09 février 2019

Horto-gaffe (joye)

roture oblige

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,


02 février 2019

On y perd son latin (joye)

Mon oncle Xavier, horresco referens, était le dernier des profs de latin. Vous voyez le genre, moitié Sénèque, moitié Cicéron, moitié Aristote avec un bon pourcentage de Socrate – son tout étant plus que la somme de ses parties, quoi.  Méthodique, et muni d’une garde-robe qui datait d’au moins depuis l’Antiquité. Tout comme ses diplômes et doctus comme libro.

Tonton Xavier était la terreur de la salle des profs. Les individus mal avisés qui osaient lui adresser la parole reçurent toujours une réponse érudite, mais obscure, en latin.

-          Bonjour monsieur !  Comment allez-vous ?

-          Aequo animo ! répondait-il, sèchement.

-          Salut Xavier ? Ça va ?

-          Parturiunt montes, grommela-t-il.

Chaque malheureux qui avait l’occasion de le saluer troisièmement dans la même journée ou après avait droit à un « Bis repetita placent ! » impatient.

Les anciens collègues en avaient l’habitude, et les jeunes s’orientaient vite au phénomène, sustine et abstine. Jusqu’à l’arrivée d'Avis Wellington, la nouvelle prof d’anglais. C’était une veuve, grande, blonde et charmante, venue de l’Angleterre, et qui avait presque l’âge de la retraite. Il lui fallait encore une petite année d’enseignement afin de toucher sa pension. Son français était passable, mais elle ne comprenait pas encore le débit de ses collègues, servum pecus. Donc, les conseils obligatoires concernant Tonton passaient incompris par la nouvelle venue.

Donc, oui, vox clamatis in deserto, le lendemain matin, madame Wellington s’adressa à son collègue, le prof de latin, terreur de la salle des profs.

-          Bonjour monsieur, je suis Avis Wellington, lui sourit-elle en tendant la main.

Et vae victus ! Tonton Xavier resta muet, une lueur étrange dans ses yeux bleu délavé.

-          Bonjour monsieur, répéta-t-elle. Je suis Avis Wellington.

Après tout, audaces fortuna juvat.  Mais toujours rien. Muet, figé, une véritable statue, Tonton restait sans mots. Alea jacta fuit.

Madame Wellington dût décider que Tonton était soit sourd, soit plus désagréable que son air, et elle se retira pour rejoindre ses Première-B. Il fallut même plusieurs minutes pour Tonton de revenir à lui. L’effet n’était pas inaperçu par les collègues, qui se mirent ensemble pour perfectionner un plan : à partir de désormais, personne n’adresserait la parole à Tonton. On laisserait cela à La Wellington…après tout, delenda Carthago ! On lui rendrait ses bizarreries. Madame Wellington serait la porte-parole du groupe qui lui clouerait Le Bec selon La Vulgate.

Hélas, ils oublièrent encore de le dire à la nouvelle prof, qui, elle, avait décidé de lui rendre la monnaie de sa pièce. Elle refusa tout simplement de lui dire quoi que ce soit, et tous les autres profs firent pareil, comme leur nouvelle idole, cette rara Avis.

Voyez-vous, le tout était un délicieux…quid pro quorum.

Et Tonton ?  Eh bien, il épousa enfin sa petite amie qui s'appelait, bien sûr, Gloria Victis.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janvier 2019

Lis tes ratures (joye)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

19 janvier 2019

Oui, nie le piou-piou (joye)


bear tracks

teddy bear

ce nonours

d'ourson

dévorait,

dévoué,

du Boursin

à la Bourse

la bourse

puis grommelait

à la gamelle de lait

qui fut trop laid…

monsieur son Père

un ours amer

grouchy bear

mais méritoire

de tant de gloire

gobait, goulu,

du miel moulu,

bear eating honey cropped

mais…

…ce fut de la glu

si malvoulue

qu’il cria « HU ! »

enfin…

il voulait,

mais…

sa bouche-goulet

ne permettait

qu’un cri

petit

et ahuri

oops

l'ourson

son fils

fissa

fit ça

à son papa : 

ours bisou

papa, gaga,

cria « Hourra ! »

louant l'ourson

tout raplapla

ratapla

 bear tracks

 NB: Toutes les images sont de Google, of c-ourse ! 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

12 janvier 2019

Si je n'avais que nonante mots... (joye)


si je n'avais que nonante mots

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


05 janvier 2019

bonne p âte (joye)

mon

amoureux

carissimo

a

rougi

ouvertement de

nos

intimités

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

29 décembre 2018

Bal aux pouffes (joye)


dotz

-          Tu bois quoi, toi, une Suze ?  me lança Tiffani, même sans me saluer d’abord.

