25 mars 2017

Les nouilles de mon enfance par bongopinot


Les nouilles de mon enfance
Avec jaunes d’œuf et gruyère
Préparées par ma grand-mère
Avaient un goût de vacances

Dès notre arrivée on avait droit
A une platée de bonnes nouilles
Pour nous un plat de roi
Avant nos escapades, nos vadrouilles

Souvenirs de déjeuners entre cousins
Le ventre repu on allait jouer
Dans un petit coin du Limousin
Où les gens étaient tous dévoués

Ces moments avaient des saveurs de fêtes
Avec les petits alphabets dans l’assiette
Et parfois de drôles de coquillettes
Et on n’en laissait pas une miette

Et pour nous surprendre des papillons
Et puis les éternels spaghettis
Ou du vermicelle au court-bouillon
Et sans oublier les macaronis

Et qu’elles soient chinoises ou italiennes
C’était toujours de la bonne tambouille
Et notre grand-mère était une reine
Et disait «  avec les nouilles point d’embrouille »

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


18 mars 2017

À la vôtre par bongopinot


Après quelques mois de repos
Bientôt la vigne va s’éveiller
Et suivre gentiment son tempo
Pour tous nous émerveiller

Salon des vins, de la cuisine élaborée
Pour les amoureux de la table
Rencontre avec des gens passionnés
Pour un temps bien agréable

Une fête, un anniversaire
En famille ou entre amis
Un verre rend moins austère
Et nous offre un doux répit

On se réunit autour d’un verre
Pour un moment de convivialité
Avec bien sûr le sang de la terre
Tous installés à la terrasse d’un café

Un petit verre de monbazillac
Après une balade autour d’un lac
A la fin de la soirée un cognac
Allongé dans son hamac

Et pourquoi pas un petit pineau
En admirant le paysage
L’herbe verte et les moineaux
Qui sont toujours de bons présages

Après quelques mois de repos
En avril la vigne va s’éveiller
Et suivre gentiment son tempo
Pour que l’on puisse l’admirer

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2017

Sa grande passion par bongopinot


Tous les jours le boulot
Pour payer les factures
Et l’essence pour l’auto
Et bien sur la nourriture

Alors elle attend le vendredi
À vingt heures très précises
Là elle se sent ragaillardie
Car une soirée s’improvise

Début d’un Week-end festif
Bien à l’aise dans ses chaussures
Elle n’a qu’un seul objectif
Encore et encore battre la mesure

De ses petits pas de danseuse
De la rumba à la lambada
Rien ne lui résiste elle est heureuse
Un peu de disco ou bien une petite java

Elle danse seule ou accompagnée
Enfin elle vit elle est passionnée
Même si elle n’a pu en faire son métier
Elle tourne dans la lumière vers sa destinée

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2017

Le kangourou par bongopinot

444

 


Il vit en Australie
Le petit kangourou
Son pelage si roux
Le rend très joli

Il fait des bonds
En grand marsupial
Son regard amical
Force l’admiration

Il transporte dans sa poche
Sa plus grande richesse
Et il saute sans paresse
Si quelqu’un l’approche

Car son trésor est son petit
Il peut être très féroce
Et tu ne seras pas à la noce
Si tu en veux à son bébé chéri

Si tu vas en Australie
Tu verras les kangourous
Et leur pelage tout roux
Qui les rendent si jolis

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

25 février 2017

Le fou attachant par bongopinot

bo


Depuis tout petit
Son terrain de jeux c’est la rue
Un vrai Yamakasi
Au langage en peu cru

Peut-être un peu fou
Mais tellement attachant
Un véritable casse-cou
Jobastre hallucinant

Et il vole et virevolte
De plus en plus haut
Acrobate désinvolte
Aime les sauts les saltos

Et rien ne l’arrête
Ni le vent ni la pluie
On ouvre nos mirettes
A ses passages inouïs

De sa passion
Il en a fait son métier
Il est toujours en action
Avec un moral d’acier

Il parcourt les villes
Avec sa bande de copains
Musiciens et acrobates agiles
D’un cirque contemporain

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


18 février 2017

Une parenthèse par bongopinot


Il vit ici et aujourd’hui
Et veut tout révolutionner
Il espère même changer les esprits
Et souhaite bien sûr tout réformer

Les coutumes, les usages
Les traditions au panier
Les photos les images
Le passé, déchirés oubliés

Toutes les icônes sacrées
Les parties du passé l’indiffèrent
Il pense à tous ces jours néfastes
Il ne veut plus rien de ses pères

Les obligations et interdits
Il n’en veut pas il vandalise
Tout dans ce monde l’étourdit
Il boucle donc une petite valise

Et décide d’aller voir ailleurs
De changer tout dans sa vie
Il veut être le propre acteur
De décisions de ses bruits

Oui mais il se sent bien seul
Il est au bord du malaise
Assis tout près d’un tilleul
Il ferme sa parenthèse

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

11 février 2017

Je suis un petit faucon par bongopinot


Je suis un petit faucon
Je vole élégamment et je chasse
Et même si cela vous agace
Je ne viendrai pas sur vos balcons

Je suis un rapace robuste
Avec un manteau gris bleu
J’aime les petits oiseaux moelleux
Et dans les airs je les déguste

Et quand ma petite pond nos œufs
Je l’installe dans le nid des autres
Toujours désertés par contre
Je suis simplement astucieux

Je suis un faucon courageux
Je suis très rapide en piqué
Et tout autant déterminé
Il n’y a que ça qui compte à mes yeux

Je n'ai que faire de vos complots
De tous vos mots et de vos ragots
Je suis le faucon hobereau
Et mon ciel n’est pas clos

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

04 février 2017

Un appétit gargantuesque par bongopinot

440


 
Un estomac à toute épreuve
Jamais il n’est rassasié
Qu’il vente ou qu’il pleuve
Il ne fait que manger

Quand le soleil nous offre
Ses rayons de douceur
Littéralement il se goinfre
De fruits juteux à toute heure

Un besoin irraisonné
Le pousse à se remplir
Matin midi et en soirée
Ça ne lui suffit pas c’est ça le pire

Alors pour se donner bonne conscience
Il a pris rendez-vous chez un psy
Qui lui a dit qu’il comblait une absence
Il se questionne restant assis

D’aussi loin qu’il se souvienne
Il a toujours été comme ça
Alors avant que des problèmes ne surviennent
Il décide de changer tout ça

Il a déposé sur son frigo bleuté
Une citation « il faut manger pour vivre,
Et non vivre pour manger »
Une façon comme une autre de se souvenir

Qu’il s’est promis d’y arriver
Il a encore des jours difficiles
Mais à force de volonté
Doucement il assimile

Il a pris sa vie en main
Et son sourire le réconforte
Et tout ira mieux demain
Quand ses démons ne sonneront plus à sa porte

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

28 janvier 2017

Un étrange secret par bongopinot

bo


D’un coup mon ciel change de couleur, s’assombrit
Au passage d’une multitude d’étourneaux
Dans une danse de jolis coups de pinceau
Ils volent dans un tourbillon étrange de gris

Et mon cœur devant ce spectacle s’attendrit
Et voilà que j’entends mon sonnet sonner faux
Pendant que le temps passe à tout petit trot
Je rêve un instant éblouie à l’abri

Je reprends ma plume admirant ces oiseaux
Et il se forme dans le ciel un écriteau
Et ils m’écrivent un beau message tendre

Me délivrant au passage un doux secret
Mais vous l’écrire serai bien trop indiscret
Regardez le ciel ils pourraient le répandre

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 janvier 2017

Sur son chemin par bongopinot

 

bo


Il marchait sans bruit et sans but précis
Son cœur était triste d’être si seul ici
Depuis longtemps personne ne l’attendait
Alors les mains derrière le dos il marchait

Et durant cette nuit de déambulation,
Il avait aperçu l'étonnante composition :
Une miniature exécutée à la tempera
Sur un panneau de pin posé près d’un mimosa

C’était le portrait d’un jeune enfant
Il avait les traits élégants et l’air charmant
Un joli garçonnet aux cheveux longs
Avec une coiffe qui descendait son front

Un tableau si réaliste qu’il resta figé devant
Ça lui rappelait tellement son propre enfant
Parti depuis si longtemps et si loin
Il resta donc prostré là jusqu’au petit matin

Puis en allant chez lui les yeux encore embrumés
Il vit au détour d’un chemin de peuplier
Un garçon ressemblant au tableau qu’il venait de voir
l’enfant lui souriait mais lui n’osa pas y croire

Mais qui donc était ce môme de douze ans
Qui ressemblait trait pour trait à son propre enfant
Tout ça lui sembla irréel et il poursuivit sa route
Il crût entendre papa, tout son être se mit à l’écoute

Il se retourna et vit l’enfant au côté de son père
Tous deux lui souriaient puis vers lui volèrent
Il reconnut de suite son enfant devenu adulte
Il l’enlaça et ils tournèrent en une danse celte

Puis ils se racontèrent leurs secrets si lourds
Se jurèrent de rester ensemble pour toujours
Voilà comment sur un sentier de peupliers
Trois générations s’étaient enfin trouvées

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,