05 février 2011

MQBs (Machin Qui Bourdonne, au pluriel) (Captaine Lili)

Tu es tranquillement au jardin, dans le plaisir de la nature, et ça te tourne autour, ça bourdonne, ça vrombit, ça agace les oreilles, ça pique parfois.

Oui, la guêpe m’agresse. Et non, je ne suis pas jalouse de sa taille fine !

Le frelon est énorme et méchant.

La grosse bête noire dont j’ignore le nom, sortant de la glycine, s’approche bien trop de ma peau.

L’abeille a le mérite de fabriquer le miel.

Le bourdon bruyant et gentil aide à fleurir, certes.

Et moi, je panique.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


29 janvier 2011

Fenêtre close, rideau fermé (Captaine Lili)

Deux silhouettes,
Ombres chinoises,
S'enlacent,
S'embrassent...

Un air de fête
Grivoise
Ondoie,
Louvoie...

Fenêtre close, rideau fermé,
Les amours dansent, ballet ailé.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

22 janvier 2011

Mots entre eau et ciel (Captaine Lili)

Un mot m’est venu, un premier mot.
Miroir.
Alors j’ai posé mes pas sur le fil, entre eau et ciel.
Alors j’ai vu un rêve.
D’autres mots sont venus ; je les ai tus.
J’ai pensé qu’uni, le ciel serait moins beau.
J’ai pensé que le ciel glissait sur l’eau, patineur particulier.
Et puis…
Et puis j’ai fait rimer nuage avec voyage. Ce n’était pas original mais cette photographie réverbérait mon désir de changement d’air.
Je me suis souvenue d’une phrase écrite en bord de Méditerranée, un soir de janvier. J’imagine l’amoureux, je me fais chasseuse de paysages.
Un personnage m’est venu. Mon bébé roman se sentait bien dans cette image.
J’ai pensé que j’aimerais tisser une histoire ainsi, entre eau et ciel.

* Je suis un peu loin d’Internet… je ne peux donc pas (tenter de) vous commenter… mais bravo à tous ! ;-)

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

15 janvier 2011

Dans quel état j’erre ? (Captaine Lili)

Une boite ronde et blanche pour les joies zen,

Un grand panier d’osier pour les gourmandes,

Un simple carton pour les joies de papier,

Un coffre en amarante pour les joies impudiques,

Un herbier pour les joies amoureuses,

Une malle vernie pour les joies en patchwork,

Pour les joies vives, une bonbonnière transparente

Une trousse pour les joies de secours,

Un écrin de soie pour les colliers de joies,

Un poudrier poudré pour les joies perlimpinpin,

Et des livres, des livres, des livres !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2011

Jouons ! (Captaine Lili)

Enfant, il avait reçu ce jeu de mots. Maintenant qu’il était adulte, il le retrouvait sans règle du jeu, et ne s’en souvenait plus.

Il le retrouva un soir de fête entre couples, dans un placard fourre-tout où il cherchait des bougies.

Dans la boîte, 10 mots, très peu enfantins. Qu’en faire ?

L’un ou l’une lit fornication au lieu de fortification.

Ce fût le début. L’étudiant se retrouva otage d’un cyclope, sauvé par sa voisine du rez-de-chaussée.  Sous son masque de femme terne, elle était une atlante, servante du seigneur Moloch. Elle eut l’intuition qu’en s’accouplant avec cet étudiant, elle pourrait se libérer

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


18 décembre 2010

Riche (Captaine Lili)

Riche d’argent ?

J’aurais plusieurs ports.

Je ne compterais que les contes, la poésie, les mots que j’écrirai.

Je n’aurais pas une santé moins fragile.

Mes amours seraient les mêmes.

Riche d’argent ?

Je danserais encore.

Je serais plus légère.

J’aurais plus de possibles.

Je resterais moi, j’espère.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

11 décembre 2010

amant géométrique (Captaine Lili)

Et si mon  amant n’était que géométrie ?

La géométrie n’est pas mon vocabulaire ; moi je lis le monde en ombres et en lumières, en nuages ou en étoiles, en îles et en horizons. Mais vous insistez, alors… mon amant est tout en courbes solides.

Mais encore ?

J’aime entrer dans le cercle de ses bras.

Et ?

J’aime la surface de sa peau.

Cela ne vous suffit pas ?

J’aime la rondeur de son diamètre.

Quoi d’autre ? Et la pudeur, alors ?

J’aime son angle de vue. Il me conforte et m’agrandit.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

20 novembre 2010

Trésor (Captaine Lili)

Tant de si petites choses
Roulent dans ma mémoire,

Douceurs et beautés virtuoses,

Eclats de vie pour se mouvoir,

Rêves d’îles et il réel,

Mon cœur sage accroche

Des cerfs-volants les ficelles,

Galets de gavroche

Etreintes, enlacements,

Mon corps garde tatouées

Ces traces d’un vent

Amoureux, aimant, aimé

Soies et coquelicots,

Etoiles d’émir,

Tel un ruban d’eau

La liste s’étire…

Ondes amicales

Ouvrant l’horizon,

Câlins des jours pâles,

Lueurs des nuits sans nom,

Rires, évidemment !

Les mots du trésor

Indéfiniment

Azurent le décor

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

16 octobre 2010

Le dit du vent (Captaine Lili)

Chut !
Je filais dans les roseaux
Me reposer de là-haut

Chut !
Si j’ai bousculé la dune
Oui, c’est la faute à la lune

Chut !
Du  sable or éparpillé
Des mots bruns ont échappé

Chut !
Je jouais dans les roseaux,
J’aime leur bruit sur mon dos

Chut !
Si je m’esquive à la brune,
Serpentant vers les lagunes

Chut !
C’est que les mots exhumés
Sont lourds d’un cœur déchiré

Chut !
Ce que m’ont dit les roseaux
Me fait chagrin bien trop gros

Chut !
Pour vous conter l’infortune
De la demoiselle brune

Chut !
Un poète j’ai cherché
A qui d’autre me confier ?

Chut !
J’ai trouvé dans les roseaux
Une touffe de sanglots

Chut !
Je l’ai livrée à Neptune
Le secret n’est plus que runes

Chut !
Galets polis et usés
Par une mer éplorée

Chut !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2010

Presque rien (Captaine Lili)

Une maison, une chambre

17 heures à la pendule

Elle et lui, sur le lit, dans la chambre jolie

Les doigts en valse

Les corps en chœur

17 heures dix à la pendule

Une tête sur une épaule

Les bras de lui sur ses hanches à elle, belle

17 heures vingt à la pendule

Deux peaux, un souffle

Le lit comme une île

Le temps à l’arrêt… ou presque

Une maison, une chambre

17 heures et quelques

Un couple beau d’amour

Un presque rien de tendresse

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :