Il a chaussé ses souliers qui font pas mal au pieds
Car il va marcher, marcher, marcher
Des Brotteaux jusqu’aux Terreaux
Joindre ses pas à des milliers de pas
Pour râler contre ce qui ne va pas
Il a mis 2 journaux pliés dans son béret
Pour amortir la matraque des CRS
La dernière fois il l’a sentie passer
Il était devant, tenait la banderole
« Dernière sommation avant l’insurrection »
Pourtant il ne faisait que scander
Des slogans bien tortillés
Qu’un camarade avait trouvés
Ça d’vait un peu les énerver !
Il a dans la tête un petit air de fête
De voir tout ce monde enfin bouger
Car le grand Manitou va peut-être flipper
Parfois, il faut savoir hurler avec les loups
Quand ceux qu’i ont les commandes deviennent fous
Il faut bien renverser la vapeur
Refuser la concurrence, défendre les emplois
Combattre le libéralisme qui gagne le secteur
Et les pancartes se balancent et dansent
Au-dessus de la foule qui se déploie, immense
Y’en a une qui l’a fait marrer
De nous la révéler il ne peut s’empêcher
« En haut des couilles en or, en bas des nouilles encore »
Ce soir, les yeux perdus au fond de l’horizon
Il vivra sa journée en hochant le menton
Mais nous ne saurons rien, car il n’explique rien
Alors nous déduirons !