04 avril 2020

Sans crier gare (Brindille tartine)

 
Il m’a abordé pour me parler de ses succès
Je n’avais rien demandé 
Il m’invitait à déjeuner
Je n’ai pas su refuser
Ce que je vais vous raconter
Va bien sûr vous étonner
Car vous me connaissez 
Prudente et avisée 
Et pourtant c’est la stricte vérité 
C’était en pleine été 
Je venais de m’installer
Tout près de Calais
D’inspiration je manquais 
Pour choisir mon parquet
Je devais tout de même vaquer
Et c’est avec regret
Que je quittais mon canapé 
Moi si prompte à rêver 
Je me languissais
Pourquoi me balader
Mais cela s’imposait 
Je me sentais guidée 
Vers les boutiques du quai
Il n’y eut pas de hasard
Il n’y en a jamais 
Je le rencontrai
Fringant et attifé 
Arpentant le pavé
Je n’ai pas résisté 
Je veux vous l’avouer 
Je lui ai tout donné 
Ma vertu ma jeunesse 
J’en passe et des meilleurs
Sans aucun regret
Il fut le premier 
Mon bel aventurier
Mon sud américain
Outrancier fortuné 
Je t’ai tant aimé 
Mon »RASTAQUOUEROUNET »


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


Du rastaquouérisme[1], moi? (Laura)

 

Quand mon mari, qui ne trouvait pas en France de travail à sa mesure, m'a dit qu'on lui avait proposé d'accompagner les machines (de son ancienne usine, vendues aux enchères, un déchirement pour nous) au Maroc où il superviserait leur installation dans une nouvelle usine en construction. Si je dis que, quand nous sommes arrivés là-bas, il y avait à peine la dalle au sol, je fais du rastaquouérisme? Car c'est ce que certains Marocains m'ont accusée de faire dans des photos que j'avais mises sur mon blog. Peut-être aussi que dans mon livre "Paysages marocains", j'ai fait encore du rastaquouérisme. D'ailleurs, quand nous sommes retournés au Maroc juste avant la mort de mon mari, je me suis dit que je lui ai dit que je ne retournerais jamais là-bas. Sans doute lui ai-je fait de la peine mais la déception était à la hauteur  de l'attente que j'avais de ce voyage que lui ne  le sentait pas trop. Il avait raison et je n'ai rien compris: que c'était notre dernier voyage et je n'ai sans doute rien compris au Maroc. Excuse-moi, mon amour; excusez-moi,  Marocains d'être toujours et encore dans le rastaquouérisme. Pourtant, comme je vous ai aimés, toi et vous.

 



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mars 2020

Défi #605


Un mot riche, cette semaine

Rastaquouère

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

J'ai quidditch par bongopinot

b

 

 

                      Quatre balles sur un terrain

                      Un jeu collectif et mixte où :

                      Il y a sept personnes par équipe

                      Différents postes de jeu avec balais

                      Des remplaçants en nombre illimité

                      Ici des poursuiveurs là-bas des batteurs

                      Toujours un gardien et un attrapeur

                      Courir attraper souafle cognards vif-d’or

                      Hélas je ne peux vous en dire plus

 

 

CAR J’AI QUIDDITCH

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


A ri par terre (joye)

Cher WalrusodoreC'est pas sorcier je hais Harry Potter Quidditch que c'est mal annulé virus cancelled A ri parterre

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

C'est celui qui Jabberwockquidditch qui l'est ! (Joe Krapov)

DDS 604 Jabberwocky 2423932

Il était Wimbourne et les poursuiveurs
Fondaient dans l’hermione et s’y confinaient.
Les Suédois étaient trop courts du museau
Et les Holyheads harpies horcruxaient.

- Prends garde au méchant Jedusor, enfant !
A ses griffes qui happent, à sa gueule qui mord !
Méfie-toi de l’oiseau détraqueur, et fuis devant
Le très boutenchoc serdaiglatraptor ! »

Emportant avec lui son effrayant cognard,
Il partit en quête du vivet doré.
Contre l’arbre moldu, il alla s’adosser
Et se mit à réfléchir un instant :

- Pré au lard ! Choixpeau, phénix et Tutshill !
Que Bièreobeurre Porpington me vienne en aide !
Que ses ailes d’argent me magicprotectionnent !
Que je sois vigoureux comme le Rowlingstone ! »

Il était encore tout à ces pensées fort souafles
Quand le grand Jedusor, les yeux emplis de flammes,
Fendit le dumbledore à pas mangemortels
En ponctuant sa course de soucoupes de feu.

Et une ! Et deux ! Et tiens ! Et vlan ! Sans une trêve,
Le balai dispensa ses reliques de mort.
Une fois la bête à terre, il lui ôta la tête,
Et l’envoya danser dans les trois anneaux d’or.

- Le grand Repousse-ombrage par ta lame est tombé ?
Viens vite dans mes bras, mon enfant portoloin !
Ô broumseupe journée ! Fourchelangue et diadème ! »
Glouffa le père absent dans un élan de joie.

Il était serpentard et les chocogrenouilles
Sprintaient dans le poufsouffle et s’y poudlardillaient.
Les frelons de Queerditch étaient en pétuniage
Et les Porskoff cogneurs, galamment, pinceviffaient.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

La course sans sac (Vegas sur sarthe)


Ça y est, nous avons fini par épuiser tous les jeux de société ainsi que ceux de la chambre qui eux m'ont éreinté …
Germaine qui ne manque pas d'imagination a pensé à un nouveau jeu : On fait des courses de balai à califourchon dans la maison.
J'ai eu un mal de chien à lui trouver un balai traditionnel car beaucoup de gens confinés ont du avoir la même idée.
Moi je me suis attribué le Dyson – prononcer Daïzône parce que c'est angliche – que je pilote bien depuis que j'ai trouvé un tuto sur le net.
Pour les ignares le Daïzône est un aspirateur sans sac contrairement aux courses avec sac.
Germaine prononce Dison alors disons que son accent laisse à désirer.

Le balai de Germaine est un balai comme j'en ai connu chez ma mémé avec un gros manche en bois lisse et un mignon faisceau de paille de riz.
Il est sexy mais un peu lourd pour prendre les virages ; les balais à flux énergétique positif comme celui de ma mémé n'existent plus …
Celui de Germaine serait plutôt du genre à flux énergétique négatif à voir la façon dont elle gère la marche arrière.
Le mien est un V8 comme les bagnoles américaines – avec un accessoire suceur mais on s'en sert pas – et il a une autonomie de 7 minutes à vitesse Max alors que Germaine tire la langue au bout de 3 minutes !
Je gagne toujours parce que le Daïzône est également plus maniable mais nous avons maintenant épuisé tous les gages attribués au vainqueur y compris les gages de la chambre.
Après la partie gagnée je sais être magnanime et j'aspire les brins de paille de riz avec mon Daïzône V8.
Germaine dit que je suis avantagé, c'est aussi ce qu'elle disait pour les jeux de la chambre et ça me rend fier. Après tout c'est elle qui a voulu jouer à ça.
Les voisins y jouent aussi mais avec une variante : ils courent dans un dédale de bouteilles de bière ouvertes qu'ils doivent boire aussitôt qu'ils les renversent.
À les entendre ils sont très maladroits et passent beaucoup de temps à balayer les débris.

Après le confinement j'ai promis à Germaine de lui acheter un Daïzône V10 … à moins qu'on se lasse d'ici-là mais comme je lui dis « ça te serviras toujours ».

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

Quidditch duchmol ou moldu ? (Nana Fafo)

à tes souhaits très cher Walrus !

tu voulais du sport en voici : le quidditch Duchmol

ronchonchon-harry potter

 Ronchonchon était rentré chez lui, sur les conseils de Laure Théoux la directrice,

Al étant chez Pa’ son Podologue Acupuncteur, il reviendrait le voir une autre fois.


On était samedi, Ronchonchon décida de retourner à l’Ehpad de Sens.


Quand il se pointa vers 14h00 à l’accueil, le livre 601 non-sens était toujours posé sur la table.

Ronchonchon avait bien envie de regarder ce que contenait ce livre, un Quid peut-être ?

Mais il y avait un tel vacarme qui venait du hall qu’il préféra aller voir.

Quand il poussa les portes battantes, un étrange balai se déroulait, c’était le cas de le dire…

harry potter gryffondor serpentard

 

Tous les membres du personnel avaient enfourché un balai et s’agitaient.

Le grand ménage aurait-on pu penser ? Point du tout.

Après analyse de la situation, les tables avaient été poussées pour improviser une arène de jeu.

Toutes les personnes présentes portaient un T.shirt au couleur d’une équipe pour marquer l’appartenance à leur clan.

