11 juin 2022

Défi #720

 

Un mot frappant ?

 

Knock-Out

7201(Lucky Luke, Le grand combat, Album "Sous le ciel de l'ouest")

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


La maï capel. (Yvanne)


La maï capel – traduisez la mère chapeau – a fait partie des personnages insolites de mon enfance.
C'est ainsi que les gens du village nommaient cette veuve de guerre un peu folle. Nous les enfants  changions le « p » en « m » et l'appelions « la mère chameau » ou bien la sorcière. En toute saison elle portait un galurin informe sur la tête. Elle usait jusqu'à la corde les chapeaux – tout comme les vêtements - qu'on lui donnait ou qu'elle récupérait aux ordures. Je ne vous dis pas la tête de Madame, la femme du Maire le jour où elle découvrit avec stupeur l'un de ses couvre chef hardiment planté sur le chignon sale de la Léontine. En vrai, elle s'appelait Léontine. Quel scandale ! Le Maire en personne vint récupérer le bibi de son épouse chez la bonne femme. Elle pouvait prendre tout ce qu'elle voulait dans les affaires jetées mais surtout pas ce qui avait été porté par Madame. Enfin tout de même ! C'est à cet incident regrettable que Léontine dut son surnom.

Léontine se le tint pour dit. Et la vie reprit comme avant. La maï capel donc, vêtue en toute saison d'un manteau noir – le deuil de son Marcel mort pour la France oblige – qui lui battait les jambes, chaussée de bottes en hiver et de sabots en caoutchouc le reste du temps se trouvait toujours où on ne l'attendait pas. C'est ainsi qu'elle surprenait les conversations, les disputes et les secrets des familles. Elle entendait tout. Et savait en jouer le cas échéant. Elle adorait mettre son nez partout, donner des avis qu'on ne lui demandait pas. Léontine avait l'art d'apparaître brusquement sans que l'on détecte le moins du monde sa venue. On ne pouvait pas dire pourtant qu'elle était transparente. Ça non. Plutôt une rude gaillarde. Et forte en gueule. De plus une vraie poissonnière ! Si certains accueillaient ses grossièretés d'un rire gras d'autres, dont les mères, poussaient  leurs enfants devant elles dans les maisons pour préserver leurs chastes oreilles. Les grands-mères se signaient à la va vite pour conjurer les maléfices quand Léontine s'en prenait au Ciel ou au curé en blasphémant tout son saoul. Sa façon à elle sans doute de dépenser son trop plein d'énergie et de jeter sa hargne.

De fait, Léontine se faisait une joie mauvaise de débiter des cochonneries devant les gamins. Tout simplement parce qu'elle ne les aimait pas. Peut être parce qu'elle n'avait pas eu le temps d'en avoir avec son Marcel décédé peu après leur mariage en 1939. Aigrie sans doute, elle se vengeait de cette façon. Nous les enfants le lui rendions bien. Un coup d'œil rapide pour s'assurer qu'elle était absente et nous voilà à investir son jardin auquel elle donnait tous ses soins. Un jour, elle me surprit à arracher consciencieusement ses poireaux fraîchement repiqués. Vous imaginez la suite...

Bref. La Léontine n'avait pas que des défauts. On pouvait compter sur elle pour rendre service. Comme elle était forte comme un bœuf on lui demandait son aide pour les gros travaux. En échange on laissait ses chèvres pâturer dans les terres en jachère. Ses chèvres. Elle aimait ses animaux plus que tout au monde. Sa petite maison, son jardin et son bétail. Toute sa vie. Elle possédait aussi une vilaine bête vicieuse, bien encornée, mauvaise comme une teigne, un bouc nommé – allez donc savoir pourquoi – Degaule. Nous nous gardions bien de nous en approcher et nous contentions de l'asticoter et l'invectiver de loin. Il nous observait et, vif comme l'éclair fonçait sur nous. Ce qui nous faisait fuir en hurlant. C'était un de nos jeux favoris qui déplaisait bien sûr à sa patronne. Une raison de plus de nous en vouloir.

Degaule était il paraît un excellent reproducteur dont la bonne femme vantait les mérites. Et on venait de loin pour que l'animal honore les biquettes qu'on lui présentait. Ce qu'il faisait sans se faire prier. Bizarrement c'était toujours les hommes qui amenaient les chèvres. Pendant le travail, Léontine et le propriétaire allaient déguster un petit remontant. Ce qui ne trompait personne. La maï capel avait peut être mis son cœur en jachère depuis la perte malheureuse de son Marcel. Pas son berlingot.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Le terme jachère pose un problème particulier (joye)

Le terme jachère pose un problème particulier : il a complètement changé de sens depuis deux siècles. Changement qui, lorsqu’il n’est pas pris explicitement en compte, entraîne les malentendus les plus graves. - Pierre Morlon et François Sigaut, Les Mots de l’Agronomie

Ah, ces maux de l’agronomie ! Ah ces mots de langue !

Ah, ces mauvaises langues !

Dans le langage courant aujourd’hui, « en jachère » est l’état d’une terre qui pourrait produire mais qu’on laisse temporairement à l’abandon. - Idem.

Alors, il a bien labouré le terrain, il a semé sa jactance partout, il a sarclé le tout manuellement et à l’aide des outils. Autrement dit, il a bossé dur. 

Mais, pendant plus de 1000 ans et jusqu'en plein XXe siècle, les cultivateurs ont appelé jachère l'ensemble des façons culturales de printemps et d'été qui préparaient les semis d'automne, ainsi que les terres qui recevaient ces façons, et la période de temps qui leur était consacrée.- Idem.

Il fait alors son deuil, arrosant ces champs de ses larmes de dépit. 
Car ceux qui se croient les propriétaires fonciers foncent,
et jalousent soigneusement leur othentique,
ils manient vicieusement leurs pioches. 
Leurs charrues voraces ameublissent la confiance
et retournent la joie de se cultiver.  

Mèfi donc au pissenlit.

C’est le barbare à la porte.

Mais il mourra bien, tôt ou tard,
surtout si l’on l’asperge bien
de poison.

border

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

Jachère (Joe Krapov)

Cette semaine où il fallait plancher sur le mot «jachère» mon imagination n’a rien donné. Rien n’a poussé.

Moi qui suis toujours prêt à mouiller la chemise dès qu’il s’agit d’élucubrer, eh bien cette fois j’ai eu le tricot stérile !

Et vous savez quoi ? Je me sens beaucoup plus en repos !

DDS 719 sieste 2

 

Et du coup je comprends pourquoi mon oncle Walrus si souvent botte (de foin) en touche !

DDS 719 la sieste

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


Jachère (TOKYO)

 

Je suis en jachère, ma vie entière est en dormance.

Alors ce matin j’ai voulu me réinventer ;

Séchée, poudrée crémée, parée de sous vêtement DIOR couleur or d’une jupe Perry ELLIS noire mie longue et d’un pull Ralph Lauren bleu marine sur un chemisier de soie blanche je descends l’escalier pour affronter le soleil le vent et recevoir l’ensemencement du monde.

 

Et là nez à nez avec deux policiers en uniforme l’air très sérieux.

La première chose qui me traverse l’esprit , c’est qu’ils recherchent un violeur et qu’ils vont me demander de rester chez moi de fermer ma porte à double tour.

Bonjour ma petite dame me dit l’un deux.

Vous connaissez votre voisin de palier.

Avez-vous déjà eu des problèmes avec cet homme me dit l’un des policiers ?

Je n’allais pas leur dire que ce voisin en question me fournissait en champignons hallucinogènes

Depuis des lustres et que depuis je ne cessais de voir des écureuils sautillaient sur mon balcon.

Alors tout en candeur je dis non messieurs aucun problème.

Comme je vous l’ai dit ma vie était en jachère

 

Avec des

v1

 

 

 

 

 

 

 

 

s

 

Écureuils trop bavards.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Jachère amère (Kate)

 

- J'attends, ma chère

Que votre coeur sorte de sa jachère

Puisque je sais que j'ai eu l'heur

En dansant tout à l'heure

De vous plaire

- Mais Jacques, duc de Nemours

N'avez-vous pas promis votre amour

À la reine d'Angleterre

La Cour n'en fait pas mystère

Et j'en suis si amère

- J'affirme, très chère

Que je vais devoir défaire

Cette fausse rumeur

En temps et heure

Et libérer en retour

Mon coeur si lourd

- J'assume que votre beauté extraordinaire

Cher Duc, s'accorde avec votre galant caractère

Que je ne suis qu'une passion passagère

Qui s'évanouira dès que la chair

Sera repue, mystère aussitôt disparu

J'atteste que je préfère

Mon amour trop cher

Mener une vie austère

Mon coeur ainsi faire taire

À jamais mis en jachère

Dans son inaccessible désert

Plutôt que plaire

Au risque de déplaire

0 2

 Défi #719, douze ans plus tard, même inspiration que pour le Défi #99...

Merci à tous pour votre merveilleux accueil !

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

La terre en jachère (maryline18)

 

La terre se repose,

Hôtel aux portes closes,

Pour qu'un tubercule ose

Le saut d'un virtuose .

Aucun ne s'y oppose,

Pas même, les diseurs de proses .

Elle risque la sténose,

S'assèche et s'ankylose,

Sans qu'il ose... La myose

Et puis la toxicose

Ferment son iris rose.

La terre fait une pause.

Quand elle se surexpose

Espérant la symbiose

Elle récolte l'écchymose .

Quelle âme trop myélose !

Quand elle se sous-expose

Alors sa tête explose,

Craquelle, vient la névrose

Et la voilà morose.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Ma Jachère insolite (Lecrilibriste)

 

Dans l’angle de ma cervelle en jachère

Des mots se sont posés résignés

Tout Tristes de ne servir à rien

Mais cette jachère insolite

Colorée comme les maisons

De St Pierre et Miquelon

N’attend que le défi du samedi

Pour surgir tout à fait indocile

Prompte à rêver, Difficile à dompter

Pour couvrir des pages encore inexplorées

De coquelicots et de calicot

De centaurées et de censuré

De cosmos et d’éros

De gypsophiles et chlorophylle

De fleurs de lin et de fifrelins

D’aneth et de clarinettes

Et après avoir explosé

Comme une grenade dégoupillée

En mille couleurs

En mille rimes

En mille odeurs

Tous s’en retournent rêver

Dans l’angle de ma cervelle en jachère

En attendant de ressurgir

Et de rosir de plaisir

D’ encore s’entendre interpeller

Dans cet incroyable glossaire

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Crévindiou ! (Walrus)

 
Jachère, maintenant !

Parie qu'il est même pas foutu de faire la différence avec "friche" !

Mais c'est pas ça qui va l'empêcher de nous la coller dans les gencives !

Qu'on la lui laboure sa jachère !

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,