Capturées mise en geôles, les trois jeunes dames d’Assisses, le corps cicatrisé, l’âme rajeunie dans la lutte attendent.

Jusqu’ici, leur gaité pouvait passer pour le privilège d’une jeunesse doré, Or voici que cette bonne humeur se maintient et s’accroit dans le noir de cette prison.

C’est donc que cette joie venez d’ailleurs de bien plus loin qu’une simple ivresse du monde.

Il est dans cette prison plus rien de clair et pourtant ces trois jeunes dames, comme Jonas dans le ventre de la baleine chante.

Elles chantent tout comme lui. Et elles trouvent dans leur chant plus qu’une lumière et plus qu’un monde. En vérité nous disent ces 3 dames d’ASSISES que le lieu où nous vivons n’est pas un lieu, ce n’est pas où nous passons nos jours, mais celui où nous espérons celui où nous chantons sans comprendre pourquoi nous le chantons.

De la licorne à la salamandre, le jour où nous rencontrons le grillon, celui qui aime sa chanson et qu’il se réjouit de savoir qu’il est attendu dans la nuit de ceux qui son entrain de se perdre arrêtons-nous un instant et comme lui mourrons en chantant.

Ce soir les amis défiants venez chanter faux pour faire tomber la pluie.

v1