Que penser de tout cela ? What a fuck ?

Décidément cet établissement réservait plein de surprises,

il y avait un fossé et non pas une petite rigole avec l’idée qu’on se faisait sur ce genre d’endroit.


Il repéra dans la foule les 2 petits comiques de l’autre jour, Papy Wal et Papy Jo,

il s’approcha d’eux pour leur demander qu’est-ce qui se passait ?

 

Ronchonchon : “Vous faites quoi ?”

Papy Jo : “C’est du … quidditch.”

Ronchonchon : “A vos souhaits !”

Papy Wal : “Nan, c’est un sport de balle fictif”

Ronchonchon : “ah... comme l’air guitare !”

Papy Jo : “ouhais sauf que nous, on a gardé les balais, ça permet au personnel d’en profiter pour faire le ménage !”

Ronchonchon : “mais, ça sert à quoi de faire comme si…”

Papy Wal : “à nos âges, ce serait trop dangereux de jouer à la baballe, alors on a adapté la version du quidditch moldu et on l’a rebaptisée le quidditch dumol”

Ronchonchon écarquilla les yeux.

Papy Jo avec son accent du terroir qui roulait les r : “Quoi, vous connaissez pas Harry porteur?”

Ronchonchon : “Non, je connais Harry celui qui porte les repas…”

Papy Jo : “Bien joué ! mais moi j’vous parle du gars aux lunettes rondes, style premier de la classe”

Ronchonchon : “Non j’vois pas ! Mais, faudra m’expliquer les règles à l’occasion, Al est ici ?”

Papay Wal : “ En fait la première fois qu’on a organisé cela, c’était une idée de Al. Tous les samedis, le personnel poussait les tables pour faire le ménage, Al avait décidé de leur faire une blague à ses petits chatons comme il les appelait et puis c’était pour nous distraire un peu. On s’est regroupé à plusieurs pour les entourer et les obliger à danser sur leurs balais. La semaine suivante, il a remis ça et il avait fait venir beaucoup plus de monde de la résidence, et là, il a expliqué le jeu. Ni une ni deux, la semaine suivante, on avait des T.shirt.”

Papy Jo: “et l’activité s’est retrouvée dans le livre : le quidditch duchmol … Al a refusé d’en porter la paternité”

Ça ressemblait bien une idée tordue de Al, Ronchonchon tenta de le repérer dans la foule,

il n’était pas question qu’il laisse tomber ses recherches quidditch ou pas quid ditch.

ronchonchon-quiddich

Belle lecture créative à toutes et à tous

Pour le défi 604 - Quiddich- du défi du samedi

 

Episode 01 - Episode 02 - Episode 03

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

Quid du quidditch (Kate)

Quid du quidditch ?

Quidditch !

Qu'est-ce que c'est ?

Une

Invention

D'auteur

Documenté

Infiniment en sport

Tennis, basket, etc.

Chevaucher un balai

Hockey, c'est dingue !

0-2 2

À l'heure où Volirusdemor(t) plane sur nous, il est bon de :

- rêver,

- rêver à un sport,

- rêver à un sport d'extérieur...

Un sport inventé, certes, redevable à la lutte, le rugby, le foot, la course, l'équitation, le baseball, le basket, le volley, le golf, le hockey... donc chacun s'y retrouvera quelque part !

Un sport inventif où les équipes doivent être mixtes :

0-1 3

Un sport épuisant où s'affrontent deux équipes de 21 joueurs : 7 joueurs sur le terrain et 14 remplaçants, le nombre de remplacements étant illimité !

0 2 2

Un sport brillant où l'on court après un "vif" d'or : la vie dehors quoi, quand on courait vivant où l'on voulait, vers le soleil, au-delà de son pâté de maisons.

Un sport magique : le balai est volant, la cape est d'invisibilité... J'ai déjà les lunettes, mon balai n'est pas volant et ma cape trop visible...

pincon

En confinementdence : je n'aime pas les écoles de sorciers, je n'aime pas la magie, je n'aime pas le Londres victorien et bourgeois véhiculé par cette série géniale...

Mon Londres à moi est celui plus léger du "Swinging London", même si tout n'était pas si rose et la misère bien présente aussi.

Allez, on oublie tout, on fait un tour avec Austin et on danse sur la bossa de Quincy ?

photos de l'auteur, mars 2020

 

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,