Toi qui fais partie des êtres

Qui ont un « ceveu » sur la langue

le vertige te gagne, pensant au Schibboleth

à l’abîme qui t’eut attendu naguère

en prononçant le mot de passe

si tu avais vécu en ces temps mortifères,

Si ta langue fourchait

Sans autre forme de procès

Avec un coup de schibboleth

Tu passais de vie à trépas, Aïe !

 

Alors tu préfères et de loin

plutôt qu’un coup de schibboleth

qui d’un seul coup t’estourbirais

un beau bouquet de ciboulette

cueilli au soleil du matin

C’est une partition magique

qui chante l’été et le soleil

œuf dur, tomate et ciboulette

palette lumineuse et chouette

quand le rouge se pare du vert

avec un peu d’œufs mimosa

 

 Oui !  Fustigeons le Schibboleth

Et acclamons la ciboulette

Alléluia !