23 juillet 2022

Défi #726

 

Bill

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


Une Sculpture par bongopinot

Castiglion Fiorentino-0006

 

Assise sur les marches d’un escalier

Je regarde le temps passer

Des livreurs déchargent des marchandises

Ils s’affairent d’un bon pas quoi qu’on dise

 

Une allée d’arbres décore le paysage

Les gens commencent leur journée avec courage

Je les salue sans discours

Je repars et continue mon parcours

 

J'arrive rue Piazza Guiseppe Garibaldi

Le soleil gentiment arrive et resplendit

Le petit café est encore fermé

Je continue ma marche effrénée

 

Et découvre une belle statue

C'est une femme au corps nu

En train d’effectuer un salto

Dans un cube à barreaux

 

Le sculpteur a su montrer la souplesse

Je la regarde avec tendresse

Comme une étape un passage

Sur des artistes qui se rendent hommage

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Feux mêlent (Kate)

Feux mêlent

Serait-ce une danseuse

une patineuse

une gymnaste

une acrobate

une contorsionniste

une cycliste

velo

une artiste

hors piste ?

Enchâssée dans un cube de glace

En manque de place

Longs cheveux

Drus

Échappés

Feux

Mêlent

Sueur

Et fureur

De vivre

Besoin d'air

D'échapper à ce cadre

Restreint qui l'encadre

Revenir sur terre

Et maintenant ?

Quels seront ses vêtements

armes, bagages

états d'âme, voyages

carburants ?

Les comédiens ?

Maquillage,

partage,

tiens !

citation

Mais la flamme,

la femme ?

Non, je n'allais pas l'oublier !

Lire

Quelquefois rire

rire

Sourire

Réfléchir

N Krauss 2

Quelques livres

Enivrent

Font vivre

Délivrent...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

725 erreurs (Nana Fafo)

Les 7 erreurs de cui-cui

ou un exercice d'équilibriste pour tomber à la renverse !

725 erreurs(1)

 


A la suite de cette étrange notification,

Ronchonchon réalise que son cui-cui est en baisse.



Pendu à son imposant téléphone,

Ronchonchon s'en allait à sa petite voiture, garée sur le petit parking

de ce petit village, en Italie.

Il ne remarqua même pas cette statue d'équilibriste et ne put tomber à la renverse

sous le charme du corps dénudé de la demoiselle qui se jetait en arrière.


DSC09224


Lorsque cui-cui lui fit remarquer, tel à son habitude,

qu'à proximité il y avait quelque chose de remarquable,

il dégaina son index et zappa la notification.

Il pourrait toujours y revenir plus tard, se dit-il !



Ronchonchon ne remarque plus grand chose depuis qu'il smart - phone,

il se croit malin le bougre.

Ses doigts se sont transformés à une rapidité incroyable,

son index pointe le bout de son nez à tout bout de champ

et ses autres doigts restent collés.



Il est constamment Nez et Doigt sur son cui-cui...

tant que ce n'est pas le "doigt dans le nez" !


Il est sollicité à tout moment pour des trucs et bidules chouettes,

tous plus intéressants les uns que les autres.

Il ne peut s'empêcher de regarder son pti cui-cui, par curiosité,

mais surtout de peur de louper quelque chose d'important...



Ce qu'il ne sait pas, c'est que plus tu es sollicité pour des trucs intéressants

et de manière incessante,

plus tu deviens incapable de te concentrer sur les choses vraiment importantes...

et cui-cui, lui, il se manifeste à tout moment (volontairement ?),

pire qu'un oisillon qui braille parce qu'il a faim.



Il paraît que ça expliquerait une chute de cui-cui chez les adaptes du doigt pointé.


J'en perds mon cu-i.


L'équilibre est un art périlleux... Comment ne pas perdre la tête ?

 

DSC09222

 

Belle lecture créative à toutes et à tous.

