiquisme ou omniprésence divine

 

Ecologie: certains êtres vivants peuvent habiter dans des biotopes variés

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


Ubiqui...t'es où ?! (Kate)

 

N'ayant pas le don d'ubiquité, sinon j'aurais réussi la semaine dernière à aller photographier un potentiel ange thuriféraire dans une hypothétique église romane auvergnate en lieu et place de briquer mes sols et diverses activités récurrentes (si j'ose m'exprimer ainsi), j'ai pourtant déniché la recette de ce pouvoir (assez rare, convenons-en) et je vous la transmets ci-dessous.

En voici les ingrédients nécessaires : un chapeau noir, rigide, à larges bords ; un étalon noir ; un loup noir en tissu ; une tenue noire intégrale ; une épée ; un fidèle serviteur muet également présenté comme sourd et enfin un pseudo à signer de "la pointe de l'épée", d'un "Z" (et oui !!!) qui veut dire Zèbre (non !) mais Zorro ! (oui : "Zorro ! Zorro ! Zorro !..." en écho à l'infini).

Là, j'ai pu prendre un cliché (mais de nuit, sans lune comme il se doit !).

Source: Externe

  En cherchant bien dans mes "archives", j'ai aussi trouvé un autre cas d'ubiquité :

 

k01

  

Deux "Mille pompons !"

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Au fil de l'eau (maryline18)

k01

k02

k03

k04

k05

k06

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

30 décembre 2017

Défi #488

 

Lors du tour précédent,
je vous avais proposé
un mot un peu sombre :
Ubac.

Je vais vous donner l'occasion
d'être à la fois

à l'ombre et au soleil

4881

Ubiquité

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Ont balancé la fumée

pas cons

 

maryline18 ; Venise ; Vegas sur sarthe ; Walrus ; Joe

Krapov ; JAK ; Kate ; petitmoulin ; joye ; bongopinot ;

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


Une jolie pièce par bongopinot


Derrière cet écran de fumée
Un petit garçon joue de l’encensoir
En le faisant gentiment balancer
Aux premières lueurs du soir

Il suit une procession
Tout de blanc vêtu
Lisant des citations
Lors d’un spectacle inattendu

Trois autres de ses copains
Neptune Saturne et Jupiter
Bouquets de fleurs à la main
Ces trois petits thuriféraires

Ouvrent de nombreux chemins
Dans l’avenir et l’espace
Pour aujourd’hui et demain
Brisant au passage des carapaces

Et lorsque sonne minuit
Brillante comme un soleil
Elles arrivent dans la nuit
Étincelante dans un demi-sommeil

C’était une pièce de théâtre
Pour la fin d’une année scolaire
Elle était interprétée à quatre
Pour un moment beau et lunaire

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

thuriféraire : la FAQ (joye)

better

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

Un grand coup de brosse à reluire (petitmoulin)

 

Un grand coup de brosse à reluire
Excellent ! Monsieur le Directeur
L'encensoir à portée de main
Magistral ! Monsieur le Directeur
La dithyrambe forcenée
Génial ! Monsieur le directeur
La courbette chronique
À votre service ! Monsieur le Directeur
La paillasson seconde nature
Après vous, Monsieur le Directeur
Le pantalon... le pantalon...
Faites... Monsieur le directeur
La promotion en bandoulière
Merci ! Monsieur le Directeur
Et tu te demandes
Pourquoi les miroirs
Se sont couverts
D'épaisse fumée 

 

Bonne Année à vous tous
Amis défiants du samedi.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

Tuerie ferraire… (Kate) (22)

 

Non, j’ai mal lu, c’est : « thuriféraire » ! Encore plus obscur, plus fumeux (oserai-je ? oui !)… 

Fonçons donc, puisqu’un mail de Walrus a, par un heureux hasard, réveillé mon envie (rentrée) d’écrire et de participer (après tant d’années) à ce défi aux puissants parfums d’encens. 

Plusieurs ont déjà « envoyé la fumée » et même si on est déjà jeudi soir et « entre les fêtes » ou « pendant les fêtes », je n’attendrai pas « après les fêtes » comme tout un chacun jouant le débordé (de « chez débordé ») que je ne suis pas vraiment mais que je peux feindre d’être aussi… 

Toutes ces digressions qui envahissent mon texte ! Non, qui sont mon texte, comme le livre que je viens de finir où l’on en apprend autant sur son auteur que sur son sujet (« La serpe » de Philippe Jaenada, passionnant !). 

Un acrostiche peut-être, vu le temps imparti restant, le manque d’imagination et le peu d’humour qui m’habite en ce moment… Je sais que certains ne manqueront pas le sens figuré... Mon humeur terre-à-terre de cette fin décembre me pousse sur une pente « premier degré » et donc : 

Théologie
Hommage
Utile
Rome
Idolâtrie
Fumée
Encens
Respect
Autel
Infini
Rite
Effluves 

Bien sûr, je voulais joindre une petite photo mais le temps que je traverse la ville pour rechercher une verrière du 14ème siècle mentionnée sur internet mais dont aucune photo n’est disponible sur internet (que j’ai écumé) ni dans ma doc perso,  alors, comme dit la chanson « Non, je n’aurai pas le temps… »  et donc à suivre !

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

L’adulateur (JAK)

 


Une belle endimanchée, sur ses talons perchés

Plantureusement montrait ce que l’on ne saurait zieuter

L’Alphonse, ce voyeur flagorneur, par ces seins alléché

Lui roucoula :

Eh! Miss vous êtes ci-devant, une authentique vénusté.

Et si pour moi vous vouliez bien promptement turbiner

Je vous offrirais à vie, le gite et le couvert.

L’élogieux compliment fit alors chavirer la jolie dulcinée.

Et l’encenseur par son discours flatteur illico l’emballa

Laissant ses pères et mères, au bras de l’enjôleur de suite s’en alla.

Sur un boulevard, dans une voiture clinquante dès lors échoua.

Et depuis, elle chante à qui veut l’ouïr, honteuse et bien confuse,

Un peu tardivement toutefois, qu’on ne l’y prendra plus.


Il en va ainsi du verbe qui peut être louangeur et flatteur, et parfumer les chemins.

Le vil se l’approprie pour mieux manipuler, en authentique mâtin

Et pour lors de la sorte, arriver à ses fins

j01


Gardons nous bien des mots, n’aimons que les actions.

Il faut pourtant le reconnaitre la chose n'est pas toujours aisée

Il est si doux d’entendre la louange de l’obséquieux

Lorsque l’on veut à tout prix être aimé.

j02

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,