Voir  un mirage à l’horizon
Avec ses rives impossibles
ses espérances chimériques
la berlue de ses tentations
Souffle le vent de l’illusion
Qui n’existe pas

Regarder un illusionniste
Sortir un lapin du chapeau
de sa manche un petit oiseau
ou Truquer les cartes à gogo
Alors qu’on n’y voit que du feu
Rien compris,, on reste estomaqué !

Le cinéma est passé maître
Des trucages bien orchestrés
Réfléchissant des vérités
Seulement imaginées
Pour nous faire rêver
Pour mieux nous embarquer …

Et les discours de nos ténors
La voix forte, la main sur le cœur
Qui inventent des modes d’emploi
Ou des mots qu’ils élaborent
Pour tourner les réalités
Derrière des écrans de fumée

Dire collaborateur au lieu de salarié
sauvegarder l’emploi au lieu de licencier
pour se rendre invincible, escamoter
Mais pour travestir les choses,
Dans l’illusion d’un monde plus doux
Qui n’est que de la poudre aux yeux

Dans tous les domaines de notre vie
L’illusion est la grande égérie
Comme un mirage à l’horizon
Une espérance, un enchantement
Qui n’existe pas, qui n’existe pas !