Oui, bon, Tiffani, c’est une pouffe, tout le monde le sait, m’enfin, qui suis-je moi pour la juger ?

-          Yep, t’en veux une ?  C'est ma semaine rétro...

J’avalai ma première bouchée (c’est toujours la plus difficile).

-          Nan, chuis au régime, Liam me dit que je grossis ! 

-          L’est complètement glauque, çui-là ! gloussai-je, en solidarité.

C'est vrai que ma Tiffani est ronde de chez ronde, admettons, mais une copine, c'est une copine, il faut se soutenir !

-          Chais pas, il pète des thunes, c’est déjà ça.

-          Mouais bof, et au lit ?

Parfois il vaut mieux aller directement à l'essentiel, quoi.

-          Pas mal.

-          Comment ça, pas mal ? Mimi nous a bien dit que c’était un mauvais coup ! 

-          Eh ben, Mimi, c’est une pouffe.

-          ‘Tet ben, mais je la crois.

-          Tu la crois, mais tu ne me crois pas ? 

Je sentis la note limite d’exaspération dans sa voix, je changeai alors de sujet.

-          Z’avez un mot de code, vous deux, entre vous ?

-          Mot de code ? Quoi t’est-ce ?

-          Bah, tu sais, un sèf-ouèrde ?

-          Ahhhhhhhhhhhh, un sèf-ouèrde ! Bah oui, hein ? Comme tout le monde…

-          C’est quoi le sien ?

-          Je ne vais pas te le dire.

-          Pourquoi pas ? C’est crade ?

-          Nooooooooooooon, c’est pas crade !

-          Meuh si, c’est crade ! Sinon, tu me le dirais !

-          Ben, d’accord…mais ne ris pas, hein ?

-          Nan, je ris pas, promis, juré, craché dans l’air…

-          OK, c’est…c’est…

Tiffani rougit un max.

-          Ouais, ziva, Tif, c’est…

-          Lycoperdon !

-          Hein ?

-          Lycoperdon !

-          Tu te fous de ma gueule, maboule ?

-          Nan, nan, je te le jure !

-          Et cela veut dire quoi, lycoperdon ?

-          Bin, chais pas.

-          Comment ça, tu sais pas ?

-          Chais pas, c’est son mot, il l'a choisi, c’est tout.

Je suis rarement interlocutée, tout le monde le sait, mais là, je ne savais pas quoi dire. Alors, je lui fis ma meilleure gueule de désapprobation, les yeux ronds, la bouche crispée, le look universellement reconnu par toutes les copines du monde, et qui dit « Nénette, t’es une sacrée pouffe ! » 

Elle comprit et blanchit juste assez. Alors, on se leva, s'embrassa, et je lui gloussai à l'oreille :

-          L'est pas gonflé, l'mec.

dotz

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2018

À quoi ça rime (joye)

je n'irai ni à Bruges ni Gand

je n'irai pas au Michigan

je n'aime pas le sale brigand

je couperai pas son ortogan

je ne porterai pas de cardigan

je ne fumerai pas cet origan

je ne crie pas dans l'ouragan

je ne sais pas parler afghan

 j'ai vendu mon vieux toboggan

je descendrai pas à Guincamp

je ne veux pas de ces slogans

je haïs les stupides korrigans

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2018

Jargon Noël ! (joye)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

08 décembre 2018

Trois heures de colle (joye)

trois heures de colle

NDLR : L'illustration est basée sur une photo de Robert Doisneau, retrouvée sur Pinterest.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,