V
errais-tu quelconque objection, Aimée-de-Loin

qu’à chaque instant hors de ta voix, je me transforme
en quelque précieux accessoire
qu’ajouterait ton cƓur sans gain à ton boudoir ?

Et devenir
 ce papillon qui te fera battre les cils
tirant du violet au marron dans les Ɠillades
et des bordures au charbon, pour la parade
Ă  ton retour en ton hĂŽtel de centre ville

Rigole à l’ourlet de ta joue, ce mascara
qui t’aura Ă©charpĂ©e d’un coup, Ă  la bonne heure
dans un mĂ©lange d’acajou et de vapeur
aprÚs avoir pensé à nous, durant le spa

Tour Ă  tour, lacet pour la tresse, Ă  la cheville
ou à l’entour de ton poignet, à ton bagage
n’attendant que d’ĂȘtre dĂ©liĂ© de ton corsage
du geste simple et désuet que font les filles

Un talon plat de mocassin ?
Une ceinture Ă  ton bassin ?
Un mouchoir au creux de ta main ?
Dis-moi
 Dis-moi !

‘Gloria’ dans tes Ă©couteurs ?
Non, bien sûr ! Un bouquet de fleurs !
Un Ɠillet de plus au classeur ?
Dis-moi
 Dis-mois !

Aboi surgi de sous la lune en mi bémol
Debussy Ă©grenant sa brune - et, at coda
déclinant sa verve importune à tour de bras
(sans l’idĂ©e - jamais ! qu’à BĂ©thune, il ne mĂšne Ă  aucune Ă©cole)

Dinguerie gothique au majeur ?
Trùfle magique à l’ñme en pleurs ?
Dis-moi
 Dis-moi que j’en rapproche !

Il me vient soudain un idée dont tu vas rire


N’étant que satisfait de ces tendres largesses
que savent prodiguer tes swings Ă  mon endroit
il me reste un vertugadin, autour de toi
pour me déployer sur tes reins et voir
 tes fesses !

Alex