24 novembre 2012

Participation de KatyL

Katy

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :


17 novembre 2012

Participation de KatyL

Katy1 Katy2

Mode d’emploi  de la gentillesse

en ce jour national de la « gentillesse »

 

Prendre une personne déjà disposée (tant qu’à faire) à rendre service aux autres, une personne souriante et patiente.

Règle 1) -Lui demander d’un air embêté un service, aussitôt la gentille va vous le rendre si cela lui est possible, même si cela ne l’arrange pas et même si son emploi du temps est chargé.

Règle 2) – Si vous avez quelque chose que vous n’aimez pas faire du tout, dites à la gentille que vous avez besoin d’elle et de ses conseils, vous savez bien qu’en faisant cela, soit elle vous aidera, soit elle le fera à votre place.

Règle 3) – Si vous avez une revendication à faire, une information capitale et ennuyeuse à faire remonter au boulot, en réunion, en famille, en association, parlez-en à la gentille, en lui disant bien que vous ne pouvez pas le dire vous-même sans risquer un blâme ou des soucis, dites-lui que vous comptez sur elle , sur son appui, son soutien, que votre réputation en dépend , soit elle va le dire pour vous sans vous citer, soit  elle va porter le drapeau , et par le fait, les coups !!

Règle 4) – Si vous avez un souci familial ou de cœur, vous pouvez téléphoner à la gentille à n’importe quelle heure, surtout le soir, déverser sur elle votre trop plein, pleurer au téléphone pour l’attendrir, rajouter si possible du drame à la situation, et lorsque vous sentez que la gentille a tout entendu et qu’elle participe à vos malheurs, vous pouvez vous coucher, elle va passer une nuit de m…… mais vous vous dormirez tranquille.

Règle 5) – Si vous avez besoin d’argent, de dons, de différentes choses parlez-en à la gentille, vous savez bien qu’elle va se plier en quatre pour vous rendre ces services que vous oublierez aussitôt.

Règle 6)-  Si vous avez des gosses à garder, et que vous voulez un après-midi ou une soirée pour vous, n’hésitez pas à téléphoner à la gentille en la mettant presque devant le fait accompli, en lui disant : « je t’apporte les enfants ce soir, je ne peux pas faire autrement, pourras-tu les faire manger ? Les mettre au lit ? Je viendrais demain à 14h les chercher, tu es là de toute façon -« Oui Tu peux venir » dit la gentille sachant qu’un bon film devait passer le soir et qu’elle devra du coup tirer un trait dessus !  Idem si vous avez un chien à garder quelques  jours et que vous partez en vacances !!

 

*********************************

Et ainsi de suite, vous avez enfin compris le mode d’emploi de la gentille, mais surtout ne la mettez pas à bout, ne la pressez pas comme un citron, la gentille pourrait devenir méchante une bonne heure au moins, ce qui aurait d’ailleurs comme but de la culpabiliser pour des semaines pour cette heure de rébellion.

 

***************************

 

Moralité au mode d’emploi

Une gentille personne n’est pas un citron que l’on presse, n’est pas votre porte-drapeau, n’est pas votre dépanneuse, n’est pas votre déversoir.

Sinon, lui dire gentiment merci de temps en temps avec des fleurs !

 Non mais !!!!

Car  une gentille adore rendre service et faire plaisir

katyL

Katy3

 

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

03 novembre 2012

Le silence (KatyL)

Eva est une femme au premier abord qui semble sûre d’elle, or il n’en est rien, car à chaque fois que quelqu’un la blesse elle pleure ou dort très mal, se tourmente plutôt que d’envoyer balader le (la) responsable, puis elle prend sur elle et avance sans rien dire à qui que ce soit des réflexions, des vexations qu’elle subit.

Il y va de sa fierté un peu mais surtout du fait qu’elle désire avant tout la paix, et n’aime pas se plaindre.

Elle se dit souvent ça va passer, avance et ne répond pas. En faisant ainsi, elle ne dit rien non seulement aux autres des tracasseries qu’elle subit à tort mais aussi elle encourage en quelque sorte ses détracteurs qui de ce fait ont le champ libre pour continuer à lui dire ceci ou cela puisqu’Eva ne répond pas comme il faudrait au moment où il serait nécessaire de le faire.

