13 mai 2017

Ubac or not ubac ? (Vegas sur sarthe)


Depuis le jour où ont été créés le soleil, l’hémisphère Nord, les montagnes et les vallées les ubacquois et les ubacquoises vivent dans l’ombrée tandis que les adretois et adretoises vivent dans l’adroit.
Tout le monde ne peut pas naître du « bon côté » de la montagne sinon la montagne déséquilibrée basculerait, de même que le soleil ne peut éclairer les deux versants de la même manière sinon à quoi servirait l’ubac ?
Ainsi les ubacquois vivaient dans l’ombre quand les adretois vivaient dans la lumière et c’était ainsi, les uns condamnés à grelotter et choper la crève quand les autres grillaient et se ratatinaient au soleil.
Un versant sentait la tisane et le grog quand l’autre versant sentait la merguez et l’huile solaire.
Alors chaque année ceux qui n’en pouvaient plus de grelotter votaient pour élire le roi de l’adroit et ceux qui en avaient assez de griller votaient pour élire le roi de l’ombrée.
Bizarrement le roi de l’adroit était cousin du roi de l’ombrée; ils avaient eu la même nurse, les mêmes couches-culotte, avaient été élevés dans les mêmes principes, avaient suivi les mêmes études de roi et régnaient pourtant sur deux peuples qui s’enviaient à tout instant.
Certes l’herbe était plus verte chez les uns que chez les autres mais qu’y faire ?
Un jour vint à passer au creux de la vallée celle qu’on baptisa aussitôt la reine des tièdes et dont les deux rois tombèrent éperdument amoureux tout comme tous les ubacquois et tous les adretois.
Le roi de l’ombrée en fut tout cramoisi quand le roi de l’adroit fondit sur place bien plus qu’il ne le faisait chaque jour.  
Mais dans les contes une reine – fut-elle reine des tièdes et pas farouche – ne peut épouser deux rois tout comme le soleil ne peut sourire aux deux pentes d’une montagne en même temps.
Elle leur raconta qu’elle venait de l’hémisphère Sud, un endroit curieux où ceux exposés au Sud grelottaient et ceux exposés au Nord grillaient et s’enviaient tout autant… ce qui ajouta à leur confusion.
Il décidèrent donc que le mieux était de ne rien faire et de laisser la reine des tièdes choisir son amoureux.

Des siècles plus tard les ubacquois continuent à grelotter, les adretois à griller et les deux cousins-rois à se morfondre… et tous les hommes quel que soit leur versant élisent et réélisent leur célibataire reine des tièdes.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


Participation de Venise


TROIS BUSES saluent le soleil de l’aube et fabriquent à tout instant les nouvelles images du monde .

 

ve

 

Aucune autre bête ici ne s’aventure .

Aucun enfant ne joue du coté de l’UBAC.
L’UBAC  ne tient aucune promesse disaient les indiens .
Les montagnes portent des textes sacrés que l’ombre efface .
Les figuiers y jaunissent et les sons des cloches changent après la rosée et le givre .
L’UBAC ne murmure rien à mon oreille .
J’irai cueillir des jonquilles quand l’inquiétude aura déserté ce coté du versant des collines .

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Paysages de montagne, entre ombre et lumière (Laura)


Je me revois marcher dans une des nombreuses représentations de la Montagne Sainte-Victoire de Paul Cézanne: je voulais comme lui la voir sous toutes ses coutures.

J'aurais voulu être avec Gustav Klimt lorsqu'il a découvert  son "Versant de montagne A Hunterach": a t-il  ensuite peint ces chalets et arbres sur place ou de mémoire?

Caspar David Friedrich dans ses  "Croix et cathédrale dans la montagne" si romantique
Dans son sens premier  du sublime de Burke et non dans son interprétation mièvre!

Après Van Gogh, j'ai vu les "Oliviers et montagnes" du côté de St Rémy et d'Arles
Comme je me suis senti proche de lui, comme si son ombre me suivait dans ce paysage!

Ernst Ludwig Kirchner me plonge dans des souvenirs de "Coucher de soleil en montagne"
Je m'y plongeais dans les couleurs et les flamboyances de ce décor grandiose

Je voudrais traverser la terre entière avec Gauguin pour y voir à Tahiti ses  "Montagnes"
Marcher sur ce sol jaune, voir ce sommet rouge avec mes chers palmiers casaouis

Claude Monet m'a emmené dans une promenade à la Rousseau vers les "Montagnes
De l'Esterel":  le pin se penche vers la mer bleue  comme le ciel, en plus sombre

J'ai marché sur les pas de Gustave Courbet en Franche-Comté entre montagnes
Effrayantes de froideur et sources magiques où se baignent des femmes ouvertes

A Grenoble, j'ai revu Kandinsky qui vivait à ce moment-là dans notre capitale
Nous n'avons  pas parlé  de son "Paysage de montagne avec un village."

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Le pénombre d'une inspiration (joye)

Ubac.  Ubac ? Ubac !  Ubac ?!?

Mais putain de bordel de mère d’alors, c’est quoi, un ubac ?

Habitant d’Ubacistan ?  Nan.

Un bac pour ceux qui n’ont pas assez d’intelligence pour faire un Bac A à T ?  Pffrt.

Serait-ce du verlan pour feu Cabu ?  Nan !

Allez, bon, Larousse, au pied ! C’est quoi-t-un ubac ?

Dans les Alpes, versant le moins ensoleillé d'une vallée (généralement exposé au N.), souvent forestier.

Hmm, on dirait un maxime…

Allez, bon, placer ubac dans un bac, euh, dans un texte, c’est pas la Mère Haboire, celle qui disait qu’un dessous, c’est un dessous, non ? et puis d’ailleurs, même si ça se trouvait, elle n’habiterait pas aux Zalpes.

M’est avis que ce Walrus devient un tantinet sadique…à partir de désormais je l’appellerai le Marquis de Walrus…bon, ce serait pire, on serait obligés d’écrire une histoire à propos d’eau et on serait obligés de se mouiller un peu pour cela.

Ouais bon, ubac…qu’est-ce qui rime avec « ubac » ?

Un snack ?  Rime suffisante. Yep, ça suffit.  Hmm, hmm, voyons…zivons donc pour une rime riche…tiens, abaque, eh oui, je savais que je pouvais compter dessus…

Allez, bon, un pneu de sérieux, hein, c’est pas le moment…

Mignonne, allons voir si le snack est encore ouvert à l’ubac...

Ça commence bien, mais je ne vois pas trop comment je vais faire pour placer abaque, hein ?

Je l’abandonnais sur le tarmac, mon abaque du snack à l’ubac…

Ouais, trop cool, je vais me faire des amis, ce sacré Cabrel me le volera sans doute pour son prochain hit…faudra que j’y mette un ou deux subjonctifs pour faire Francis. (tiens, un, bon, je redouble mes efforts – ça marchait à l’école quand je redoublais… allez hop…)

Je l’abandonnais sur le tarmac, mon abaque du snack à l’ubac…

Impossible que tu visses et fisses ta Suisse aux Alpes…

Mince ! Qu’est-ce qui rime avec Alpes ? Salpes ?  Nom d’un mollusque !

Je l’abandonnais sur le tarmac, mon abaque du snack à l’ubac

Impossible qu'elle visse et fisse sa Suisse aux Alpes,

Car les salpes des Alpes sont des mollusques sans frusques.

Nan, trop bon, personne ne va apprécier, je ferai mieux d’attendre jusqu’à la semaine prochaine pour le V…

V-for-Vendetta-V-s-Hero-mask-3

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mai 2017

Défi #454

Ubac

4541

Parce qu'il y a toujours
un côté du mur à l'ombre...

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


Un télescope sous les étoiles par bongopinot


Un télescope sous les étoiles
Pour qu'à la nuit tombée
Enveloppée d'un voile
Je puisse les admirer

Et je reste là sans voix
Devant cette beauté
Mes yeux se noient
Devant la Voie lactée

Gigantesque galaxie
Une traînée blanche
Traverse le ciel noirci
De belles lumières franches

Amas d'étoiles et nébuleuses
Objet d'un ciel si profond
Forme des figures cajoleuses
Que nous tous admirons

Et je m'émerveille devant vous
Mes petites étoiles éphémères
Tes nuances de couleurs jouent
À me rendre moins amère

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Question de point de vue (Thérèse)


Il disait "Oublie donc tes tourments, ce soir, et viens contempler l'immensité de la voûte céleste ! Vois comme on se sent tout petit ! Perçois-tu ce sentiment de plénitude, cette sorte d'extase profonde ?"
-Elle lui dit : Le ciel est un couvercle lourd de menaces qui m'opresse, qui m'écrase et m'étouffe et me plonge dans un abîme sans fin.

