15 octobre 2016

Tchémz (par joye)


Tchémz by iowagirl

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,


08 octobre 2016

Le général (par joye)

Le général

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

01 octobre 2016

Carte postale (par joye)

carte postale 2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2016

La plainte du gentleman par joye

La plainte du gentleman

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2016

Atomes crochus (par joye)

♥ ♥ ♥ HC2H3O2(aq) + NaOH(aq) H2O(l) + NaC2H3O2(aq) ♥ ♥ ♥

solution

♥ ♥ ♥ HC2H3O2(aq) + NaOH(aq) H2O(l) + NaC2H3O2(aq) ♥ ♥ ♥

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


10 septembre 2016

Je m'affiche libre association (par joye)

J'affiche libre association

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2016

Maréchalerie (par joye)

métier

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

27 août 2016

C'est toute une histoire...(par joye)

Je n’ai jamais eu de fête.

Oui, je sais, pas très catholique.

Ni française, ni canadienne, l’ignoble Protestante que j’étais n’a jamais eu droit ni à un nom de sainte, ni à une fête. À mon baptême, je n’ai même pas eu de marraine ou de parrain. Oui, je sais, c’est un sacrilège !

Vous aurez noté que j’ai dit « Protestante que j’étais ». La simple vérité, c’est que je ne me considère plus chrétienne. Je ne suis pas agnostique non plus. Je me dirais athée, mais si je le fais, il faudra que vous le gardiez pour vous-mêmes, chers lecteurs, parce que, où je vis, c’est encore considéré comme quelque chose de terrible, et, pire, les gens d’ici n’ont jamais lu l’Enfer de Dante, le grand poème qui dit que Dieu envoie les athées dans une partie d’enfer beaucoup moins cruelle que celle réservée aux agnostiques.

Au mieux, je me dirais humaniste, mais là, je m’égare, parce que mon sujet serait que je n’ai jamais eu de fête, ni de nom de saint, ni des sponsors genre marraine-parrain.

Hélas, c’est comme ça. Sortez vos mouchoirs...

Euh, j’imagine quand même que je pourrais m’inventer une sainte patronne…on m’a parfois traitée de Sainte Nitouche, mais je ne connais pas vraiment son histoire. Je ne crois pas que celle-là ait été brûlée vive ou jetée aux lions non plus, comme il convient aux vrais saints. Après tout, s’il faut une vraie martyre qui a vécu un vrai martyre même chichement intéressant, il me faudra choisir quelque chose de plus fructueux.

Et La Sainte-Glin-Glin n’a pas de date non plus, si j’ai tout bien suivi. C’est peu commode.

Alors, bon, laissez-moi réfléchir…

Eh bien, j’ai trouvé. 

J'ai l'honneur de vous présenter la très Sainte Défiante de Çamedy, ancien village au lointain pays de la Cambrousse. C’était une femme pieuse qui a choisi une vie de sacrifice à la langue française toute seule dans son coin perdu de L’Anglo-américanophonie. Chaque samedi, elle faisait son offrande aux dieux et déesses de l’Académie, mais seulement le samedi. Son symbole est une plume d'oie avec laquelle elle écrit. Pour son martyre, chaque samedi elle se saignait aux quatre veines pour trouver de quoi écrire (eh non, pas vraiment, mais pourquoi laisser à la vérité de gâcher une belle histoire sainte, hein ?),

Là Défiante est la sainte patronne des allophones iowaniennes et des chatons blancs et noirs. Sa fête, c’est le 27 août – ça tombe bien, c’est aujourd’hui !

Ô vous, les héritiques, vous doutez de son histoire ?? Ben, regardez, il y a même photo :

camedy

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

20 août 2016

Après-guerre (par joye)

boite

Hier soir, je rêvai de cette ère avant-plastique, où les jouets étaient faits de bois et d'imagination, et parfois même d'acier.

Je me souviens de tes cheveux à cette époque, blancs comme ils sont encore sur cette photo, bouclés et lisses, scintillant sous le soleil des étés interminables.

Tes yeux étaient bleu ciel, ton sourire rare mais rose, tendre comme ces petits boutons qui se cachent­ d’abord au printemps derrière les feuilles timidement verdoyantes­­. Et puis, un jour, ils s’annoncent tous frais comme une surprise, un éclat de joie joueuse. Comme ton sourire, à cette époque.

Et maintenant quand je respire le parfum de tes blocs aux bords usés, quand je caresse leur surface dure sous mes doigts, quand j’examine l’encre fade de ces lettres, tout cela me rappelle, dans cette chambre d’enfants abandonnée, tout cela fait revenir les cicatrices, les cris, et les dommages que pourra nous faire un amour fugace, qui nous ravit avec ses bourgeons et qui nous blesse avec ses épines.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

13 août 2016

Prédication (par joye)

sans toit

C’est le chic des reli-

Gieux

De soigner tous les majes-

Tieux

Et ignorer les beso-

Gneux.

Mais c’est le chic des ingé-

Nieux

Et même certains des auda-

Cieux

De savoir laisser passer tous les

Dieux

Et barrer le diable.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :