DSC09213

 

Un cochon nommé désir !

En sortant de la dernière séance de chez son Psy nommé Dick

(sérieusement, il aurait pu choisir un autre nom pour une profession

où le phallique est clairement dominant et où les enquêtes de traces sont centrales),

bref ! Ronchonchon s'est vu raccompagné à la porte sur cette phrase

"on angoisse là où on désire".

Brrr ça fait froid dans le dos, "ça lui donnait l'impression"

d'un vieil escalier étroit, en bois sombre, où chaque marche craque pour raconter l'histoire d'un souvenir,

où chaque palier est une étape vers un autre pan de sa vie.

Plus on descend, plus le bois est poussiéreux, les marches sont glissantes et cirées,

même les rambardes créent un doute,

ne vont-elles pas céder sous le poids des histoires salaces de mon cochon vascillant de honte et de culpabilité ?



Il paraît qu'on doit sortir de séance sur un questionnement, une interprétation

ou une frustration et que ça aide... Mouhais Ronchonchon demande à voir !

723



Quelle vertigineuse descente aux enfers, qu'il allait devoir faire pour récupérer

ce qu'il avait laissé tout en bas, là où il angoisse.


Franchement, il n'avait pas trop envie d'aller voir tout ce qui était collé sur ce panneau d'affichage !

Voir même ce qui est caché derrière.

Il savait bien que tout cela était des souvenirs, mais il préférait rester de marbre à cette idée.

"Comme si" ... ce sol froid et glissant de tout en bas ne pouvait lui apporter que des problèmes !

Et il n'avait aucun désir d'aller explorer ses angoisses.

Non, mais ! pour quoi faire ?

Se rappeler ce qu'on a mis tant de temps à oublier pour ne plus en souffrir

et lui, Dick, il voudrait que Ronchonchon s'en rappelle ?

Sans déconner, ces Psy, ils ont des idées bizarres.



Après avoir dégringolé les escaliers lors du défi du Samedi 723,

Ronchonchon a enfin compris que derrière son angoisse

se cachait l'ombre de ce qu'il n'osait pas désirer,

comme si... c'était mal !

La vérité, c'est que c'était plus facile de faire comme si tout allait bien

tout en sachant qu'il y avait un truc qui va pas,

mais en ne sachant pas l'expliquer...


Il a alors exploré tout ce qui se trouvait en bas, regardé ces vieilles histoires en face.

D'un autre point de vue, de celui qu'il est devenu, elles ne sont plus si terribles.

Comment ne s'en est-il pas rendu compte avant ?

Il portait tout cela comme un fardeau, sans même savoir que c'en était un.

Tu m'étonnes qu'il était lourd mon cochon et que les escaliers grinçaient sous son poids.


Maintenant, va falloir remonter chaque marche, plus léger et rentrer chez soi.

Ronchonchon a compris qu'en ne regardant pas ses peurs en face,

cela avait créé un manque et donc un désir, qu'il masquait sous des "il faut",

les escaliers étaient toujours bien cirés pour paraître beaux... mais tellement dangereux.



Va-t'il faire une ascension spirituelle à la manière de l'escalier de Chambord, qui sait ?


Belle lecture créative à toutes et tous.


hd-wallpaper-geaac1eaec_1920