09 septembre 2017

Participation de JAK

Doriphores

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


02 septembre 2017

Des vacances à la campagne, mieux qu’à la mer (JAK)

 

J'ai déjà parlé de  lui  C’était Jean.  Il avait pour surnom Carnéra.

Aimant avec ses petits-enfants, mais sans démonstrations intempestives, il nous passait la main dans les cheveux en marmottant  « ça pousse, ça pousse. »

Nous avions 7-8ans.

 Parlait-il de nos crinières hirsutes ou des centimètres que nous avions atteints. (Peut-être, tout bonnement, faisait-il le constat que notre avancée en âge, le poussait vers la sortie)

Chez nos grands-parents, les repas étaient toujours sources de réjouissances.

Nous étions tous réunis autour d’une immense table (qui s’est avérée à mon âge adulte d’une dimension tout à fait normale)

Contrairement à notre aïeul  paternel, chez qui nous n’avions pas l’autorisation  de parler à table, ici c’était l’envol  de caquetage, qui n’avait rien à envier avec celui des Chanteclerc….. Ces poules d’un blanc si pur, que nous pourchassions pour dénicher leurs œufs, au grand dam de mémé ramassant souvent ceux ci  en omelette pré-préparée sur le paillis

Nous étions  heureux de jouer, escalader, explorer dès potron-minet, libres comme le vent dans cet espace de verdure.

Puis  bourdonnait  à midi- juste, actionnée avec force par  mémé, la  sonnaille  de Bravounette, la charolaise –souvenir de l’enfance de pépé dans « son » pays des sucs.

Alors c’était  le plaisir de la table...  Celui des  bonnes recettes de grand-mère.

 Ah ! Son fameux pâté chaud au foie de volaille

Je vous en donne ici la recette -plus sophistiquée, mais certainement pas aussi savoureuse que celle de ma mémoire. ( – Marcel et sa madeleine oblige-)

Ces repas, n’avaient rien d’une dinette, la bonne chère y régnait en maitresse, dans la simplicité mais avec une saveur incontournable.

Durant ces agapes, mes cousins taquinaient gentiment grand père, pour le faire tourner en bourrique.

Je me souviens d’une fameuse facétie. Pépé avait  voulu montrer son courroux, et surtout asseoir son autorité, en tapant du  poing sur la table, afin de  les inciter au silence.

Une scène inouïe s’en est suivie : lorsqu’il a abaissé sa main, le tranchant de sa paume s’est rabattu sur l’assiette, celle-ci s’est envolée, un beau  parcours dans les airs, sans se casser, et elle  a coiffé, en retombant   le beefsteak, qui lui, était resté sur place.

Hilarité générale et surtout de notre grand-père que son agacement avait dû …agacer. -Il était bon joueur-

Sourire en coin de mémé qui devait jubiler.

Mémé, femme menue, était plus sévère.

Ses capacités de cuisinière ravissaient nos papilles

Mais elle avait en plus, d’autres cordes à son arc. Entres autres, sa propension à nous acheter des livres formateurs qui n’avaient pas toujours bonne presse à nos yeux  et cela nous irritait un peu :   Trop sérieux, instructifs, nous leur préférions des Lisettes ou des Tintin, alors que ceux qu’elle  nous  achetait nous laissaient parfaitement indifférents.

Mais il n’empêche que tous ces bouquins, nous les  avons lus  et relus, mais surtout,  devenus tout fripés,  conservés depuis plus de  70 ans.

De mes grand parents me reste une nostalgie agréable, ils vivent bien présents, ce ne sont pas des fantômes.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

26 août 2017

Fantôme (JAK)

jak

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

05 août 2017

Le rouge et le rose (JAK)

 

Mon cher et tendre (surnommé Incarnat, couleur de son nez) ,  avait décidé de visiter le monde avec un  camping-car flambant neuf loué chez kiloutou. .

Bien sûr, comme toujours, sans me demander mon avis.

Sais-tu Amarante que tu auras, au cours de notre long périple, à ta disposition une véritable palette de couleurs. Tu pourras sortir ton carnet de voyage et étaler à l’aquarelle, des rouges à l’infini., toi qui aime cette couleur (il faisait crûment allusion à mes colères où enfourchant mes grands chevaux alizarine, je voyais alors rouge-écarlate tirant sur le rouge sang -de- bœuf, surtout lorsque j’avais levé le coude exagérément  avec un rouge -bourgogne)

En fait de paysage, il me fit surtout visiter de vieux monuments, des statuts, des reliques ; j’avoue que c’était assez vermeil à voir

Mais telle n’était point mon rêve.

J’aurais préféré peindre à mon aise en campant sur des collines, aux reflets terracotta, ou au bas des prairies semées d’Adonis microcarpa d’un beau rouge carmin et d’avantage encore, m’égarer dans des dunes sableuses bucoliques, et dans un détour,  découvrir un  soleil couchant. Et ainsi contempler la mer étale irisée d’une palette   inimitable. Et j’aurais pu éterniser ce moment de bonheur avec mes pinceaux, le fixer anonymement pour l’éternité – (enfin presque car avec l’aquarelle…)

Non, il a fallu qu’il me fît visiter des idolâtries ; Et dans cette vieille chapelle de MARVAO, en mai 2003, où il n’y avait même pas de siège pour m’assoir, le seul étant occupé par un lugubre personnage. Je me suis énervée, en découvrant un cardinal, d’un rouge cinabre,    guindé et mannequiné, avec des rotules de remplacement, coiffé d’ une  mitre d’âne, -nuance rouge cardinal -préciserai-je 

Oui dans cette ce lieu saint, ne freinant plus ma colère, les joues rouge écrevisse, j’ai traité mon ex—petit-ami de tous les nom d’oiseaux, même de rouge zinzolin, ce qui était pour lui une insulte (zinzolin voir ci-dessous *)

Je n’ai pas eu pitié de son visage devenu rouge-turc.

J‘ai pris mes cliques et mes claques, mes pinceaux, et suis allez siffler sur la colline  

Et depuis je m’éclate en peignant des cerises des fraises et des fuchsias, puis des grenats, des coquelicot également des passe-velours, ainsi que des capucines,  des groseilles, itou  des tomates et poivrons …..

La preuve voici mon dernier chef-d’œuvre

j01

 

 

des poivrons rouge-Incarnadin ponctués de Rouge-anglais,  légumes venus tout droit de la belle terre rouge du Languedoc Roussillon.

Je forme un couple uni avec mes pinceaux en poil de martre, et maintenant  je vois la vie en rose.

 

Mise au point

Le mot zinzolin viendrait de l'italien zuzzulino et de l'arabe djoudjolân : « semence de sésame », de zizolin (15991617), ou bien de l'espagnol cinzolino et de l’italien giuggiolena, d’où le terme de gingeolin également utilisé, parce qu'on peut obtenir à partir de cette graine une teinture

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juillet 2017

Participation de JAK

fanfan defi 465

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


22 juillet 2017

SURGÈRES (JAK)


T’as   voulu voir Surgères
Et on a vu Notre Dame
T’ as voulu voir  l’château
On a vu le chapiteau
T’as voulu voir les orgues
Et on a ouï les cloches
Avec tous leurs  flonflons
Qu’on rien de l’accordéon
J’ai voulu voir des filles
Tu m’as fait voir des monstres
Comme toujours

Mais je te le redis ... Chauffe Marcel,
Je n'irai pas plus loin
Mais je te préviens,  Kaï, Kaï
J’préfère remuer mon purin
Et puis rentrer mes foins     
D'ailleurs , j'ai horreur
De quitter mon patelin.
Et même le  brave Marcel
Jamais n’y pourra onques  rien

Merci Jacques

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juillet 2017

Débrouillage (JAK)

 

 

j01

 

 

On m’appelle Niquedouille , Chuis le roi de la débrouille

 A chaque complication je déniche  toujours une solution

Frénétiquement    je bidouille  des merdouilles

 Même si mes idées partent en quenouille et qu'il il y a pas de quoi crier ouille ! ouille ! , je suis  fier d'être le Sire de la débrouille.

 Exemple pour que vous pigiez.

 Z’êtes  en panne d'électricité : enfourchez le  pédalier  d’un vieux vélo égaré, tout en l’ayant relayé à v’compteur d’électricité : directos vous obtiendrez  des watts en  grande quantité 

Y vous  manque de l’eau pour la vaisselle, inutile de se casser la cervelle : dans le bénitier de l'église d'à côté vous n'avez qu’à aller puiser

 Tiens, l’autre jour fallait que j'installe une aquarelle que j’avais peinturlurée, j' n’avais  pas de marteau, ni même un seul clou pour l’accrocher

ké  que j'ai fait ?

Dans la boîte à épices j' ai pris un clou  de giroflier,  puis m’suis servi  d’une  pince à épiler et  dans le mur en placo léger,  je les ais coincés, enfoncés avec un vieux fer à repasser.  Pour plus de sûreté  le clou de girofle  agrémenté d'un peu de colle bon marché faite avec de la farine de Castanea*, pour m'assurer que châtaigne bien

Mais ce n’est pas tout !

Hier mes semelles se sont défilées.  Douloureusement  les cailloux sous mes pieds me chatouillaient plantureusement.  

Alors ké  qu’encore   j'ai fait ?

Je vous  le donne en un, je vous donne en mille, dans un chapeau en feutrine qui me donnait mauvaise  mine, j'ai taillé des semelles  compensées puis avec  mes grosses  mains  j’ai rapetassé à  grands points , m'servant du  raphia  destiné   aux tomates  de mon jardin.

Pour le pèze c'est kif-kif bourricot.

A longueur de  temps,  je dois me débrouillarder  .

J'fais des chèques sans provision que je rembourse lorsque j'ai du pognon, mais comme ce n'est pas souvent, y'en a qui ont le mors aux dents, alors je les embobine  avec des promesses  qui durent jusqu'à la saint Glinglin

Comme  voiture j'utilise une  C D A* essence-assurance compris,

Une chance, j’ai trouvé un coiffeur qui rase gratis, pour une coupe à la va-comme-je-pousse, en échange de mes idées Lépine.

Mais comme  y’me  tond gratos que le mercredi, mon  jour de repos favori, j’les laisse pousser.

Par nature, ils sont raides tels des balais,  alors  au bout de 3 mois, devenus longs ils me fournissent les crins  du goupillon  qui sert à laver mes litrons où que j’mets  le jus issu du pressage des grapillons de la vigne de mon  voisin vigneron.

Chuis pas riche mais je m'en fous.

Ma fortune c’est la bidouille  y a que ça qui me branchouille.

L’argent, peut-être un jour on ne sait jamais!

Et pour ça j'utilise la méthode d’Emile  Coué.

La persuasion n’y a que ça de vrai !

 

 

 

NB

C D A* celle des autres

Castanea* (pour les incultes, ceusses qui ne savent pas cultiver),

c’est le nom latin du châtaigner

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2017

Participation de JAK

j01

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mai 2017

Le marcheur l'ombre et la lumière (JAK)

j01

 

Sur le chemin son  ombre le précède

Il est tôt le matin, il avance bon train

Car il sait que là haut

Indubitablement  le soleil

Illuminant le ciel à midi l’ôtera

Et bien vite au soir la laissera derrière

Ainsi tout à tour se succèdent  l’ombre et la lumière

Essentielles toutes deux,

L’une  sachant bien mettre l’autre en exergue.

 En  chacun  de nous notre part d’ombre et celle de lumière

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mai 2017

Participation de JAK

j01

j02

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,