Son mari est en colère contre elle et lui dit souvent :

-« Tu ne sais pas te faire respecter, on t’emmerdera toujours si tu ne sais pas te défendre ! »

Tant et si bien qu’elle a pendant des mois eu des soucis avec deux à trois personnes, et subi des critiques sur elle alors qu’elle passait son temps à s’investir dans une association de manière totale et bénévole, malgré le succès qu’elle rencontrait auprès des adhérents et du public, et que ses idées novatrices et bénéfiques pour l’association étaient sans cesse rabrouées et refusées, souvent par jalousie de son succès et surtout parce que les idées ne leur étaient pas venues à eux !! Elle n’a rien dit à qui que ce soit (à part à son mari) de toutes ces déconvenues, et un jour, lassée, elle  a décidé de quitter cette association qu’elle aimait pourtant car elle ne se sentait plus à sa place.

Alors elle eut à subir d’autres critiques plus virulentes de ceux qui ne savaient pas et qui ne la comprenaient pas, et de ceux qui étaient responsables de sa peine et de sa déconvenue et qui ont profité de son silence pour parler à sa place et dire n’importe quoi ! Mais il était trop tard pour Eva car elle n’avait pas su, pas compris que son silence parlait contre elle .

Il ne faut jamais laisser trop de place au silence, car il s’installe sournoisement, il emprisonne celui qui se tait, il l’enfonce dans un lit de  non-dits, et les gens qui ne savent pas et qui n’ont entendu rien d’autre que le silence peuvent se retourner contre vous, car ne rien dire est presque consentir, et en  tout cas aux yeux des autres « tout allait bien. »

Il faut parler, ne pas avoir peur de dénoncer les injustices, les torts, les critiques inutiles et les jalousies. Il faut s’ouvrir aux autres pendant qu’il est encore temps, cela peut faire évoluer la situation, et ouvrir la cage de la prison, car le silence est une geôle.

Eva en était là de ses réflexions sur le silence quand elle décida d’allumer la télé et de regarder « ceux qui savaient » sur la Shoah.

Il s’agissait du silence des alliés sur la déportation et le génocide du peuple juif, beaucoup de gens ont essayés de rompre ce silence qui a coûté tant de vies, cinq million huit cent mille morts !! Voilà ce que coûte le silence, il est assourdissant, il est la honte de l’humanité !! C’est le silence qu’il faut tuer !! Qui a dit :-« le silence est roi » ! Quelqu’un qui devait avoir quelque chose à cacher. ??

 Katy1           Katy2           Katy3                            

Je sais vous lui direz à Eva que le silence au milieu du tumulte de la ville est bon, mais il est de ces silences qui font un doux bruit au cœur, il y a toujours un oiseau qui chante, le vent dans les arbres, le tic-tac de l’horloge, l’enfant qui rit, le silence total n’existe pas dans la nature, seul notre mutisme nos non-dits sont d’un silence total !

Une fois le reportage terminé Eva comprit qu’elle parlera tout de suite désormais lorsqu’il sera nécessaire de réagir, que le silence ne l’enfermera plus de son ombre angoissante.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :

27 octobre 2012

Participation de KatyL

 

Les champignons

(clic)

 

Katy champi

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2012

Participation de KatyL

Mon cher ange,

Je sais que tu es grand, tu vas avoir un bébé à ton tour d’être papa, quel bonheur !

Je voulais te faire un cadeau qui sort de sa boîte…du fond des années de ton enfance.

Tu te souviens du théâtre de marionnettes que j’avais fait pour toi, et les petits personnages cousus par moi…les histoires inventées … la musique, les bruitages qui te faisaient ouvrir des yeux ronds comme des billes , comme j’aimais ces instants de complicité intenses, comme j’aimais voir ta bouche s’étonner, tes petites mains se serrer ou battre à tout rompre, et ta voix tantôt  cassée au bord des larmes  qui soutenait le personnage dans la peine, ton rire aussitôt cristallin parce que le personnage que tu défendais avait enfin réussi à s’en sortir..

 Katy1                Katy2                    

Mon tendre amour, ce théâtre, ces personnages je te les ai gardés bien serrés, pour toi, pour le bébé, tu auras le temps de t’entraîner avant sa naissance et ses premiers mois.

Katy3    Katy4   Katy5

 Si cela te semble impossible, si tu n’as pas trouvé d’intrigue, créé les bruitages, tu sais, il y a quelque part une femme qui peut le faire.

Oh ! Les années sont passées, mais tu sais pour les comédiennes il est difficile de s’arrêter de jouer, s’il te prend l’envie de faire revivre les marionnettes, alors sache que j’ai gardé des histoires dans d’autres boîtes et qu’elles n’attendent que toi pour en sortir.

Je pourrai même te dire que la vie m’a appris encore plus de choses et que mon répertoire s’en est enrichi, ne sommes-nous pas tous la marionnette de quelqu’un d’autre ? Qui va tirer les ficelles cette-fois ? : «  le bébé » ! Oui nous serons tous pendus à son rire à ses grands yeux, et bien que je sois derrière le décor c’est lui qui me tirera par le lien du cœur, comme toi tu as su si bien le faire.

Alors ce spectacle-là, qu’il dure, qu’il dure !! Allons-y M. Guignol !!

Je t’aime tant et lui je l’attends.                                               Ta maman pour toujours.

Katy6                                Katy7

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :


06 octobre 2012

Dans le brouillard (KatyL)

J’étais bien, j’avais la vie devant moi, j’avais fait des études et tout devait me sourire.

Mais un matin de brouillard ils sont venus, et tout a basculé.

katy01 katy02 katy03

J’ai dû voiler mon regard et tout est devenu noir…..

katy04

 Jamais plus je ne verrai le jour et le soleil, les sourires, et les livres pareillement, tant que ce voile obscurcira ma vue, je resterai dans le brouillard le plus absolu.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

29 septembre 2012

Le bout du monde ! Ca y est ! Nous y sommes. (KatyL)

C’est ici indiqué sur  ce panneau, c’était bien vrai, la vieille femme avait raison.

Elle avait dit :

katy01la vielle femme    katy02 ses mains                              

- « lorsque vous serez arrivés au bout du monde vous ne pourrez plus faire marche arrière, vous aurez bien sur l’abri (la grotte) et l’eau (la cascade) mais vous ne pourrez plus partir de cet endroit, votre curiosité aura été trop grande, il vous restera  juste une chance, arrivés à l’endroit du panneau qui indique « bout du monde 1km sa grotte sa cascade » ne continuez pas, n’avancez pas d’un pas, faites tout  de suite demi-tour ! »

Je restai interdite devant cette pancarte, que faire ? aller voir au risque de ne pas revenir  et ne pas écouter ces balivernes de vieille femme folle, ou bien la croire et ne jamais voir cette merveille de cascade qui est une pluie de cristal (la plus haute sur terre) et la grotte la plus belle qui soit au monde !

 katy03 katy04 katy05

 Mon équipe de scientifiques de biologistes et de géologues prirent le parti d’avancer en riant.

Un de mes collègues et meilleur ami dont j’étais amoureuse depuis quelques mois me prit la main et me dit :

-« Viens Eva tu n’as pas fait tout ce chemin pour rester bloquée ici, tu ne vas croire à cette bêtise, je te dirai quelque chose de personnel lorsque nous serons seuls un instant dans la grotte, j’attendais ce moment pour le faire, viens ! 

 katy06 Bob   katy07 le baiser  

 katy08   sa photo   katy09 moi avant le départ

Je ne pouvais pas faire un pas de plus, il me serra dans ses robustes bras, il avait une odeur d’Homme (celle qui me faisait frémir) il m’embrassa sur les lèvres, je m’abandonnai à ce baiser, tout mon être en fusion avec lui, plus rien ne comptait au monde, plus rien autour de nous, je lui rendis son baiser, je ne pouvais me détacher, mais je m’entendis lui répondre :

-« Non Bob je ne veux pas avancer, j’ai peur je ne sais pas pourquoi je crois que cette femme a raison, nous ne reviendrons pas, tu sais très bien que les aborigènes d’Australie ont des pouvoirs surnaturels, elle voyait en nous et savait la fin de cette expédition,  elle m’a regardé si intensément, m’a serrée contre elle et a fait un signe dans le creux de ma main, pour me glisser à l’oreille , « tu seras la seule rescapée avec le guide Aranda, crois-moi et n’avance pas au-delà du panneau, petite. »

-« Ecoute, les autres sont déjà devant et vont m’attendre, j’y vais ! Ne traine pas trop ! le guide est juste derrière toi il cueille des baies, ou bien vous arrivez tous les deux avant la nuit à la grotte magique, ou bien tu rebrousses chemin avec lui, il saura te guider, il sait où est l’eau, il sait chasser, il porte des armes et la tente, il te ramènera en lieu sûr, je te le dis maintenant Eva « je t’aime depuis longtemps et je voulais faire ma demande en mariage dans la grotte sacrée, alors RDV soit dans l’autre monde , soit dans la capitale où tu sais »

Il m’embrassa encore avec fougue et partit d’un pas rapide rejoindre les autres.

Mon cœur cessa un quart de seconde de battre je pensais que je ne le reverrais pas, je ne sais pourquoi ? A cet instant mon guide Aranda qui se prénommait Zaly arriva il comprit en un éclair la situation, il me poussa en arrière et m’entraina avec lui sur le chemin du retour qui allait être très long et difficile.

katy10 katy11 katy12      zaly et le feu

Il avait prévenu les chercheurs qu’il les guiderait jusqu’au panneau mais il n’irait pas plus loin, pour lui c’est le territoire de la mort !

Nous mîmes 15 jours et une nuit à rentrer il trouva pour moi eau et nourriture, campa tous les soirs au pied de ma tente, il fit du feu et fut un guide  vigilant.

 katy13 katy14 katy15   le désert  

Nous ne revîmes jamais aucun des sept membres de l’expédition, aucun signal et lorsque les secours cherchèrent à retrouver le panneau pour leur porter secours personne au monde ne put retrouver cette pancarte et mon guide avait disparu dans la jungle Australienne.

J’en conclus, que pour être heureux il faut regarder à sa porte « la grotte » qui est en nous, et que « la cascade » est la vie qui coule.

 katy16la source   katy17 de retour chez moi

Je n’oubliai jamais Bob.                                        

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

22 septembre 2012

Madame S (KatyL)

C’est une femme mystérieuse envoûtante, belle brune qui se prénomme Sabine elle est d’origine Sabéenne.

  

Katy1      Katy2

 

Elle collectionne les sabots de vénus dans Son immense appartement tout près de la place Vendôme, c’est une splendeur, il est décoré avec soin.

Elle adore recevoir et son dessert préféré est le sabayon, elle aime aussi le saumon au safran,  sur un lit de salsifis soufflés, la salade le tout accompagné de pain au sarrasin et d’un Saint Esptèphe…..

Cette belle femme très féminine s’habille en Saint Laurent, elle est le raffinement en personne.

 Etant du signe du sagittaire, elle a un caractère souple et agréable, mais sait ce qu’elle veut, elle adore les arts et la culture (son tableau préféré étant les sabines de David), Schönberg en musique, et de Sand à Sagan en passant par Shakespeare en littérature.

Elle connait tous les poèmes de J.F. Sarasin par cœur, c’est un  poète de la société précieuse.

Elle peut-être sauvage ou très sociable selon son humeur, mais surtout elle s’adonne à la spiritualité d’esprit avec satisfaction, on peut dire d’elle qu’elle est épicurienne en tout point.

Sa compagnie est très recherchée par les hommes « en vue », elle parle six langues, et sait d’un regard saisir le caractère de son interlocuteur, et s’il ment, elle a le pouvoir de lire en eux.

Il suffit qu’elle danse une sarabande, qu’elle se mette en mouvement avec grâce, et ils sont tous à ses pieds !

Elle joue en sari soyeux et satiné du sarode pour ses amis qui connaissent son savoir-faire, le tout savamment dosé de lumières tamisées et de parfums rares de seringa qui les envoûtent.

Elle connait les secrets d’état mais n’en souffle mot, rien ne saurait sortir de cette bouche voluptueuse, son œil scrutateur observe et enregistre chaque scène.

Madame S est splendide et sait séduire, mais elle sélectionne son entourage avec soin, ses sens toujours en éveil, elle sent lorsque le moment est venu de se séparer de quelqu’un de sinueux, alors la sentence est sans appel !

Certains ont bien essayés de lui jouer quelques sérénades, mais elle demeure impassible et en toute sérénité s’en va, sans se retourner.

Madame S est ainsi…..   Katy3                       Katy4

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :

18 août 2012

Le pain (KatyL)

Chers amis, je vous adresse mon pain, en espérant un jour le partager

avec vous.

Mille bisous

katyL

 

Katy207

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

11 août 2012

Les souliers d’EVA (KatyL)

Eva m’a raconté que lorsqu’elle était petite, sa maman est partie loin, loin.........

Comme Eva était l'aînée d’une fratrie de 4 enfants, elle est devenue mère à 11 12 ans de ses deux sœurs et de son petit frère.

Les enfants sont restés avec leur père, qui les avait gardés, plus pour ennuyer leur mère et la faire souffrir, lui faire payer son départ sur un autre continent que par amour pour eux.( le juge ne connaissant pas le pays de résidence de la maman ne voulut pas qu’elle ait un droit de garde sur aucun d’eux !)

Les pères de cette époque ne savaient pas s’occuper des enfants, ni les border, ni leur raconter une histoire, ni leur faire à manger…et encore moins leur acheter des chaussures, et des vêtements, tant et si bien qu’Eva, ses sœurs et son frère portaient les habits des autres, ceux qu’ils voulaient bien leur donner, et qu’Eva reprisait le soir, ou remettait à la taille pour les petits.

Oh ! ils ne leur en donnaient pas des neufs, non des habits déjà bien portés, ou trop petits ou trop grands pour l’autre enfant ( qui lui avait de vrais parents) ils donnaient souvent des  abîmés ou plus du tout à la mode, alors ils  estimaient : 

-« Tiens, si je donnais ces habits à des nécessiteux » !

Même la propre famille d’Eva agissait à l’identique, et pas une seule fois, tantes, grands-mères, ou autre, n’avaient songé à leur en acheter des neufs !

Pour les chaussures c’était pire ! Car personne ne donnait des chaussures, et le père d’Eva ne pensait pas du tout aux  enfants qui allaient à l’école à pied, qui marchaient beaucoup avec la même paire de chaussures !

Aussi la petite Eva demandait à son père :

-« Papa quand pourras –tu nous acheter des chaussures, pour mes sœurs et moi, elles sont trop usées ! »

-« Plus tard, à Noël sans doute ? Je n’ai pas les moyens avec ce que ta mère a laissé comme dettes » (il disait toujours cela même des années après son départ, alors que lui-même allait à son club presque tous les soirs)

Eva repartait contrariée et honteuse, il fallait découper des cartons pour remplacer les semelles usées, alors elle eut l’idée de faire le tour des chaussures au crayon pour ensuite découper dans des cartons, des semelles qu’elle voyait accrochées chez le cordonnier et que son père ne voulait pas acheter ( tout ça à cause de leur mère, qui était partie si loin !)

Katy1

Katy2

 

 

Elle regarda les chaussures des sœurs et du frère et fit à tous de solides semelles.

Et pour que sa petite sœur ne soit pas triste elle alla cueillir dans le jardin quelques fleurs, les mit dans ses chaussures et elle posa les chaussures devant le lit de l’endormie. (Elles vont sentir bon, elle sera contente, plus la semelle de carton que je lui ai faite, elle pourra aller à l’école heureuse se dit-elle)

 Katy3

Pour elle et ses petits frères et sœurs aller plusieurs mois avec les mêmes chaussures aux pieds devenait un souci, les pieds des enfants poussent trop vite !

Et lorsqu’il pleuvait ce qui était le cas en Normandie où habitait Eva, les chaussures prenaient vite l’eau et les cartons se mettaient en bouillie dans la chaussure par les trous.

Quand il ne pleuvait pas, Eva cachait ses pieds sous les chaises de peur que ses camarades de classe ne se moquent d’elle et de ses trous sous ses chaussures.

Elle pensait toujours à ranger ses pieds..

 Katy4

Mais un jour une copine de classe qui elle était le bureau juste derrière Eva, fit tomber un crayon sur le sol, qui atterrit sous la chaussure trouée d’Eva !

Elle dit tout haut en classe !

-« Elle en a des chaussures celle-là toutes trouées, des godasses ! Des vraies godasses ! Je n’ai jamais vu ça ! »

Eva entendit et se mit à rougir de honte, et se mit à pleurer.

Le prof d’histoire qui faisait son cours et qui n’avait pas suivi la conversation ni l’histoire dit :

-« Que se passe-t-il Eva pourquoi pleures-tu ? »

-«J’ai pensé à quelque chose de triste dit-elle sans dénoncer sa camarade de classe qui pouffait derrière elle, car elle avait peur que tout le monde cette fois entende qu’elle avait des godasses pourries et trouées »

-« Écoute ma petite sors un peu prendre l’air et quand cela ira mieux tu pourras revenir, mais dorénavant sache bien que pendant les cours tu ne dois penser  qu’aux cours et laisser tes pensées tristes chez toi ! Est-ce entendu ? »

-« Oui Monsieur »

Eva sortit de la classe morte de honte.

 

Elle se souvient encore des cartons dans ses chaussures car il a fallu quelques années, qu’elle soit devenue une femme et gagne sa vie pour avoir enfin plusieurs paires de chaussures en bon état ! Idem pour la garde-robe.

 

Eva fait attention quand elle donne quelque chose que les affaires soient propres, à la mode, en très bon état, et si elle connaît une personne qui a besoin de quelque chose, si elle le peut, elle lui offre à l’état neuf, mais jamais elle ne voudrait mettre mal-à-l’aise une personne qui souffre, la honte serait pour elle.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :