27 février 2010

Olivier (Jaqlin)

Olivier commençait à trouver le temps un peu long : figé devant ce tableau, il ne savait trop où donner de la tête, qu’est-ce qu’il avait bien voulu dire cet artiste avec tous ces couvre-chefs ?

En règle générale, il avait plutôt la tête près du bonnet ; Olivier, mais là, vraiment, il avait beau creuser, il n’arrivait pas à trouver un sens commun à tout ça. Il avait pas le melon, il finissait par en avoir sa claque de tous ces galurins. Et l’autre là, avec son chapeau breton placé au bon endroit, il manquait pas d’air !

Et puis après tout, est -ce que c’était si important que ça de savoir ce qu’il avait voulu dire, l’artiste ?

Olivier décida d’arrêter de se mettre la rate au court-bouillon et de passer la main. Il reviendrait demain ou… plus tard.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :


20 février 2010

L'arc-en-ciel (Jaqlin)

Jaqlin3

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2010

Ciel de cendres (Jaqlin)

jaklin

Et pour les yeux fatigués :

Nous rentrions d’une promenade en mer, promenade qui nous avait menés vers une île lointaine, sous des latitudes hospitalières.

Il avait fait, toute la journée, une chaleur épaisse et nous avions apprécié les quelques heures passées à lézarder sur la plage.

Il avait bien fallu, cependant, se résoudre à rentrer, d’autant plus que, brusquement, le vent s’était levé, les vagues étaient devenues un peu plus fortes et l’eau avait pris une teinte verdâtre peu rassurante.

Nous avions donc regagné le bateau, (ou devrais-je dire le rafiot au moteur assourdissant et nauséabond ?), qui nous avait déposés sur l’île le matin même.

A peine au large, les vagues avaient commencé à heurter bruyamment la coque et les premières gouttes de pluie– larges comme des flaques- nous fouettèrent le visage et les bras. Le ciel était couleur de cendre, le soleil s’était noyé à l’horizon comme un gros poussah malade. Des nuages sombres couraient au –dessus de nos têtes ; la bâche qui recouvrait le bateau s’avéra très vite bien inefficace et nous fûmes bientôt bien en peine de trouver un endroit sec où s’asseoir …

Je m’étais réfugiée dans une petite encoignure, tapie dans mon imper dans lequel je transpirais allègrement. Je regardais avec crainte, et en même temps une sorte d’ébahissement émerveillé, le déchaînement des éléments. J’observai au passage que notre pilote avait bien du mal à maintenir le cap. Je sentis alors une main chercher la mienne, s’y accrocher comme à une bouée, une main potelée et moite, moite de pluie et d’angoisse- je percevais un léger tremblement- une main qui enserra mes doigts et ne bougea plus…

Le ciel était couleur de cendres.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2010

L'homme tronc‏ (Jaqlin)

jaqlintronc

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2010

Papier (Jaqlin)

jaqlinpapier

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


22 novembre 2008

Ah! Madame Suzanne, quelle affaire (Jaqlin)

Madame Suzanne n'avait jamais commandé çà; elle n'avait rien commandé, d'ailleurs. Cependant, elle venait de signer le bon de réception du livreur et avait décidé de garder la paquet qu'il venait de lui présenter, paquet dont elle ignorait complètement la teneur.

Oui, mais voilà, Madame Suzanne ne sait pas résister à l'ouverture d'un paquet, ni à celui là, ni à aucun autre; peu importe ce qu'il contient

Maintenant qu'elle l'a réceptionné, que le livreur est reparti,elle essaie quand même de deviner ce qu'il peut bien contenir, elle le tourne, le retourne, le secoue délicatement, Il n'émet aucun bruit et ...c'est bien son nom et son adresse qui figurent sur l'étiquette jaune pisseux qui occupe une bonne partie de la face supérieure du paquet.

Il n'est pas lourd, non plus, elle le manipule toujours doucement, ne se décidant toujours pas à l'ouvrir, elle ne détecte rien de suspect...

Elle s'empare de ses ciseaux et commence à décortiquer les bandes de scotch qui l'entoure complètement.Elle prend le temps de défaire l'emballage sans le déchirer. Apparaît alors une boîte ordinaire, en carton marron, sans signe distinctif. Elle défait délicatement le rabat du dessus et elle aperçoit des petits sacs plastique oblongs, aux coloris bruns, ocres : des petits sacs de sable!

Au fond du carton, juste ce petit mot:  « Pour t'aider à paser l'hiver et pour ta collection, des échantillons de sable des plages de Tahiti. »

Madame Suzanne sait maintenant que ce paquet lui était bien destiné, c'est un joli clin d'oeil de son amie qui est partie travailler à Tahiti et qui, à sa façon, lui envoie un peu de soleil!

Posté par Walrus à 12:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2008

Haïku (Jaqlin)

Regard bleu d'eau pâle


 

Ecran fragile émeraude


 

Cliché printanier.


Posté par Old_Papistache à 09:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

08 novembre 2008

Vous avez dit cuisine ?! (Jaqlin)

Qu'est -ce que je fais dans ma cuisine? Là, c'est une question qui me dérange, car je n'y fais plus grand chose depuis que nous ne vivons plus qu'à deux.
Oh! j'ai aimé et j'y ai passé du temps quand ma maison ne désemplissait pas d'enfants, d'amis, d'amis d'amis... J'en ai préparés des plats plus ou moins élaborés, j'en ai testées des recettes qui n'ont jamais été brevetées!
Maintenant, d'atelier, ma cuisine est passée au statut de pièce utilitaire où je séjourne de moins en moins.
Nous consommons surtout les légumes du potager, cultivés dans la plus pure tradition bio, autant que faire se peut. Les préparations culinaires sont succinctes : après grattage à l'aide de scalpeurs adéquats, un rinçage à l'eau claire, un égouttage au friquet et il ne reste plus qu'à garnir une antique mazarine – avec, suivant l'humeur, une petite couche d'emmenthal râpé pour le gratin. Tout ça se retrouve dans le chemi-gril programmable et quelques minutes plus tard , nous pouvons passer à table !

L'étape suivante est la plus désagréable ; heureusement, mes esclaves fonctionnent bien, en heures creuses, et il suffit d'une petite pression sur le patouilleur pour que ma vaisselle soit nickel.


NB: les noms des appareils sont empruntés au vocabulaire terroir de mon arrière grand- mère :
Friquet :  passoire
mazarine: plat en alu à deux oreilles qui sert aussi bien au four que sur plaque chauffante
patouilleur: du nom patouille qui désignait l'ancêtre de la lavette.
Chemi-gril : mi cheminée, mi gri...

Posté par Old_Papistache à 12:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2008

Fin du défi de Martine 27 (Jaqlin)

 Ce samedi avait mal commencé. Il s'était disputé avec sa femme, au début pour un motif futile dont il ne se souvenait même plus. Puis cela avait dégénéré. Elle souhaitait aller faire des courses, lui assister à une rétrospective qu'il attendait depuis longtemps au cinéma. Bien sûr, elle l'avait accusé de vouloir en fait rejoindre "sa poule", non mais franchement ce terme ringard. Il avait beau lui dire qu'il n'avait pas de "poule" rien à faire, elle s'y accrochait. Il avait donc pris son manteau et avait filé direct au cinéma. Cela faisait déjà un bon moment qu'il s'étalait voluptueusement dans son fauteuil, la salle est quasiment pleine. Il restait encore une place près de lui. Après s'être délecté de Dumbo, voilà Bambi qui commençait. Une rétrospective Disney, c'était trop bon, ben oui même et surtout à 50 balais. Bref, il s'apprêtait à fixer toute son attention sur l'écran, quand il y eut un peu de remue-ménage à côté de lui, il entendit le doux froissement du nylon quand la femme vint s'asseoir près de lui. Et puis, et puis … Au moment où la maman de Bambi se fait tuer, comme d'habitude il ne put retenir une petite larme et il sentit dans le même temps la femme près de lui basculer doucement contre son épaule et un liquide chaud imprégner sa chemise. La pauvre, pensa-t-il, comme elle est sensible. A la fois gêné et flatté il la laissa s'alanguir contre lui. Puis le film se termina, la suite de la rétrospective était prévue pour l'après-midi. La femme était toujours appuyée contre son épaule, là il commença à se sentir un peu mal à l'aise quand même. Et quand, la lumière se ralluma, les gens autour de lui se mirent à hurler. Il jeta un coup d'œil à sa compagne, ce qu'il avait pris pour des larmes était en fait du sang. Du sang qui maculait le visage de l'inconnue qui fixait l'écran d'un œil maintenant vide. Plus tard, assis dans la salle d'interrogatoire du commissariat, il cherchait à reprendre pied. Bien sûr, personne n'avait voulu croire qu'il n'y était pour rien. Personne ne s'était levé, ni n'était parti précipitamment pendant la projection de Bambi. Les voisins avaient dit à la police qu'il n'arrêtait pas de se disputer avec sa femme et que celle-ci était sûre qu'il la trompait, peut-être avec cette inconnue allez savoir. Et le pire, on avait retrouvé l'épingle à chapeau acérée qui avait servi à percer le cerveau de la femme (en passant par l'oreille) coincée sur son fauteuil à lui, près de sa cuisse. Avec tout ça, comment voulez-vous que le flic de base le croit innocent, c'est humain ! Par qui et comment le meurtre avait-il été perpétré, et surtout pourquoi l'avoir désigné comme bouc émissaire ? C'était le noir le plus complet pour lui. 

 ****************

Après un temps de pause de quelques minutes, l’interrogatoire avait repris. Le commissaire Eric Raffin, réputé pour ses méthodes étranges mais efficaces, avait sa tête des mauvais jours.

« Depuis quand aviez –vous une liaison avec Madame Bausatin ?

- Mais, je m’évertue à vous dire que je ne la connais pas, cette femme. Elle s’est assise à côté de moi alors que la séance était déjà commencée,

 j’étais captivé par ce qui se passait sur l’écran et je n’ai pas fait attention !

- Arrête de nous raconter des sornettes ! Ta femme nous a dit que tu collectionnais les aventures, et les voisins ont entendu une violente dispute avant que tu quittes le domicile conjugal.

- Oui, ben, on s’engueule d’aut’ fois avec ma femme ; elle est maladivement jalouse ; elle m’invente tous les trois- quat’ matins des maîtresses que je n’ai pas, hélas !

Et puis, pourquoi j’l’aurais tuée cette femme que j’connais même pas ?

- Pourquoi, pourquoi ? Parce que t ‘es un pauv’ malade qui s’nourrit d ‘sensations fortes et qu’une rétrospective Disney ne peut, en aucun cas, suffire à assouvir !

- Ben, vous racontez n’importe quoi, commissaire, j’ai jamais fait d’mal à une femme, j’les aime, moi, les femmes, même que celle-là, elle sentait drôlement bon. Ça m’a un peu surpris quand elle s’est approchée de moi, mais comme c’était au moment où Bambi était tué, j’ai cru que c’était l’émotion !

- Et puis, en plus, tu t’fous d’moi ! C’qu’ j’vois, moi, c’est qu’ l’épingle à chapeau qui t’a servi à lui perforer le crâne était malencontreusement restée fichée dans ton fauteuil.

- Ben, justement, commissaire, vous croyez qu’j’aurais été assez bête pour laisser l’arme du crime sur place ? J’ vous répète que c’est pas moi.

C’est tout ce qu’il peut dire ; désarmé par les circonstances qui ont l’air d’être contre lui.

Le commissaire est bien obligé d’admettre qu’il n’y a pas l’ombre d’une preuve contre lui. Il faudra attendre les résultats des tests ADN pour clore l’enquête et ça, c’est une autre histoire !

Moi, j’ai bien une idée, mais je ne suis ni commissaire, ni même inspecteur de police.

Posté par valecrit à 12:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

04 octobre 2008

Intrigue (Jaqlin)

On était fin juin, la fête battait son plein au centre culturel. Dans l’ancienne ferme qui servait maintenant de cadre aux activités de la MJC, aux différents clubs de sport, aux ateliers musicaux et artistiques, chacun s’était vu attribuer un emplacement pour présenter au visiteur un échantillon de son travail de l’année.

Sous le chapiteau dressé dans l’ancien parc à moutons, évoluaient les adeptes de la danse, des quatre- cinq ans aux danseurs de salon d’un âge certain, en passant par les amoureux  du modern jazz. En vis à vis, sur un podium temporaire, les fans du hip-hop rivalisaient de figures toutes plus élaborées les unes que les autres, au son d’accords propres à mettre à mal les tympans les plus endurcis.

Un peu plus loin, les différentes disciplines musicales étalaient leurs savoir- faire : les plus jeunes saxophonistes offraient une panthère rose se déplaçant sur des coussinets moelleux pendant que les flûtes faisaient une balade avec Vivaldi, en automne. Juste à côté, les clarinettes accompagnaient le chat de Pierre…

Pendant ce temps, les plus jeunes suivaient avec attention les péripéties du "chat qui s’en va tout seul", relatées par une vieille conteuse.

Au cours de la promenade, il était possible de découvrir mosaïques, dentelles, différentes techniques picturales. L’assistance était nombreuse, insouciante, déambulant sous les premiers rayons du soleil. Même l’hôte habituel du domaine, Jacob, le paon, était de la fête.  Perché dans l’énorme cèdre qui ombrage pratiquement toute la cour, il suivait d’un air désabusé ce remue- ménage inhabituel. Discret jusqu’à ce que les choristes aient entonné leur premier chant, à partir de cet instant, dès que le registre montait d’un ton, il  y allait de son refrain : "Lé..on ! Lé..on ! », ce qui ne manqua pas de perturber la chef de chœur qui eut bien du mal à terminer sa prestation.

Vers dix-huit heures, alors que la fête touchait à son terme et que les organisateurs satisfaits du franc succès de leur journée s’apprêtaient à fêter ça comme il se doit autour du verre de l’amitié, il fallut bien se rendre à l’évidence : l’une des animatrices, la jeune et jolie Kathy avait disparu… Avant d’en arriver à cette inquiétante conclusion, on avait procédé à toutes les investigations possibles, elle n’avait pas quitté les lieux de son plein gré puisqu’elle avait encore confirmé à ses collègues moins d’une heure plus tôt qu’elle serait là. Son portable sur lequel plusieurs avaient essayé de la joindre affichait toujours le même message d’absence. La conteuse était apparemment la dernière à l’avoir vue, vers dix-sept heures cinquante ; elles avaient bavardé quelques minutes puis s’étaient donné rendez-vous pour le fameux pot de clôture. Juste avant de se séparer, Kathy avait pris la direction du chapiteau. Etant donné les quelques mètres qui séparaient celui-ci du lieu de rencontre et du fait de l’assistance nombreuse, on imaginait mal ce qui avait bien pu se passer.

Posté par valecrit à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :