21 mars 2020

Questions existentielles (Adrienne)

 
Les mystères de la vie turlupinent mini-Adrienne depuis un bon moment - au moins huit jours entiers! - et à qui d'autre s'adresser sinon à sa grand-mère?

- Tu crois, toi, que les bébés ils viennent du ventre de la maman?
Ah la voilà bien embêtée, la grand-mère!
Elle qui était jeune à une époque où même avoir ses règles était entouré de tabous et d'interdits!
Elle n'a absolument pas envie de faire l'éducation sexuelle d'une gamine qui n'a pas tout à fait cinq ans.
- Et toi, dit-elle, qu'est-ce que tu en penses?
- Moi je pense que c'est vrai, dit la petite.
On passait fort à propos le long d'un pré où une vache brune et blanche paissait paisiblement.
- Tu vois, continue-t-elle, comme cette vache a un gros ventre? Il y a sûrement un petit veau dedans...
- Tu crois? dit la grand-mère, de plus en plus mal à l'aise.
- J'en suis sûre, dit la petite, mais ce que je ne sais pas, c'est comment ils en sortent.
- Il faudra le demander à ta maman, suggère la grand-mère.
- Et toi, tu ne le sais pas? tu es une maman aussi!
- Oh! fait la grand-mère d'un geste théâtral, moi! il y a si longtemps que j'ai oublié!


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,


14 mars 2020

Oremus! (Adrienne)

 
Mini-Adrienne n'a pas cinq ans, c'est un de ses plus vieux souvenirs. 


Pour une raison qu'elle ignore, elle accompagne son grand-père à la messe dominicale. Elle en est heureuse, impressionnée, flattée. Le grand-père est un homme que l'on craint.

Il est dix heures du matin. C'est la grand-messe. Tout se passe dans une langue étrange que le grand-père semble maîtriser. Mini-Adrienne est subjuguée. Admirative. 
Le prêtre lève les bras et dit "Oremus!". Tout le monde se lève. C'est magique.
 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

29 février 2020

M comme mimosa (Adrienne)


Quel bonheur, un livre!
Le cœur de mini-Adrienne fait des bonds. Il n'est même pas nécessaire d'ôter le papier, c'est un livre, elle le sent, et c'est le principal! Elle s'élance pour embrasser sa Tantine.
La couverture est vert pâle. 'Boule d'Or et sa Dauphine', dit le titre.
La Dauphine, mini-Adrienne connaît, c'est le modèle de voiture qu'a le vieil Hector. Exactement de ce même vert délavé.
Et Boule d'Or? ce sont les cigarettes que fume le grand-père. Les rouges sans filtre.
Une auto et des cigarettes, se dit mini-Adrienne, du haut de ses huit ans, voilà qui sera une lecture intéressante!
Alors elle y commence tout de suite. Mais il n'est question ni de Renault ni de tabac:
"C’est aujourd’hui chez nous la cueillette du mimosa que les gens de la ville viennent chercher ce soir. Papa a besoin d’aides ; qui est-ce qui vient avec moi ? " lit-elle à la page 10.
Cueillette de mimosa, fête du mimosa, bouquets de mimosa, gerbes de mimosa, une montagne de mimosas... et la Reine du Mimosa!
Qui s'appelle Marie-Antoinette.
Voilà.
C'est comme ça qu'à huit ans mini-Adrienne a su que la future reine de France portait un nom de voiture :-)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

15 février 2020

K comme kilt (Adrienne)

 
Quand le train entre en gare d'Ostende, prends ton bagage dans une main et ton appareil photo dans l'autre. 

Car c'est tout de suite que tu vas en avoir besoin.

Oostende aug 2009 001 (2)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

01 février 2020

I comme Illuminati (Adrienne)

 

DSCI8233 (2)

Le Kilroy nouveau est arrivé!

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,


25 janvier 2020

hop là... boum! (Adrienne)

 
"Raide comme un piquet!" voilà ce que le père de l'Adrienne n'a cessé de déclarer à qui voulait l'entendre en parlant de sa fille. "Raide comme un piquet!" - en on sentait bien sa désillusion, lui qui excellait dans tous les sports sauf aquatiques.

Sans doute qu'il aurait fallu baisser les bras et accepter. Mais c'était compter sans cette tête de mule d'Adrienne. "Raide comme un piquet!", aha on verrait bien.
Si au cours d'éducation physique les points avaient été distribués selon l'implication et la bonne volonté, c'est elle qui aurait été première. Malheureusement, à cette époque, c'était le résultat qui comptait.
Elle regardait ses condisciples qui l'une après l'autre réalisaient le saut du tigre. Si elles y arrivent, se dit l'Adrienne, moi aussi je devrais pouvoir le faire.
Y a pas de raison.
Alors elle prend son élan... Hop là... boum!
C'est ainsi qu'elle a eu tout un bras dans le plâtre, du poignet jusqu'à l'épaule, pendant quelques chaudes semaines de juin.
"Raide comme un piquet!"
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,

18 janvier 2020

F comme fraudeurzak (Adrienne)

Fraudeurzak, vous ne trouverez le mot au dictionnaire d'aucune langue. Il est formé du néerlandais "een zak" (un sac) et de "fraudeur": le sac d'un fraudeur.

Dans la jeunesse de mon arrière-grand-père - il est né en 1878 - on passait nuitamment la frontière française pour frauder du tabac. Il paraît que ce petit commerce était fort lucratif mais que mon arrière-grand-père avait trop peur du gendarme pour s'y adonner.

Dans les annales non-écrites de la famille, on se plaît à répéter sa phrase à l'intention de son épouse, après sa première expérience avec le fraudeurzak:

- Céleste, vraag mij dat nooit meer

Ne me demande plus jamais (de faire) ça!

Il se chuchote que Céleste, celle que sur les photos on voit l'air sévère, si droite et si digne dans sa longue robe noire au col montant, s'est chargée toute seule de la besogne.

Mais bien sûr, nous n'en avons aucune preuve. 

Et chacun sait ce que valent les légendes familiales... comme les autres :-)

ad

Edmond, Céleste et leur fille, ma grand-mère Adrienne, juste avant la guerre de 14

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

04 janvier 2020

C comme Cormoran (Adrienne)

 

Le matin du premier janvier, dans le parc d'Ostende - le plus grand, celui qui s'appelle Marie-Henriette mais que les Ostendais appellent 'het Bosje', le Bosquet, et qui est si labyrinthique que l'Adrienne s'y perd chaque fois qu'elle veut y essayer un autre chemin que celui qu'elle prend habituellement - bref ce matin-là un cormoran faisait sécher ses plumes.

DSCI8224

 

Pose parfaite pour la photo d'un emplumé, et comme le séchage prend infiniment plus de temps que le mouillage, l'Adrienne a eu largement l'opportunité de se décider, de déposer ses bagages, d'enlever ses gants, de sortir l'appareil, de faire quelques réglages: la bête n'a pas bougé... d'une plume :-)

Merci à elle et un tout grand merci à toi, Walrus, de tenir à toi tout seul notre ménagerie!
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2019

X c'est l'inconnu (Adrienne)

 

Dynamite, voilà un mot qui ne me fait pas penser en premier lieu à Alfred Nobel, comme le suggère Walrus, mais d'abord à tous ces "cartoons" qu'on voyait à la télé chez mes grands-parents: les bâtons de dynamite y surgissaient toujours de partout et tellement à propos.

Principalement chez Bugs Bunny, comme ci-dessous, mais aussi avec le Coyote, Woody Woodpecker, Bip Bip ou Daffy Duck.

Cependant l'élément le plus important, dans ces "looney tunes", c'est l'usage de la musique, si souvent prise dans le répertoire "classique" où l'on pèche sans vergogne et sans mention du compositeur. C'est un autre, en fin de générique, qui prétend l'avoir composée tout seul: "music by Carl Johnson".

Really?

Sans doute pense-t-on qu'on ne lui doit rien, vu qu'il est mort depuis longtemps, le vrai compositeur...

Ecoutez donc cette "Dynamite Dance", elle date de 1858.

 C'est le Galop infernal de l'opéra bouffe "Orphée aux Enfers

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

21 décembre 2019

C comme cathèdre (Adrienne)

 
Léonce-Albert n'est pas content. Léonce-Albert n'est pas d'accord.
Voilà deux ans qu'il fait des allers-retours entre Gand et Rome, deux ans à freiner des quatre fers contre cet aggiornamento désiré par le pape, et dans l'avion qui le ramène en Belgique, en ce mois de décembre 1965, il a du mal à calmer la tempête dans sa tête.
La messe en langue vulgaire? Le maître-autel tourné vers les fidèles? Des chaises sans banquettes pour s'y agenouiller? Des prêtres en costume-cravate?
C'est courir à la catastrophe!
Quelques heures plus tard, quand il salue son chauffeur et monte dans la limousine épiscopale, il a retrouvé la sérénité. sa position d'évêque et le décret Christus Dominus vont le sauver.
Il y a moyen de contourner le problème. De limiter les dégâts.
Léonce-Albert est content.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,