19 février 2022

Défi #704

 

Mais si, tout est possible !

 

Uchronie

 

7041

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


Le cours des miracles - tiniak

 

(racine carrée de “pouffe”, mais dans un dais à moudre**) 

 

Prenez un souhait enfoui depuis le plus jeune âge
faites-le rejaillir parmi votre entourage

un franc sourire à l’œil, avec le cœur battant
déposez le présent sous forme d’un hommage
et surtout n’attendez vraiment rien en retour

(hormis de constater la magie opérant)
il est ici question d’amour, pas de courage

 

Oubliez les leçons - autres que d’expérience !
mettez-les au pilon ou bien marchez dessus
gardez vos sentiments intacts,
stricto sensu
(ou pour le feu du garde-chasse… ou… les soldats loin de la France ?*)
ouvrez grand les mains sous le ciel; appelez la pluie et son miel
et laissez venir l’évidence…

(pour peu, ça vous trouera le cul !)

Un jour meurt au seuil de la nuit, sans coup férir
par enthousiasme ou par envie de n’en rien dire
(un franc sourire au cœur, l’œil frémissant)

c’est le moment privilégié pour se rapprocher des sirènes
(plutôt celles de nos pompiers dont le métier n’est pas pédant)
là, sur cet ancien Cours La Reine, en la belle ville de Caen
que longe un fleuve des plus lents, dans la semaine


Fabulons donc sur le concret
et pouf ! Soudain, miracle y est !
“ - J’ai rien entendu !!?!!
(connaissez-vous Machin Lompret ?)
“- Ah bah, ouaaaais !!! (exaltation polie)...”
En parenthèses, là, je pouffe… Vu ?
Y pas d’ miracle, au vrai. Quoi, si ?

 

Encarts pour encas :

* Je sais… Je sais. Jules Laforgue, encore lui ! Ben, oui. C’est grave, docteur ? Mais bon, c’est encore l’hiver non ?
Voui, nan pas tant “L’hiver qui vient” - vu qu'on est bien en plein dedans. Mais, ça y est ! Je le récite enfin par cœur, ce poème. Sinon… ? Je lis (pour la récré) un roman sirupeux, à base de cheesecake frison qui fait des miracles à Long Island : "La petite pâtissière de...".

** Oui, c’est clair : je me fais grand plaisir avec cette logorrhée en acrostiche. Mais bon, telle est mon écriture. Je vous ai fait plaisir, allez ! ces derniers temps. Permettez donc… Incidemment… Que je souffre, à nouveau, que l’on s’insurge de mes vivaces prétentions de thaumaturge; hula hop !
(“Je sais plus bien… Il est interlope ou trop pop ?”)



 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Le thaumaturge (petitmoulin)

 

La nuit cède à la ruse
D'un rêve échappé
Du lit froissé
Les gonds du jour
Grincent
On devine son premier pas
Sur la brume
Il se penche au-dessus
Du jardin
Soufflant sur les dernières
Poussières de l'ombre
Chaque réveil est un miracle
L'air prend plus de place
L'oiseau y risque son chant
Sans savoir
Si on l'écoute
Ce matin-là
C'est peut-être lui
Le thaumaturge

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

À la Kazoum, à la Bribus (joye)

pouffe

- Pardon, mademoiselle, vous attendez le bus ?

- Oui. Pourquoi ?

- C’est que les bussistes sont en grève.

- Les bussistes ?

- Oui, les gens qui conduisent les bus.

- Ah. C'est quoi votre nom ?

- Permettez-moi de me présenter. Je m'appelle Sim Salabim.

- Hein ?

- Voulez-vous que je vous emmène ? Je suis voituré.

- Watturé ?

- J’ai ma voiture.

- Ah.

- Oui, carrément, eh eh eh.

- Z'avez un boulot ?

- Mais oui, charmante demoiselle.

- Quoi t'est-ce ?

- Je suis lexicographe.

- Cool ! Je voudrais rouler en Lexus. Z'avez un autre taf ?

- Oui, je suis aussi thaumaturge.

- Euh ?

- Je vous montrerai, ma chère interlocutrice monosyllabe...je rendrai votre sac si pondéreux que vous ne pourrez plus le transbahuter ! Et POUF !!!

La jeune femme se retourna sans hésiter, l’assomma avec son sac rempli de briques et repartit, tout en criant d'une voix percutante :

- POUFFE VOUS-MEME, ESPÈCE DE SALOPARD !!

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,


Les faiseurs de miracles (Yvanne)


Le plus grand thaumaturge de tous les temps est celui qui a créé le monde. Dieu pour les croyants.  Les autres expliquent l'Origine par la science. La science n'est elle pas elle aussi un thaumaturge ? Quoi qu'il en soit l'une ou l'autre version nous reste encore un mystère hors de portée. Il est plus simple  et peut être rassurant de s'en référer à un Dieu créateur.
Dieu a fait l'Homme et ce n'est pas ce qu'il a fabriqué de mieux. Mais il fallait bien peupler son univers. Et Il a dit « croissez et multipliez et assujettissez la terre. » Pour ce qui est de la dernière injonction, l'obéissance est totale. L'homme, dans sa folie destructrice s'acharne à dominer la nature en un combat qu'il sait inégal. Je crois que Dieu n'a pas été très clairvoyant. Il a déjà envoyé son fils comme messager quand il a vu que ça commençait à dérailler. Ferait bien de l'envoyer à nouveau. Un fils, thaumaturge lui aussi. Et qui a accompli beaucoup de miracles dont celui de ressusciter.

Tout ceci relève du surnaturel, du divin et surtout de la foi. Voyons des choses plus concrètes. Les mages, guérisseurs  et ceux que l'on désigne parfois comme sorciers se réfèrent aussi à la religion cependant.  J'en veux pour preuve l'énigmatique Raspoutine. Ce personnage, issu du peuple, a contribué par ses pouvoirs à accéder à une haute fonction – celle de conseiller particulier - près de la famille impériale de Russie au début du 20ème siècle. Ce paysan sibérien, un mystique errant de monastère en monastère se présente comme un religieux, un prophète. Son prédécesseur  à la cour fut un Français Maître Philippe, un lyonnais, intime des Romanov, qui leur prédit la naissance d'un fils pour hériter de la couronne, alors qu'ils avaient uniquement des filles.

Alexis voit le jour effectivement mais il est hémophile et manque de périr à diverses reprises. C'est là qu'intervient Raspoutine à qui Alexandra a fait appel. Il subjugue l'impératrice, l'ensorcelle par son regard magnétique et elle ne jure que par lui. Il devient son staretz (« celui qui s'empare de l'âme et de la volonté d'une personne pour les faire siennes. ») Raspoutine guérit le tsarévitch à distance alors que l'enfant se blesse lors d'un séjour en Pologne. Pour cela l'homme entre en extase devant l'icône de la Vierge Marie. D'où la corrélation entre le don, le pouvoir et le religieux. Pour la famille impériale cette guérison est un miracle alors que la médecine s'avoue impuissante. On connaît la suite.

De nos jours, il existe encore beaucoup de guérisseurs , curothérapeutes, magnétiseurs, médiums. Même s'il y a des charlatans parmi eux, tous ne le sont pas et certains accomplissent à leur niveau des petits miracles. Je connais une personne qui « enlève le feu » provoqué par des brûlures accidentelles mais aussi celui déclenché par l'eczéma ou la radiothérapie. Il soulage, guérit et ces séances lui occasionnent une grande fatigue.

Mon grand-père maternel avait aussi un don, celui de délivrer les enfants des oxyures. Je ne sais pas si cela se pratique toujours mais dans mon enfance il était courant de faire appel à lui. On lui demandait « un billet pour les vers ». Il s'isolait. Toujours dans la même pièce et devant une fenêtre. Vous pensez bien que ma curiosité étant la plus forte – alors que j'avais ordre de ne pas m'approcher – je le pistais et me cachais pour l'épier. Il prenait dans une armoire, dissimulé sous une pile de draps un tout petit calepin auquel était accroché un crayon à papier. Il traçait des croix d'une certaine façon sur la feuille arrachée au carnet tout en psalmodiant. Je suppose qu'il s'agissait de prières. Il nommait aussi à plusieurs reprises le prénom de l'enfant qu'il avait pris soin de demander. Ensuite il pliait le billet jusqu'à en faire un tout petit carré et de telle façon qu'il ne puisse se défaire. On épinglait « la chose » sur le 1er vêtement de l'enfant, celui directement sur sa peau. Il était précisé aux parents de faire brûler le talisman quand il n'était plus utile.

Vrais ou faux miracles, que croire.  Pour un clin d'œil à Walrus je ne pense pas que  le prochain (ou le même) » roi de France » puisse nous guérir des  écrouelles qui ne cessent de  nous empoisonner la vie.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

Saints guérisseurs, saintes guérifrères (Joe Krapov)

Si tu penses que ça urge de voir venir un thaumaturge, n’attends rien d’un président : on élit toujours un drôle de mecton !

Contrairement à ce que dit le dicton, il vaut mieux s’en remettre à ses saint·e·s qu’au bon Dieu !

Déjà, ils sont plus nombreux et savoureux !

DDS 703 saints guérisseurs

Saint Marcel soigne vos insomnies : grâce à lui plus de temps perdu à rechercher le sommeil ;

Saint Huron te protège des chutes de pantalon ;

Saint Accouchement met un terme aux grossesses ;

Saint Cougar justifie les libidos durables (mais pourquoi ne le seraient-elles pas ?) ;

Saint Georges en pommade combat le dragon (mais bon,  99 applications, c’est long !) ;

Saint Glinglin récompense la patience de Madeleine (son ami Léon est allé retrouver Germaine pour manger des frites chez Eugène) ;

Saint Guy guérit les transes des frappés de la danse ;

Saint Nazaire apaise la sous-marinière en mal de balèze ;

Saint Christophe protège de la catastrophe Lady Diana (c’est ce que raconte Saint Zouave du pont de l’Alma) ;

Saint Médard distribue des parapluies gratuits à celles qui n’ont pas de riflard ;

Saint Thomas guérit des croyances autant que le hasghtag « Balance... » ;

Saint Sylvestre vient à bout des années confinées, covidées, bien usantes, mal torchées, lamentables et des longues litanies dont Krapov est capable ;

Saint Raoul le D.J. nous enchloroquiquine mais pas autant sans doute que Sainte Seringue qui rend brindzingue ;

Saint Eustache protège ta trompe, éléphante (et pour les éléphants il faut voir Sainte-Phallope) ;

DDS 703 hildegarde-de-bingen

Sainte Ethique, à repasser, c’est pas coton ;

Sainte Hélène isole du Napoléon ;

Sainte Germaine guérit de la morosité via ses cocasseries, savamment relatées par son mari chéri ;

DDS 703 margueriteSainte Marguerite a péri pour toi un peu, voire beaucoup, pour que tu sois sûr que ton Anna t’aime ;

Sainte Cécile, patronne des musiciens ne te protège pas des couacs (faut pas trop demander, non plus !). Si tu en commets,  moussaillon, tu n’as à t’en prendre Cacatois même !

Si Sainte Rita ne peut plus rien pour toi remets-t’en à Saint L’Hasard qui arrive sans crier gare ;

Sainte Pilule de Viagra revigore Grand-papa ;

Sainte Tour de Gustave, au concours de celui qui aura la plus longue, rabat les prétentions ;

Sainte Vulgarité au défiant du samedi an mal d’inspiration redonne l’occasion de rire et faire rire parfois à profusion

Sainte Marie de la mer donne beau temps aux gitans et la palme à Kusturica pour son titre résume-tout : « La Vie est un miracle ». 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

J'ai failli l'avoir dans le... (Walrus)

 

"Failli !" vous exclamerez-vous en apprenant que ce jeudi j'ai fait l'objet d'une colonoscopie (Et accessoirement d'une gastroscopie, non, ce n'est pas le même instrument exploratoire ! Enfin, j'espère, j'étais endormi...)

Dans ce cabinet, le circuit d'examen est en boucle : vous entrez par le bureau du médecin lequel, selon son humeur, vous parle, ou pas, puis dans un petit vestiaire où l'on vous fait enlever vos vêtements à l'exception de votre chemisette et vos chaussettes (pour que vous ne preniez pas froid stipule Anouchka, l'infirmière préparatrice, tandis que l'anesthésiste se plaint, lui, de la chaleur excessive) et enfiler une sorte de boxer en papier bleu marine pourvu d'une braguette à l'arrière (vu l'âge moyen des patient·e·s, on comprend que l'homme de l'art préfère éviter la vue panoramique des popotins concernés).

Étape suivante : local d'examen où  l'Anouchka vous fait grimper sur un lit/table d'examen, vous installe un cathéter dans un bras et une insufflation d'oxygène dans le pif avant que l'anesthésiste, toujours en surchauffe, vous envoie au pays du silence sans rêves.

Quand, votre lit ayant été transféré dans la salle ad hoc, vous vous réveillez, Anouchka (une parente lointaine de mon neveu Joe Krapov ou de mon oncle Constantin Asthakov ?) vous demande si vous vous sentez bien tout en vous balançant d'un geste vigoureux vos vêtements sur le bide.

Quand vous vous serez rhabillé, vous retournerez dans le bureau du médecin qui vous fera voir de somptueuses images couleur de votre intérieur intime avec commentaires à la clef !

Et c'est là, au rhabillage, que ça a coincé : malgré une fouille minutieuse de tous mes vêtements, je n'ai pas réussi à mettre la main (ni même l'œil d'ailleurs) sur mon slip ! Mise au fait de la chose, l'Anouchka me prenant pour un affabulateur mal réveillé de surcroît recommence la fouille que je venais moi-même d'effectuer puis, entame d'explorer les endroits où pourrait se dissimuler la chose.

Bredouille malgré ses invocations au thaumaturge de la réapparition, Saint Antoine de Padoue et à son cochon truffier, en désespoir de cause, elle m'a donné un autre de ces boxers papier dont question ci-dessus.

C'est alors, qu'avisant la poubelle à la sortie de la salle de réveil, j'ai aperçu, chiffonné, un papier bleu marine pareil à celui que l'on disposait pour chaque patient (vous savez, hygiène et tout le toutim) sur la chaise du vestiaire.  Ouverture prudente de la chose et... elle renfermait mon slip, lui aussi de couleur bleu foncé.

Comme quoi, la logique et l'observation font parfois des miracles...

 

 

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

Thaumaturge (TOKYO)

 
SI je le décide en cet instant de rêverie miraculeuse je pourrai changer l’eau en vin.

Et cette déclaration méditative me rend soudainement nerveuse. Plus d’une fois de part le passé j’ai voulu changer le plomb en or . Un cauchemar zen d’applaudissements aurait alors surgit des profondeurs et  des spécialistes de tous bords se seraient disputé l’authenticité des faits.

Mille deux cents ans après ils se disputeraient encore.

Mais voilà n’est pas thaumaturge qui veut. il fut un temps où cette passion sacrée me tenait au corps ,

 Maintenant les délices de mon existence se résument dans l’écoute d’Opéras italiens.

Mon singe André ne dira pas le contraire, ce Macaque du vieux monde est un mélomane. Il est dingue de glace à la banane, de pains aux raisins, et d’opéras italiens. Un jour il a été pris la main dans le sac il venait de faucher un disque d’Opera du grand verdi pour mon anniversaire.

Les flics ont cru que j’avais dressé mon singe pour faire ce sale coup à ma place. Ces cons voulaient l’euthanasier. Ils l’ont séquestré au zoo de st Tropez. Mon brave André s’est enfui en fauchant au passage toute la bibliothèque d’un milliardaire sur son yacht. A l’heure où je vous écris nous nous berçons de symphonies avec Brigitte Bardot ma meilleur amie.

v1

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Starets du tsar (Kate)

 

Arrière-grand-père Grigori

Parti du fin fond de la Sibérie

Étudier auprès des starets

Pour aussi devenir starets

Lui pauvre moujik

Aux pouvoirs dits magiques

Regard magnétique

Emprise diabolique

Introduit auprès de la tsarine

Alexandra Feodorovna

Afin qu'il guérisse

Le tsarévitch son fils

Chéri Alexis

De sa maladie

 

Mon lointain ancêtre

Qui m'empêtre

Starets

Ou pseudo starets

Savant ou charlatan

Reste pourtant présent

Je vis en France

Je chante et danse

Sur l'air de "Rasputin"

Si je n'expose pas mes origines

Parfois me revient

L'atmosphère des miens

La lutte de ma grand-mère

Pour survivre sur d'autres terres

La trajectoire de mon arrière-grand-père

Monté jusqu'aux plus hautes sphères

Et je médite sur le mal le bien

L'espace d'un couplet et d'un refrain

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,