11 juillet 2015

A Sablé par bongopinot

bo01

 

Du seize au dix-huit juillet

Trois journées rien que pour les mômes

Satisfaction, rigolade et gaité

Que l'on soit en groupe ou en binôme

 

Suivez les pancartes, les marionnettes, le pantin

Les acrobates ou bien les jongleurs

Qui gentiment vous ouvrent le chemin

Passez tous des journées de rêve, de bonheur

 

Car à Sablé dans le parc du château

On se prépare pour trois jours de folie douce

Entourés de milliers de marmots

Avec une musique pour suceur de pouce

 

Animation, chanson, spectacle et jeu

Pour enfants venus avec leurs parents

Pour passer un moment joyeux

Pour enfants de trois à douze ans

 

Arrivés de partout en voiture ou en car

Les petits avec leurs yeux malicieux

Vont vivre au rythme de la fanfare

Un beau et grand festival heureux

 

Quelques jours festifs avec rokissimo

De beaux moments de partage

Découverte d'artistes-poètes aux doux mots

A voir et écouter pour garder de belles images

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


04 juillet 2015

Je suis en retard par bongopinot

bo01

 

Je suis en retard

Tic Tac tic tac

Je me rends à la gare

Et les heures m’attaquent

 

Secondes canailles

Je vais voir un ami

Petit matin qui braille

Six heures et demie

 

Je pars tardivement

Sous la pluie dans le vent

Il faut rattraper le temps

C’est trop important

 

Il n’y a pas d’histoire

Avant l’heure c’est meilleur

Après l’heure c’est les pleurs

Ne plus courir partir à l’heure

 

Je creuse mon retard

Dans l’épais brouillard

Dehors il fait encore noir

Et brillent les phares

 

Faute impardonnable

Sera-t-il là à m’attendre

Qu’il soit charitable

Les minutes se saupoudrent

 

Et il est là et il m’attend

Trente ans sans se voir

Mon cœur oublie le temps

Je sors mon mouchoir.

 

En trente ans

S'est égrainé le temps

Mais tout est comme avant

Jamais l'amitié ne ment.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

27 juin 2015

Une photographie par bongopinot

bo01

 

John Wilhelm et ses belles photographies

Mettant en scène ses enfants

Dans des instants de vie

En bon père aimant

 

Ici un gamin bien charmant

Un point rouge sur le front

Coiffé d’un turban

De jolis yeux tout ronds

 

Assis sur une chaise

Et jouant de la flûte

S’emble très à l'aise

Regardant son assiette

 

Une Photo impressionnante

D'un gosse déguisé en fakir

En petit Charmeur de pâtes

Un bel Imaginaire de délire

 

Image travaillée Surréaliste

Un moment de rire de drôlerie

Que je sortirai les jours tristes

En mangeant des spaghetti

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2015

Mon bouton par bongopinot

bo01

 

 

J’ai perdu mon bouton

Si beau et si mignon

Qui m’était bien utile

Mais ne tenait qu’à un fil

 

 Il a roulé par terre

Un jour de grand tonnerre

Disparu en une seconde

Car la terre est bien ronde

 

 Je l’ai cherché partout

Jusqu’au chant du hibou

Je suis rentrée bredouille

Et bonjour les embrouilles

 

"Je suis le bouton perdu

Je me suis retrouvé dans la rue

Lorsque l'orage grondait

Et que la nuit tombait

 

 Une dame m'a ramassé

Dans sa poche m'a posé

Puis, elle m'a mis telle une relique

Dans une belle boite métallique

 

 Où dormaient des centaines de boutons

Des bleus des roses et des jaune citron

Ils étaient petits, grands, tous différents

Une vie de rêve pour un bouton couleur argent

 

 Alors ne t’inquiète pas pour moi

Maintenant ici je suis le roi

Nos chemins se sont séparés sous les étoiles

Un jour un autre bouton ornera ta veste en toile"

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

13 juin 2015

une drôle de Jarre par bongopinot

bo01

 

Monsieur Édouard

Découvre par hasard

Dans un petit placard

Une drôle de jarre

 

 Cet homme plein de tristesse

Prend cette jarre avec délicatesse

Et la dépose dans une caisse

Puis l’installe dans sa Mercédès

 

 Il monte dans sa voiture et démarre

Mais arrivé sur le boulevard

Il se sent franchement bizarre

Alors il s’arrête et se gare

 

 Il se réveille sous un jour plein de promesse

Dans ses yeux brille l'allégresse

Il sent en lui monter la joie, l'ivresse

Et dans son cœur s’estompent ses cicatrices

 

 Il a envie de prendre un nouveau départ

Tout son être sonne la fanfare

Il brise tous ses remparts

Il se sent enfin heureux et se marre

 

 Que s'est-il passé pendant cette absence

Cette nuit où il s'est endormi sur cette place

Il repense à sa découverte rangée dans une caisse

Il la cherche, mais elle s'est volatilisée avec élégance

 

Mais maintenant il sait, il a percé le mystère

le beau secret de cette drôle de jarre

Qu'il avait découverte un jour par hasard,

Tout au fond d'un tout petit placard.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :


06 juin 2015

Une partie de cartes par bongopinot

bo01

 

Une partie de cartes

Ça réconforte

On bat on distribue

C'est le début

 

Une petite bellotte

Ça ravigote

On s'appelle on se réunit

Pour toute la nuit

 

Une partie de nain jaune

Ça rend aphone

On crie on rigole

Tout le monde s’affole

 

Une bataille corse

Ça nous renforce

Valet dame et roi

Nous mettent en joie

 

Une partie de pouilleux

Ça rend heureux

On devient tous allergique

Au valet de pique

 

Une partie de rami

Ça nous ravit

En famille ou entre amis

On se défit

 

Un jeu avec ou sans joker

Ça dépoussière

On devient tous complice

Et plein de mâlice

 

Seul ou en équipe

On participe

Et sur un petit calpin

On note les points

 

 Une belle découverte

Le jeu de cartes

Du petit au plus grand

Restons enfants

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2015

Tata Coucou par bongopinot

bo01

 

 

De toi je me souviens

Toi ma grande tante

Aux yeux couleur menthe

Au regard si malin

 

Une très vieille dame

Visage basané et charmant

Cheveux aux quatre vents

Toujours sereine et très calme

 

On t’appelait, te surnommait

Tata coucou et oui tata coucou

Avec ton joli sourire si doux

Ton naturel toujours très gai

 

Tu apparaissais sans jamais prévenir

Avec un coucou, coucou c'est moi

Tes visites étaient toujours pleines de joie

Que de beaux et merveilleux souvenirs

 

Tu venais à n'importe quelle heure de la journée

Sans jamais avoir besoin d'être invitée

Tu avais ta place à coté de la cheminée

Et tu étais acclamée à chacune de tes arrivées

 

 Et même aujourd'hui un coucou et je pense à toi

Partie depuis tant d'années mais jamais oubliée

Toi qui aimais raconter des histoires et nous émerveiller

Grâce à ce défi ce petit poème je t'envoie

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

23 mai 2015

j'en ai marre par bongopinot

 

Moi j’en ai marre

Est-ce le cafard

Ou ce brouillard

Qui me rend hagard

 

Par-dessus la tête

De mes défaites

Je suis imparfaite

On me maltraite

 

Plein les guiboles

De cette piaule

Du chat qui miaule

Rien n’est plus drôle

 

J’en ai plein le dos

De ce boulot

Et du métro

Je suis ramollo

 

Et puis ras-le-bol

Un petit alcool

Qui me console

Je tombe au sol

 

J’en ai ma claque

De ces arnaques

Alors je craque

Coup de matraque

 

J’en ai ma dose

Des ecchymoses

Besoin d’une pause

Mon corps repose

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2015

Mais qu'est-ce qu'il y a dans ces caisses ? par bongopinot

bo01

 

Quelques jours après avoir pris possession de sa somptueuse villa,

Qu’il avait découverte un jour d’été où il vadrouillait rue des lilas

Ernst Kazirra, rentrant chez lui, aperçut de loin un homme

A l'allure athlétique aux pas assurés et aux muscles énormes,

 

        Qui sortait, une caisse sur le dos, d'une porte secondaire, 

Du mur d'enceinte, en véritable homme des lieux, en expert.

Et chargeait la caisse sur un camion avant de s’apprêter à partir.

Ernst hagard se demandant ce que cet individu faisait, se mit à courir

 

Il n'eut pas le temps de le rattraper avant son départ.

Il finit par se retrouver près de son véhicule, alluma un cigare.

C'est alors qu'il le suivit en auto. Et le camion roula longtemps,

Jusqu’à l'extrême périphérie de la ville, là il ralentit un instant

 

Et s'arrêta au bord d'un vallon. Ernst sortit de son auto

 Et se rendit vers le camion et se posta près d'un petit écriteau

Il observa l'homme qui semblait heureux de jeter la caisse dans le ravin

Il s'en suivit un lourd fracas et un amas de poussières dans le matin

 

Ernst rejoignit l'homme qui souriait, pour comprendre ce geste

L'homme prénommé monsieur Pierre était un manutentionnaire modeste

Monsieur Kazirra était quant à lui un bien triste homme d'affaires

Rien ne les prédestinait à cette rencontre loin de la ville de lumière

 

Ils se retrouvèrent et il s'en suivit une discussion un peu houleuse

Pierre expliqua que toutes les années les plus venteuses

Il récupérait ses caisses dissimulées chez tous les habitants

Il reprenait ce qui lui appartenait, qu'il n'y avait là rien d’inquiétant

 

Que toutes ces caisses renfermaient tous les combats, les malheurs,

Et aussi les moments heureux, tous ces petits instants de bonheurs

Et quand il jetait toutes ces caisses le mauvais était de suite englouti

Et tout le bon s’envolait pour être redistribué dans d'autres logis

 

Pour que l’existence soit plus douce et qu'il n'y ait plus de nuits difficiles

Ni même de journées perdues à la recherche de choses impossibles

Pour que chacun ait des moments joyeux ou un destin d'exception

Mais certains endroits du monde sont oubliés et c'est la désolation

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

09 mai 2015

Sur un marché par bongopinot

Sur un marché, un attroupement de personnes

Et sur une estrade en bois, un hercule habile

Persuade séduit et à l’occasion trompe, et il jubile

Et nous badauds doucement il nous emprisonne

 

Avec de beaux mots de belles phrases

Le doigt levé il  devient un conteur

Aux allures de commissaire priseur

Et c’est pour lui son instant d’extase

 

Percutant, comme le marteau sur l’enclume

Ce beau parleur bonimenteur avec son style,

Si bien rodé, que, tout son public l'écoute immobile

Tel un athlète lançant sa sphère de missive de brume

 

 Un exposant expert qui éclaire nos lanternes

Avec un indéniable talent pour vendre l’improbable

Avec un aplomb et une sérénité imperturbable

Dit : « achetez mes marchandises pour une vie plus moderne »

 

Tête de fer et manche de bois impossible de lui clouer le bec

Et la voracité de ses dires martèle un des osselets de mon oreille

De ses paroles bourdonnent et se heurtent et s’embouteillent  

Tout cela se termine en ouvrant mon sac et en lui faisant un chèque

 

 Et je passe sous silence tous ses propos persuasifs

Qui m’ont fait acheter un couteau à couper la pierre

Et une échelle à repasser et un parapluie de lierre

Et le spectacle continue toujours plus inventif et plus intensif

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :