04 juin 2011

Remonter le temps (Oncle Dan)

 

Je me souviendrai le reste de mes jours de celui où j'ai appuyé sur la sonnette de la maison aux volets bleus. La porte s’ouvrit sur cent cinquante kilos de muscles briseurs de bascules publiques. Le colosse avait une grosse tête chauve et pâle, défigurée par un affreux rictus. Une tête à manger du verre pilé et à tuer les rats avec les dents.

Mes craintes s’amplifièrent à la vue de l’être étrange qui surgit derrière le gorille, et qui avait dû revêtir, dans un passé lointain, l'apparence d'une femme.

Elle bouscula l’énorme et lança les vagues de son triple menton dans la pleine mer de sa poitrine en ouvrant la bouche, mais les mots qu’elle voulut en extraire furent refoulés par la banane qu’elle engouffra dans le même temps avec une surprenante rapidité.

Pouvez-vous m’en dire davantage, demandai-je à l'hercule en extirpant de ma poche la lettre qui m'avait fait courir jusqu'à lui sans me retourner.

Le molosse me tira à l’intérieur de la maison en explorant de son regard chalumeau les alentours pour s’assurer que nulle oreille ni oeil suspects ne nous espionnaient.

Suivez-moi. Je vais vous montrer ma machine à remonter le temps, dit-il.

L’écoutez pas m'sieur, crachouilla la baleine entre deux bananes. Tout en chassant de ses protubérances mamillaires quelques miettes de croissant rassies, elle ajouta "S’rait capable d'inventer n'importe quoi pour se rendre intéressant sur les blogs d’écritures. Vous en faites pas, sa cocotte minute ne bougera jamais du hangar à fourrage".

Ta gueule Paulette hurla le colosse tout en me tirant par la manche. Nous traversâmes en quelques enjambées le potager derrière la maison et pénétrâmes l'abri de jardin à l'intérieur duquel trônait une espèce de batyscaphe  composé de cuves, lavabos et tuyauteries de toutes sortes.

Il y a deux places. Dépêchons-nous, dit-il en me poussant sur un siège qui ressemblait à celui d'une 2CV, l'univers est en pleine expansion, il n'y a donc aucune minute à perdre.

Il tira sur un démarreur et l'engin se mit à vibrer comme de la gelée de coing par grand vent. Je ne saurais dire exactement pourquoi, mais je fus soudain envahi par la certitude que je ne reverrais jamais Paulette.

Les cloisons de l'abri de jardin disparurent de ma vue et j'ai nettement senti que c'était le début de mes ennuis.

Le problème, disait le molosse, est que le temps et l'espace étant la même chose, il nous faut dépasser la vitesse de la lumière si nous voulons remonter le temps. Où voulez-vous que je vous dépose ?

J'étais pris au dépourvu. Déposez-moi en Egypte antique dis-je pour laisser une confortable marge de manœuvre au pilote. Je remarquai alors sur son avant-bras un tatouage "Sécurité – Tranquillité – Bonheur" qui m'apaisa inconsidérément. D'autant que je voyais bien qu'il transpirait de plus en plus et tremblait de tous ses membres, ce qui mettait en mouvement pas moins de deux cent cinquante quatre ossements auxquels s'ajoutaient une dizaine de dents et une prothèse. Il me regarda avec une expression de stupeur et de désolation telle que je n’en ai jamais vu avant ni depuis sur d’autres physionomies humaines. Il tendit le bras gauche pour me montrer le compteur de vitesse. Nous nous traînions lamentablement à deux cent quatre-vingt mille kilomètres à la seconde. J'aperçus alors un autre tatouage qui disait "erreur d'impression – ne pas tenir compte de l'avant-bras droit".

L'engin finit par s'immobiliser dans une grande lumière de fin du monde.

On aura au moins évité les trous noirs, dit-il, pour se rassurer. Quand on glisse dans ces machins-là, on a un mal de chien à s'en sortir sans être obligé de revivre sa vie entière.

Une hypothèse frappée au coin du bon sens, de la saine logique et de la plus fine observation voulait qu'à défaut de pouvoir remonter le temps pour cause de vitesse insuffisante, nous n'avions pu que le descendre. Mais comment est-il possible de descendre le temps ?

Pour espérer pouvoir répondre à cette question, il fallait déjà que la poussière environnante se dépose. Les cloisons de l'abri de jardin apparurent peu à peu.

Nous traversâmes le potager dans l'autre sens. Il paraissait abandonné. Les tomates et les salades avaient disparu. Paulette aussi.

La maison aux volets bleus paraissait déserte. Pourtant, un transistor diffusait des informations. Nous avions effectivement descendu le temps car un journaliste annonçait que Martine Aubry était présidente avec cinquante virgule six pour cent des voix.

Oncle Dan

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


26 juin 2010

Paulette (Oncle Dan)

Vous me connaissez : la chasse, c’est ma vie. Mais attention ! La vraie ! Celle qui protège les espèces et élimine les nuisibles.

Je suis toujours à la recherche de parties de chasse et de safaris. Malheureusement, ils ne sont pas tous bien organisés et j’en connais qui en ont bavé de toutes les couleurs. Quand celui qui rit le dernier a bien fini de rire, plus personne ne rigole plus, si vous voyez ce que je veux dire. Safari plus du tout, et là, c’est la goutte d’eau qui met le feu aux poudres.

Alors, quand Fredo m’a parlé d’une annonce de GSU, je suis allé voir sur place à l’agence car il est tellement menteur que je ne crois même pas le contraire de ce qu’il dit. Pour une fois, il avait raison. Il s’agissait d’un Grand Safari Urbain super bien organisé. Nous étions libres de notre parcours et ceux qui n’avaient pas d’objectifs précis pouvaient se rendre jusqu’à des réserves aménagées à leur intention avec le plus grand soin. On peut dire que c’était une agence qui avait de l’imagination dans les idées.

Vous pensez si j’ai sauté sur l’occasion. Il m’ôtait une fière chandelle du pied, le Fredo.

Nous avons passé une excellente journée et, somme toute, une journée très profitable pour tout le monde. J’avais rameuté tous les potes et nous étions bien une dizaine de quat-quatre à démarrer rue de la Faisanderie. Après un désopilant gymkhana sur les trottoirs en essayant d’éviter les poubelles et les personnes âgées, nous sommes arrivés à notre première réserve.

L’agence avait laissé le choix. Soit on cherchait à descendre des cons ou des imbéciles de nos connaissances, soit on faisait des cartons dans les réserves de cons préparées par l’agence. J’avais d’abord pensé à Paulette. Depuis le temps que je cherchais à débarrasser l’humanité de cette hyène. Mais c’était trop difficile de retrouver Paulette dans le temps imparti. C’était comme chercher une meule de foin dans un champ d’aiguilles. Alors, j’ai opté pour les réserves. Ainsi, j’espérais descendre le maximum de cons.

Faut reconnaître que l’agence avait bien fait les choses. La réserve était pleine. Oh, bien sûr, y avait pas tous les cons. Comme disait feu mon père qui était portier (le malheureux s’est tué en nettoyant son fusil), si on mettait tous les cons dans un placard, il n’y aurait plus personne pour fermer les portes. Malgré tout, il y avait un bel échantillonnage avec tous les gabarits. Il ne restait plus qu’à se retrousser les bras et à tirer dans le tas.

Vous auriez vu le carnage. Un régal. Y avait bien des moins cons qui essayaient de s’échapper mais c’est pas à un vieux renard qu’on apprend à faire la limace.

Et vous n’allez pas le croire : Paulette était dans la réserve !


La cerise qui fait déborder le vase.

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

19 juin 2010

La cabane‏ (Oncle Dan)

La coutume familiale voulait que chaque été je passe un mois à la campagne chez ma grand mère. Elle habitait une petite maison à l’écart d’un minuscule village perdu dans un repli du massif central. Elle était enveloppée de silence que seuls troublaient le chant du coq et le grincement de la bicyclette du facteur.

 

Il y avait au fond du jardin une cabane en bois d’aspect tout à fait ordinaire. Elle ressemblait à s’y méprendre à ces cabanons où il était d’usage de satisfaire les besoins de la nature avant l’invention de la chasse d’eau.

 

Peu de gens s’en approchaient car, si elle avait perdu sa fonction première, du moins le supposait-on étant donné l’énorme cadenas vert qui en interdisait l’accès, il n’en émanait pas moins, été comme hiver, une forte odeur rappelant plus l’épandage fertilisateur que l’élevage des canards vécés.

 

Une nuit d’insomnie et de canicule, j’aperçus un halo de lumière semblant venir du cabanon, mais lorsque je m’y rendis il ne restait plus que cette terrible odeur qui me fit rebrousser chemin.

 

N’y tenant plus, malgré une opiniâtre constipation , je décidai de percer ce mystère et surveillai les allées et venues de grand mère afin de savoir où elle cachait la clé du cadenas vert. Il me paraissait en effet impossible de pénétrer à l’intérieur du cabanon sans ce précieux accessoire.

 

Après deux semaines de vaine surveillance, je décidai de lui demander, sur un ton désinvolte et désintéressé pour ne pas éveiller ses soupçons, où se trouvait la clé du cabanon. 

 

Grand mère me répondit qu’on ne l’avait jamais retrouvé et que le cabanon n’avait jamais été ouvert depuis le départ de grand père sur le front russe.

 

Les faits étaient largement antérieurs à ma naissance. Du coup, ma curiosité se mit à déborder comme une casserole de lait oubliée sur le feu. Comment était-il possible que le cabanon n’ait jamais été ouvert depuis le départ de grand père ? Personne ne s’intéressait donc à ce qu’il pouvait contenir ? Il n’était pas surprenant, dans ces conditions, que les herbes qui l’entouraient soient complètement folles. Folles de curiosité, à n’en pas douter.

 

Retenant ma respiration durant d’interminables secondes, je me mis à rôder autour de cette cabane et la fixais longuement en espérant que cela suffise pour en percer le secret.

 

La toiture était faite d’une plaque de tôle ondulée. Je constatai avec stupeur qu’elle laissait filtrer une lumière intérieure. Une lumière aux reflets changeants. Je ressentis des frissons le long de l’épine dorsale et des picotements sur la nuque.

 

Je tambourinai sur la porte en demandant courageusement s’il y avait quelqu’un. Le cadenas vert qui n’était que rouillé et non verrouillé tomba sur le sol. Je tirai sur la poignée qui me resta dans la main. Les WC étaient fermés de l’intérieur.

 

Terrorisé, je couru jusqu’à la maison et c’est généralement à ce stade de mon récit que les lecteurs me font passer pour fou.

 

Lorsque je racontai à grand mère ce qui m’était arrivé, elle partit d’un énorme rire démoniaque et il sortit de ses yeux et de sa bouche une lumière phosphorescente qui lançait ses rayons mortels au travers de la pièce. En même temps, et cela ne peut pas s’inventer, les lettres H et A de son rire sortaient de sa bouche et venaient se fracasser sur le sol dans un bruit d’enfer...

 

Je courus à travers la pièce pour éviter les rayons qui sortaient de ses yeux et brisaient tout sur leur passage comme des rayons laser. Je sortis et retournai au cabanon pour fuir cette mamie apocalyptique qui me poursuivait en semant autour d’elle les H et les A de ses HA ! HA ! HA ! HA ! HA !

 

Son regard coupa en deux la porte du cabanon plus rapidement qu’une scie circulaire et je basculai à l’intérieur de cette cabane qui n’avait pas de plancher.

 

Ma chute fut brutale. Je me relevai péniblement pour stopper la sonnerie du réveil.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2010

Pour un défi glissant (Oncle Dan)

Mais que faites-vous-là ténébreux ?

Et qu’attendez-vous donc de moi ?

Renoncez aux défis scabreux,

Distribuez des pastilles Fuca,

Et vous ferez plus d’un heureux !

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2010

Le vendeur de Temps (Oncle Dan)

Il était une fois un petit village perché sur les falaises du Temps dont tous les habitants étaient joyeux, aimables et riches, alors que l’on n’entendait monter de la vallée que plaintes et gémissements.

Cette curiosité attirait naturellement les foules et l’on voyait serpenter jusqu’au village de longues colonnes de gens pressés et tourmentés qui se bousculaient pour rentrer et repartaient détendus et souriants.

Tout ces gens étaient passés chez le vendeur de temps, un homme sans âge qui habitait le village depuis la nuit des temps. Le bruit circulait qu’il était horloger mais avait vendu son âme au Diable avant de vendre du temps. Il semblait surfer sans la moindre éclaboussure sur l’invisible torrent des siècles et des jours qui entraîne le commun des mortels dans la tombe.

C’est que le torrent dont il s’agit passait dans sa mystérieuse boutique et il lui était donc facile d’en puiser à sa guise et de le vendre à un prix très raisonnable, puisque ces liquidités placées à quatre pour cent pouvait encore fructifier et faire le bonheur de gens qui en manquaient.

Il y avait très peu de mécontents. Les sales quart d’heure étaient rares mais, bien sûr, il pouvait arriver de rentrer avec un temps pourri ou alors, de perdre son temps au retour.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’au jour où la Martine vint au village et, tombant à genoux, s’exclama « Ô temps, suspends ton vol, respecte ma jeunesse ! » Elle fut exaucée. On se demande encore pourquoi.

Le temps s’arrêta et le Diable vint chercher le soir même l’âme qui lui était due.

Il semble que le temps ait repris son cours dès le lendemain matin.

Moralités : Le temps est un don de Dieu et ne peut être vendu. Méfie-toi des vendeurs de temps, ils ne vendent que du vent.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


06 mars 2010

Ah ! Ces histoires de miroirs, ça fait réfléchir... (Oncle Dan)

Miroir, mon beau miroir

Les sinistres couloirs en pierres étaient peu à peu devenus une série de corridors et de galeries. Des boiseries ininterrompues et des lambris de chênes revêtaient les murs et le plafond décoré à intervalles réguliers de lustres monstrueux.

 

A chaque sursaut de flamme du chandelier de Monsieur « D », un éclair traversait les pendeloques, et réveillait dans l’ombre, le long des boiseries, la hure hargneuse d’un sanglier, ou la tête résignée d’une biche qui nous regardait de ses yeux morts.

 

Je me rendis compte subitement que ce corridor me devenait antipathique. Depuis combien de temps déambulions-nous ainsi ? L’atmosphère de cet endroit devenait irrespirable. Il y avait là une malédiction. Quelque chose de satanique.

 

Nous marchâmes longtemps ainsi, monsieur "D" devant moi, tenant le chandelier qui éclairait le long corridor et se reflétait dans le cristal des lustres suspendus régulièrement au plafond. Petit à petit, les trophées accrochés aux murs furent remplacés par des miroirs, de grands et longs miroirs encadrés de boiseries dorées qui me rappelaient les miroirs suspendus dans le salon de ma grand-mère.

 

A ce souvenir, mon cœur flancha et j'aurais tout donné pour être en train de boire le thé, là-bas, dans l'odeur de fleur d'oranger qui flottait toujours chez elle.

 

Plus nous avancions et plus les miroirs se rapprochaient, se touchaient presque et se dépouillaient de tout ornement inutile. Je marchais maintenant, tel un automate, derrière monsieur "D", ne sachant plus exactement qui j'étais, ni ce que je faisais ici.

Mon regard se faisait vague et j'errais, tel un somnambule, quand, tout à coup, je ressentis une violente douleur à la tête. Ahuri, je restais sonné un moment devant ce qui me paraissait, il y a peu de temps, comme le dos de monsieur "D" et qui, en fait, n'était qu'un miroir de plus placé en travers de mon chemin.

 

Je réalisai alors que j'étais seul entouré de miroirs et de vitres, apercevant de loin le chandelier que monsieur "D" avait déposé par terre avant de disparaître.

La salle des blasons

Les événements prenaient un tour pour le moins inattendu. J’avançai le bras pour saisir le chandelier dont j’appréciais mal l’emplacement. Le miroir se déforma comme un film transparent, puis céda sous la pression et se déchira sans bruit.

 

Sans bien réaliser comment cela s’était produit, j’étais passé de l’autre coté du miroir.

 

J’avais déjà entendu parler de ce phénomène surnaturel, qui restait pour moi une fantaisie de conteur… jusqu’à cet instant.

 

A présent, il avait repris son aspect normal, à ce détail près qu’il ne reflétait aucune image.

 

Un rapide coup d’œil circulaire me fit prendre conscience de l’immensité de la salle dans laquelle je me trouvais. Elle aurait pu accueillir cent cavaliers et leurs palefrois. Les murs étaient recouverts de blasons disposés en alternance avec de gigantesques portraits de familles.

 

Le silence était oppressant.

 

- Monsieur « D », où êtes-vous ? appelai-je d’une voix mal assurée.

 

Je ne reçu, pour toute réponse, que l’écho affaibli de ma propre question. Où êtes-vous ? … Où êtes-vous ? … Où êtes-vous ? …

 

Le chandelier qu’il avait abandonné diffusait toujours son étrange lumière, et se trouvait dans un angle de la salle, à proximité d’une porte basse, dissimulée derrière une épaisse tenture noire. On aurait dit une invitation à poursuivre vers ce qui paraissait être la seule issue.

 

J’écartai doucement la grossière étoffe poussiéreuse.

L’envers du décor

Je ne pouvais pas m'empêcher de pousser la porte basse. Il me fallut me pencher un peu pour pouvoir pénétrer dans un appartement totalement anachronique avec l’immense salle que je venais de traverser et qui me parut agréable au premier abord, rempli de l'ambiance chaleureuse d'un bonheur serein.

 

Et là, je restai pétrifié d'horreur au spectacle que je découvris immédiatement.

 

Je me trouvais dans un appartement, somme toute très commun, comme n'importe quel appartement, à la différence qu'il ressemblait étrangement au mien. A ceci près que quelque chose clochait, mais je n'arrivais pas à savoir quoi. J'étais désorienté, chez moi et en même temps chez quelqu'un d'autre, dans une ambiance à la fois familière et étrangère. Je compris que les tableaux étaient les mêmes mais qu'ils étaient différents, différents....Inversés ! C'était ça, j'étais dans l'envers du décor et cette découverte me figea de stupeur.

 

Mon angoisse fut à son comble lorsque la porte qui donnait sur la cuisine s'ouvrit lentement...

 

Je me cachai précipitamment derrière un meuble lorsqu’une abominable femme apparut, précédant un homme chauve qui s’était courtoisement effacé pour la laisser passer, plié en deux, dans une ostensible révérence.

 

Il ne cessait de parler à la femme avec une telle rapidité de langage que je ne comprenais rien à l’exception de « Madame la Comtesse » qui revenait constamment dans son propos.

 

Cette comtesse m’inspirait du dégoût. J’étais sûr de l’avoir déjà vu quelque part. Oui, c’est ça, derrière la vitre, alors que j’étais dans la maison hantée. Je l’avais aperçue derrière la vitre, avec son visage ruisselant de pluie, inoubliable avec cette perruque immonde.

 

La comtesse parlait d’une voix crapuliforme qu’elle essayait de faire gazouillante. Une voix à vous dégoûter de vos oreilles.

 

- Ah, quel temps de chien, quel temps de chien ! Mais où est donc Monsieur « D » ? gémissait-elle.

 

- "Je le cherche aussi" dis-je en surgissant du canapé derrière lequel je m'étais dissimulé.

La comtesse crut défaillir. Elle leva lentement la tête et son visage s'éclaira.

- "Quel farceur, vous faites, Monsieur D" gazouilla-t-elle en se dirigeant vers moi, "Mais, où étiez-vous passé ? Tout le monde vous cherche. Vous savez bien qu’Abrahel vous attend".

 

On me prête une constitution robuste, mais je dois avouer que cette interpellation de la vieille me fit craindre pour ma prospérité mentale. J’avais besoin de refaire mon plein de sens de toute urgence. Hélas, les flatulences buccales de cette déjection humaine m’empêchaient de réfléchir.

 

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2010

Oncle Dan relève le défi #95

Bien chers Tiphaine, Janeczka, Valecrit, Walrus, Old Papistache, Mapnancy,
et à vous tous, amis du Défi du Samedi,

Vous connaissez tous ces petits ordinateurs pour enfants avec lesquels nos tendres chérubins font de la musique et s’instruisent en s’amusant.

Ces jouets modernes présentent la particularité de dialoguer avec nos informaticiens en herbe. Ils ont cet accent particulier aux androïdes enroués dans les films de science fiction : “ Choisis ton jeu. Appui sur la case rouge. Non, recommence. Non, recommence. Non, recommence ... ”.

Eh bien, figurez-vous, bande de sceptiques incrédules, que je me suis donc rendu, comme tous les cinq ans, à la visite médicale obligatoire du Ministère. Je répondais ainsi à la convocation d’un infirmier à l’inexactitude scrupuleuse. Comme tous ceux qui m’y ont précédé et tous ceux qui m’y suivront, j’attendais mon tour dans un étroit couloir encombré de cartons d’archives et de ramettes de papier pour photocopieur. Il y faisait une chaleur toïde, sans le moindre souffle d’air.

C’est alors que cette voix métallique et monocorde, si caractéristique de ces petits robots informatiques et reconnaissable entre toutes, traversa l’une des nombreuses portes qui bordaient le couloir.

J’étais outré, mais nullement étonné que ces tire-au-flanc des services sociaux s’amusent pour passer le temps avec les jouets de Noël destinés aux enfants du personnel. N’importe quelle mauvaise langue vous confirmera que les gens qui ont le bonheur de se faire affecter dans les services sociaux du Ministère accomplissent tous les actes de leur vie professionnelle dans une douce quiétude.

Il faut vous dire qu’à part deux ou trois voyages d’agrément organisés dans l’année, la principale occupation de ces gens là est d’acheter au prix le plus bas, dès le mois d’avril, les jouets de Noël qui seront distribués en fin d’année.

C’est avec une belle persévérance que notre amateur de jeux électroniques s’amusait car j’entendais sa machine lui parler à intervalles très réguliers. Toutefois, les portes étant fermées, cette conversation me parvenait de manière confuse et inintelligible. Il m’était impossible de discerner ni même d’interpréter le moindre mot que ce traître à l’administration laborieuse tirait de sa machine.

Je n’en avais cure, mais cela m’aurait aidé à tuer le temps que je commençais à trouver un peu long dans ce sinistre couloir surchauffé. Mes compagnons d’impatience l’avaient quitté un à un sur l’invitation d’une aimable doctoresse.

J’avais hâte de la rencontrer car je n’avais trouvé, pour m’occuper, que l’observation des imprévisibles déplacements d’une mouche cantharide sur une affiche représentant un individu écorché vif avec un chapeau breton dissimulant son appareil reproducteur. Une de ces affiches comme on en trouve souvent dans les salles d’attente du corps médical.

Enfin, je pense que c’était une mouche à merde, car le contre-jour et mes faibles connaissances en matière d’insectes ne me permettaient pas de distinguer s’il s’agissait d’une Fannia canicularis, d’une Poecilothus nobilitatus ou d’une vulgaire Musca domestica. Je vous sens passionné, toutefois je puis vous assurer que cette précision ne me paraît pas de nature à décupler l’intérêt de mon récit.

Mon tour fut long à venir, mais il arriva.

La doctoresse m’invita à m’asseoir dans un minuscule bureau qui avait du être repeint au XIX° siècle, environ. Elle consulta ma fiche dont les dernières annotations remontaient à une époque où le monde et moi étions beaucoup plus jeunes.

Après m’avoir posé quelques questions très indiscrètes mais fort heureusement peu nombreuses, telles que Combien pesez-vous ? et Prenez-vous des médicaments ? (A la réflexion, je crois que ce sont les deux seules questions qu’elle m’ait posées.), elle me proposa un examen de la vue.

Soit, voyons voir.

Je n’allais pas décliner une telle invitation après une si longue attente, et pour tout vous dire, j’attache la plus grande importance à la préservation de mes propres yeux, puisque c’est ceux-là que j’utilise pour vous admirer lorsque l’occasion m’en est donnée.

Alors que je m’attendais à ce qu’elle se lève, se saisisse d’une longue baguette en roseau ou en toute autre matière (peu m’importait), et me prenne pour un imbécile en me demandant si je pouvais lire l’énorme lettre Z qui se trouve habituellement en haut de leur traditionnel tableau de lecture
1, cette faignasse ne bougea pas de sa chaise et me montra un appareil bizarre, que je n’avais jamais vu, sauf peut-être dans le film Oranges mécaniques.

Elle me demanda de poser mon menton là, et d’appuyer mon front ici, afin d’avoir les yeux bien en face de l’énorme jumelle au fond de laquelle apparurent subitement des lettres, comme par magie.

Mince alors.

Je faillis sursauter lorsque cette machine, froide et inhumaine, se mit à me parler :


  J’énonce......les lettres.......qui apparaissent.

  En cas d’erreur......appuyez sur......le bouton......bleu.

Comment vous expliquer ? C’était si étrange... Cette machine me parlait avec cet accent particulier aux androïdes enroués que l’on voit dans les films de science fiction... Une voix métallique et monocorde, si caractéristique de ces petits robots informatiques avec lesquels jouent nos chères têtes blondes... Une voix reconnaissable entre toutes !

Bah ! Des erreurs, j’en ai fait ! Et comme le dit si bien Woody « D’abord, je suis né. Première erreur ! »

Olivier

1 Les derniers caractères, à l’autre extrémité, sont microscopiques et ne sont utilisés que pour la rédaction des contrats d’assurance.

Posté par Old_Papistache à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2010

Cimetier’s killer (Oncle Dan)

Il se retourna, comme pour me faire signe de le suivre.
J’hésitais car je ne lui faisais pas confiance plus loin que je ne puis jeter un éléphant.

Un vent glacial s'infiltrait partout et on avait l'impression qu'une horde de loups affamés rôdait aux alentours. Je frissonnais.

─ Allez ! Suivez-moi ! Dit-il. Vous vouliez voir le cimetière des bonnes intentions ? Je vais vous le montrer.

Une bourrasque de vent s'engouffra dans sa houppelande aux allures de linceul sur laquelle la flamme jaune et vacillante de sa lanterne faisait remuer des ombres suspectes.

Toujours sur mes gardes, je me décidai à le suivre car il est des devoirs de curiosité qu’on ne peut se dispenser d’accomplir. Après avoir descendu un chemin rocailleux, il poussa enfin la grille grise et grinçante du cimetière.

