26 mai 2018

karaorigame (joye)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,


19 mai 2018

Chaussez vos lunettes ou cliquez dessus (joye)

le samedi defiant journal

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mai 2018

À Paul, l'inerme (joye)

Sous le pont Audemer coule la cène
Et nos ripailles
Faut-il encore un jeu de tire-pailles
La joie venait toujours même à la horsaine

Vienne l’entrée sonne l’heure
Les mets s’en vont on demeure

Les mirlitons dans les mains et nous bouche à bouche
Tandis que dans
L’assiette où la faim brasse
Des éternels regards au repas si farouche

Vienne le plat principal sonne l’heure
Les mets s’en vont on demeure

La bouffe s’en va comme cette eau courante
La bouffe s’en va
Comme la serveuse est lente
Et comme l’Indigestion est violente

Vienne le fromage sonne l’heure
Les mets s’en vont on demeure

On mange des jours et boit des semaines
Ni le sel passé
Ni le pain ne reviennent
Sous le pont Mirliton coule la cène

Vienne le dessert sonne l’heure
Les mets s’en vont on demeure

Mirliton-de-Pont-Audemer

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2018

lombric-à-brac (joye)

Vire-lombric :

Le re🐛 de l'en🐛 du 🐛mouth 🐛sé au 🐛re 🐛t a 🐛ni les 🐛rues du 🐛rat.

Extrait littéraire:

Impossible de fuir. Ces animaux fuisseurs s’approchent ; ils tournent autour du radeau avec une rapidité que des convois lancés à grande vitesse ne sauraient égaler ; ils tracent autour de lui des cercles concentriques. J’ai pris ma carabine. Mais quel effet peut produire une balle sur les pétunias dont le jardin de ces animaux est recouvert ? Nous sommes muets d’effroi.   – Jules Ver-ne, Voyage au centre de la Terre-ver 

Devinette :

-          Qu’est-ce qu’on appelle  l’inauguration privée d’une exposition artistique d’un lombric ?

-          Un 🐛nissage.

Devinette bis :

-          Que se disent les poissons en voyant un gros lombric devant eux ?

-          Bon appâtit !

 

Expressions  linguistiques jusqu’alors inconnues en français :

Nu comme un lombric : Devant ce défi, même Hugo serait nu comme un lombric.

Lombric luisant :  Luisant comme un ver à Tchernobyl

Tirer les lombrics du nez de quelqu’un : Voilà, Walrus m'a encore tiré des lombrics du nez.

 

(sans parler d'encore un 🐛itable femmage sans 🐛gogne pour une défiante 🐛tuose)

immortaliser

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2018

Chez la comptinetière (joye)

Un jour, à la foire

De l’Ile-du-Prince-Edouard --

(Ne fût-ce à la fête

De Sainte-Marguerite-de-Viette --)

J’ai enfin vu la vraie :

Cette Nana Fafo !

Puis, au festival

De vieux Fourneaux-de-Val

(Peut-êtr'à la frairie

De Merbes-Sainte-Marie)

J’ai enfin vu le vrai :

Charlie, ne fût-ce Rimbaud !

ou est rimbaud

Enfin, à la ducasse

Un soir  à Caracas

(Presqu'à la kermesse

De Méphistophélès !)

J’ai enfin vu les vrais :

Les Défiants globaux !

defiants

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,


21 avril 2018

haïkuzzi (joye)

homarde alors

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2018

Encore du (sur)vécu (joye)

On a souvent des habitudes et des gestes automatiques dont on ignore totalement l’existence.

J’avais appris cela la première fois où je suis allée au Mexique, où l’on ne pouvait pas boire l’eau du robinet.

Enfin, on peut la boire, mais on la regrette beaucoup après. C’est ainsi que j’ai pu maigrir de huit kilos en quatre semaines – sans y penser, j’avais mis ma brosse à dents sous le robinet et paf !  ¡Turista ! et ça pour le reste de mon séjour estudiantin.

no toothbrush

Bon, cette fois-ci, j’étais prête. Je savais qu’il fallait combattre les habitudes et, en arrivant à l’hôtel à Punta Cana, j’ai mis un petit message sur chaque robinet avec l'avis suivant :

NO TOOTHBRUSH

C’était surtout pour protéger mon mari chéri qui n’avait pas encore visité un pays d’eau non potable.

Malheureusement, et, en dépit de tout, des gros mots hurlés en provenance de la salle de bains le deuxième jour m’ont bien avertie du fait que lorsqu’on veut chasser le naturel, il revient au galop – eh oui, mon pauvre Iowaboy s’était rincé la bouche avec de l’eau redoutée.

alcoholHeureusement, nous étions descendus dans un hôtel avec de l’alcool à volonté. Sans blague – c’est comme Disneyland pour les dipsomanes - il y avait des bouteilles même dans la chambre, où l’on pouvait se servir de vodka, de rhum, de whiskey, et de quoi encore j’oublie.

Voyez-vous, nous, on ne boit pas très souvent de l’alcool, mais nous profitions bien des cannettes de la bière nationale – Presidente – dans le minibar gratuit. Oui, non, sans blague !

Alors, et tout comme nous avons tous deux bien écouté lors de nos cours de science, mon mari a tout de suite pris une grande bouchée de rhum pour se rincer la bouche et puis, il a avalé deux bons coups d’alcool, pendant que moi, j’ai versé un  grand verre de vodka pour laisser tremper sa brosse à dents afin de la stériliser en noyant tous les parasites éventuels. 

Eh oh, ne les pleurons pas, ils sont morts heureux. La preuve : Ni lui ni moi ne sommes allés à l’hôpital.

Ouf !

Il y avait de quoi s'inquiéter, surtout parce que chaque Dominicain nous avait prévenu dès notre arrivée :

« If you drink the water, you will die ! »

Toutefois, et grâce à notre don commun pour l’improvisation, ce ne sera pas pour demain.

sauve qui peut bis

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2018

for mrs. hat, with love, from iowa (joye)

L'autre jour, Mrs. Hat m'a demandé si j'avais déjà vu le premier aiglon de Decorah (dans l'Iowa, oeuf corse) .

C'est donc à elle (et à Fiston, oeuf corse)  que je dois ma participation cette semaine.

THANKS, MRS. HAT.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mars 2018

Une petite douzaine (joye)

On méprise toujours ce qu’on ne connaît pas.

C’est pour cela que Victor l’innocent jouait de la guimbarde de son grand-père.

Son vrombissement lui apportait un réconfort.

Les filles du village se moquaient ouvertement de Victor.

Elles voulaient des hommes, des vrais.

Toutes sauf la Petite Alice, la sourde-muette, celle qui sentait les vrombissements.

Elle aimait traîner auprès de Victor et le suivait lorsqu’ils rentraient tous deux des champs où ils glanaient jusqu’au crépuscule.

Jusqu’au soir où la Petite Alice disparut.

Vers minuit, on retrouva son petit corps mutilé, souillé, violé au bord du chemin.

La guimbarde du grand-père de Victor fut retrouvée à côté du cadavre.

Des hommes du village, des vrais, se décidèrent sans hésiter et Victor l’innocent fut pendu le lendemain devant l’église.

Car on méprise toujours ceux qu’on ne connaît pas.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mars 2018

for bongo, with love (joye)

bongo

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,