725 raisons de lire et écrire avec le défi du Samedi.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


a stare at windy stairs - tiniak

Le vent - ce jouet ! jouait avec sa robe rouge
Un livre se navrait, au fond de quelque bouge
de son air absorbé par le petit écran
où son pouce imprimait, d'un même mouvement
un balai singulier, mécanique, sans âme...

Moi, de la regarder, j'en avais la bougeotte !

Le souffle vespéral agitait ses cheveux
d'une chorégraphie qu'envieraient certains dieux
si simple que parfaite et faite pour le soir
qui tombait, à genou, sur le même trottoir
ses habits orangés, aux symboliques flammes...

Ah ! comment lui parler sans avaler ma glotte ?

L'Esprit de l'Escalier qui loge sous mes cernes
s'était déjà réjoui de voir mon cœur en berne
avant que d'entamer, sans pari, sans motion
avec elle, un semblant d'honnête finition
d'où pût éclore - et sans effort ! un doux sésame...

Et moi, de me tenir au fin fond de ma grotte !

Hallali ! Allons-y, d'un destin encor vert !
Le vent n'est si méchant que par les vastes mers !
Ici, voici un banc, avec elle dessus
caressant l'océan de vagues incongrues
surgies de bien plus loin que notre cher Paname...

Je me suis pris un vent ! Oui, quoi ? Bon... Allez, crotte !

'Faut bien tourner la page
Elle l'aime tant, sa cage...

windy-red-dress

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Autres rivages, partie trois (joye)

Francesca est mon amie. Elle naquit en Italie, mais à une jeune âge, elle connut un jeune Iowanien venu en visite avec un des ses copains de Des Moines. C’était le coup de foudre entre lui tout grand et blond et italianophile  et elle petite et basanée et américanophile. Ils se marièrent très jeunes et on connaìt la suite !

Enfin, non, voyons, vous ne connaissez pas la suite.

Revenons alors à Francesca.  Je la connus à la fac en Iowa où j’enseignais. Elle était assistante en sciences. Elle était haute comme trois pommes si l’on en avait mangé une.

C’était remarquable de la voir avec de grands gars costauds en train de leur expliquer les mystères de la chimie, cette gamine qui avait l’air d’une ado, un peu comme un petit lapin qui expliquait la forêt à des ours, quoi.  Francesca

Toutefois, Francesca n’étudiait pas les sciences, elle se spécialisait en espagnol.Elle gagnait tous les prix et sa maîtrise était tellement bonne qu’elle put se disputer avec quelques policiers corrompus à la ville de Mexico et elle gagna. Au lieu d’un pot de vin, ils eurent une seau d’eau plein dans la tronche. Cela me rappelait la fois où je me disputais longuement au guichet du SNCF à Montparnasse, et gagna ! Moins impressionnant, sans doute. Je ne risquais pas que le monsieur me jette en prison. Quoique...

Personne ne nie le fait que Francesca est surtout impressionnante. À part sa gymnastique mentale et linguistique, elle est athlète, coureuse à longue distance. Elle est mère de deux filles superbes, maintenant à l’université, et Francesca elle-même est directrice d’un département à une petite université non loin de Des Moines. Elle et son mari sont aussi ce qu’on appelle des “foodies” (non, l’expression “gourmets gourmands” ne fait pas l’affaire) et tout le monde rêve des parfums exotiques des repas préparés par la piccola ragazza mía.

Cela dit,  la chose la plus impressionnante serait le fait que Francesca est bien plus américaine que moi. Elle n’a pas exactement l’accent du Mid-West, mais personne ne croirait pas qu’elle naquit à l’étranger, cette belle citoyenne - et fière de l’être - de mon pays..

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

C'est quoi ce truc ? (Walrus)

725

 
Une statue d'Hécube ?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Le carré (maryline18)

 

- < Entre dans le carré ! >

- < Pourquoi donc ?>

- < Entre te dis-je, ta vie est à l'intérieur ! >

Je traîne les pieds...

Un carré a quatre côtés composés d'un début et d'une fin. Si je relie chaque naissance à sa mort, je crée le point "zéro". Le zéro annule la distance avec le néant.

(Si je ne peux sortir de cette prison je sortirai la carte de l'ange).

- < Les lignes sont toutes tracées, tu ne peux que descendre ! >

Je glisse...

Comment faire pour éviter le centre ? Plus je m'en approche, plus il semble s'agrandir. Il se trouve à mi-chemin entre le rêve et la résignation, l'insouscience et la désillusion.

Une sorte d'effervéscence s'est crée pendant que je vous parlais. Certains, plus malins ou plus malignes, ont décroché des segments pour les plonger dans la marmite, là, sous les flammes. Ils s'amollissent comme des spaghetti. Maintenant ils les tordent pour créer des nœuds. Ne reste plus qu'à les raccrocher aux points de départs et à s'en servir comme d'une corde pour remonter jusqu'à l'enfance, ne reste plus qu'à se souvenir des bons moments...

Qu'ils aillent au Diable ! Je préfère encore mourir la tête vide .  

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Représentation de paysages belges et autres ... (Laura)

 

Je ne sais où exactement en Belgique le défi du samedi, nous emmène cette semaine. Moi, je veux (re) voir Bruges, visité, enfant, en famille puis en amoureux avec mon futur mari. Ce fut entre quelques heures voire une petite journée. Mon père nous a t-il emmené en calèche? Je me souviens des canaux et des cygnes. A deux, nous avons, certainement plus marché parce que nous aimons découvrir une ville ainsi. Il nous/me semble/semblait que c'est la meilleure façon de le faire avec le bateau surtout quand cela s'impose dans cette Venise du Nord surtout quand on aime l'eau comme moi. J'apprécie les polars de Pieter Aspe 1 dont le commissaire officie à Bruges. Amsterdam est une autre Venise septentrionale où nous avons passé plusieurs jours sur une semaine aux Pays-Bas. Gand prétend aussi à ce titre. J'ai du la voir avec mes parents. Y suis-je retournée? Les souvenirs se mêlent aux lectures et autres représentations de ces villes. En bonne documentaliste, j'ai des archives sur mes voyages et visites de monuments et musées. C'est mon monde, mon musée où se mêle réel, mots, images et projets. Ce n'est peut-être pas le bon moment de découvrir la Venise de Russie, Saint-Pétersbourg. Alors, je retourne en Belgique à Bruxelles, avec mon mari et mon frère; l'Atomium. A l'époque, je ne m'intéressais pas autant au monde ou alors différemment. Il semble que nous soyons allés à Anvers mais je ne m'en souviens pas. Peut-être trop de bière. La bière que nous allions boire à Mouscron, la frontière belge de nos appartements et maisons du Nord. Les dames y buvaient seules le dimanche lorsque nous fuyions beaucoup notre logis et sa mauvaise ambiance (à son climax dans ces paysages).Le nord est tellement lié à sa mort que je préfère en voir les œuvres ô combien importantes dans l'histoire de l'art et du paysage que j'aime tant étudier. Pour ne pas m'/vous égarer trop hors de Belgique, je ne parlerais pas des 8 Venise français que j'ai vues parmi celles répertoriées sur les sites de tourisme 2 . J'y ajouterais Montargis 3 découverte lors de notre dernier voyage d'été. Je ne peux pas ne pas parler des paysages fuites de fin d'après-midi de la période déjà évoquée sur les plages de la mer du Nord: Ostende où nous dinions de poissons avant de rentrer,  De Panne, Knokke-le-Zoute. Alors que je regarde le Tour de France, je ne peux pas vous quitter sans évoquer Castres comme Venise du sud où j'ai passé aussi des moments doux-amers. Espérer revoir la Belgique, ses musées, son architecture, sa culture. Espérer voir d'autres Venise de France d'Europe et du monde. Curieuse toujours comme meilleure médicament contre la douleur.

1 http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2020/09/11/je-suis-en-train-de-lire-piece-detachee-mediatheque-6262710.html

2 https://www.thetrainline.com/fr/via/europe/france/top-petites-venise

3 http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2019/07/27/montargis-6148969.html

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,