Il connaissait parfaitement l'endroit et se dirigeait sans hésiter entre les tombes pour s’arrêter bientôt devant une crypte gothique ornée de nombreuses gargouilles cauchemardesques qui s'appuyaient sur des crânes probablement d'origine humaine. L’endroit était fantastiquement lugubre et désolant.

Pourtant, je ne pus retenir un gloussement en lisant l’épitaphe : « Revenez quand vous voulez. Je ne bouge plus d’ici. »

Il sursauta et me lança un regard froid et réprobateur… celui qu’un tatillon qui n’est pas amateur de chenilles adresse à celle qu’il vient de découvrir dans son assiette de salade.

Derrière lui, une ombre fantomatique apparut et je crus défaillir avant de comprendre que c’était la mienne.

─ Il faut redonner vie aux cimetières, sinon un jour les gens refuseront de mourir, lui dis-je, pour me donner une contenance et détendre l’atmosphère.

Je décelai dans son regard l’amorce d’un soupçon concernant la stabilité de mon équilibre mental. De toute évidence, il ne me situait guère au-delà de l’orang-outan sur l’échelle de l’évolution.

Il eût un rire sarcastique intérieur qui m’aurait sans doute impressionné s’il avait été extérieur, mais mon attention était davantage concentrée sur le sourire méchant figé au coin de sa bouche cruelle et ridée.

Il me toisa de haut en bas, suggérant implicitement que c’était des types comme moi qui causaient la moitié des problèmes de l’humanité et susurra entre ses gencives édentées que dans tout vivant il y avait un mort qui sommeille.

Sur ce point, je ne pouvais le contredire, étant donné que nous étions entourés de signes extérieurs de vieillesse, de gens qui avaient passé l’âme à gauche et de champions de l’apnée.

J’approuvai en lui confirmant que même ceux qui ne sont pas des lumières finissent par s’éteindre.

Il partit d’un long rire bas et amer et me faisait penser à ces meurtriers qui se sentent inutiles lorsqu’ils n’ont personne à tuer.

Il regarda autour de lui avec un air de conspirateur et plongea la main dans sa poche.

Je ne souhaitais pas que ce cimetière soit ma terre promise et je n’avais pas envie de faire une croix sur ma vie. Si un homme averti en vaut deux, un mort averti fera toujours moins un.

Je lui sautai dessus avec la ferme intention d’en faire un nœud et nous roulâmes en une masse grouillante sur le sol.

J’avoue que j’étais prêt à lui ouvrir des droits à la charité en le gratifiant d’infirmités supplémentaires. Je lui saisis le bras qu’il venait de plonger dans sa poche avec une telle violence qu’il perdit dans l’instant une fraction non négligeable de sa capacité à traverser l’atlantique à la nage. Il émit quelques protestations inarticulées mais lorsque je suis dans cet état d’énervement, vous ne pouvez pas m’arrêter avec des protestations inarticulées.

Je ne sais si vous avez jamais essayé de faire lâcher sa proie à l’homme des neiges, probablement pas, car peu de gens en dehors de Tintin en ont eu l’occasion, mais, si vous l’avez jamais fait, vous vous êtes sûrement attendu à un geste de mécontentement de la part du migou.

Celui-ci était particulièrement mécontent et son regard prit cet éclat que j’ai parfois entendu qualifier de vitreux. Il réussit à sortir de sa poche un bout de papier qu’il me lança.

C’était un ignominieux parchemin sur lequel était inscrite une liste de péchés épouvantables, une sorte de calendrier du crime.

─ Je vais pouvoir y ajouter le vôtre, dit-il. Et sa voix ressemblait aux soupirs du vent qui errait en gémissant comme une âme en peine.

Posté par valecrit à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2010

Monsieur Gring (Oncle Dan)

Monsieur Gring est mort durant son transport à l’hôpital malgré une intervention particulièrement rapide du SAMU. Le cercle des joailliers lui offrira certainement un enterrement de première classe.

 

Le choc au carrefour avait été d’une violence inouïe.

 

Au point qu’il avait fallu désincarcérer les voleurs de la fourgonnette dans laquelle ils s’enfuyaient, pour les placer dans celle de la police et les incarcérer à nouveau. Pas de doute possible, le gang des braqueurs de bijouteries avait été appréhendé et démantelé, grâce à Monsieur Gring.

 

Pourtant, Monsieur Gring était dans son tort. Il n’avait pas respecté le feu rouge alors que les malfrats s’étaient montrés très respectueux du code de la route.

 

L’inspecteur Colombo qui avait du temps libre, sa femme étant en vacances, s’est demandé pourquoi Monsieur Gring, qui ignorait le casse de la place Vendôme, s’était jeté sur les fuyards pour stopper leur fuite.

 

L’enquête qu’il mena dans l’entourage de la victime lui fit découvrir un personnage au comportement assez bizarre.

 

Monsieur Gring avait la décontraction de quelqu’un qui est toujours en vacances. Généralement hilare, il était amateur de blagues assez crues et était toujours en forme.

 

Il se disait jardinier en prétendant avoir la main verte mais ne récoltait jamais les fruits et les légumes au bon moment.

 

D’une manière générale, Monsieur Gring était totalement insensible aux sentiments de ses congénères qu’il traitait tous d’extraterrestres et de martiens, et pour lui, Hulk était un homme comme les autres.

 

Enfin, il ne respectait jamais les feux rouges et il avait toujours pris sa carte verte pour un permis de conduire.

 

Oui, vraiment, Monsieur Gring était un drôle de personnage.

 

Constatant que depuis ses plus vertes années Monsieur Gring était resté un homme vert, toujours au vert, amateur d’histoires vertes et considérant tous ses congénères comme des petits hommes verts, Colombo demanda une autopsie qui permit de découvrir qu’il était atteint d’une maladie sans père ni mère.

 

Monsieur Gring voyait tout en vert.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

24 octobre 2009

Au Pays de l’imagination (Oncle Dan)

 La petite Sophie se pencha beaucoup trop au dessus du bastingage, tomba à la mer et se noya…  poursuivit le capitaine Mouche pour faire monter la tension d’un cran supplémentaire et aiguiser, comme s’il en était besoin, l’intérêt de son auditoire.

Ils étaient tous suspendus à ses lèvres, fascinés et perplexes. Le vieux Fred ouvrit la bouche sans s’apercevoir que ses dents du haut, qu’il avait depuis maintenant presque deux ans, tombaient par terre avec un bruit sec.

Arthur, comme à l’accoutumée, souriait bêtement en ouvrant sa bouche édentée, au point que les autres pouvaient voir son sourire jusqu’à l’occiput.

Le timide Paulo restait coi, la bouche pleine des questions qu’il n’osait pas poser.

Ludvig, dont la curiosité était à deux doigts de la déflagration, tomba de son tabouret lorsque le balancier de l’horloge lâcha prise et rendit l’heure.

Tous attendirent avec anxiété qu’elle ait vomi ses douze coups de minuit.

 Mais pourquoi François ne lui a-t-il pas lancé la bouée ? Finit-il par demander, en remontant sur son siège.

Le vieux loup de mer vers lequel tous les regards étaient tournés, se lécha la bouche pour enlever un peu de sauce égarée dans sa barbe, saisit son verre, but lentement, s’essuya méticuleusement, rota discrètement, leva non moins discrètement la fesse gauche pour exfiltrer un gaz intempestif puis contempla attentivement le bois de la table jusqu’au moment où il sentit l’atmosphère sur le point d’exploser.

 Il n’y avait pas de bouée.

 Pas de bouée sur un aussi beau bateau ! S’étonna en chœur l’auditoire sur un ton de reproche panaché d’incrédulité.

Le capitaine ralluma une fois de plus sa pipe en écume dont les volutes dessinaient des têtes de morts dans l’air surchauffé.

 Non. C’était un magnifique voilier bleu dont les cinq voiles s’imbriquaient les unes dans les autres, mais il n’avait pas de bouée. Aucune bouée. François chercha cette bouée introuvable et pendant ce temps-là, Sophie se noya.

François venait de démontrer que l’obstination est le parent pauvre de la volonté.

Cette histoire paraissait totalement invraisemblable.

Le vieux Fred savait que le capitaine Mouche était un grand voyageur au pays de l’imagination. Ce jour-là, il trouva sur la chaise qu’il venait de quitter un billet froissé sur lequel était écrit :

Qu’est-il arrivé à Sophie ?  Elle est tombée à la mer

Pourquoi pareille mésaventure lui arrive-t-elle ?  Parce qu'elle se penche trop au dessus du bastingage.

Quelles qualités lui manquent encore ?  Aucune. Elle s’est noyée.

Comment nommer l’attitude de François ?  Obstinée.

Que prouve la dernière phrase ? Qu'à force de chercher l’introuvable, on finit par rater l’essentiel.

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :