05 février 2022

Défi #702

 
Un mot imprononçable ?

 

Schibboleth

 

7021

 

Quoi ? Si, ça existe : je l'ai trouvé à la page 126
d'un des derniers bouquins recommandés par l'Adrienne !
Le Papistache le connaissait
Et d'ailleurs, il figure au CNRTL, alors...

 

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,


Ils n'auront pas notre peau ! (maryline18)

 

Le jour où "tout bascule" est là. Ils courent sans se retourner, sûrs de faire le bon choix. Ils contournent les squelettes jetés dans les ornières boueuses. Leur cœur bat fort, si fort...

-"On va y arriver !"

(Se lancent-ils pour s'encourager, à tour de rôle.)

Les éoliennes délimitent leur nouveau refuge.

-"Ils n'y viendront pas, calme-toi maintenant !" 

La détermination qui s'est emparée de leurs agresseurs est sans limite car ces derniers n'ont rien à perdre, rien à regretter dans ce monde qu'ils déclarent comme, résolument obsolète.

Leurs performances s'étaient décuplées sans que personne n'y trouve rien à redire, ces dernières années. Les robots avaient désormais l'intelligence et la force de leur côté. Leurs matériaux résistaient au gel, à la canicule, à la pluie, aux chocs et ils possédaient une logique implacable.

-"Mais, bon sang ! Vont-ils nous foutre la paix ! Sophie, crois-moi, seules les éoliennes en mouvements peuvent détraquer leurs cartes magnétiques. En nous espionnant, ils ont découvert qu'ils ne seraient pour toujours, que des êtres froids, incapables de ressentir les belles émotions qui nous parcourent et ils ont décidé d'étudier les cellules de nôtre peau pour pouvoir s'en revêtir, bientôt !"

Dans la ferme refuge, la vie gagnait la partie. Tout était à sa place : le feu dans l'âtre, le lait frais, les poules, les cochons; les oies et même le chien, "bouffe-tout" qui attendait que ça chauffe, la truffe en l'air !

Arthur et Sophie peuvent jouer des heures avec leur nouveau jeu : "La fin du monde". Les robots sont si effrayants qu'ils trouvent à chaque fois de nouvelles idées qui les font hurler de peur et de plaisir.    

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

Votez C-3PO ! (Joe Krapov)

Il y aurait une France,
Une France en errance,
Une France un peu rance,
Une France qui entrerait en transes.

Et Marianne sur son timbre
Se collerait sur une carte
- Postale, pas électorale -
Puis se ferait porter pâle
Et se ferait poster loin
De ces drôles d’olibrius
Qui réécrivent Dreyfus,
Loin de ces beaux discoureurs
Amoureux des dorures
Et d’un poste-imposture.

2122-18 Jean-Paul C-3PO

Voici qui est drôle - ou étrange - dans ce jeu :

C'est toujours un robot du capital qui est élu !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Un robot aux archives (Clio101)

 

Il était une fois le robot I-Raven

A obéir aux antiques lois édictées par les sages

Il avait été programmé.

Consciencieusement, fidèlement, diligemment

Le jour durant

Il circulait dans les magasins

Jamais le nez au vent.

Il rapportait les documents demandés

Par des lecteurs de savoir affamés.

La série M, la série A et même la section Fi

N'eurent bientôt plus de secrets pour lui.

A force de chercher, circuler, écouter, enregistrer

Il en vint à deviner

Quels documents pourraient compléter

Le travail par les chercheurs réalisé.

Toutes les demandes, invariablement

Étaient enrichies, d'une ou deux boîtes.

Lecteurs, archivistes, visiteurs, en eurent bientôt la bouche coite.

Une pétition fut signée et au ministre envoyée

Demandant d'intégrer I-Raven au service.

Surpris de cette demande incongrue

Le ministre fit une visite impromptue.

Il vit, il pâlit, il rougit et, sur-le-champ

Signa l'arrêté d'intégration.

Et depuis ce jour

Aux archives du Morbihan.

Travaille I-Raven, un agent très surprenant.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


C'est quand le robot tique - tiniak (2)


C'est quand le robot tique
que je compte mes tocs

Je crois voir un moustique
dans mon oeuf à la coque

Que sur France Musiques
on me parle amerloque !

J'invoque ma métrique
pour un éléctrochoc

Mais sa mathématique
n'est que verve loufoque

Un brin de basilic
ferait un bon médoc

Car les barbituriques
n'ont plus cours, à l'époque

Onc' Joe Krapov m'applique
un capiteux ad hoc

Rien n'y fait ! Je claudique
en rond, dans ma bicoque

Mon esclave électrique
ne vaut pas un pébroque

Toute ma domotique
n'est que vaine breloque !

Et mon mantra védique
n'est qu'obscur soliloque

Ce jour et trop merdique
et sa merde, mastoc !

Fi ! de la robotique
Je débouche un médoc !
(sic)

 

ti701

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

Tel un robot (petitmoulin)

 

Tel un robot
tu gravis sans cesse
les marches vers l'absurde
Te retourner
ouvrirait le grand vide
Ta frayeur
Ton fardeau
Fils du vent
tu trébuches sur la conquête
illusoire
Enchaîné au vertige
de l'éphémère
tu oublies de goûter
l'éclat fragile
Tu oublies de caresser
les courbes du silence
Solitaire épuisé
la bouche sèche
comme source tarie
Le désordre des gestes
signe le dernier soubresaut

Invincible Thanatos

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Espoir. (Yvanne)


    - Dis Monsieur pourquoi t'es triste ?
    - Je ne suis pas triste.
    - Alors pourquoi tu ne souris pas ?
    - Je ne sais pas sourire.
    - Tout le monde peut sourire.
    - Pas moi.
    - Tu es bizarre toi. Je t'ai déjà vu quand Mine l'infirmière m'amène ici. Tu ne bouges pas et tu me regardes tout le temps.
    - C'est ça, je ne bouge pas et je regarde.
    - Tu es malade ?
    - Non.
    - Alors pourquoi tu restes ici si tu n'es pas malade ?
    - Je travaille.
    - Mais tu n'as pas de blouse blanche comme Jérome. Tu connais Jérome ?
    - Oui.
    - Ça alors ! Tu sais c'est Jérome qui me soigne. Tu ne veux pas savoir pourquoi il me soigne ?
    - Je le sais.
    - Mais non. Tu me racontes des salades. Tu ne peux pas savoir que j'ai une formation cardiaque à mon cœur.
    - Malformation.
    - Tu m'énerves. Tu ne peux pas parler comme tout le monde ?  Et puis d'abord t'es pas drôle comme Pipo le clown qui me fait tout le temps rire.
    - Je ne suis pas drôle.
    - Tu répètes toujours ce que je dis. Comme un robot.
    - Je suis un robot.
    - Ben oui, t'es un robot. J'avais compris figure-toi. T'as un nom ? Moi je m'appelle Lucas.
    - Je sais.
    - Oh tu sais toujours tout. Alors réponds moi c'est quoi ton nom ?
    - Espoir.
    - Mais c'est pas un nom ça ! Pourquoi tu t'appelles comme ça ?
    - Parce que je suis là pour guérir les enfants.
    - Je comprends : tu aides Jérome à opérer les cœurs. C'est ça ?
    - Oui Lucas.
    - Alors je te prête mon cœur. Mais tu me le rends hein ? Et bien réparé ?
    - Promis mon garçon.
   
Lucas n'a pas rêvé : Espoir lui a fait un clin d'œil et un grand sourire.
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

quand la robotique (joye)

carpe dialogue

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

À coups de rabots (Kate)

 

 

À coups de rabots

Il sculpta le robot

Qu'il nomma Pinocchio

Se non è vero, è bene trovato

 

À coups d'os et de matériaux

Victor rescapé sur son traîneau

Entouré de glace et d'eau

Recueilli à bord du bateau

Raconte son histoire de pseudo robot

Réussie au-delà de tous les maux

 

À coups de stylos

On visualise les manteaux

Alourdis de fardeaux

Portés par les filles de Monroe

La pluie comme un rideau

Annihilant tout cerveau

0 2

À coups de dicos

Traquer les mots

Des plus costauds

Aux plus falots

Les priant de raconter

Leur histoire

Leur géographie

Un copeau de leur vérité

Aussi bien dérisoire

Qu'empreinte de philosophie

Parfois teintés d'acrimonie

Mais souvent riches de leur trajectoire

De Saxo Grammaticus à Umberto Eco

De Platon à Barthe en passant par Giordano Bruno...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,