Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le défi du samedi
Visiteurs
Depuis la création 1 044 214
Derniers commentaires
Archives
18 septembre 2021

Un champignon ça pousse énormément (Clio101)

 

       Alice contempla avec stupeur le champignon qui se dressait face à elle.

       Autour le paysage était désert. Une plaine aride à perte de vue, pas un brin d’herbe ou d’arbre, des amas de grains d’un sable jaunâtre et marronasse qui reflétaient le brûlant éclat du soleil.

       Au milieu un champignon démesuré, gigantesque. Si on fixait le regard sur son pied et qu’on essayait d’en apercevoir le chapeau il fallait pencher la tête en arrière jusqu’à sentir que les muscles du cou étaient prêts à se rompre. Même si on s’éloignait du champignon jusqu’à ce qu’il ne soit qu’un petit point sur l’horizon on était encore recouvert de l’ombre bienfaisante de son chapeau.

       —    Si le champignon voulait s’habiller, songeait Alice dans une tentative d’humour thérapeutique, il lui faudrait du XXL, voire du XXXL.

       Alors qu’elle songeait, il lui sembla que les couleurs du champignon changeaient, passant d’un faible marron à plusieurs nuances de rouge : deux taches plus sombres côte à côte, une tache plus claire au milieu, un trait courbe d’une autre teinte, ouvert en haut.

       —    C’est étrange, se dit Alice.

       Pendant qu’elle s’interrogeait sur la profonde étrangeté de ce qu’elle voyait et les possibles sens que cela pouvait avoir, la courbe en bas se mit à onduler étrangement, comme si le champignon tentait de parler.

       —    C’est absurde, dit Alice, les champignons ne parlent pas. Les champignons géants encore moins.

       Elle terminait sa phrase quand un souffle de vent passa, vibra et des mots hésitants se présentèrent à l’esprit d’Alice.

       Nouououou…..ris-moi.

       Au même moment la terre trembla, ondula et une large fissure s’ouvrit devant le champignon, formant ce qui ressemblait étrangement à une rampe.

       —    Ah non, s’écria Alice, pas encore !

       Mais son regard était irrésistiblement attiré par ce trou béant.

       Comme si elle ne maîtrisait plus les mouvements de son corps, elle s’avança au bord du gouffre, tentant de découvrir ce qui pouvait se trouver au fond.

       Une bourrasque la frôla, caressa délicatement sa joue puis sa main avant de s’engouffrer dans le trou, comme une invitation à la suivre.

       Avec un soupir résigné, démenti par l'éclair au fond de ses yeux, Alice se précipita à la suite de la bourrasque.

 

Commentaires
B
Quel agréable voyage j'en redemanderai bien encore ;-) Merci et Bravo Clio101
Répondre
T
La référence porte à la transe; c'est abyssal comme régal.<br /> <br /> Allez, zou ! Retour en '67, avec le 'White Rabbit' du Jefferson Airplane...<br /> <br /> https://youtu.be/WANNqr-vcx0<br /> <br /> <br /> <br /> Précurseur d'un fameux "Mangez-moi ! Mangez-moi !Mangez-moi !..." ;)
Répondre
V
Et au fond du trou Alice, transformée en garçon, se retrouve sur il île au pied du gros champignon:<br /> <br /> "Milou? Milou!". <br /> <br /> Le pays des merveilles c'était transformé en île mystérieuse... <br /> <br /> J'aime bien ta façon de nous faire voyager Clio101. Sourire
Répondre
L
Voilà une bien étrange et bien curieuse aventure d'Alice ! On attend la suite après la fin de la bourrasque !
Répondre
J
Je parie que c'était un portobello ! <br /> <br /> <br /> <br /> (oui, je plaisante, c'est un super bon texte, très, très bien écrit)
Répondre
Newsletter
Le défi du samedi