Il disait "Sors de ta bulle et viens te réchauffer à la froide lumière des étoiles. Ecoute-les, elles chuchotent entre elles des secrets mystérieux venus du fond des temps."
-Elle lui dit : J'ai froid depuis si longtemps que même tes étoiles les plus belles ne peuvent m'apporter aucun réconfort. Elles auront beau briller de tous leurs feux, elles auront beau dessiner des mirages, je n'ai plus la force aujourd'hui de m'abandonner aux chimères.

Il disait "Regarde comme la nature est belle, laisse là tes chagrins et viens te ressourcer aux confins du cosmos."
-Elle lui dit : Le ciel est vide autant que mon coeur et je ne vois que de noirs abysses où je voudrais pouvoir plonger pour m'y noyer.

Alors il dit "Cherche bien au fond de ton être et retrouve ton âme d'enfant. Emplis tes yeux de cette poussière de diamant qui scintille dans le silence de la nuit."
-Toutes ces étoiles dont tu admires la lumière ne sont que des corps morts sans intérêt aucun, que celui qui te porte à rêver à des chimères.

Et puis il dit "Souffle donc un voeu vers la prochaine étoile filante que tu verras et si tu y penses assez fort, il se réalisera."
-Je ne sais plus parler aux étoiles. J'ai tant prié et espéré que mes souhaits se sont usés sur les murs de l'indifférence et les anges se sont perdus dans l'océan du firmament. Trop d'amertume et d'impuissance, de contretemps en projets avortés, de mensonges en serments profanés, ont rongé peu à peu mes espoirs. Je ne crois plus à ces fariboles, je ne veux plus rêver à des étoiles mortes, ce ne sont que mensonges comme ces promesses jamais honorées.

Ses yeux éteints regardaient l'insondable...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

Celui qui croyait au ciel ? (Joe Krapov)

DDS 453 aldo

Et si le ciel était vide ?

Et si Thomas Pesquet n’existait pas ?

Et si Neil Armstrong avait posé le pied non pas sur la Lune mais dans un studio de Hollywood devant une caméra de Stanley Kubrick ?

Et si Aldébaran n’était qu’un comique enrhumé du genre d’Aldo Maccione ?

Et si l’étoile du Berger rentrait ses étoiles du Blanc mouton dans l’étable de Saturnin Fabre d’Eglantine parce que soudain il pleut et que les musiciens font des canards ?

Et si Vénus, Mercure, Saturne et Jupiter n’étaient que des divinités d’une mythologie oubliée ?

Et si la comète de Haley dansait le rock sans se faire de bile autour d’une horloge franc-ma-super-çonnique au lieu de filer à l’anglaise le parfait amour avec cette nébuleuse d’Andromède ?

DDS 453 rue de paradis

Si la planète Io n’était qu’une librairie intello sise rue Saint-Louis à Rennes ? J’avoue, ce serait vache pour les cruciverbistes et pour la Voie lactée !

Et surtout, si Saint-Pierre n’était qu’un poisson et non le concierge d’une boîte de nuit où n’entrent que des constellés d’horions ?

Si le Paradis n’était qu’une des rues de la série violette du jeu de Monopoly ?

Si la réponse de Georges Marchais avait pour effet qu’à la question posée – « Et Dieu, dans tout ça ? » - par Jacques d’un seul coup l’univers chancelle ?

DDS 453 pimpampoum1926

Oui, si le ciel était vide, à quoi servirait alors le télescope de Hubble ?

A quoi s’occuperait l’astronome de « Pim Pam Poum » (les Katzenjammer kids)?

Ami sceptique, ami stoïcien, ami agnostique, ami terre-à-terre, camarade matérialiste, ta vie elle est dite ici !

 

P.S. "Ta vie elle est dite ici" est l'anagramme de "Et si le ciel était vide". Cette forme d'écriture un peu analogue aux homophonies approximatives de Raymond Roussel m'a été inspirée par les livres de Jacques Perry-Salkow en collaboration avec Etienne Klein puis Raphaël Enthoven et plus précisément par ce dernier :

AEV 1617-26 Anagrammes-pour-lire-dans-les-pensees

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Fouillons les profondeurs de l'espace syntaxique (Walrus)

 

Un tas de vocables se télescopent dans ma petite tête :

Téléphone
Téléviseur
Télépathie
Télékinésie
Téléchargement
Télécommande
Téléscripteur
Téléportation
Télétexte

Téléphérique
Téléguidé
Télédiffusion
Télégraphe
Télétravail
Télécopie
...


Alors...

Pourquoi pas téléscope ?

Décidément, la langue française est un univers insondable, même au télescope !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,